Publié le 3 Juin 2009



La situation de l'Eglise catholique en Chine est préoccupante et a même empiré ces dernières années.

 C'est le cardinal chinois Joseph Zen qui dénonçait une fois de plus cette situation lors d'une conférence de presse lundi à Hong Kong. L'évêque émérite accuse le gouvernement chinois d'avoir cherché à corrompre certains évêques nommés avec la double approbation du gouvernement de Pékin et du Vatican, pour les convaincre de soutenir la nécessité de l'indépendance de l'Eglise chinoise face au Saint-Siège. Le Cardinal Zen va jusqu'à accuser les dirigeants de l'Association Patriotique des catholiques chinois de s'opposer à la normalisation des relations entre le Vatican et la Chine, interrompues depuis 1951, par peur de perdre leur pouvoir et leurs privilèges actuels. Le Cardinal Zen parlait au Club des correspondants étrangers de Hong Kong dans le cadre de l'anniversaire des 20 ans de la répression de la Place Tian an Men ce mercredi.


link

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Juin 2009




Tragédie aérienne - communiqué du Cardinal André Vingt-Trois




Paris, le 1er juin 2009

L'accident d'avion survenu dans la nuit de dimanche à lundi a fait de nombreuses victimes. Il plonge dans le deuil les familles des passagers de différentes nationalités dont de nombreux français et brésiliens.

Au nom de l'Église catholique qui est en France, je veux exprimer à tous la part que nous prenons à leur peine et j'invite les catholiques à prier pour toutes les victimes et leurs familles et à entourer celles-ci de leur solidarité et de leur amitié.

+André cardinal Vingt-Trois, Archevêque de Paris, Président de la Conférence des Evêques de France
                
Cardinal André Vingt-Trois

condoléances de Benoit XVI

Le pape Benoît XVI a exprimé dans un télégramme sa "proximité spirituelle" aux personnes qui ont été "durement éprouvées" par l'accident de l'Airbus d'Air France disparu avec 228 personnes à bord, a annoncé aujourd'hui le Vatican.

Il a aussi invoqué "la miséricorde divine" pour les victimes de la catastrophe dans ce télégramme signé du Secrétaire d'Etat du Vatican et bras droit du pape, le cardinal Tarcisio Bertone.

le petit Placide s'associe à la prière de l'Eglise, en cette journée de deuil.

link

Une cérémonie religieuse oecuménique en hommage aux disparus aura lieu mercredi à 16h00 à Notre-Dame de Paris, a annoncé mardi la compagnie aérienne.


link



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 2 Juin 2009

 



Le Pape Benoît XVI a nommé, ce mardi 2 juin 2009, Mgr Fortunato Baldelli Grand Pénitencier de la sainte Église romaine. Il était jusqu'à présent nonce apostolique en France.

Entré au service du Saint-Siège en 1966, Mgr Fortunato Baldelli a successivement recouvré les charges suivantes : observateur permanent auprès du Conseil de l'Europe, délégué apostolique en Angola, pro-nonce apostolique à São Tomé et Principe, nonce apostolique en République dominicaine, au Pérou, et enfin nonce apostolique en France depuis 1999.

 

link

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 2 Juin 2009








I Østen Stiger Solen Op.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 2 Juin 2009






J'ai besoin d'un coeur brûlant de tendresse,
Restant mon appui sans aucun retour ;
Aimant tout en moi, même ma faiblesse,
Ne me quittant pas la nuit et le jour.
Je n'ai pu trouver nulle créature
Qui m'aimât toujours sans jamais mourir ;
Il me faut un Dieu prenant ma nature,
Devenant mon frère et pouvant souffrir.

sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Juin 2009



Dresdner Kreuzchor

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 1 Juin 2009




Voici le texte relatant le martyre de sainte Blandine à Lyon en 177.

La fureur du peuple, du proconsul et des soldats s'acharna principalement sur Sanctus, diacre de l'Eglise de Vienne ; sur Maturus, simple néophyte, il est vrai, et néanmoins athlète très généreux du Christ ; sur Attale, natif de Pergame, qui fut toujours la colonne et l'appui de notre Eglise ; sur Blandine enfin, en qui le Christ fit voir que ce qui aux yeux des hommes est vil, informe, méprisable, est en grand honneur auprès de Dieu, qui considère le réel et fort amour, et non de vaines apparences. Nous craignions, en effet, et particulièrement l'ancienne maîtresse de Blandine qui faisait partie du groupe des martyrs, que ce petit corps si chétif ne pût confesser la foi jusqu'à la fin, mais Blandine se trouva fortifiée de telle manière que les bourreaux qui se relayaient sur elle, épuisant depuis le point du jour jusqu'au soir toutes sortes de tortures, s'avouèrent finalement vaincus par la fatigue. Ne connaissant plus rien dans leur métier qu'ils pussent lui faire souffrir, ils ne comprenaient pas qu'elle vécût encore, malgré les meurtrissures et les plaies profondes dont son corps était couvert. A les entendre, un seul de tous les supplices qu'elle avait supportés eût dû suffire à la tuer. Elle cependant, pareille à un intrépide athlète, reprenait des forces en confessant sa foi. Ce lui était un réconfort et un repos, elle perdait jusqu'au sentiment de sa souffrance rien qu'à redire : « Je suis chrétienne et il ne se fait rien de mal parmi nous. » (. . .)



Plus tard, on répartit les martyrs en plusieurs lots, suivant les genres de supplices ; ainsi les bienheureux confesseurs offrirent à Dieu le Père une seule couronne tressée de fils de nature et de couleurs diverses. Il était juste que les athlètes jusque-là victorieux, qui avaient soutenu de rudes passes et remporté un triomphe éclatant, reçussent la couronne glorieuse d'immortalité. Maturus, Sanctus, Blandine et Attale furent donc amenés aux bêtes dans l'amphithéâtre, afin de récréer les païens par une curée exceptionnelle, donnée ce jour-là en l'honneur des chrétiens. Maturus et Sanctus subirent de nouveau toute la série des supplices comme s'ils n'avaient rien souffert auparavant, ou plutôt comme il arrive aux athlètes, qui, après plusieurs victoires partielles, luttent enfin pour la couronne. Ils eurent donc à endurer les mêmes atrocités qu'ils avaient déjà supportées, les coups de fouet, les morsures des bêtes qui les traînaient sur le sable, et tout ce que le caprice d'une foule insensée réclamait par ses cris ; puis on les avait assis sur la chaise de fer rougi, et tandis que les membres brûlaient, l'écoeurante fumée de la chair rôtie remplit l'amphithéâtre. Loin de s'apaiser, la fureur ne faisait que s'enflammer davantage ; on voulait triompher quand même de la constance des martyrs. Cependant on ne pût faire dire à Sanctus une seule parole, sinon celle qu'il n'avait cessé de redire depuis le commencement « Je suis chrétien. » Pour en finir, on coupa la gorge aux deux martyrs qui respiraient encore. Ils avaient ce jour-là donné le spectacle, et remplacé les scènes variées des combats de gladiateurs. Blandine, pendant tout ce temps, était suspendue à un poteau et exposée aux bêtes. La vue de la vierge suspendue à une sorte de croix, et dont la prière ne cessait pas, fortifiait les frères qui livraient alors leur combat. Sa seule attitude faisait souvenir de Celui qui avait été crucifié pour notre salut, et ils marchèrent à la mort persuadés que quiconque meurt pour la gloire de Jésus-Christ reçoit une vie nouvelle dans le sein du Dieu vivant.


Aucune bête ne toucha le corps de Blandine. On la détacha donc du poteau, et on la ramena en prison pour une autre séance. La victoire remportée sur l'ennemi dans ces différentes escarmouches devait rendre la défaite du serpent infernal définitive et inévitable, et affermir la vaillance des frères par son exemple ; car, quoique délicate, infirme et méprisée, lorsqu'elle s'était trouvée revêtue de la force victorieuse du Christ, Blandine avait renversé son adversaire à plusieurs reprises et remporté dans un combat glorieux la couronne immortelle. (...)



Après que tous eurent été immolés, le dernier jour de la fête, vint le tour de Blandine et d'un garçon de quinze ans, Ponticus. Chaque jour on les conduisait à l'amphithéâtre afin qu'ils fussent témoins des supplices de leurs frères. Chaque jour on les amenait devant les statues des dieux et on leur disait de jurer par ces impies simulacres, mais ils refusaient. Cette fois, le peuple perdit toute mesure.


Il fut sans pitié et sans pudeur. On fit épuiser à la pauvre fille et à son jeune ami toute la hideuse série des supplices, qu'on interrompait de temps en temps pour leur dire : « Jurez ! » On n'en vint pas à bout. Comme tous le pouvaient voir, l'enfant était soutenu par la douce parole de sa soeur ; quand il eut achevé la série entière des supplices, doucement il rendit l'âme.


Blandine demeurait la dernière.


Comme une mère qui vient d'animer ses fils au combat, et les a envoyés vainqueurs, devant elle, en présence du roi; suivant à son tour le chemin sanglant qu'ils ont tracé, elle se prépare à les rejoindre, joyeuse, transportée à la pensée de mourir, telle une invitée qui se rend au festin nuptial, plutôt qu'une victime condamnée aux bêtes. Après avoir souffert les fouets, les bêtes, la chaise de feu, elle fut enfermée dans un filet et l'on amena un taureau. Il la lança plusieurs fois en l'air avec ses cornes ; elle, paraissait ne rien sentir, tout entière à son espoir, à la jouissance anticipée des biens qu'elle attendait, poursuivant l'entretien intérieur avec le Christ. Pour finir, on l'égorgea. « Vrai, disaient les Gaulois en sortant, jamais dans nos pays on n'avait vu tant souffrir une femme. »



La fureur et la cruauté contre les saints n'étaient pas satisfaites. Cette populace brutale et barbare, enflammée par la bête, ne pouvait plus être apaisée à volonté ; sa rage trouva à s'assouvir sur les cadavres des martyrs. La honte de sa défaite ne la touchait pas, car elle semblait dépourvue de raison et des sentiments de l'humanité ; la rage du légat et du peuple allait croissant comme va celle de la bête féroce, encore qu'ils n'eussent d'autre raison de nous haïr, mais n'est-il pas dit dans l'Ecriture : « Que celui qui est souillé se souille encore, que celui qui est juste, se justifie encore »? Les restes de ceux qui étaient morts en prison avaient été jetés aux chiens, et une garde fut établie de jour et de nuit pour qu'aucun des fidèles ne leur donnât la sépulture. Quant à ce que les bêtes et le feu avaient épargné, lambeaux arrachés à coups de dents, membres rôtis ou carbonisés, têtes coupées, troncs mutilés, on les laissa également plusieurs jours sans sépulture avec une garde de soldats. Les uns frémissaient et grinçaient des dents contre les martyrs, pour lesquels ils eussent voulu des supplices encore plus raffinés. D'autres raillaient et injuriaient, ils rendaient gloire à leurs dieux et leur attribuaient le supplice des martyrs. Quelques-uns, plus humains et qui semblaient nous accorder un semblant de pitié, disaient avec ironie : « Où est leur Dieu ? A quoi leur a servi ce culte qu'ils ont préféré à la vie ? » Tels étaient leurs propos et leurs attitudes. Nous ressentions cependant une extrême douleur de ne pouvoir enterrer les corps. Nous ne pouvions pas profiter de l'ombre de la nuit, et ni l'argent ni les supplications ne purent rien sur l'esprit des factionnaires ; ils gardaient les cadavres avec acharnement, comme s'ils eussent dû gagner beaucoup à les priver de sépulture.


Or donc, les corps des martyrs endurèrent tous les outrages et furent exposés pendant six jours ; ils furent enfin brûlés et réduits en cendres, que l'on jeta dans le Rhône, non loin de là, pour qu'il n'en restât aucune trace sur la terre. Les païens croyaient ainsi vaincre la puissance du Très-Haut et priver les martyrs de la résurrection. u 1l fallait, disaient-ils, enlever à ces hommes même l'espoir d'une résurrection qui les porte à introduire dans l'empire une religion nouvelle et étrangère, à mépriser les tortures et à courir joyeusement à la mort. Voyons donc s'ils ressusciteront, et si leur Dieu les protégera et les arrachera de nos mains ! »

 

D'après la lettre des églises de Lyon et de vienne aux églises d'Asie et de Phrygie.

link NICAISE HISTOIRE de l'Eglise.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 1 Juin 2009

ROME, Lundi 1er juin 2009 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le texte de l'allocution que le pape Benoît XVI a prononcée, samedi 30 mai, au cours de la veillée mariale qu'il a présidée dans la grotte de Lourdes des Jardins du Vatican, en conclusion du mois de mai.

* * *

 

Vénérés frères,

chers frères et sœurs,

 

 



Je vous salue tous avec affection, au terme de la traditionnelle veillée mariale, qui conclut le mois de mai au Vatican.

Cette année, celle-ci a revêtu une valeur tout à fait particulière, car elle a lieu la veille de la Pentecôte. En vous rassemblant, recueillis spirituellement autour de la Vierge Marie et en contemplant les mystères du Saint Rosaire, vous avez revécu l'expérience des premiers disciples, réunis au Cénacle avec la « mère de Jésus », « d'un même cœur », « assidus à la prière » dans l'attente de la venue de l'Esprit Saint (cf. Ac 1, 14). Nous aussi, en cette avant-dernière soirée de mai, de la colline du Vatican, nous invoquons l'effusion de l'Esprit Paraclet sur nous, sur l'Eglise qui est à Rome et sur tout le peuple chrétien.

La grande fête de la Pentecôte nous invite à méditer sur la relation entre l'Esprit Saint et Marie, une relation très étroite, privilégiée et indissoluble.


La Vierge de Nazareth fut choisie pour devenir la Mère du Rédempteur par l'opération de l'Esprit Saint : dans son humilité, elle trouva grâce aux yeux de Dieu (cf. Lc 1, 30). En effet, dans le Nouveau Testament, nous voyons que la foi de Marie « attire », pour ainsi dire, le don de l'Esprit Saint. Avant tout dans la conception du Fils de Dieu, mystère que l'archange Gabriel lui-même explique ainsi : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre » (Lc 1, 35). Immédiatement après, Marie alla aider Elisabeth, et voici que lorsqu'elle arrive chez elle et la salue, l'Esprit Saint fait tressaillir l'enfant dans le sein de sa parente âgée (cf. Lc 1, 44) ; et tout le dialogue entre les deux mères est inspiré par l'Esprit de Dieu, en particulier le cantique de louange avec lequel Marie exprime ses sentiments profonds, le Magnificat. Tout l'épisode de la naissance de Jésus et de sa prime enfance est guidé de façon presque palpable par l'Esprit Saint, même s'il n'est pas toujours nommé. Le cœur de Marie, en parfaite harmonie avec le Fils divin, est le temple de l'Esprit de vérité, où chaque parole et chaque événement sont conservés dans la foi, dans l'espérance et dans la charité (cf. Lc 2, 19.51).



Nous pouvons ainsi être certains que le très saint cœur de Jésus, pendant toute la période de sa vie cachée à Nazareth, a toujours trouvé dans le cœur immaculé de la Mère un « foyer » toujours ardent de prière et d'attention constante à la voix de l'Esprit.


Ce qui eut lieu lors des Noces de Cana témoigne de cette harmonie particulière entre Mère et Fils pour rechercher la volonté de Dieu. Dans une situation chargée de symboles de l'alliance, tel que le banquet nuptial, la Vierge Marie intercède et provoque, pour ainsi dire, un signe de grâce surabondante : le « bon vin », qui renvoie au mystère du Sang du Christ. Cela nous conduit directement au Calvaire, où Marie se tient sous la croix avec les autres femmes et avec l'apôtre Jean. La Mère et le disciple recueillent spirituellement le testament de Jésus : ses dernières paroles et son dernier souffle, dans lequel Il commence à diffuser l'Esprit ; et ils recueillent le cri silencieux de son Sang, entièrement versé pour nous (cf. Jn 19, 25-34). Marie savait d'où venait ce sang : il s'était formé en elle par l'opération de l'Esprit Saint, et elle savait que cette même « puissance » créatrice aurait ressuscité Jésus, comme Il l'avait promis.


Ainsi, la foi de Marie soutint celle des disciples jusqu'à la rencontre avec le Seigneur ressuscité, et continua à les accompagner également après son Ascension au ciel, dans l'attente du « baptême dans l'Esprit Saint » (cf. Ac 1, 5). Lors de la Pentecôte, la Vierge Mère apparaît à nouveau comme Epouse de l'Esprit, pour une maternité universelle envers tous ceux qui sont engendrés par Dieu pour la foi dans le Christ. Voilà pourquoi Marie est, pour toutes les générations, l'image et le modèle de l'Eglise qui, avec l'Esprit, avance dans le temps en invoquant le retour glorieux du Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (cf. Ap 22, 17.20).


Chers amis, à l'école de Marie, nous apprenons nous aussi à reconnaître la présence de l'Esprit Saint dans notre vie, à écouter ses inspirations et à les suivre docilement.


Celui-ci nous fait croître selon la plénitude du Christ, selon ces bons fruits que l'apôtre Paul énumère dans la Lettre aux Galates : « Charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi » (Ga 5, 22). Je vous souhaite d'être emplis de ces dons et de marcher toujours avec Marie selon l'Esprit et, tandis que je vous exprime mes remerciements pour la participation à cette célébration ce soir, je vous donne de tout cœur à tous, ainsi qu'à toutes les personnes qui vous sont chères, ma Bénédiction apostolique.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 1 Juin 2009


pour Arnaud.




avec mes prières pour toi. On ne se comprend enfin de compte
que là, des larmes sont sur la feuille, elles ne sèchent pas,
elles sont immortelles, l'apostolat de ceux qui souffrent, qui
n'ont plus rien à dire qu'à fermer leurs gueules, c'est le plus beau.
bon courage, il va m'en falloir aussi ! libera une sacré rencontre,
l'exclusion, je connais;....
....



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 1 Juin 2009




"Non vos me elegistis sed EGO VOS ELEGI et posui vos ut eatis et fructum adferatis et fructus vester maneat ut quodcumque petieritis Patrem in nomine meo det vobis."

John 15:16

"You have not chosen Me: but I have chosen you; and have appointed you, that you should go and should bring forth fruit; and your fruit should remain: that whatsoever you shall ask of the Father in My name, He may give it you."


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0