Publié le 20 Mai 2009



« Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l'avez vu s'en aller vers le ciel. »







Cardinal John Henry Newman (1801-1890), prêtre, fondateur de communauté religieuse, théologien
Lectures on Justification, n° 9,9

Notre vie « désormais cachée avec le Christ en Dieu » (Col 3,3)
Le Christ, qui avait promis de rendre tous ses disciples un en Dieu avec lui, qui avait promis que nous serions en Dieu et Dieu en nous, a réalisé cette promesse. D'une façon mystérieuse il a accompli pour nous cette grande oeuvre, ce privilège stupéfiant. Il semble que ce soit en montant vers le Père qu'il l'a fait, que son ascension corporelle est sa descente spirituelle, que son assomption de notre nature jusqu'à Dieu est en même temps la descente de Dieu jusqu'à nous. On pourrait dire qu'il nous a vraiment, quoique dans le sens caché, emportés jusqu'à Dieu et qu'il a amené Dieu jusqu'à nous, selon le point de vue que nous adoptons.

Ainsi donc lorsque saint Paul dit que « notre vie est cachée avec le Christ en Dieu » (Col 3,3), nous pouvons comprendre qu'il veut dire par là que notre principe d'existence n'est plus un principe mortel et terrestre, tel que celui d'Adam après la chute, mais que nous sommes baptisés et cachés de nouveau dans la gloire de Dieu, dans cette lumière pure de sa présence que nous avons perdue lors de la chute d'Adam. Nous sommes créés à nouveau, transformés, spiritualisés, glorifiés dans la nature divine. Par le Christ nous recevons, comme par un canal, la vraie présence de Dieu, au dedans de nous et au dehors ; nous sommes imprégnés de sainteté et d'immortalité.

Et c'est là notre justification : notre montée par le Christ jusqu'à Dieu ou la descente de Dieu par le Christ jusqu'à nous, nous pouvons le dire d'une façon ou de l'autre... Nous sommes en lui, il est en nous ; le Christ est « l'unique Médiateur » (1Tm 2,5), « la Voie, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6), joignant la terre avec le ciel. Et c'est là notre vraie justification -- pas seulement le pardon ou la faveur, pas seulement une sanctification intérieure --...mais l'habitation en nous de notre Seigneur glorifié. Tel est le grand don de Dieu.


Entre tes mains, Seigneur, je me mets tout entier

Tu m'as créé pour toi.

Je ne veux plus penser à moi-même.

Je veux te suivre.

 

Que veux-tu Seigneur que je fasse ?

Permets-moi de faire route avec toi.

Que ce soit dans la joie ou dans la peine,

je veux t'accompagner.

 

Je te fais sacrifice des souhaits, des plaisirs,

des faiblesses, des projets, des pensées

qui me retiennent loin de toi

et me replient sans cesse sur moi-même.

 

Fais de moi ce que tu veux !

Je ne marchande pas.

Je ne cherche pas à savoir à l'avance

quels sont tes desseins sur moi.

Je veux être ce que tu veux que je sois.

 

Je ne dis pas : "Je veux te suivre où que tu ailles", car je suis faible.

Mais je me donne à toi pour que tu m'y conduises.

Je veux te suivre dans l'obscurité

et je ne te demande que la force nécessaire.

 

Ô Seigneur,

fais que je porte toutes choses sous ton regard,

pour demander ton consentement

à chacun de mes vouloirs

et ta bénédiction sur chacun de mes actes.

 

Comme un cadran solaire n'indique l'heure

que par le soleil,

ainsi je ne veux être déterminé que par toi,

si tu veux bien te servir de moi et me conduire.

Qu'il en soit ainsi, Seigneur Jésus !

 

 

 

Léon Le Grand, Ve siècle


Par le mal nous perdons un bonheur terrestre, par la grâce du Christ nous sommes incorporés à Lui et placés à la droite du Père. Aujourd'hui l'humilité de notre nature est élevée dans le Christ au-dessus des anges, pour s'asseoir avec le Père. Il est monté aux cieux pour créer la grande oeuvre de la foi : heureux ceux qui croiront tout en ne voyant pas; notre nature est rendue meilleure par Dieu par la foi. Ni les chaînes, ni les prisons, ni le feu, ni les fauves de la persécution ne pourront prévaloir sur elle. Même les enfants et les vierges donneront leur vie, car la foi a opéré des miracles, guérisons, résurrections. Nous sommes appelés en haut, ne nous alourdissons pas en des désirs terrestres; nous qui sommes destinés à l'éternité, ne nous laissons pas enchaîner, conquérir par des choses périssables.


     

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Mai 2009



et Dieu vit que cela était bon.....




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 20 Mai 2009



Merci beaucoup pour votre sympathie à Espagne!! Es una satisfacción que la Voz de Doña Gracia Montes también se escuche en su excelente blog "Le petit placide"

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 20 Mai 2009



Saint Bernard de Sienne (1380-1444) était un missionnaire catholique et un économiste scolastique.

Né dans une famille noble, celui que l'on a surnommé « l'apôtre de l'Italie » est entré dans l'ordre Franciscain en 1400 après avoir échappé à la Grande Peste. Il devint un prêcheur apprécié et parcourut l'Italie à pied. Malgré trois propositions de devenir évêque, il resta missionnaire.

Bernard a été le plus grand économiste scolastique après Thomas d'Aquin et le premier théologien à écrire un ouvrage entier d'économie depuis Pierre de Jean Olivi. Ce livre, Des contrats et de l'usure, traite de la justification de la propriété privée, de l'éthique du commerce, de la détermination de la valeur et des prix et enfin de l'usure.

Il est l'un des premiers à étudier le rôle de l'entrepreneur. Il identifie chez ce dernier quatre dons : l'efficacité, la responsabilité, l'ardeur au travail et le courage de prendre des risques. ça c'est pour David ! le st patron de chorale libera..! 

 
Bernard note que, puisque très peu de personnes ont ces qualités, il est normal de récompenser leur travail par un gain sur le commerce (un profit).


link

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Mai 2009






le libéralisme, pour les européennes je vote !
( zut sont pas sur les listes...! ya pas new day aux européennes, you are the
new day, j'ai pas encore vu, ça doit exister..


on me provoque. laissons faire les pros va ça vaut mieux.
before the new day .. ben oui.
manana. New day sur libera dream, un  historique effacé. Il y a des passés, il vaut mieux enterrer. Surtout
quand on s'est fait eu. Certaines personnes ne tissent leur vie que sur du mensonge.
 Comme d'habitude!  pas assez prudent ! même pas virtuel.  On revient de très loin quand c'est comme ça.
 On ne peut courir après deux lièvres à la fois de toute façon. Quand on fait partie d'un staff, c'est un travail d'équipe. La petite équipe est sympa et motivante. Ca encourage d'avoir à faire à des pros, surtout des jeunes. l'oie de tête quoi.
qui plus est perfectionniste. Et oui ça existe.
Nous  on ne peut que claxonner à l'arrière  pour faire avancer jusqu'à essoufflement. Ca vient vite. 

New day, ce sera là-haut! .
On fait trop confiance quoi. Trop nunuche. Mais enfin de compte demain on recommencera les mêmes erreurs. C'est la vie.

bonjour, amitiés à Thierry..a new day ! si seulement! tired. 






Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 19 Mai 2009






le plus bel Ave Maria...

celui de Caccini.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 18 Mai 2009

 

 

    bonne fête aux bretons !

 

 

 



Bagad de Lann Bihoue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Yves, en cette année ...,
nous venons vers toi.

Ecoute les prières de tous ceux qui viennent
t'invoquer au pied de ton tombeau
ou dans ton église du Minihy.

Toi, le Père des pauvres,
prends pitié de tous les pauvres de notre temps :
les chômeurs, les sans-abri, les laissés-pour-compte, les malades,
tous ceux et celles qui, d'une manière ou d'une autre,
ont été blessés dans leur dignité
d'hommes et de femmes.

Toi, le Patron des avocats et hommes de loi,
nous te prions pour ceux qui ont
la lourde mission de rendre justice,
et nous te prions aussi pour toutes les victimes
de l'injustice sous toutes ses formes.

Toi, le Saint Prêtre de Dieu,
obtiens à notre Bretagne, autrefois si chrétienne,
les prêtres dont elle a grand besoin.

Toi, le modèle de la jeunesse étudiante,
aide nos jeunes, en particulier ceux qui sont sans repère,
à trouver un sens à leur vie, une raison d'exister.

Saint-Yves, secours de tous ceux qui t'invoquent,
entends notre prière,
et, nous t'en conjurons, sois à l'heure dernière l'avocat des Bretons.

Amen !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On dit communément que saint Yves est le patron des avocats, c'est vrai mais il n'est pas que cela : il est en fait le patron des hommes de loi et cela englobe, en plus des avocats, aussi bien les notaires, les huissiers, les avoués, que les magistrats et même tous les policiers titulaires d'un diplôme en droit.


Saint Yves appartenait à une famille noble du diocèse de Tréguier, il naquit au manoir de Kermartin en 1253. Il se distingue très vite par son intelligence et sa piété. Il part pour Paris, puis Orléans, faire ses études de droit aussi bien ecclésiastique que civil. Il n'a que vingt-sept ans quand l'évêque de Rennes le choisit comme official de son diocèse. Aujourd'hui, les officialités diocésaines et même métropolitaines n'ont plus guère de pouvoir, leur principale fonction se limitant aux cas de nullité de mariage ; elles demeurent toujours compétentes pour juger les clercs coupables de fautes graves, malheureusement certains évêques négligent ce rôle. A l'époque de saint Yves il n'en allait pas de même, le civil et le religieux s'imbriquant étroitement, les compétences d'un official étaient très étendues. Sous le prétexte de ratione peccati l'Eglise s'efforçait d'étendre ses compétences bien au-delà des seules affaires religieuses, ce qui fait qu'un official avait à juger de causes civiles aussi souvent que de causes religieuses.


Saint Yves exerça ses fonctions au moment où les pouvoirs des officialités atteignaient leur apogée. A la fin de sa vie, sous le règne de Philippe le Bel, les légistes de la cour du roi de France commençaient à étendre leur pouvoir et à restreindre les attributions des juges ecclésiastiques. L'official de Rennes devint vite célèbre par l'austérité de sa vie et son intégrité absolue, il jugeait en toute équité sans faire acception de personne. Il y avait des juges ecclésiastiques qui ne demeuraient pas insensibles aux présents qui pouvaient leur être faits, tel n'était pas le cas d'Yves de Kermartin, qu'on nommait parfois Yves Hélory en raison du nom de son père. Le bruit de ses vertus se répandit rapidement dans toute la Bretagne et l'évêque de Tréguier, Alain de Bruc, se souvint qu'il était originaire de son diocèse. Il lui confia la charge d'official de Tréguier en 1284. Ce fut seulement à ce moment qu'il fut ordonné prêtre et reçut le bénéfice de la cure de Trédrez. En 1292, il devint recteur de Louannec et entra par voie d'héritage en possession du manoir de Kermartin. Il reçut très vite le surnom d'"Avocat des pauvres", car non seulement il mettait toute sa science à les défendre, mais il leur distribuait l'intégralité de ses revenus.


Epuisé par ses austérités, il mourut en 1303 et l'Eglise ne tarda pas à en faire un modèle pour tous les gens de justice qui n'avaient pas toujours bonne presse : Advocatus et non latro, res miranda populo (avocat et point voleur, chose admirable pour le peuple).


Alors que certains pèlerinages sombrent dans l'oubli, le culte de saint Yves demeure très vivace et dépasse infiniment les limites de l'ancien diocèse de Tréguier, car il demeure un exemple irremplaçable de vertus pour tous ceux qui sont engagés au service de la justice.

 

link

 

 

 

 

Yves Hélory, fêté le 19 mai, est né à Minihy-Tréguier, en Bretagne, au temps de Saint Louis (XIIIe siècle). Fils de gentilhomme, il fait de brillantes études de droit et devient juge ecclésiastique à Rennes.

Sa réputation d'intégrité lui vaut d'être nommé curé de Trédez mais il continue de plaider pour les pauvres. Il met ses biens et son manoir de Kermartin à leur disposition. Vénéré dès avant sa mort (1303), Yves de Tréguier est bien évidemment devenu le patron des avocats.

Sanctus Yvo erat Brito,
Advocatus et non latro,
Res miranda populo.

Saint Yves était Breton,
Avocat et non voleur,
Chose étonnante pour le peuple.

 

 

 


l'église de Locronan 

 

 

 

 

Quelque 7.000 pélerins ont pris part au pardon de Saint-Yves, ce matin à Tréguier. Après la messe célébrée en la cathédrale par Mgr Pierre D'Ornellas, archevêque de Rennes, la procession emmenant le "chef " de Saint-Yves a quitté la cathédrale de Tréguier, en direction de la commune voisine de Minhy-Tréguier, paroisse natale du saint. Depuis plus de sept siècles, ce pardon honore la mémoire d'Yves Héloury de Kermartin, prêtre et défenseur des pauvres, qui vécut au XIIIe siècle. Les avocats, dont Saint-Yves est le patron, participent aussi à ces célébrations.

 

 

link


 

  QUI ETAIT SAINT YVES ? (en breton : Erwan)

 


link

 

 


 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Mai 2009



patronne des causes désespérées.
fête le 22 mai .



La première pierre de l'église de Sainte Rita de Cascia fût posée le 20 juin 1937, seulement dix ans plus tard, le 18 mai 1947, l'édifice fût consacré.

Toutefois, l'aspect actuel est dû à la volonté du Pape Pieux XII et avant cela à l'œuvre de Mons. Spirito Chiapetta et ensuite des architectes Martinenghi et Calori.
Il ne faut cependant pas oublier l'apport économique de tant d'adorateurs de Sainte Rita de Cascia éparpillés de par le monde et l'œuvre incessante de l'abbesse Mère Teresa Fasce. La basilique, revêtue de travertin blanc typique des carrières de Tivoli, présente un plan à croix grecque avec quatre grandes absides latérales et coupole centrale qui domine le presbytère.
L'artiste Eros Pellini a sculpté sur le portail principal quelques épisodes de la vie de Sainte Rita de Cascia et à l'intérieur, en marbre de Carrara, les étapes de la Via Crucis. D'autres artistes modernes à la réputation indiscutable ont pris part à la réalisation de l'édifice et des ornements; les murs sont recouverts de fresques de, parmi d'autres, Luigi Montanarini, Luigi Filocamo, Silvio Consadori et Gisberto Ceracchini, les objets sacrés et l'autel principal sont l'œuvre de Giacomo Manzù.
Cesarino Vincenzi de Bologne est l'auteur du cadre à huile de la Madeleine, de la fresque de Saint Joseph à l'entrée de la basilique et du beau plafond à fresque de la sacristie. Les dépouilles terrestres de Sainte Rita reposent, aujourd'hui protégées par la barrière de gauche, encore parfaitement conservées.
La Sainte est née en 1381 dans la ville voisine de Roccaporena et est baptisés sous le nom de "Marguerite", sur volonté de son père elle se maria, renonçant dans un premier temps à entrer dans un couvent Augustinien, selon ce qui étaient en revanche son aspiration la plus intime. Après 18 ans d'un mariage travaillé et violent, sa conduite exemplaire conduit le mari à se convertir.
Durant une période de luttes communales intestines, le mari fût tué par la famille des Casciani; "Marguerite", afin d'éviter de sanglantes et infinies vengeances transversales, pardonna à ses propres co-citadins et trouva refuge au Monastère des Sœurs Augustiniennes de Marie Madeleine. En 1442, dans la nuit du Vendredi Saint, elle reçût les stigmates d'une épine de la couronne du Crucifix qui, selon la tradition, s'enfonçât dans son front.
Elle s'éteint le 22 mai 1447, et bien qu'elle fût l'objet de vénérations déjà au cours des dernières années de sa vie, ce n'est qu'en 1628 qu'elle fût béatifiée par le Pape Urbano VIII et c'est seulement le 24 mai 1900 qu'elle fut sanctifiée par le Pape Léon XIII.

 

 

link

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0