Publié le 20 Novembre 2007


pr--sentation-de-marie.jpg


"Si notre âme est un temple où Dieu veut demeurer, il convient que Marie y soit " présentée " : il faut que nous ouvrions notre âme à Marie, afin qu’elle vive dans ce temple, – notre temple personnel.

D’autre part, puisque l’Église entière, puisque toute l’assemblée des fidèles est le corps du Christ et le Temple de Dieu, considérons la fête d’aujourd’hui comme la Présentation de Marie dans ce Temple, – la sainte Église universelle. Ce Temple qu’est l’Église catholique rend aujourd’hui hommage à ce Temple qu’est Marie."


source

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Novembre 2007

le monde tradi catho  n'est pas épargné...il est temps aussi de montrer la réalité des choses que l'on ne veut que trop cacher ... et pour cause. Un phénomène de société que l'on ne veut pas voir.. volontairement ou involontairement.


-LETTRE-SIGNE-SYMBOLE-PANNEAU-OU-SIGNE-INDICATIF-road-marking-danger.jpg
le figaro


900.000 ados «en grande souffrance»

commentaires sur Hermas.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 20 Novembre 2007

fgt.jpg
La coéxistance pacifique des deux rituels, dans l'unité, la paix et la charité, la reconnaissance réciproque de l'un et de l'autre.  sans en  exclure ni l'un ni l'autre, la voilà l'Eglise comme je l'aime et comme je la sents.
Pour en arriver là, il faut en faire tomber de ces barrières de préjugés, de certitudes, d'assises et  d'orgueil, d'attitudes fermées et sectaires, repliées sur elles seules.
Mais il n'est jamais vain de l'espérer et de prier pour.

Il a fallu dom Roy dans les années noires et sombres, (auquel un jour,  il faudra rendre justice pour tout ce qu'il a fait..) aujourd'hui le père Abbé, le précurseur de la pensée du Saint Père? Je le pense vraiment.

Ah, cette abbaye restera pour le petit Placide un grand mystère de fidélité et de stabilité malgré les dures épreuves qui ont traversé les murs dues à l'obéissance.
Ses amis lui resteront toujours fidèles et reconnaissants.


Cette fidélité au Magistère de l'Eglise au souverain Pontife et ce,  depuis toujours, sans failles,  un jour sera récompensée sans aucun doute si elle ne l'est déjà (fondations, vocations..)

Un exemple et un modèle à suivre.

Merci Père Abbé et à tous les moines de ce  témoignage;
merci au père Léon,  à tous ceux qui en ont fait la fondation et nous ont ainsi donné un véritable exemple.

L'abbaye fait front aux tempètes et aux bourrasques. Elle garde la sérénité d'un phare qui nous mène tranquillement et surement au port.

faisons lui entièrement confiance, ...






Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 20 Novembre 2007

sao-bento.jpg


benoit-XVI-2.jpg

"Ils craindront Dieu; ils aimeront leur abbé d'une charité sincère et humble; ils ne préfèreront absolument rien au Christ: Qu'il daigne nous conduire tous ensemble à la vie éternelle!"



de la Ste Règle.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Novembre 2007

steelisabeth-coeur.jpg

Sainte Elisabeth de Hongrie,
mère des pauvres et des petits,
pour les habitants du territoire de cette paroisse qui porte ton nom,
sois lumière du Christ, nous t’en prions.

 Reine, tu as déposé ta couronne
aux pieds du Seigneur livré pour nos péchés,
renonçant à l’orgueil du monde
pour être toute à DIEU et au service de toute misère.

 De Celui qui s’est fait notre Bon Samaritain,
tu as reçu cette recommandation :
« Va, et toi aussi fais de même » (Luc 10,37),
et tu as su trouver les gestes tout simples du lavement des pieds (Jn. 13,15).
 

Par ton intercession, que notre Seigneur et notre Maître
renouvelle en nous ses dons précieux
de présence et d’attention aux autres
et de dépassement de soi dans la petitesse de nos gestes humains.

 Apprends aux époux à se recevoir comme un don de DIEU l’un pour l’autre,
comme tu as su en témoigner avec ton mari jusqu’au pardon.
Donne-leur de vivre une fidélité conjugale au-delà de toute espérance,
toi qui as porté l’épreuve d’un couple brisé par la mort.

 La charité que tu pratiquais comme en offrant des roses,
demandes-la pour nous à notre DIEU :
que les enfants, les jeunes, les humbles et les blessés de la vie
trouvent dans l’Eglise le geste simple qui construit et guérit.

 Maintiens en nous le brûlant désir de changer
tout ce qui, en nous et par nous,
défigure dans l’Eglise
le vrai visage du Seigneur.

 Amen

année jubilaire

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Novembre 2007



Veiller à toute heure sur les actes de sa vie.

En tout lieu se savoir avec certitude sous le regard de Dieu.



Le souvenir de la mort nous porte à bien user de la vie. Il y a un rapport étroit et nécessaire entre ce que nous sommes et ce que nous serons; c'est avec les oeuvres de la vie présente que nous composons notre éternité.

"Garder à toutes heures les actes de sa vie", c'est ne pas vivre à l'étourdie;  c'est être une personne et non une épave, un être qui se gouverne et non un animal dépourvu de raison;

c'est mesurer ses actes et les soumettre à la loi;
c'est ne laisser vide et sans fruit aucun de ces jours que le Seigneur nous a donnés pour lui...

C'est s'appliquer à faire soi-même son éducation surnaturelle, par un consentement voulu à tout ce que Dieu réclame de nous.

La grâce est principe d'action et elle ne nous est donnée absolument que dans le dessein d'élever de jour en jour notre activité et de la soustraire à tous les retours offensifs de l'égoisme.


dom Delatte: commentaire de la ste Règle

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Novembre 2007

Le petit placide adresse à la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris ses sincères condoléances.
En ce mois de Novembre mes prières iront pour vous tous et pour vos familles.
Que Dieu vous soutienne dans cette épreuve.

+

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Novembre 2007

33e dimanche, année C.
 

Malachie 3, 19-20 ; 2 Thessaloniciens 3, 7-12 ; Luc 21, 5-19.

 
L'espérance du Jour du Seigneur
 

            Ce Jour du Seigneur nous invite à l'espérance. Les événements tragiques de notre histoire humaine, loin d'inspirer le pessimisme, sont éclairés par un invincible optimisme pour « les jours qui viendront ».

 

            Le chant d'entrée est emprunté à Jérémie : après la ruine de Jérusalem, il écrit aux exilés à Babylone qui n'ont plus aucun espoir humain. Mais le prophète les encourage : « Le Seigneur dit : 'Mes pensées sont des pensées de paix et non d'affliction' ». L'Introït grégorien n'a pas retenu la fin du verset, mal traduit dans la version latine : « Je veux vous donner un avenir plein d'espérance ». De fait, les captifs reviendront en Terre Sainte et rebâtiront le Temple.

 

            Au temps de Jésus, le Temple construit par Hérode était en voie d'achèvement. Il suscitait l'admiration des pèlerins. Cet édifice imposant et beau semblait défier l'usure du temps. Jésus vient rompre ce sentiment de sécurité : « Ce que vous contemplez, il n'en restera pas pierre sur pierre ; tout sera détruit ». Tout dans ce monde a une fin. Toutes les oeuvres de l'homme qui aujourd'hui nous émerveillent, tout ce que l'homme a construit de plus grandiose, tout cela connaîtra la destruction et la disparition.

 

            L'auditoire de Jésus croit comprendre que le Rabbi fait allusion aux événements de la fin du monde, et il le presse d'en faire connaître les signes. Jésus met en garde contre ce genre de curiosité, mais plus encore contre ceux qui exploitent ces prédictions effrayant et séduisant les plus fragiles et les plus apeurés pour recruter de nouveaux adeptes. « Beaucoup viendront en mon nom et diront : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est arrivé'. Ne les suivez pas! » Ne vous laissez pas égarer par ces prophètes de malheur. Seul le Père connaît le temps et l'heure, il ne nous appartient pas de scruter ses intentions. Tant de sectes ont prétendu se servir de l'Écriture pour prédire, et même fixer à une date précise la fin du monde. L'illusion que le Royaume de Dieu est sur point d'apparaître provoque une fièvre apocalyptique passagère, bientôt suivie de déception, et surtout provoque une grave crise de la foi : on cesse d'attendre, de vivre dans l'espérance.

 

            « N'ayez pas peur. Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements ». Il y eut la révolte juive contre Rome, qui entraîne la ruine du Temple en 70. Il y eut la prise de Rome par les barbares : c'était la fin d'un monde, mais non la fin du monde. « Il faut que tout cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin. » La dernière guerre n'est pas la dernière, elle n'a pas valeur de précurseur de la fin des temps. Les tremblements de terre et autres cataclysmes naturels, les épidémies de peste et les famines, les faits terrifiants, appartiennent aux conditions d'un monde déchu, ils ne sont en rien des signes de sa fin. S'il faut y lire un signe, c'est bien celui du dégât causé par le péché dans la création tout entière ; s'ils sont porteurs d'un message, c'est celui d'un vigoureux appel à la conversion. Pour Jésus, la fin ce n'est pas seulement la finitude de l'éphémère, c'est aussi la finalité de l'éternel. À la fin tout disparaît, mais tout finalement poursuit un but. La fin, pour Jésus a un sens positif : pour que les regards se portent toujours plus loin et les coeurs plus haut. La fin, c'est l'achèvement du plan de Dieu sur l'univers et l'humanité entière. Tout concourt et converge à la réalisation plénière du dessein d'amour de Dieu.

 

            Le monde tend vers sa fin, il s'achemine progressivement vers son accomplissement final, le point oméga. La fin du monde, c'est le Christ total. Les signes de cette fin sont déjà là : les épreuves que subissent les chrétiens. « On vous persécutera à cause de mon Nom ». C'est cela que Jésus a prédit, et non pas la date de la fin du monde. « S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ». Toutes dramatiques qu'elles soient, pour le vrai disciple, les persécutions sont à saisir comme des « occasions de rendre témoignage ». Et nous savons que, dans le langage des Évangiles, témoignage se dit martyre. Et les martyrs du XXe siècle ont été plus nombreux que ceux de tous les siècles précédents du christianisme.

 

            Aux témoins du Christ, deux attitudes sont nécessaires : la confiance et la constance.

 

            La confiance. Car Jésus personnellement vient en aide à ceux qui souffrent en son Nom : « Moi-même, je vous inspirerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction ». Son assistance fait résister aux menaces extérieures, mais surtout empêche de le trahir et d'apostasier notre foi devant l'agressivité de ceux qui nous détestent, et qui peuvent être, hélas, des proches, des amis, voire des parents. « Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom ». Selon l'historien romain Tacite, les chrétiens étaient devenus « la haine du genre humain ». Pourtant, le sang des martyrs est une semence de chrétiens.   Dieu est le maître de l'histoire qui ne peut conduire qu'à une réussite. Tel est le coeur de l'évangile, et de notre espérance.

 

            La constance doit se joindre à la confiance, car nul n'est dispensé de l'effort personnel, comme saint Paul le rappelait aux Thessaloniciens, qui ne voulaient plus travailler en attendant la venue prochaine de Jésus. Loin de nous démobiliser, le discours sur la fin des temps doit nous dynamiser. « C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie ». Le travail qui caractérise ce monde est celui d'un douloureux enfantement. L'épreuve est telle qu'on peut se croire abandonné de Dieu et douter de son amour. Les souffrances complètent ce qui manque à la Passion du Christ. Et « si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec persévérance » (Rm 8, 25).

 

            C'est la nuit qu'il fait bon espérer la lumière. À ceux qui sont découragés par l'inefficacité apparente de leur fidélité, le prophète Malachie annonce la venue du Jour du Seigneur. L'expression suggère plus de lumière et d'espérance que le « grand soir ». Ce Jour sera comme un feu consumant le mal pour y mettre fin, et comme un soleil de justice qui consomme la Rédemption à la fin. Oui, ce Soleil de levant qui vient nous visiter pour dissiper nos peurs et encourager dans sa tendresse, c'est le Christ, qui apporte la guérison dans son rayonnement.

 

            Dans une méditation, Ave Crux, Spes unica, Édith Stein écrivait, le 14 septembre 1939 : « Veux-tu rester fidèle au Crucifié ? Réfléchis bien. Le monde est en flammes... Prendre parti pour le Christ peut te coûter la vie. Pèse bien ce à quoi tu t'engages. C'est le coeur aimant de ton Rédempteur qui t'invite à le suivre... Le monde est en flammes. Libère ton coeur dans l'accomplissement fidèle de tes voeux, et le flot de l'amour divin le remplira jusqu'à le faire déborder et lui fera porter du fruit jusqu'aux confins de la terre. Lève les yeux vers le Crucifié. Liée à lui, tu seras présente partout, comme il l'est aussi... Ton amour compatissant, l'amour qui vient du Coeur divin, te portera partout, et partout répandra son sang précieux – qui apaise, qui guérit, qui sauve. » Telle est notre espérance à jamais.

Amen.


                        Fr. Jean Gabriel, Kergonan, 18 novembre 2007
                       pax. O.S.B.
                       pour Philippe


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Novembre 2007

2-barques--toul-en-hery.jpg

Il y a une ile que j'aime beaucoup. Sur les bords de l'Adour.. On ne peut y accéder qu'en barque. Il y a des inconvénients aussi à habiter sur une ile.
Sur l'ile, il y a deux barques. Il est plus prudent d'en avoir deux.
Les propriétaires ont du avec énormément de soin  les réparer.  Elles prenaient l'eau. Le temps qu'il fallait pour vider la barque. Pas rien, je n'ai pas connu quelle galère cela doit etre en plein mauvais temps. 
....
Alors il a fallu les réparer ces fameuses barques.
Cela va etre tout le sens de l'Avent. Nos barques à nous sont pleines de fissures, de trpis et telles qu'elles se présentent, elles vont tout droit à la dérive.
Il est temps de les mettre à terre. Remettre de l'enduit, enlever le tout pourri, remettre de l'enduit. Le goudron seul que nous pouvons mettre c'est celui de la charité et du zéle. Il y a du goudron aussi qui ne prend pas.  Celui de l'amertume et du manque d'amour. Le seul goudron est celui que Dieu prépare. Un goudron écolo que nous ne pouvons trouver qu'au supermarché gratuit de son coeur plein d'amour infini.

"Si tetigem fimbrium vestimenti, eius tantum, salva nos"

Si j'arrive seulement à toucher la frange de son vetement, je serai guérie.

Fasse que nos barques retrouvent un bel éclat pour arriver au port avec cette unique certitude que c'est Lui seul qui les dirige et qu'il n'y a que sur Lui que nous devons nous appuyer.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Novembre 2007

resize-art-image-Mini-Boulat-Okoudjava.jpg


Pense à moi un peu
Boulat Okoudjava




Tant que la terre tourne encore, tant que le jour a de l'éclat,
Seigneur, donne à chacun de nous
ce qu'il n'a pas :
Donne au sage une tête, un cheval au peureux,
Donne à l'homme heureux de l'argent...
et pense à moi un peu.
Tant que la terre tourne encore, Seigneur,
elle est en ton pouvoir !
Donne à qui veut régner l'ivresse du pouvoir,
Donne, au moins jusqu'au soir,
repos au généreux,
A Gain le remords...
et pense à moi un peu.
Je sais : pour toi tout est possible, et je crois en ton sage esprit,
Comme un soldat mourant croit
en ton Paradis,
Comme croit chaque oreille à tes propos de paix,
Comme à soi-même on croit, sans savoir ce qu'on fait !
Seigneur Dieu, mon Seigneur, toi dont l'oeil vert rayonne,
Tant que la terre tourne encore
et soi-même s'étonne,
Tant qu'il lui reste encore et du temps et du feu,
Donne à chacun sa part...
et pense à moi un peu.



BOULAT OKOUDJAVA,
Poésie russe,
traduction Jean Besson,
Maspero, 1983.

petrus angel

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0