Publié le 28 Mars 2008



"Il y eut un homme d'une vie digne de vénération, nommé Benoît, et comblé, en effet des bénédictions de la Grâce. Dès ses jeunes années, il posséda la sagesse d'un vieillard, et dans tout son comportement, se montra au-dessus de son âge.

Jamais il ne livra son âme au plaisir; dès que sur cette terre il fut à même de jouir des biens passagers, il méprisa comme un désert le monde et ses fleurs."


St Grégoire le Grand: vie de st Benoît

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 28 Mars 2008


 

st-P-re098.jpg


Oui  chez les personnes âgées c'est rare de voir dans leur visage que se reflète toute leur vie intérieure, aussi rayonnant. 
J'admire ces visages lorqu'arrivés autour des 80 ans, ils rayonnent. On dirait que la souffrance ne les a pas atteint.
 Il y a un vieux curé au carmel ici  pareil assez rondouillard il rit tout le temps. Le sourire et la paix qui sont l'empreinte de leur coeur. Cela doit être une grâce. Là ce curé est tombé, ça le faisait rire.
Ils ont la béatitude du Royaume.

Ce pontficat marquera l'histoire de l'Eglise. A Pâques je me suis demandé comment l'on pouvait passer à côté. Comment l'on pouvait vivre sans...Comment l'on pouvait émettre la moindre critique, pourquoi ne pouvait-on pas avoir un coeur, une âme assez fraîche et pure pour recevoir, seulement recevoir avec toute la fraicheur d'un enfant , qui ne doute pas, qui se laisse porter,  et qui a simplement confiance.
Terrible de penser que des gens vivent sans Pâques. Et j'en connais. Et tous les jours on en voit.

Pour répondre indirectement à quelqu'un nous n'avons pas besoin d'autre chose pour nous motiver dans nos convictions, la visibilité de l'Eglise est quand même bien là. Bien faible est notre foi si nous cherchons ailleurs des motifs d'être simplement chrétien, et pour que chaque jour,  nous nous remettions en cause et tâcher d'être toujours  plus fidèle, plus disposé à l'aimer et à la servir. Il suffit de regarder.

Il y a  quand même une profonde spiritualité bénédictine d'où mon attachement personnel. Je repensais à ses appels de Pâques, en fait tout le prologue de la Règle.  On y devine son attachement à saint Benoît.

 
Que notre saint Patriarche rende fécond  tout son ministère, à quelques jours de  sa fête, et de l'anniversaire du souverain Pontife.

Mais déjà, il l'est assurément. Une grande grâce pour l'Eglise.





Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Mars 2008

logo-copie-1.gif

Le petit Placide a la triste nouvelle de vous apprendre le décès du sous-lieutenant Patrick PONCET, élève de l'E.O.G.N.,  25 ans des suites d'une maladie foudroyante , (1 semaine)  muni des sacrements de l'Eglise.

Il adresse à sa famille, à ses amis, à toute sa promotion ses sincères condoléances, beaucoup de courage pour ceux qui l'ont veillé et qui restent ...

Que Patrick puisse en ce jeudi de Pâques, s'unir à la joie de la Résurrection.

Il vous recommande Patrick dans vos prières.

requiescat in pace.
st Benoît
st Joseph, priez pour lui.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Mars 2008

papstbenedikt2006.jpg

"Nous n'avons pas de cité permanente sur la terre".

Benoit XVI

"Courez tant que vous avez la lumière de la vie."

prologue de la ste Règle




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 27 Mars 2008


benedikt_bild.jpg

Sanctissime confessor, ora pro nobis.
+



Un curé, qui s'appelait Florent, en était arrivé à haïr Benoît, lui envoya un pain empoisonné. Mais le saint donna le pain à un corbeau avec ordre de le porter là où personne ne pouvait le trouver. Le corbeau refusa de prendre ce pain empoisonné mais Benoît lui assura qu'il n'en subirait aucun dommage. Le corbeau prit alors le pain et disparut pendant trois jours après lesquels il revint pour trouver sa pitance au monastère.

 Un jour, alors que le Saint priait seul, le démon lui apparut sous la forme d'un merle noir et, aussitôt après, il fut terriblement assailli par les feux de la tentation chamelle, à tel point qu'il était presque décidé à quitter sa solitude lorsque, sous l'impulsion de la Grâce, il se jeta nu dans un buisson d'orties et de ronces, et remporta ainsi, par la douleur, une victoire définitive sur la volupté. Gratifié par Dieu de l'impassibilité de la chair, il pouvait à bon droit devenir dès lors maître de vertu pour les autres, comme un homme mûr.


corbeaux-02.gif


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 27 Mars 2008

6-Reliquie_der_Sandalen_v.Jesus-k.jpg

Les Sandales du Christ comptent parmi les reliques les plus importantes du Moyen Âge.

La relique apparaît au moment du sacre de Pépin le Bref par le pape Étienne II et de la fondation des États pontificaux (donation de Pépin).

Pépin va ramener les sandales dans son royaume et en fait don, ainsi qu'une vaste propriété foncière, à l'abbaye de Prüm, dans l'Eifel, créée trente ans auparavant. Cette abbaye devint une des plus importante de l'Empire carolingien et son église prit le nom de Saint-Sauveur.

Pour rivaliser avec l'abbaye de Prüm, il fallait posséder une relique prestigieuse. Au XIIe siècle, c'est ce que fit Trèves en exposant une Sainte Tunique, d'origine cependant très douteuse, mais plus spectaculaire aux yeux des fidèles.

La lutte de suprématie dura cinq siècles. En 1524 eut lieu la première procession de pèlerinage vers la Sainte Tunique de Trèves. En 1574, Prüm perdit son indépendance vis-à-vis de l'ancienne capitale romaine.

Les Sandales du Christ - ou plus précisément Partikel der Sandalen (fragments des sandales) - font toujours l'objet d'une vénération religieuse dans la basilique de Prüm.

wikipedia



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Mars 2008

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Mars 2008



popeimage002.jpg


"
L'âme de l'homme est par elle-même immortelle depuis la création - qu'est-ce le Christ a donc apporté de nouveau? Oui, l'âme est immortelle, parce que l'homme demeure de manière singulière dans la mémoire et dans l'amour de Dieu, même après sa chute. Mais sa force ne lui suffit pas pour s'élever vers Dieu. Nous n'avons pas d'ailes qui pourraient nous porter jusqu'à une telle hauteur. Et pourtant rien d'autre ne peut combler l'homme éternellement si ce n'est être avec Dieu. Une éternité sans cette union avec Dieu serait une condamnation. L'homme ne réussit pas à atteindre les hauteurs, mais il aspire à monter: "Du ventre des enfers, j'appelle..." Seul le Christ ressuscité peut nous mener jusqu'à l'union avec Dieu, jusqu'à ce point où, par nos forces, nous ne pouvons parvenir. Lui prend vraiment la brebis perdue sur ses épaules et il la ramène à la maison. Nous vivons accrochés à son Corps, et, en communion avec son Corps, nous allons jusqu'au cœur de Dieu. Ainsi seulement la mort est vaincue, nous sommes libres et notre vie est espérance.

Telle est la joie de la Vigile pascale: nous sommes libres. Par la résurrection de Jésus, l'amour s'est manifesté plus fort que la mort, plus fort que le mal. L'amour l'a fait descendre et il est en même temps la force par laquelle il est monté; la force par laquelle il nous porte avec lui.

Unis à son amour, portés sur les ailes de son amour, comme des personnes qui aiment, nous descendons avec lui dans les ténèbres du monde, en sachant que nous montons aussi avec lui.

Prions donc en cette nuit:

Seigneur, montre aujourd'hui encore que l'amour est plus fort que la haine; qu'il est plus fort que la mort. Descends aussi dans les nuits et dans les enfers de notre temps et prends par la main ceux qui attendent. Conduis-les à la lumière! Sois aussi avec moi dans mes nuits obscures et conduis-moi au-dehors! Aide-moi, aide-nous à descendre avec toi dans l'obscurité de ceux qui sont dans l'attente, qui crient des profondeurs vers toi! Aide-nous à les conduire à ta lumière! Aide-nous à parvenir au "oui" de l'amour, qui nous fait descendre et qui, précisément ainsi, nous fait monter également avec toi! Amen. "




Benoit XVI messe de la nuit pascale. (sublime..)

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 26 Mars 2008

RepentantMagdaleneGuido.jpg

"Laissons-nous illuminer par la lumière éclatante de ce Jour solennel ."

Benoit XVI

"les yeux ouverts à la lumière divine..."

prologue de la ste Règle.

Mes frères, en lisant attentivement les saintes Ecritures, vous avez appris à connaître cette femme du nom de Marie-Madeleine. Comme quelques-uns pourraient encore être dans l'ignorance sur ce point, rappelons que Madeleine est cette femme que le Seigneur a délivrée de sept démons, et à laquelle beaucoup de péchés furent pardonnés , parce qu'elle avait beaucoup aimé. Que l'Eglise coure donc, qu'elle coure à la Pierre. « Or, la Pierre était le Christ ». Ne craignez pas de comparer à l'Eglise Marie-Madeleine, qui, délivrée des esprits immondes, doit s'empresser la première d'accourir au tombeau du Seigneur.

 « Elle s'adressa donc à Pierre et à l'autre disciple que Jésus aimait, et leur raconta les a faits en ces termes: Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau, et nous ne savons où ils l'ont placé. Les Apôtres accoururent et, étant entrés dans le tombeau, ils virent les linceuls qui y avaient été laissés ». Mais ils ne purent voir les anges, parce que les ténèbres de la crainte refoulaient encore dans ces Apôtres la lumière de la foi. Ils regardèrent et retournèrent à Jérusalem; quant à Madeleine, elle ne retourna pas, mais elle se tenait en pleurant à l'entrée du sépulcre, et parce que Dieu ne refuse jamais rien à ceux qui le cherchent, « elle s'inclina en pleurant vers le tombeau, et elle vit deux anges vêtus de blanc et assis l'un à la tête et l'autre au pied du sépulcre dans lequel Jésus avait été déposé.

Les anges lui disent: Femme, pourquoi pleurez-vous? ou qui cherchez-vous  ? » Madeleine répondit : Je cherche mon Maître, mon Sauveur; il m'a beaucoup gratifiée, car il m'a délivrée de sept esprits impurs. Malheureuse esclave, j'étais conduite où je ne voulais pas, mais à l'arrivée du Sauveur les chaînes de mes péchés furent rompues et je méritai de suivre Celui que je ne méritais pas.  Maintenant ils ont enlevé mon Seigneur, et  je ne sais où ils l'ont placé ». O femme, les Apôtres n'ont pu voir les anges, parce qu'ils ont douté; vous les avez vus parce que vous avez cru. Mais à votre tour vous avez commencé à douter. Et, qui donc pouvait enlever le Seigneur, s'il n'avait voulu ressusciter le troisième jour, comme il l'avait promis?

 « S'étant retournée, elle vit le Seigneur debout ».
Voilà, mes frères, ce que peuvent l'amour de Dieu et la foi; Dieu se laisse vaincre par les larmes et par l'humilité. Si Madeleine ne s'était pas inclinée en pleurant, elle, n'aurait pas vu les anges; si elle ne s'était pas retournée, elle n'aurait pas mérité de voir le Seigneur. « Jésus lui dit : Marie, pourquoi pleurez-vous? qui cherchez-vous (2)? » Madeleine, ouvrant les yeux, le reconnut et s'écria : Seigneur, vous êtes mon Roi et mon Dieu. Abstenez-vous de me toucher, lui dit Jésus, car je ne suis pas encore monté à mon Père. Madeleine reprit : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Vous vous montrez à moi, que me reste-il à désirer?

st Augustin.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 26 Mars 2008

h17111_a-copie-1.jpg

"Consolidez ce qui est ébranlé; et qu'une nouvelle Europe, une Europe catholique, s'élève bientôt à la place de celle que l'hérésie et toutes les fausses doctrines nous ont  faite.... "

Nous vous saluons avec amour, ô Benoît, vase d'élection, palmier du désert, homme angélique ! Quel mortel a été choisi pour opérer sur la terre plus de merveilles que vous n'en avez accompli? Le Christ vous a couronné comme l'un de ses principaux coopérateurs dans l'œuvre du salut et de la sanctification des hommes. Qui pourrait compter les millions d'âmes qui vous doivent la béatitude éternelle, soit que votre Règle immortelle les ait sanctifiées dans le cloître, soit que le zèle de vos fils ait été pour elles le moyen de connaître et de servir le grand Dieu qui vous a élu ? Autour de vous, dans le séjour de la gloire, un nombre immense de bienheureux se reconnaît redevable à vous, après Dieu, de la félicité éternelle; sur la terre, des nations entières professent la vraie foi, parce qu'elles ont été évangélisées par vos disciples.

O Père de tant de peuples, abaissez vos regards sur votre héritage, et bénissez encore cette Europe ingrate qui vous doit tout, et qui a presque oublié votre nom. La lumière que vos enfants lui apportèrent a pâli; la chaleur par laquelle ils vivifièrent les sociétés qu'ils fondèrent et civilisèrent par la Croix, s'est refroidie; les ronces ont couvert en grande partie le sol dans lequel ils jetèrent la semence du salut : venez au secours de votre œuvre ; et, par vos prières, retenez la vie qui menace de s'éteindre. Consolidez ce qui est ébranlé; et qu'une nouvelle Europe, une Europe catholique, s'élève bientôt à la place de celle que l'hérésie et toutes les fausses doctrines nous ont  faite....

Soutenez la sainte Eglise par votre intercession puissante, ô Benoît!

 Père de tant de Pasteurs des peuples, obtenez-nous des Evêques semblables à ceux que votre Règle a formés. Père de tant d'Apôtres, demandez pour les pays infidèles des envoyés évangéliques qui triomphent par le sang et par la parole, comme ceux qui sortirent de vos cloîtres. Père de tant de Docteurs, priez, afin que la science des saintes lettres renaisse pour le secours de l'Eglise et pour la confusion de l'erreur.

Père de tant d'Ascètes sublimes, réchauffez le zèle de la perfection chrétienne, qui languit au sein de nos chrétientés modernes. Patriarche de la Religion dans l'Occident, vivifiez tous les Ordres Religieux que l'Esprit-Saint a donnés successivement à l'Eglise; tous vous regardent avec respect comme un ancêtre vénérable ; répandez sur eux tous l'influence de votre paternelle charité.

Enfin, ô Benoît, ami de Dieu, priez pour les fidèles du Christ, ..

 Elevez leur courage par vos exemples et par vos préceptes; qu'ils apprennent de vous à dompter la chair, à la soumettre à l'esprit; qu'ils recherchent comme vous la retraite, pour y méditer les années éternelles ; qu'ils détachent leur cœur et leurs pensées des joies fugitives du monde.

La piété catholique vous invoque comme l'un des patrons et des modèles du chrétien mourant ; elle se souvient du spectacle sublime qu'offrit votre trépas, lorsque debout au pied de l'autel, soutenu sur les bras de vos disciples, touchant à peine la terre de vos pieds, vous rendîtes votre âme à son Créateur, dans la soumission et la confiance ; obtenez-nous, ô Benoît, une mort courageuse et tranquille comme la vôtre. Ecartez de nous, à ce moment suprême, toutes les embûches de l'ennemi ; visitez-nous par votre présence, et ne nous quittez pas que nous n'ayons exhalé notre âme dans le sein du Dieu qui vous a couronné.

dom Guéranger.




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0