Publié le 4 Mai 2008




"Faites que nous apportions toujours à vous suivre une volonté fidèle et que nous nous attachions à votre service avec un coeur sincère. "

intention de prières à la messe:
Nicolas, Yves   et Eric.
action de grâces:  pour tout cela, énorme.




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 3 Mai 2008


"ah la retraite! Nous y pensons tous les jours.. A chacun de nos mérites, nous gagnons un point dans l'éternité!  Donc nous avons à essayer de durer le plus de temps possible pour mériter davantage; à chaque faute on nous enlève un point..
mais avec des regrets,  et la pénitence, on retrouve notre quota de points. Génial.
"l'amour fait disparaître une multitude de péchés..."
 ... profitons donc du temps présent!
le temps passe.. Il n'y a pas de problèmes de sécu au paradis!"


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 3 Mai 2008



  Ce n'est pas sans raison que l'Eglise, attribuant indistinctement les livres sapientiaux au Fils de Dieu et à sa Mère Immaculée, met sur les lèvres de celle-ci ces nobles affirmations: "
Je suis la mère de la dilection et de la crainte, et de la connaissance et de la sainte espérance. En moi se trouve la grâce de toute voie et vérité; en moi tout espoir de vie et de force. (Eccl. XXIV, 21, 25)

  Elle est la mère de ces biens; donc elle peut les communiquer à ses enfants, auxquels elle dit encore: "Qui me trouve, trouve la vie, et il obtiendra le salut du Seigneur."
  Elle est comme une sorte de sacrement qui nous communique la vie et les biens surnaturels.

   Ce qui est vrai pour tout paraît avoir une réalité supérieure pour les âmes qui progressent dans la vie spirituelle. S'il faut en croire le Cantique sacré:
"Je l'ai saisi, je ne le lâcherai pas, jusqu'à ce que je l'aie introduit dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui m'a donné le jour. (Cant. III,4) l'âme qui commence à prendre conscience de la présence du Seigneur en elle sent plus qu'une autre le besoin d'être gardée par la Mère de Dieu, abritée, protégée, et soutenue par elle dans ces voies où elle aspire à devenir non seulement l'épouse du Fils de Dieu, mais encore à croître jusqu'à la révélation d'une commune origine, où elle sera proclamée sa soeur; aussi répète-t-elle une fois encore:" Je t'amènerai, je t'introduirai dans la maison de ma mère, tu m'enseigneras, et je te ferai boire du vin aromatisé, le jus de mes grenades. (Ibid VIII,2)

C'est sous les yeux de Marie que l'épouse, glorieusement adoptée par cette Mère bénie, recevra le plus fructueux enseignement et, divinement instruite, apprendra à aiimer le Seigneur d'une charité parfaite.

  N'est-ce pas Notre-Dame qui possède le secret des mystères de l'incarnation et de la Rédemption?

C'est elle qui peut nous les révéler et, en nous les manifestant, nous témoigner de quel amour nous avons été aimés de toute éternité, afin de faire jaillir la source par laquelle nous rendrons à Dieu un véritabe amour.

mère Cécile Bruyère.
mass extraordinairement belle.. 12,15h
at the collège.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Mai 2008



La vie chrétienne est donc l'habitation personnelle de Dieu avec l'âme qui s'ouvre pour lui donner l'hospitalité. Cela se réalise par la puissance qui fait les enfants de Dieu, dont parle l'évangile de saint Jean (I, 12). Nous avons tout cela si, par la miséricorde divine, nous sommes en état de grâce. Dieu siège dans le fond de nous-mêmes. Quand nous désirons sa présence, c'est là qu'il nous faut chercher l'hôte intérieur, l'ami avec lequel nous pouvons mener, dans une certaine familiarité, une vie intime, béatifiante pour ceux qui comprennent ces choses.

L'âme dans cet état est une sorte de semence de l'éternité. Dans la semence, il y a tout ce qui fera la plante; il suffira qu'elle soit nourrie par l'humidité, par le soleil, pour que tout se déploie; mais cela ne changera pas sa nature. Notre âme avec sa capacité de saisir Dieu, et Dieu, germe fécondant, se trouvant à l'intérieur de l'âme, c'est la semence du ciel, de la béatitude; au fond, le ciel et l'âme du juste, c'est la même chose; tout est préparé en celle-ci, mais ce n'est pas l'époque de la moisson. Ce don est fait dès le baptême: dans le petit enfant baptisé, il y a Dieu substantiellement présent, et par la grâce sanctifiante; il y a la capacité de s'emparer de Dieu.

Quand nous toucherons notre vie éternelle, il n'y aura pas à regarder à l'est ni au couchant; elle jaillira des profondeurs de l'âme sanctifiée par la grâce, elle sera la révélation de ce que nous étions: «Ce que nous serons n'a pas encore apparu», dit saint Paul, mais déjà cela est. Dans le fond de nos âmes, il y a tout ce qui fera notre béatitude. Dieu y est substantiellement présent. Le Père est là, le Fils est là, le Saint-Esprit est là; et là, le Père engendre son Verbe, le Verbe, expression parfaite du Père, reflète le Père; et tous deux s'aiment infiniment, et de cet amour procède le Saint-Esprit. Vie d'intimité du Parfait avec lui-même, dans la connaissance et l'amour, L'âme chrétienne est, par la foi, le témoin de ce spectacle si extraordinaire qui se passe en elle et qui la met dans un état d'adoration.

Dieu est là, mais nous avons cependant encore une route à parcourir. D'un côté, nous sommes au terme puisque nous avons Dieu; mais d'un autre côté, nous ne l'avons pas pour le posséder toujours, et nous ne jouissons pas du spectacle visible de sa perfection et de sa gloire: nous devons gagner notre éternité définitive par les actes de la vie chrétienne. Le petit enfant qui meurt après son baptême est transporté au lieu de la divine vision; pour nous, nous avons à faire fructifier les dons que Dieu nous a faits. Nous avons vu sa mise, il faut maintenant nos efforts. La route qui nous sépare de l'éternité est longue, difficile, semée d'obstacles; et puis, il y a divers degrés, on peut y parvenir plus ou moins vite et plus ou moins parfaitement, obtenir une vue plus ou moins complète de ce spectacle, une possession plus ou moins grande de ce bien infini.

père Gardeil.
méditations pour le temps de la Pentecôte.

le saint Esprit dans la vie chrétienne.




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Mai 2008


st Philippe
forme extraordinaire: le 11 Mai.
ordinaire: le 3 Mai


st Philippe, priez pour nous.

Réfléchissant les feux de celui qui est la grande lumière, tu as resplendi, ô Philippe, comme un astre de la plus grande beauté. Tu cherchais le Père des lumières dans son propre Fils, et tu l'y as rencontré. C'est en effet dans la lumière que l'on trouve la lumière, et le Fils est la forme de la substance du Père; il nous révèle que le Père est son archétype. Demande-lui, ô Apôtre, qu'ils soient sauvés, ceux qui ont été marqués de son sang divin.


O prodige admirable l'Apôtre Philippe, envoyé de Dieu comme un agneau au milieu des loups, se promène sans crainte parmi ces animaux meurtriers; par la foi il en a fait des agneaux, il a transformé divinement le monde. O œuvre de la foi ! ô puissance admirable !


Toi qui seul es miséricordieux, laisse-toi fléchir par ses prières, et daigne sauver nos âmes.


O prodige admirable ! l'Apôtre Philippe a paru dans le monde comme un puits d'eaux vives où l'on puise la sagesse ; de ce puits dérivaient les enseignements sacrés ; dans ses ruisseaux nous avons bu une eau miraculeuse. Ouvrier divin, que de merveilles tu as opérées ! Aussi vénérons-nous ta mémoire avec foi.


Tu as abandonné tout ce qui est de la terre, afin de suivre le Christ; l'Esprit Saint t'a rempli de ses ins pirations, ô Philippe ! Il t'a envoyé vers les nations perdues, pour amener les hommes à la lumière de la connaissance divine. Le combat que tu désirais avec ardeur, tu l'as rencontré dans les supplices divers auxquels tu as été soumis, et tu as rendu ton âme à Dieu : demande-lui , ô bienheureux, qu'il daigne nous accorder sa grande miséricorde.


Mettant en fuite les démons, apparaissant comme un astre aux veux de ceux qui étaient plonges élans les ténèbres, tu leur as montré le Soleil éblouissant qui est sorti de la Vierge, tu as renverse les temples des idoles, et rassemble les Eglises pour la gloire de notre Dieu; c'est pourquoi nous te vénérons, et célébrant avec transport ta divine mémoire, nous crions vers toi d'une voix unanime : Apôtre Philippe, prie le Christ Dieu de nous accorder la rémission de nos péchés, à nous qui célébrons avec ardeur ta sainte mémoire.


Tu as paru aux hommes sur la terre comme une nuée spirituelle, contenant une pluie abondante destinée à arroser mystiquement les sillons de nos âmes. Ta parole a lait le tour du monde, et ta rosée est tombée sur lui comme un parfum qui l'embaume. Tu as souffle dans les cœurs des infidèles la divine senteur du Saint-Esprit, et tu as répandu en eux les trésors célestes. Apôtre Philippe, prie le Christ Dieu de nous accorder la rémission de nos péchés, à nous qui célébrons avec transport ta sainte mémoire.

 

dom Guéranger.



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 30 Avril 2008

+

"Que la Vierge Immaculée nous apporte une grâce de pureté."




Quand je dis pureté,  je ne pense pas seulement à la chasteté, cette merveille de la grâce, obligation et trésor des moines.

Quand je dis pureté, je ne pense pas seulement à quelque chose de négatif: absence d'impureté, de péchés, de vices.

Quand je dis pureté, je n'envisage pas seulement, si je puis dire l'aspect moral de la pureté, mais son aspect métaphysique.

Dieu est Acte pur parce que son Etre n'est limité par rien.

Et la pureté que je désire pour nous c'est une plénitude d'être et de vie surnaturelle.

Et je demande en particulier une double pureté: celle de la foi et de la charité.

Que Notre-Dame, je l'en supplie, en ces jours où se manifestent tant d'hérésies, garde notre foi à l'abri de toute erreur. Que notre foi soit sans mélange d'erreur, qu'elle soit intégrale, qu'elle soit pleine et nous porte à un désir ardent du ciel. Que l'esprit de foi habite nos âmes et nous dirige en tout, qu'il s'épanouisse en contemplation.

Que notre charité non seulement éloigne bien loin de notre famille toute malveillance, toute mésentante, toute malfaisance, bien sûr. Mais aussi qu'elle nous porte à nous aimer affectivement et effectivement les uns et les autres comme le Seigneur nous a aimés, puisque c'est son commandement, son commandement nouveau.

Que cette charité pure inspire une prière pure, la prière pure et continuelle dont parle Cassien, prière qui culmine dans la liturgie. Et nous savons qu'il n'y a qu'une liturgie au ciel et sur la terre.

Que la Sainte Vierge nous garde et nous fasse grandir dans une pureté totale pour la gloire de Dieu."



dom Jean Roy
ancien père Abbé de Fontgombault.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 30 Avril 2008




" Regardez Marie, belle comme la lune, pulchra ut luna. C'est là une manière d'exprimer sa beauté subllime. Comme la Vierge doit être belle! Combien de fois avons-nous été frappés par la beauté d'un visage angélique, par l'enchantement d'un sourire d'enfant, par le charme d'un regard pur! Et certainement dans le visage de sa propre Mère, Dieu a réuni toutes les splendeurs de son art divin.  Le regard de Marie! le sourire de Marie! la douceur de Marie! la majesté de Marie, Reine du ciel et de la terre! Comme resplendit la lune dans le ciel obscur, de même la beauté de Marie se distinge de toutes les beautés qui paraissent des ombres à côté d'elle. Marie est la plus belle de toutes les créatures.

Vous savez combien une beauté humaine, qui est comme l'ombre d'une fleur, ravit et exalte facilement un coeur aimable: que ne ferait-il pas devant la beauté de Marie, s'il pouvait la contempler dévoilée face à face?

 C'est ainsi que Dante Alighéri vit au Paradis, au milieu "de plus de mille anges en fête", s'épanouir une beauté qui était une joie dans les yeux des autres saints": Marie! Mais pourtant sur ce visage ne se révèle pas la beauté surnaturelle. Dans son âme, Dieu a déversé la plénitude de ses richesses par un miracle de sa toute-puissance et alors Il a fait passer dans le regard de Marie quelque chose de sa dignité surhumaine et divine. Un rayon de la beauté de Dieu resplendit dans les yeux de sa Mère. Ne pensez-vous pas que le visage de Jésus, ce visage que les anges adorent, devait reproduire en quelque manière les traits du visage de Marie? C'est ainsi que le visage de tout fils reflète les yeux de sa mère. Pulchra et luna. Heureux qui peut vous voir, Mère du Seigneur, qui peut s'extasier devant vous; puissions-nous ô Marie, demeurer avec vous dans votre maison, pour vous servir toujours."





Pie XII 8 dec.1953

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 30 Avril 2008



"Et maintenant, quelle gloire pour lui de monter au ciel et de siéger à la droite de son Père ! Si nous ne le voyons pas de nos yeux, nous ne l'avons pas vu non plus suspendu à la croix. C'est la foi qui nous rend certains de tout cela, c'est avec les yeux du coeur que nous le contemplons.

En effet, mes frères, vous l'avez appris, Notre-Seigneur Jésus-Christ est monté au ciel en ce jour : que notre coeur y monte avec lui, Ecoutons l'Apôtre : « Si vous êtes ressuscités avec le Christ, dit-il, cherchez les choses d'en haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu; goûtez les choses d'en haut et non les choses de la, terre ». De même qu'il est monté au ciel sans nous quitter, ainsi l'y accompagnons-nous avant même que se réalisent les promesses faites à notre corps. Il est, lui, élevé au-dessus des cieux; et s'il a dit: « Nul ne monte au ciel que Celui qui en est descendu, le Fils de l'homme qui est au ciel »; ce n'est pas pour nous une raison de n'espérer point habiter, avec les anges, leur magnifique et céleste demeure.

Ces paroles sont destinées à rappeler l'unité qui fait de lui notre Chef et de nous son corps. S'il monte au ciel, ce n'est pas pour se séparer de nous; car il en est descendu et il n'a garde de nous l'envier. Au contraire, il semble nous crier: Soyez mes membres, si vous voulez monter ici. Pour y arriver, déployons donc toute notre vigueur, aspirons-y de tous nos voeux. Songeons sur la terre qu'on compte sur nous dans le ciel.

C'est alors que nous dépouillerons cette chair mortelle, dépouillons le vieil homme dès aujourd'hui. Le corps s'élèvera facilement au plus haut des cieux, pourvu que l'esprit ne soit pas accablé sous le fardeau de ses iniquités."


 

st Augustin.




mass: 6,15h 
(forme extraordinairement belle... ).

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 29 Avril 2008



photos du légionnaire Jean-Louis.















Le sacrifice au service d'un idéal doit rester dans la vocation de l'homme moderne. c'est pourquoi nos légionnaires, victimes du devoir depuis les débuts, sont aujourd'hui pour nous l'occasion de méditer sur le prix d'une parole donnée à la patrie.
Ceux qui ont eu l'insigne honneur de commander des légionnaires, de se battre avec eux, de bénéficier de leurs secours, savent qu'un légionnaire est d'abord un homme qui ne ment pas à l'épreuve du feu, qui tient sa parole au risque de sa vie.
Peu importe que le légionnaire soit germain, slave, latin ou océanien, il a signé un contrat d'honneur et de fidélité au service de la France : il est français " par le sang versé ".
 
Prière:

« Seigneur, peu importe nos noms... nous sommes des étrangers, tantôt allemands, belges, suisses ou canadiens, yougoslaves, chiliens, polonais ou espagnols, nous avons choisi l'honneur, la fidélité, car dans l'exemple sanctifié par nos anciens, nous puisons notre fierté d'hommes dignes de parole...

Seigneur, peu importe nos noms... nous sommes des légionnaires respectueux de Camerone et de Bir-Hakeim, de Dien-Bien-Phu, d'Algérie ou de Kolwesi. Nous avons choisi de mourir avec nos frères, comme Amilakwari le fit à el Alamein : pour la France aimée devenue notre patrie.

Seigneur, peu importe leurs noms... ils étaient 62 : face à une armée ils se couvrirent de gloire... la Légion y gagna son renom : Camerone !... Ils avaient choisi d'honorer leur serment en preux, de transformer l'apparente défaite en victoire. Car le légionnaire ne demande rien : il se donne...

Seigneur, peu importe nos noms... nous sommes parfois oubliés, tantôt maudits ou injuriés par des écrits, tantôt admirés, applaudis, couverts de fleurs... Nous avons choisi d'être des soldats de métier, comme ceux de Camerone, prêts a faire don de notre vie, car partout notre sang coule avec honneur et fidélité.

Seigneur, peu importe nos noms... Nous avons foi en toi, Dieu de lumière, de bonté, de compréhension, car la Légion est avant tout troupe de foi et chaque képi blanc qui tombe au combat sait que de ses péchés tu lui feras miséricorde et que dans ton royaume une place sera sienne. »

Jean-Yves pour le petit Placide.
merci beaucoup.
bon anniversaire.




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Avril 2008























pour le Petit Placide....


thanks father Pilon. !








Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0