Publié le 2 Juillet 2019

 

 

Bonnes et saintes vacances ! à bientôt mr. le Curé !

 

Alexandre-Marie Robineau,  natif de Vendée, a été ordonné prêtre pour le diocèse de Luçon le 29 juin 2014 en la basilique de Saint-Laurent-sur-Sèvres, par mgr Castet.

Alexandre et le Puy du fou ...

« Je suis originaire du bocage vendéen, mon père était agriculteur près des Herbiers. Mes grands-parents, mes parents, mes sœurs : toute la famille habite le même village ! Elle est bien ancrée dans la vie locale. C’est là que je suis allé à l’école, que j’ai joué au foot et fait du théâtre. Je revois facilement aujourd’hui dans ma paroisse des connaissances du collège et du lycée, des cousins éloignés. À 18 ans, un copain m’a entraîné dans l’aventure au Puy du fou. Par amour de l’Histoire et de la Vendée, je participe bénévolement depuis 20 ans comme simple acteur au grand spectacle de la Cinescénie. J’ai également été saisonnier pour le parc. Je connais bien les Puyfotois ! Il règne un bel esprit de famille. Présent l’été, toujours comme bénévole et aujourd’hui comme prêtre je bénéficie de cette proximité et de cette confiance. Les discussions sont très riches, je peux annoncer le Christ et recevoir des demandes de confessions. Il ne s’agit pas d’attendre les foules dans nos églises mais de les rejoindre là où elles sont. »

Ombres et lumière

« Lycéen, j’ai mis la foi de côté. L’Église me semblait ringarde. J’étais impliqué au foot et au théâtre. Mais j’étais traversé par des questions existentielles presque violentes, je ressentais une solitude profonde. J’avais néanmoins ce grand désir de donner sens à ma vie et je rêvais de changer le monde. J’ai fait des études de droit à l’ICES (Institut catholique de Vendée).

Là, des évènements douloureux, des décès de proches m’ont chamboulé. Puis j’ai poursuivi des études d’Histoire à la Catho d’Angers. J’avais de bons résultats, des amis, un cadre de vie agréable. Mais un vide intérieur très profond était toujours présent. Je cherchais encore des réponses. En 2003, un ami, qui est également devenu prêtre m’a proposé de faire une retraite au Foyer de Charité de Tressaint. Elle était prêchée par le P. Hervé Gosselin, aujourd’hui évêque d’Angoulême. J’ai été bouleversé ! Je peux dire qu’il y a eu un avant et un après. Je me suis senti appelé de manière très forte à donner ma vie comme prêtre  à la suite du Christ. »

la suite ...

 

avec l'assurance de mon affection et de mes prières, (il aura besoin de soutien, je crois , merci à Mgr Jacolin!

Philippe .

priez pour moi !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Juillet 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 1 Juillet 2019

 

 para la mama de Alexandro !!!!  me voy !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 1 Juillet 2019

 

Splendide ! bravo !

 

Comment est née votre passion pour la musique ?

Mes parents voulaient nous donner, à moi et à mes frères, une éducation musicale dès notre plus jeune âge. J'avais 6 ans quand ils m'ont emmené dans un institut de ma ville qui offrait des journées portes ouvertes. Dans l'institut il y avait plusieurs salles, dans chaque salle un instrument. Je suis entré dans la première pièce et j'y ai trouvé la harpe. J'en ai choisi une, assez petite et adaptée à mes besoins, et j'ai immédiatement commencé à glisser mes doigts sur les cordes. C'est ainsi que mon aventure musicale avec la harpe a commencé.

Tu n'as pas changé d'avis ?

En fait, après ma première année d'études, j'étais curieux d'essayer d'autres instruments, mais mon professeur de l'époque m'a détourné et m'a dit que j'avais d'excellents résultats avec la harpe, alors elle m'a conseillé de continuer. Ce sont des années dans lesquelles vous ne pouvez pas encore avoir la conscience d'un choix final. À l'âge de 11 ans, il y a eu un moment important où j'ai senti que jouer de la harpe était ce que je voulais faire. Quand je jouais de la harpe, j'étais capable de donner le meilleur de moi-même et je me sentais emporté par ce flot de notes. Je comprendrais après qu'un talent se soit manifesté et que j'ai pu l'exprimer.

Aujourd'hui, alors que vous n'avez que 22 ans, vous avez déjà vécu des expériences artistiques dans de nombreux théâtres à travers le monde. Ne ressentez-vous pas le poids d'une carrière qui a explosé si tôt ?

Si l'artiste veut bien vivre son expérience, il doit posséder une vertu : l'humilité. Vivre avec humilité vous empêche de vous enfermer dans votre propre ego et de vous exalter. Être humble, sachant que même si vous avez découvert votre talent, vous vous mettez au service de celui-ci pour essayer de donner aux autres l'harmonie, la beauté, sachant qu'il y a toujours à apprendre et à mieux. Et continuez à étudier et à perfectionner vos compétences.

Quelle est votre expérience intérieure lors d'un concert ?

Question très difficile. On ne peut pas toujours dire ce qu'on vit quand on joue. On dit que la musique commence là où les mots se terminent. Un de mes professeurs m'a toujours dit : quand tu joues, imagine une histoire... J'ai essayé mais ça n'a pas marché... Je n'avais pas besoin d'une histoire ; c'est le flux de la musique qui m'a submergé et j'étais heureux d'être submergé par cette rivière de notes.

Quelle est votre relation avec votre public lorsque vous jouez ?

Le succès d'un concert dépend beaucoup du public. Si l'on ne crée pas une sorte de réciprocité entre l'artiste et le public, le concert ne touche pas les cœurs, il fait froid. De même que l'expérience que vous avez si vous jouez pour quelques personnes ou si vous avez un millier de personnes devant vous est très différente.  Dans le premier cas, c'est quelque chose de très personnel, il faut donc une relation étroite avec les personnes qui sont à côté de vous, presque une communication directe.

Avec un millier de personnes, vous êtes appelés à créer une sorte d'unité entre ces personnes, et la musique peut le faire. Vous êtes parmi mille mais vous vous sentez unis aux autres....

(trop beau! je croyais qu'avec la religion ça se pouvait aussi , j'ai dû me planter !! ! ) 

Une atmosphère particulière est créée et vous qui sonne ressentez la réponse du public et cette réponse est pour vous le sang vital qui vous stimule à donner encore plus.

Du point de vue artistique, que signifie se donner soi-même ?

C'est jouer non pas pour sa propre gloire, non pas pour dire que vous voyez comme je suis bon, mais pour donner de la joie au public qui essaie d'être à la hauteur, qui essaie de donner le meilleur de soi, de son intériorité à ce moment précis.

"et fac bonum!"

nb .: ça change de la pravda ! de la vertu ! très bénédictin.. donner aux autres l'harmonie , la beauté , être humble. donner de la joie aux autres , c'est sûrement  pas tradiste  !


 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 1 Juillet 2019

 

sincères condoléances

abbé Bruno Le Pivain .

Abbé Bruno Le Pivain (1963-2019),

curé de la cathédrale d'Angers de 2009 à 2017

in memoriam

Dom Yves Chauveau

prieur

abbaye Nd de Fontgombault .

2 Juillet 2015

en la fête de la

Visitation de la Ste Vierge.

+

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 1 Juillet 2019

 

Merci à Xa pour sa bienveillance. On reconnait ses amis. on a encore quelques principes, heureusement de respect de l'autre, allez va, on est bien seul, ça on le sait depuis longtemps, surtout quand on voit où ça va, quelle misère ! toujours les mêmes méthodes, pour éviter que justice soit rendue.

Malgré le court-circuit encore une fois trop injuste , 

nous avons enregistré plus de 1600 visites  .. 913 pour la seule journée d'hier.

bonne continuation en union de prières pour mr.  l'abbé Le Pivain.

le petit Placide.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 29 Juin 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 29 Juin 2019

 

 

Chers Amis,

L’abbaye est actuellement citée dans les médias comme le lieu où durant deux ans, M. Jean- Claude Romand doit résider.

Une question se pose face à l’accueil dans nos murs d’un homme au passé si chargé : « pourquoi ? » Pourquoi avoir accepté de nous mettre ainsi sous les feux de la presse, avec les nombreux inconvénients que cela comporte pour notre vie de prière et de silence ? Dans quel but ? La réponse à ces questions, tout à fait légitimes, est finalement très simple : l’Évangile. Souvenons- nous du regard du Christ sur le bon larron et sur Marie-Madeleine. Un mot résume ce que l’enseignement du pape Francois ne cesse de rappeler : miséricorde.

Dans cette affaire douloureuse et tragique, il y a avant tout une famille qui vit une terrible épreuve. Plusieurs de ses membres sont aujourd’hui auprès de Dieu, comme notre foi nous le laisse espérer. D’autres souffrent, séparés d’êtres chers.

M. Jean-Claude Romand, après 26 ans de détention, était en droit de demander une liberté conditionnelle qu’il revenait à la justice d’examiner. La justice a répondu positivement.

C’est dans ce cadre que l’abbaye, avec d’autres monastères (qui ont d’ailleurs tous répondu positivement à cette proposition), a été sollicitée par un aumônier de prison qui a accompagné Monsieur Romand durant vingt ans, et qui a suivi son cheminement religieux et sa conversion.

En voulant consoler ceux qui souffrent, et en tout premier lieu les victimes des maux de notre temps, tout en accompagnant ceux qui sont sur la voie d’une conversion, le monastère, lieu de la quête de Dieu, se retrouve au centre du drame qui déchire le cœur de tout homme : le désir du bien et la présence du mal.

En ouvrant les portes de la clôture à M. Romand, nous voulons, tout en faisant nôtres les buts poursuivis par la justice, lui donner de se placer devant Dieu, son ultime juge à la porte de l’éternité. Ce moment, M. Romand doit aussi le préparer. Saint Benoît demande à ses moines d’ « honorer tous les hommes » ( Règle de saint Benoît, ch. 4, 8e instrument des bonnes œuvres) : c’est ce que nous désirons faire en offrant cet accueil conforme à l’enseignement de l’Évangile.

Nous n’oublions pas la famille si éprouvée de l’épouse de M. Romand, et nous demandons à Dieu dans la prière d’apaiser la souffrance des cœurs, sachant que pour tous, seule l’éternité sera le lieu de toute consolation, dans la parfaite réconciliation au sein de la lumière de Dieu.

+ fr Jean Pateau, abbé, et les membres de son Conseil.

P.S. : Nous attirons votre attention sur le fait que le compte Facebook intitulé « Abbaye Notre-Dame de Fontgombault » n’est pas sous le contrôle de l’Abbaye.

Llamamos su atención sobre el hecho de que la cuenta de Facebook titulada "Abbaye Notre-Dame de Fontgombault" no está bajo el control de la Abadía.

We draw your attention to the fact that the Facebook account entitled "Abbaye Notre-Dame de Fontgombault" is not under the control of the Abbey.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 29 Juin 2019

 

"Les temps que nous vivons ne sont pas pires que les premières années de la vie de l’Église. C’est la foi qui nous manque, cette foi qui permet de déplacer les montagnes.

En considérant les deux colonnes de l’Église que nous fêtons aujourd’hui, nous voyons à l’œuvre une foi, une foi qui a déplacé des montagnes.

Que les saints apôtres Pierre et Paul intercèdent pour nous, pour les si nombreux prêtres ordonnés en ces jours, pour tous les prêtres, les évêques et le Pape, pour l’Église tout particulièrement dans la perspective du prochain synode. "

dom Jean Pateau, père abbé de Fontgombault.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 29 Juin 2019

 

 

fssp Vendée . 85

nb . les horaires d'été ne commencent que dimanche prochain.

 

+

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0