Publié le 15 Janvier 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 15 Janvier 2019

 

 

  happy new year 2019 very nice ... il n'y a que des belles choses sur ce blog ! non mais ! ah oui lui aussi connait le petit Placide ! les grands comme Vladimir, ils vous disent merci ! parce que ce sont des grands. " Thank you, happy New Year 👍

Ben voilà hier on était à Noël suédois, ça passe vite le temps , bientôt Pâques quoi. trop belle vidéo ! il est né juste après Noël ! 26 Décembre . 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 14 Janvier 2019

 

 

 

on a campé à Stockholm , mais il n'y a plus de chants de Noël, snif !  vivement Noël !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 14 Janvier 2019

 

    Si la nature divine du Verbe est partout, parce qu'il est Dieu, son humanité n'est pas partout.  En fait, Jésus , en tant qu'homme est présent seulement au ciel et au saint Sacrement.  Le localiser ailleurs, comme s'il y était physiquement , est un pur exercice d'imagination.

   Mais voici qui n'est pas de l'imagination: du haut du ciel, comme du fond de nos tabernacles, Jésus ne cesse de nous suivre du regard et d'agir sur nos âmes.

   Jésus comme homme nous connaît individuellement, il connaît tous nos actes, tous nos sentiments, toutes nos pensées.  Mais comment concevoir que l'intelligence humaine de Jésus puisse connaître tant de choses à la fois?

   Pour y parvenir rappelons-nous les conditions dans lesquelles se développe notre propre science humaine. Celle-ci devient de plus en plus parfaite à mesure que les notions accumulées se multiplient, et surtout à mesure que nous dominons mieux les ensembles d'idées. En quoi consiste, par exemple, le génie militaire d'un Foch, sinon à pouvoir maintenir dans le champ de son attention et de ses réflexions tous les problèmes, presque en nombre infini, que soulèvent les conditions d'une guerre moderne et à les résoudre par une idée directrice ? En quoi consiste, le génie philosophique de saint Thomas, sinon à réduire tous les problèmes philosophiques à quelques principes premiers qui en fournissent la solution? Et Dieu lui-même, qui connaît d'une connaissance parfaite et actuelle tout ce qui existe et qui pourrait exister , n'a qu'une Idée qui est son Verbe.

   Or précisément c'est de cette science divine réalisée dans une Idée unique que Dieu fait part à ses élus, au ciel. Ils connaissent les choses in Verbo, dans une représentation d'ordre divin qui équivaut en les clarifiant aux multiples conceptions de notre science humaine d'ici-bas.

   Et pour le dire en passant, c'est ainsi que les saints du ciel nous connaissent, nous et les prières que nous leur adressons; car rien ne manque à leur bonheur, ils savent donc tout ce qu'ils ont un intérêt quelconque à connaître, et quand nous nous adressons à eux et que nous implorons leur intercession, nous sommes sûrs qu'ils sont actuellement et réellement attentifs à nos prières ou à nos louanges: ils les connaissent in Verbo. Et comme ceci peut nous être utile pour nous "mettre en présence " des Saints , en présence de Marie , surtout!

   L'âme glorifiée de Jésus connaît de cette sorte, in Verbo, tout ce qu'elle désire connaître, tout ce qui se rapporte à elle, à son rôle de Rédempteur, de Roi de tout ce qui existe. Même quand nous le prions pas, Jésus suit du regard de son intelligence, qui nous voit in Verbo, toutes nos démarches, tous nos sentiments, tous nos actes libres, toute notre vie de piété.

   Habituons-nous à vivre sous ce regard divin, à y lire les sentiments de son Coeur: intuitus em, dilexit eum (Marc, X,21), à subir son influence pénétrante et assainissante: Conversus Dominus respexit Petrum (Luc, XXII, 61)

Rendons-nous bien compte de ceci: quand nous parlons à Jésus, il nous entend et nous comprend aussi parfaitement, que dis-je? beaucoup plus parfaitement qu'un ami à qui, par exemple, nous confierions de vive voix nos secrets les plus intimes au moyen d'un portable dont le bon fonctionnement et la discrétion nous seraient assurés.

Oui, c'est bien quelque chose d'analogue: Jésus par son humanité n'est pas localement tout proche de nous, mais de son âme à la nôtre la communication existe, assurée par la science infaillible de Dieu même .

un moine.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 13 Janvier 2019

 

 

 

très souvent la vilaine étoile, elle se cache, alors on voit plus grand chose ! quelle misère. toujours avancer dans le brouillard, même si c'est de saison.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 13 Janvier 2019

 

Ce samedi 12 janvier vers 8h40, dans un contexte opérationnel tendu depuis plusieurs semaines, les secours de la Brigade sont alertés pour une odeur de gaz ressentie dans les étages d’un immeuble d’habitation situé au 6, rue de Trévise dans le 9ème arrondissement de Paris.  paroisse st Eugène, ste Cécile. En union de prières pour les personnes sinistrées de la paroisse.

 

Environ 10 minutes après leur présentation sur les lieux, une très violente explosion suivie de feu survient, provoquant des dégradations très importantes sur l’ensemble des immeubles environnants. Nos deux camarades, le caporal-chef Simon CARTANNAZ et le sapeur de première classe Nathanaël JOSSELIN, sont gravement touchés. Evacués en arrêt cardio-respiratoire et malgré les soins rapides prodigués, ils n’ont malheureusement pas survécu à leurs blessures.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 11 Janvier 2019

 

 

 

 

 

Viens, viens, signe Noël! Baisse tes ailes blanches
sur le sang et l'alarme des combats,
sur tous les soupirs des bras humains,
sur les familles qui vont se reposer en paix,
pendant les jours des jeunes restent!


Viens, viens, signez Noël, baissez vos ailes blanches!

very nice! thank you very much! trop beau. quelle belle noblesse  , la classe !!!!

make us still dream! I'm coming! I'm missing a signed photo ! hu hu hu  sympa de prolonger Noël, nous les sapins, y a plus ! ' la crèche au pied du sapin , un bel autel, un sourire en final ..quel plaisir.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 11 Janvier 2019

  

   Après avoir béni par sa présence, pendant sa longue vie cachée, la famille chrétienne préfigurée en perfection à Nazareth, et proclamé   si haut l'indissolubilité du lien conjugal, comment Notre-Seigneur ne ferait-il pas tout le nécessaire pour affermir l'institution du mariage, destinée à accroître son Royaume? Soyons sans crainte. Rien de ce qui touche aux sources vives de l'humanité n'est étranger au Dieu fait homme. Par son sacrifice, il a tout renouvelé à la racine. De là , cette transformation étonnante que nous professons, sans toujours nous en rendre bien compte, en disant que le mariage est un sacrement. Dès qu'un chrétien est en cause, point de mariage légitime ni valide possible, qui ne soit, à la fois, le symbole sacré de l'union du Christ avec l'humanité rachetée, et (en vertu même de ce symbolisme) une source permanente de force. Or la grâce propre de ce sacrement consiste à repétrir l'amour humain, en y introduisant le ferment de la charité, pour le rendre capable des plus hautes réalisations.

   Le premier résultat de cette opération surnaturelle invisible sera une entière soumission à la volonté divine. Etant essentiellement accord de notre volonté avec la volonté de Dieu; la charité ne saurait, sur ce point, souffrir de concession, sans se renier elle-même. Son premier souci sera toujours de ne point offenser le bon Dieu , et de respecter les lois très bonnes et très sages qu'il nous a données, en disant  :" Si vous m'aimez, observez mes commandements. "

   Par le fait même, les époux chrétiens ramèneront l'idée qu'ils se font du mariage à la pensée et aux intentions de Dieu. Lorsqu'ils auront saisi que, en se donnant l'un à l'autre, ils reproduisent symboliquement l'union du Christ et de l'Eglise, ils comprendront sans peine que le mariage n'est pas une société capricieuse, fondée sur des charmes fragiles, dans laquelle toute licence serait permise. Il leur apparaîtra plutôt, suivant la gracieuse définition de saint François de Sales, comme la " pépinière du christianisme, qui remplit la terre de fidèles, pour accomplir au ciel le nombre des élus." Et ils reconnaîtront loyalement que, si cette fin ne peut être atteinte, il faut avoir le courage de vertueuses abstentions.

   Dès lors, la vie à deux ne sera plus menacée  sans cesse de devenir une lamentable glissade vers le péché, une occasion de chutes perpétuelles. Mais un ministère sacré, exercé dans l'honneur. Viennent les épreuves, les difficultés, les luttes. Ils n'en seront pas surpris. Partout et toujours , la vie chrétienne est un combat. Pourquoi échapperaient-ils à la loi commune? Le chemin qui s'ouvre devant eux, et qui doit les mener jusqu'aux plus hautes cimes de l'amour, est tel que Notre-Seigneur lui-même l'a décrit: étroit, montant, rocailleux. Qu'importe? Appuyés l'un sur l'autre, ils le graviront d'une marche sûre de montagnard, la tête haute, le pas égal. Plus de troubles, plus de vertiges. Mais la conscience heureuse du devoir accompli, le sentiment de plénitude et de paix profonde qui s'empare de nous au moment précis où nous nous donnons au bon Dieu sans compter, la joie de pouvoir se dire, en toute vérité et reconnaissance , que l'on accomplit sa vocation.

   En élevant l'amour conjugal à une pareille hauteur, la charité lui assure, du même coup, une stabilité parfaite. Il se fondait sur des qualités changeantes. A présent, il plonge ses racines jusqu'en Dieu. Car c'est la volonté de Dieu que les époux soient unis par le plus profond amour.

   Quoi de plus encourageant pour un chrétien et une chrétienne, que de savoir qu'ils peuvent s'aimer et réaliser la parfaite union des âmes, en accord avec la volonté de leur Père céleste, qui protège et bénit leur tendresse , pourvu qu'elle demeure dans de justes limites, jusque dans " ses retentissements sensibles" ?

   "Ni toi ni moi, peuvent-ils se dire , avec le lieutenant du vaisseau Dupouey,  nous n'avons besoin de choses compliquées..." Nous avons la Loi de Dieu qui contient tout l'Art, toute la Philosophie et toute la Jurisprudence.

   Oh ! qu'il est bon d'être amis quand c'est le Dieu de toute bonté qui a préparé cette amitié, et n'est-ce pas merveilleusement doux, que, malgré nos faiblesses, il ait daigné nous faire une loi de cet attachement et la vouloir avec nous?... Combien il est bon de penser qu l'ordre du mariage ne contredit pas l'ordre du monde?

   Au surplus, la charité , qui subordonne l'amour des corps à celui des âmes, vise à dépasser les apparences sensibles, pour atteindre la beauté cachée, que l'âge ne saurait altérer. Elle prend son plaisir dans la considération des qualités spirituelles de l'intelligence et du caractère. Mais avant tout, avant même les dons de l'esprit et la noblesse du coeur, elle cherche la surhumaine beauté qui vient des communications surnaturelles de la grâce.

   Lorsque deux chrétiens vivent de leur foi, celle-ci réalise entre eux une harmonie de pensées, de vouloirs, de sentiments, qui domine, en les absorbant, toutes leurs dissonances. Une ressemblance intime, durable et croissante, les rapproche de jour en jour. Ils sont les deux enfants du même père, ils tendent vers le même but, ils vivent d'une même vie, ils accomplissent un même service, ils gravissent la même pente.

"Portez les fardeaux les uns des autres."

règle de st Benoît

   La charité, qui estime avec Notre-Seigneur , qu'il y a plus de joie à donner qu'à recevoir, nous désapprend à rechercher égoïstement notre bien propre. Patiente, bénigne, lente à s'irriter, prompte à pardonner, elle prévient écarte, efface les malentendus , dont l'amour-propre ferait des montagnes.  En rendant l'amour juste, miséricordieux et patient, elle rappelle que, nul ici-bas n'étant parafait, c'est dans la vie à deux qu'il faudra surtout pratiquer le conseil de l'Apôtre. A la place des querelles domestiques, elle introduit l'esprit de bienveillance et de conciliation qui excuse tout, espère tout, supporte tout.

   Il ne reste plus, dès lors à la charité qu'à éclairer l'amour paternel et maternel, et à les préserver des faiblesses auxquelles ils sont exposés.

   Elle commencera par imposer silence à l'égoïsme sans noblesse qui tend à voir dans l'enfant un petit intrus, contre lequel il importe de se mettre en garde. Loin d'être une complication au regard de calculs myopes, l'enfant n'est-il pas appelé à devenir le signe sensible et immortel du don sans réserve? La charge qu'il impose au ménage stabilisera le navire en marche vers des cieux nouveaux. Sa venue sera saluée avec transport. Pour lui faire accueil , les âmes battront à l'unisson. Après avoir concentré sur son petit corps fragile les ravissements du père et de la mère, il deviendra leur principal souci, le sujet de causeries interminables, le point de rencontre et de fusion des travaux de l'un et des sacrifices de l'autre.

   Bientôt cependant l'enfant grandit, - toujours trop tôt au gré de la maman, - tandis que d'autres petits frères ou d'autres petites soeurs se succèdent dans le berceau à roulettes de bois, garni de dentelles et de rubans bleus.

   La charité, qui ne saurait oublier les droits de Dieu, réclame pour le Père céleste le premier balbutiement de ses lèvres innocentes, le premier éveil de sa raison. Jésus , le petit Jésus, le sage enfant de Nazareth, devient ainsi de bonne heure l'invisible compagnon et l'inévitable témoin du petit chrétien, qui commence à faire, sous le regard de sa mère, la découverte du double monde de la nature et de la foi...

   Hélas! ce petit chrétien, rempli de défauts mignons , doit tout apprendre pour vivre dans la rectitude et dans la lumière. Ses parents ne l'oublieront pas . A leurs yeux, l'enfant, investi par le baptême d'une dignité divine, ne saurait être le jouet d'un amour capricieux et sot. Dépôt précieux confié à leur sagesse non moins qu'à leur tendresse, il s'agira de le préserver contre les influences perverses embusquées autour du foyer. Une vigilance attentive et un dévouement inlassable devront accompagner ses progrès, exciter son ardeur, combattre ses mauvais penchants, favoriser ses bonnes disposition, encourager son jeune enthousiasme. En un mot, l'élever.   

   Les vertus ne s'acquièrent qu'au prix de recommencements sans fin. Il y aura des moments où, conscients de leur autorité , les parents se verront tenus de résister à des larmes, à des intimidations, voire à des trépignements de colère. La charité leur apprendra à posséder d'une main ferme, sans emportement ni faiblesse, les rênes du gouvernement.

   Lorsque l'éducation se sera attachée à la préservation morale et à la correction des défauts, elle ne s'en tiendra cependant pas encore pour satisfaite. Corriger un enfant des écarts qui contreviennent le plus désagréablement au " bon usage" c'est quelque chose.. Mais enfin, il faut surtout le préparer à mener vaillamment les beaux combats de la vie.

N'oublions pas que les " bons petits ", que nous regardons avec fierté, sont destinés à porter un jour de lourdes responsabilités. Ils ont besoin qu'on les prépare à occuper, - ne disons pas une situation brillante, ce serait prétentieux et vain, - mais un de ces postes avancés, où l'on sert le bon Dieu de tout son coeur, de toutes ses forces, et où l'on travaille efficacement au bonheur de ses frères.

  

rp Braun op+

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Janvier 2019

 

Mariano Mullerat, un laïc assassiné pendant la guerre civile espagnole dans la cathédrale de Tarragone (Espagne), sera béatifié le 23 mars.

Né à Santa Coloma de Queralt le 24 mars 1897 et tué en haine de la Foi à El Pla, près d'Arbeca, Espagne, le 13 août 1936.
Médecin, Marià Mullerat i Soldevila encourageait les malades à recevoir les sacrements, assistait gratuitement les pauvres et aidait les plus démunis.
Elu maire d'Arbeca en 1924, poste qu'il occupa jusqu'en 1930, il était respecté de ses concitoyens et favorisait la paix entre eux et le progrès dans différents domaines.
En 1931, lors de la proclamation de la Seconde République espagnole, il était très conscient de la gravité de la situation et du danger de sa propre existence, en raison de la foi qu'il professait dans la sphère personnelle et professionnelle mais ne cessa pas de faire du bien.
Le matin du 13 août 1936, il est enlevé de son domicile et tué.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 11 Janvier 2019

Rédigé par Philippe

Repost0