Publié le 18 Août 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Août 2018

 

 

 

happy birthday to you !

Je suis né le 04/08/2002

Ma peinture la plus chère à vendre à ce jour était pour £45000GBP.

 

 

c'est à Chavagnes !!!

 

cher Philippe,

Merci pour votre email. Oui, le travail de Kieron est tout simplement incroyable ! Son travail se situe entre £3000 et £50000 (encadré) selon la taille - une sélection de ses œuvres disponibles est présentée sur notre site web

 

 

Site internet

 

 

non abordable pour ma pauvre retraite ! je vais demander au filleul !

 

Il est le prodige de l'art qui a vendu sa première exposition à l'âge de six ans. Kieron Williamson, de Norfolk, est connu sous le nom de'Mini-Monet' et ses paysages sont recherchés dans le monde entier, se vendant jusqu'à 35 000 £ chacun.

L'année dernière, ses ventes totales ont franchi la barre des 1,5 million de livres sterling, une exposition gagnant 250 000 livres sterling en 20 minutes.

Le talent de Kieron a été découvert lors d'un voyage en Cornouailles lorsqu'il a peint une scène côtière. En l'espace d'un an, la nouvelle de son don s'était répandue dans le monde entier.

Nous avons rassemblé ici quelques-unes de ses œuvres récentes et les avons placées aux côtés des noms les plus connus du monde de l'art.  Mais connaissez-vous la différence entre un vieux maître et un jeune prétendant ?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Août 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Août 2018

 

elles font la gueule, leur dernier café liégeois !

 

"Todo pasa, sólo queda el Amor! "

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Août 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 18 Août 2018

avant de rejoindre la maison mère..

 

"aujourd'hui si vous entendez sa voix n'endurcissez point vos cœurs"

règle de st Benoît

 

Cardinal Burke : "Nous sommes confrontés à une crise grave qui touche le cœur de l'Eglise."

 

Le cardinal Raymond Leo Burke a déclaré jeudi que l'Église catholique aux États-Unis souffre peut-être de l'une des pires crises qu'elle ait jamais connues et "une grave perte de confiance" dans ses évêques qui doit être restaurée après les scandales d'abus sexuels.

Nous faisons face à une crise très grave, qui touche le cœur même de l'Église parce que Notre Seigneur agit au nom du troupeau à travers les pasteurs qui ont été ordonnés pour agir en Sa personne, enseignant, célébrant les sacrements et gouvernant l'Église",

Le Cardinal Burke, 70 ans, est Préfet émérite de la Signature Apostolique. Il est récemment retourné à Rome après une visite de près d'un mois aux États-Unis et a dit qu'il n'avait jamais entendu autant de colère, tant de déception, tant de frustration de la part des bons catholiques que pendant cette visite.

L'Église catholique aux États-Unis vit peut-être l'une des pires crises qu'elle ait jamais connues.

"Nous avons affaire aux péchés les plus graves. Nous devons concentrer notre attention sur cela et faire ce qui est juste pour toutes les parties concernées", a-t-il ajouté.

En outre, le Cardinal a expliqué que c'est "tout simplement inacceptable" et que les situations dans lesquelles les évêques profitent de leur "troupeau" en commettant "une série de péchés mortels" doivent être "arrêtées".

La seule façon de rétablir cette confiance "est d'aller au fond de toute cette affaire et de faire en sorte que cela ne se produise pas à l'avenir", et cela relève de la responsabilité du Saint-Père,

"C'est la responsabilité du Pape de recevoir les accusations contre un évêque et d'enquêter sur elles. Cela ne fait pas partie de la responsabilité de la conférence épiscopale ", a-t-il dit, se référant à la déclaration du 16 août des évêques américains sur les procédures d'enquête et de rapport des évêques en cas d'inconduite.

"Je crois que nous devons reconnaître une apostasie de la foi.

Enfin, le Cardinal Burke a dit que "nous devons tous prier toujours plus ardemment pour l'Eglise, jeûner et faire d'autres sacrifices".

"Nous avons vraiment besoin d'actes sérieux de réparation pour les souffrances infligées aux fidèles, au troupeau de notre Seigneur, et c'est notre responsabilité. Je ne peux que vous exhorter à vous approcher de Notre Seigneur qui nous guide. Il ne nous quittera jamais ", a-t-il conclu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Août 2018

« Jésus, que je fasse toujours ce que Tu veux. »

1971- 1985

Fête le 5 décembre

 

Alexia González-Barros, née à Madrid (Espagne) en 1971, était la plus jeune de sept enfants, dont deux sont morts avant leur naissance. Ses parents, Francisco et Moncha, étaient membres de l'Opus Dei.

En février 1985, on lui a diagnostiqué une tumeur maligne qui l'a laissée paralysée en très peu de temps. Elle mourut en décembre de la même année, dix mois seulement après son diagnostic, à la Clínica Universidad de Navarra à Pampelune (Espagne).

Pendant sa maladie, Alexia offert ses souffrances pour l'Église et pour le Pape. Plusieurs biographies soulignent sa force, sa paix et sa joie malgré toutes ses souffrances.

En juin de cette année, le Pape François a reconnu ses vertus héroïques dans ce qui est la première étape du processus de canonisation.

"Alexia était une enfant adorable, joyeuse, amicale et normale. elle m'a aidé à être une meilleure personne, à partager avec les autres, à ne pas être capricieuse ",

Quand nous avons appris qu'elle ne pouvait pas bouger, toutes les filles de la classe sont allées la voir ", dit Begoña. Pendant sa convalescence, j'ai continué à lui rendre visite et elle a toujours été une source de joie. Avec elle, vous avez trouvé la paix et c'était très surprenant.

Le jeune Vénérable disait : "Jésus, je veux être guéri, mais si tu ne veux pas que je sois guéri, je veux ce que tu veux".

Begoña nous assure que la force d'Alexia était enracinée dans sa foi, parce qu'"elle portait tout ce qui lui arrivait du point de vue de la foi et c'est pourquoi elle a si bien supporté toutes ses douleurs".

Le processus de canonisation d'Alexia González-Barros a été ouvert dans l'archidiocèse de Madrid (Espagne) en 1993 et envoyé à Rome la même année.

 "Quand Alexia est décédée, j'étais convaincue que mon amie était une sainte. Depuis lors, je me suis confié à elle et je sais que par son intercession elle m'a aidé à de nombreuses reprises", dit Begoña et assure que c'est un sentiment commun parmi les autres camarades de classe.

"Alexia dit au monde que vous pouvez être un saint en vivant votre vie quotidienne d'une manière normale. Et elle l'a prouvé avec sa vie ",

aciprensa .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Août 2018

 

Ce mois-ci dans " Toute une histoire ", partez à la découverte de l'Abbaye de Solesmes, en compagnie de Bertrand Coudreau. Et notamment, au travers des différents hôtes célèbres que l'Abbaye de Solesmes a accueilli en son sein.

 

deux frères qui ont été ordonnés le 10 août dernier chez les bénédictins de Fontgombault

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Août 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #homélies

Repost0

Publié le 16 Août 2018

 

La semaine prochaine, un cinéaste russe, Alexei Rodionov, va tourner un film documentaire à Luçon, aux Sables d’Olonne et à Coëx. En effet, il s’intéresse beaucoup au père Joseph Joubert qu’il considère, comme beaucoup de musiciens russes, comme l’initiateur de la musique d’orgue russe, au début du XXème siècle. Il a donc choisi de se rendre sur les lieux que le père Joubert a connus : Coëx, Les Sables d’Olonne et bien sûr Luçon, avec l’orgue de la cathédrale. 

Vladimir Shlyapnikov est professeur, docteur en arts, lauréat de concours et festivals internationaux. Très connu en Russie, où la musique tient une place toute particulière, il organise des premiers cours de piano internationaux et s'occupe également de l'école des beaux-arts sous le patronage de la comtesse Sheremeteva, de l'Institut de piano russo-américain et de l'Académie d'art du piano russe.

Vladimir Shlyapnikov se produit en Russie et à l'étranger. Ses récitals ont été accompagnés par des musiciens des théâtres Bolshoï et Mariinsky, l'orchestre académique de la salle philharmonique de Saint-Pétersbourg, la salle de concert Capella de Saint-Pétersbourg, le conservatoire de Saint-Pétersbourg et de nombreux choeurs de chambre et orchestres. Il a par ailleurs écrit de nombreux livres, articles et guides d'étude sur la musique de piano et de l'orgue.

C'est donc un concert tout à faite exceptionnel qu'il vous propose ce vendredi 17 août à 20h30 à la cathédrale de Luçon.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0