Publié le 7 Octobre 2018

 

 

aux intentions du Souverain Pontife.

   Un des reproches que l'on fait le plus volontiers au catholicisme, et parfois au nom de la religion elle-même, c'est de comprimer la vie intérieure, de l'atrophier et finalement de l'anéantir, en l'enveloppant d'une multitude de rites extérieurs, en l'obscurcissant d'un nuage épais de dévotions ou de pratiques cultuelles, dont on n'aperçoit pas toute de suite la raison d'être.

   Et très certainement lorsqu'on nous adresse ce reproche, s'il est une dévotion à laquelle on songe, c'est la dévotion du Rosaire.

   Pourquoi, sinon parce qu'à la regarder superficiellement et du dehors, elle apparaît comme la moins intelligente, et donc la plus puérile de toutes les dévotions.

   Il n'est même pas rare de voir des catholiques envisager la dévotion du Rosaire comme une dévotion d'enfants, capable tout au plus de favoriser la piété sentimentale et routinière de quelques femmes, mais en tout cas indigne d'être pratiquée par des hommes .

   Songez donc! des hommes ! c'est-à-dire des intelligences faites pour se nourrir des pensées les plus élevées, condescendre à chuchoter des Ave Maria ! Des hommes ! c'est-à-dire encore des volontés créées pour s'appliquer aux grandes choses, aux actions d'éclat, circonscrire leur activité à l'égrènement obscur d'un chapelet !

   N'y a t-il pas là vraiment de quoi compromettre la dignité humaine et, aux yeux de ceux qui s'en font une idée haute, ou s'emploient par tous les moyens à la dénigrer, n'y a-t-il pas là de quoi compromettre la religion elle-même?

   Car s'il est indubitable que la religion doive être avant tout une oeuvre de l'âme, une vie intérieure; si, comme l'a dit et répété Notre-Seigneur, le temps est venu d'adorer le Père en esprit et en vérité, à quoi bon dès lors - qu'on me passe le mot, il est courant, - ces mômeries extérieures, ces déroulements continus de chapelet ?

   Telle est, condensée en quelques mots, la grande objection contre la dévotion du Rosaire. Je crois ne l'avoir ni exagérée ni diminuée. Sans doute ceux qui la font ne la formulent pas toujours d'une façon aussi brutale. Elle apparaît dans une attitude, s'incarne dans un geste, se glisse dans un sourire, se cache sous une plaisanterie. Mais pour être plus fines, plus délicates, ces formes dont on l'habille n'en sont souvent que plus perfides, et plus dangereuses.

   Ayant soulevé l'objection, je voudrais ici-même , en quelques mots, esquisser une réponse que voici: la dévotion du Rosaire, bien comprise est la plus intelligente des dévotions.  Pour le prouver je commencerai par dire en quoi consiste véritablement le Rosaire.

   S'il est vrai que la foi, loin d'être l'abnégation de la raison enchaînée par une servitude incompréhensible, n'est au contraire que la dilation à l'infini de ses clartés, une vue de toute choses sous un horizon plus étendu et une lumière plus pénétrante; s'il est vrai encore que la foi nous dise le dernier mot sur le monde, sur notre destinée, sur Dieu ; s'il est vrai enfin que la foi, à l'encontre de la raison donne une solution satisfaisante aux problèmes les plus angoissants que puisse se poser l'esprit humain, on comprendra sans peine que, de toutes les dévotions , la plus intelligente sera celle qui est de nature à favoriser l'expansion de cette foi.

   Or telle est précisément la dévotion du Rosaire, quand on la comprend bien, je veux dire , quand, au lieu de l'envisager seulement par son petit côté, le côté extérieur, on pénètre son grand côté, le côté intérieur; quand, au lieu de s'arrêter à l'écorce, on va jusqu'à la moelle.

   L'écorce ici, c'est le chapelet, qu'il soit de bois, de nacre ou d'argent, peu importe; l'écorce, c'est encore la récitation verbale des Pater et des Ave?

   Et la moelle, où est-elle? Ce sont les mystères que le Rosaire, à chacune de ses dizaines, propose à nos méditations. Des mystères, qu'est-ce-à-dire, sinon l'objet même de notre foi?

   ... Il est clair que si nous employons le temps d'égrener les quinze dizaines de notre rosaire à méditer sur ces grandes vérités de notre foi, à suivre pour ainsi dire pas à pas cette magnifique épopée chrétienne; si nous nous essayons à en mesurer la portée, à en deviner la splendeur, à en contempler l'harmonie, alors nous ne serons plus tentés de soutenir que le Rosaire est une dévotion d'enfants.

   Oh ! sans doute le Rosaire est une dévotion d'enfants en ce sens que même un enfant peut s'en servir et en tirer profit. C'est même là ce qu'il y a de merveilleux dans les moyens mis par Dieu à notre disposition pour l'atteindre: tout le monde peut les utiliser avec fruit, depuis l'enfant qui commence à peine de parler jusqu'aux adultes les plus pénétrés de leur sagesse.

   Mais je soutiens en particulier au sujet du Rosaire que c'est surtout une dévotion d'âmes mûres, d'intelligences éclairées, de volontés ardentes. Car, encore une fois, si le monde de la foi est un monde réel et supérieur au monde de la raison, et si le Rosaire n'a pas d'autre but que de nous y faire pénétrer, de nous y ramener sans cesse, en remettant continuellement devant nos yeux les vérités divines qui en sont à la fois la substance et la parure, qui donc, mieux qu'une âme d'élite, pourra utiliser une pareille dévotion?

   Croyons-nous ou ne croyons nous pas que Dieu s'est incarné dans la personne de Jésus-Christ? croyons-nous ou ne croyons-nous pas que ce même Jésus-Christ est mort sur un gibet pour nous racheter?  croyons-nous enfin ou ne croyons-nous pas qu'après trois jours accordés à la mort il est ressuscité ? Voilà tout le problème religieux; il n'y en a pas d'autre.

   Eh ! bien, si nous le croyons - et notre foi nous y oblige - il faut convenir que ce problème est admirablement posé dans la dévotion du Rosaire dont tout l'objet est de le replacer sans cesse devant nos yeux et de nous pénétrer peu à peu sa solution . A ce point de vue, la dévotion du Rosaire est donc la plus intelligente de toutes les dévotions.

rp Gillet op +

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Octobre 2018

 

pour chasser la morosité ambiante !

 

 

 

Андрей Мотов  Andrey Motov

Quelle belles petites voix ! bravo

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Octobre 2018

 

 

'Je crois donc que l'objectif principal de chacun de nous est précisément la recherche de Dieu, espérant arriver un jour en sa présence. "La route est longue mais la détermination est là. On est des gosses qui s'avancent, on est là pour toi !"

Por eso creo que el objetivo principal de cada uno de nosotros es precisamente la búsqueda de Dios, esperando llegar un día a su presencia. "El camino es largo, pero la determinación está ahí. Somos niños que se acercan, ¡estamos aquí para ustedes!"

 

mattéo Farina

serviteur de Dieu .

 " Ánimo AMIGO.! ' d'autres c'est la recherche morbide de tout ce qui va mal dans l'Eglise .. les goûts et les couleurs. , "dis-moi qui tu fréquentes , je te dirai qui tu es ! "

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Octobre 2018

même à mon âge , merci on aurait pu se rencontrer auj. avenida nostra senora del Rosario !!!! après ça je vais me plaindre.. alalala

c'était merveilleux ! 

 

"...les expériences de ma vie m'ont amené à dire qu'un véritable ami est une chose rare et précieuse, qui arrive souvent soudainement.  ce n'est pas un coup de foudre, mais un sentiment qui a besoin de soins et d'attention pour grandir..."

"...mis experiencias de vida me han llevado a decir que un verdadero amigo es una cosa rara y preciosa, que a menudo ocurre de repente... No es un amor a primera vista, sino un sentimiento que necesita cuidado y atención para crecer...

 

Matteo Farina, serviteur de Dieu. +

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Octobre 2018

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 5 Octobre 2018

 

 

 

 

merci à la Mortimer, pour les souhaits de bonne fête .. et à mon ami Pedro,  encore une journée bien ensoleillée d'amitié vraie ! j'ai bien rigolé auj.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

J'ai pu élargir le concept de Messe, non pas comme la réunion habituelle du dimanche, mais en milieu de semaine,

"un moment qui pourrait être considéré comme un fardeau mais qui en réalité est un soulagement, la joie de pouvoir recevoir le Corps du Christ, même si indigne. Je l'ai senti, j'ai senti son Esprit en moi me pousser à faire le bien, des actions qui m'ont donné plus de joie que toute autre......"

"Comme il serait beau de vivre une vie pleine d'amour , comme celle de saint François : vivre comme Jésus nous l'a enseigné et demandé, pour que l'amour nous fasse regarder tout avec des yeux différents...".

"Qué hermoso sería vivir una vida llena de amor, como la de San Francisco: vivir como Jesús nos enseñó y nos pidió, para que el amor nos haga mirar todo con otros ojos....".

 

Matteo Farina . priez pour nous .

faut sûrement pas être tradi pour ça, quelle misère ce monde    !

Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la mer.
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l'espérance
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, la papophobie,

que je mette la joie,

de la belle musique et plein de petits .. !

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

¡Señor, haz de mí un instrumento de tu paz!
Que allí donde haya odio, ponga yo amor;
donde haya ofensa, ponga yo perdón;
donde haya discordia, ponga yo unión;
donde haya error, ponga yo verdad;
donde haya duda, ponga yo fe;
donde haya desesperación, ponga yo esperanza;
donde haya tinieblas, ponga yo luz;
donde haya tristeza, ponga yo alegría,

hermosa música y muchos pequeños!

¡Oh, Maestro!, que no busque yo tanto
ser consolado como consolar;
ser comprendido, como comprender;
ser amado, como amar.

Porque dando es como se recibe;
olvidando, como se encuentra;
perdonando, como se es perdonado;
muriendo, como se resucita a la vida eterna.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

 

pour notre ami Jacques ... Canada happy birthday to you !

 

Né en 2003, Joshua a commencé le violon à l’âge de 6 ans.
Très vite il participe à des concours internationaux, finissant premier lauréat à plusieurs reprises.
A ses 13 ans il débute ses premiers concertos avec orchestre, dont récemment le concerto pour violon no.3 de Mozart et le concerto pour violon no.2 de Wieniawski.
Depuis 2013 il étudie auprès du professeur Erik Sluys.

sont pas tous abrutis en Belgique, faut pas croire !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0