Publié le 25 Septembre 2018

photo petit placide

pour mes petits espagnols.. je les aime tant !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 25 Septembre 2018

Un prêtre sacrifie sa vie pour sauver un ami de la noyade.

Selon les médias locaux, le prêtre a commis cet acte héroïque le 15 septembre sur le fleuve Niger, dans l'État d'Anambra, après le chavirement du bateau qu'ils avaient pris.

Un témoin oculaire raconte qu'un ami du père était sur le même bateau que lui quand l'accident s'est produit, et parce que (le Père Ebele) a donné son gilet de sauvetage à son ami, il était impuissant lorsque le bateau a chaviré,"

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 24 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 23 Septembre 2018

 

  

 

   Petits enfants qu'on trompe, qu'on déforme, qu'on abîme, qu'on ne sait que dresser à mordre pour défendre votre os, petits enfants, vous n'êtes pas des chiens pour n'obéir qu'à la loi du plus fort!

   Vous êtes des âmes faites à l'image de Dieu, c'est-à-dire de celui qui d'abord vous aime. Vous êtes un souffle d'amour qui ne se nourrit que d'amour, comme le vent se propage par le vent . N'écoutez-pas ceux qui vous disent :" Défendez-vous contre vos frères !" Etre fort, ce n'est pas être cadenassé, cuirassé contre les autres.

   Etre fort, c'est être une source de tendresse qui ne tarit jamais, et que votre sourire ouvre à qui vous approche. Honte à qui vous modèle ce visage raidi, ces sourcils froncés, cette bouche serrée comme si elle craignait de laisser échapper l'âme, honte à qui vous désapprend le sourire !

   Sourire! à la fois le signe et la fleur de l'amour - comme l'herbe plus verte annonce la fontaine qui l'abreuve - petite flamme soudain éclose pour le Poucet perdu dans la sombre forêt des misères humaines, parole sans bruit devant ses yeux qui l'invite, qui le conduit: et déjà il n' a plus peur, il n'est plus égaré .

   - Vous êtiez là, devant ce visage mystérieux d'un autre être visage fermé, âme close, regard armé qui vous surveille - le fort est bien gardé! Vous êtiez seul, vous aviez mal et froid, vous ne saviez où porter votre peine. Soudain, toute la grâce, toute la légèreté du monde est là : le visage a souri - l'âme s'est ouverte, elle s'est offerte, elle s'est donnée ! Quelqu'un est près de vous: plus de solitude, plus d'angoisse, plus de ténèbres; on vous a pris doucement par la main, il fait doux, il fait clair, et vous montez ensemble vers cette petite étoile d'espérance et  de joie.

   O sourire fraternel, qui comprends tout, qui livres tout, petite lumière qui dis que l'âme est présente, qu'il fait bon quand tu t'allumes !  Que tu as réchauffé de coeurs , que tu as guéri de peines, que tu as ranimé d'espoirs à demi morts , toi, le fils premier-né de la charité !

   - Tendres petites figures, gardez votre sourire; c'est entre les enfants du Père le signe de reconnaissance: celui qui ne sait plus sourire ne sait plus aimer; celui qui n'aime plus est comme un mort, il est plus radicalement séparé de la source de force et de vie qu'un sarment desséché - il ne sera bon comme lui qu'à être jeté au feu .

   Etre fort, c'est avoir toujours ce qu'on vous demande et le donner. Sans doute il n'y a au monde qu'un être vraiment fort, c'est Dieu: lui seul possède tout ce qui nous est nécessaire. Mais à chacun de nous il a remis une certaine part de son héritage, à charge pour nous de la distribuer entre ceux qui nous la viendront réclamer. C'est là notre tâche, c'est là notre richesse: avoir quelque chose à donner.

   Malheur à qui rapporte au jour des comptes une somme inutilement gardée: le talent caché dans la terre ! " Tout ce que tu as mis de côté pour toi, dira le Seigneur, tu l'as pris à ceux pour qui je te l'avais confié. Les voleurs et les incapables n'entrent pas dans mon ciel. Ce serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres extérieures.

    Donnez vos billes, petits enfants; donnez vos sous, si par malheur on vous a déjà enseigné qu'ils valaient vraiment quelque chose; Surtout, d'abord , donnez votre amour ! Ne soyez pas ces forteresses d'égoïsmes et d'ingratitude que votre famille même fait de vous, trop souvent, dans son sein pour sa tristesse - soleils autour desquels toute la maison gravite sans qu'ils consentent à lui verser un rayon de leur lumière -  ces coeurs fermés à tout ce qui n'est pas vos plaisirs, vos projets, votre précieuse personne, cependant que les parents (ils ne sont pas tous absents et inaccessibles ) mènent auprès de vous, pour vous, leur vie difficile et morne qui ne vous intéresse pas, portent péniblement leur âme que vous n'avez jamais pris la peine de regarder, vous offrent timidement leur amour que vous dédaignez d'apercevoir. Craignez de découvrir , au jour où ils vous quitteront, que vous ne leur avez jamais rendu la plus petite part de la dette immense que vous aviez envers eux, que votre refus est responsable devant Dieu de toutes les insuffisances que vous avez seules voulu connaître en eux, et que cette dette va peser sur vous pour l'éternité !

   Allez, que nous soyons enfants, parents, serviteurs, amis ou frères, nous n'avons qu'un moyen certain de ne rien garder de trop pour nous, c'est de donner tout ce qu'on nous demande; nous n'avons qu'un moyen d'être sûrs que nous ne manquons pas à autrui, c'est de lui donner toujours tout d'un coup.

   On nous apprend à nous ménager, à nous réserver? Dépensons-nous, épuisons-nous, vidons-nous sans cesse et jusqu'au fond ! C'est toujours la même chose: si la fontaine ne s'écoule, l'eau ne se renouvelle jamais.  On n'a point d'argent à donner parce qu'il faut avoir des économies en banque, on n'a pas de force à dépenser pour les autres parce qu'il faut prévoir qu'on en aura besoin pour soi; on n'a pas de compassion de reste pour les malheurs d'autrui parce qu'on la réserve pour ses propres peines; on ne peut jamais se mettre à la place de personne, parce qu'on a trop peur de manquer à la sienne durant ce temps; on n'a pas d'amour à distribuer parce qu'on l'a tout entier mis de côté pour soi.

   Et l'eau croupit, la pitié se rouille, l'amour rancit, le coeur s' enkylose !

 

   Isabelle Rivière.

   

  

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 23 Septembre 2018

si voy a Almoradi, que el nino está en Viena! Qué miseria....

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 23 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 22 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 21 Septembre 2018

 

 

                                                                      

                                                                                       22 Septembre .

AMIGO  , Gracias por acordarte del aniversario. papa Pedro !

 

 

 

Puedo comprarte un traje para tu cumpleaños! pero no sé si son de tu talla. se vería bien en ti, ¿sabes? mi única familia! ¡Ojalá hubiera tenido un padre como tú! ¡Es mi ahijado, normal!

merci , si j'ai encore la foi, c'est peut-être, sans doute uniquement  grâce à vous ! bon retour chez les tiens, papa m'a dit j'aurai de belles photos samedi de vos retrouvailles et de ton anniversaire. !!!! ... compter pour quelqu'un, enfin !

 

Alexandro

remporte son quatrième "Grand Prix Virtuoso" or à Vienne

C'est un génie de la musique, un virtuose du cor et il le montre à chaque concours auquel il participe. Le jeune Alexandro García Antolinos a déjà quatre grandes récompenses, quatre médailles d'or à son actif. Le dernier a été recueilli le week-end dernier à Vienne, le prestigieux "Grand Prix Virtuoso" en catégorie junior qui l'a emmené dans la capitale autrichienne pour participer au Concert-Gala des Champions qui a réuni dans le Musikverein (un temple mondial de la musique) les meilleurs dans le domaine musical et reçu la reconnaissance de la même ambassade d'Espagne à Vienne.

A seulement 9 ans, cet enfant d'Almoradí a visité la moitié de l'Europe, on reste la bouche ouverte après l'avoir écouté jouer du cor, l'instrument dont il est un spécialiste. Il l'a fait en remportant à Londres le premier prix du "London Grand Prize Virtuoso" dans la catégorie des cuivres-vent solistes jusqu'à l'âge de 12 ans en 2016. Cette année, il a remporté le premier prix du "Rising Stars Grand Prix" à Berlin et le premier prix dans la catégorie des cuivres juniors au "Salzburg Grand Prize Virtuoso".

Le dernier trophée obtenu par Alexandro est le plus difficile depuis qu'il a participé avec le cor naturel, qu'il étudie depuis seulement un an sous la direction du professeur Antonio Pujol, du Conservatoire d'Orihuela. Cet instrument classique, contrairement à l'actuel, n'a pas de valves, d'où sa complexité au moment de l'exécution des notes.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 21 Septembre 2018

 

balder Dendievel est né le 11 janvier 2002 à Ostende. A l'âge de 4 ans, sa mère Kristien Devolder, elle-même musicienne professionnelle, lui apprend les principes du violon. Quand il  avait cinq ans, il est passé au hautbois et aux percussions. A l'âge de huit ans, il prit aussi l'orgue. Jusqu'en juin 2015, il a étudié ces instruments au Conservatoire Municipal de Bruges, depuis septembre 2015, il étudie le hautbois au Conservatoire Royal d'Anvers et l'orgue et la percussion au Kunsthumaniora Antwerpen. Il combine son programme de baccalauréat avec l'école secondaire. Balder est devenu un musicien polyvalent : il est actif comme musicien d'orchestre et de chambre et comme soliste. Il a remporté plusieurs prix et est membre permanent de l'Orchestre des Jeunes de l'Eurégio et de l'ensemble I Fratelli, qu'il forme avec ses quatre frères. Dans ses temps libres, Balder s'occupe de philosophie et d'histoire.

Lorsqu'il a appris à connaître le hautbois à l'âge de 5 ans, il a immédiatement voulu apprendre à jouer de l'instrument. Il a commencé avec des cours privés, jusqu'à ce qu'il commence à l'âge de huit ans au Conservatoire Municipal de Bruges. Son professeur était Jan Wauters. Depuis septembre 2015, il étudie au Conservatoire Royal d'Anvers, dans la classe de Luk Nielandt. Il le fait en combinaison avec son école secondaire et une formation de hautbois alto au Conservatoire Municipal de Bruges. Il est également membre de l'Académie I SOLISTI.

 

Il se concentre sur le vaste répertoire de hautbois du baroque à nos jours. Il considère également l'interprétation de hautbois et de musique de chambre récents et/ou moins connus comme étant d'une importance primordiale : par exemple, il a créé une œuvre pour cor anglais en solo du jeune compositeur Lucas Robert Van Vlierberghe. Dans un contexte de musique de chambre, il  interprète avec enthousiasme des œuvres de Jan De Maeyer, Wim Henderickx et bientôt aussi Jasper Charlet.

En 2014, après un concours de soliste couronné de succès dans le concerto de Cimarosa, il s'est produit en soliste avec l'Orchestre des Jeunes et de la Musique de Flandre Orientale (maintenant Amaj Jong Symfonisch Gent). En février de cette année, il  est devenu 2ème lauréat du concours Hobo de l'Orchestre Symphonique des Jeunes Edegem. C'est ainsi qu'il a interprété avec cet orchestre le premier mouvement du concerto de Mozart en soliste. L'Artemis Orchestra, le Con Spirito Chamber Orchestra et le Leuven Alumni Orchestra l'ont également invité  comme soliste. Son répertoire comprend des œuvres majeures pour hautbois telles que les concertos de Marcello, Haydn et Strauss et les Métamorphoses de Benjamin Britten. En tant que chambriste, il est actif avec son ensemble I Fratelli (www.i-fratelli.be) et des ensembles de musique de chambre au Conservatoire Royal d'Anvers, dont le Young woodwind trio Antwerp with Jappe Dendievel (basson) et Anne Fuhrmann (clarinette).

 

site internet

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 21 Septembre 2018

à fréquenter des mauvaises gens . fais la gueule maintenant ! à cause de la papomania, terrible maladie ! sont vraiment devenus fêlés !

quelle misère !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0