Publié le 18 Septembre 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Septembre 2021

 

 

 

Merci pour la messe ,

mer calme , visibilité à l'infini, houle petite et courte ..

bien loin des excités. ! quelle paix .

 

" Nous allons vers l'éternelle Tendresse... " 

 

dom Delatte. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 14 Septembre 2021

 

 

 

15 septembre

Nd des 7 douleurs .

 

 

 

 

   pour la retraite monastique de nos moines.  J'ai retrouvé un enregistrement ...-  unique en son genre - fait par Jean- Baptiste ( il n'était pas encore rentré en clôture!)  - du Père Henry ., en présence de Louis ! hu hu hu .. j'ai craqué! 12 Octobre 2003... 

deo gratias... j'offre cette journée à son intention; j'espère qu'il priera pour moi à sa messe. Je ne regrette rien.  On comprendra tout ça là-haut ! 

Philippe . 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 14 Septembre 2021

 

 

" Je sens , moi , l'âme des miens autour de moi et dans ma vie.

Sont-ce leurs conseils, leurs exemples, ou bien y a -t- il une influence plus personnelle et plus réelle, mais toujours secrète?

Je le crois volontiers.

Ceux qui sont plus près de Dieu sont eux-mêmes plus près de nous, moyennant que nous soyons près de Dieu.

Mais il demeure très entendu que s'ils sont avec Dieu, nous n'avons qu'une chose à faire, c'est de vivre de manière à les rejoindre ,  la vie est chose grave, chose sérieuse.

Il nous faut garder avec soin notre santé intellectuelle et notre santé morale. " 

...

 

 

 

 

" L'oeuvre que le Seigneur a faite en nous n'est point détruite, alors qu'elle est momentanément déconcertée. Il suffit de revenir par la pensée en arrière , à une date déterminée ..

 

et de dire au Seigneur ;"  Il y a eu malentendu, nous allons renouer, si vous le voulez, mon Dieu, à partir de cette époque, comme si rien n'était survenu 

mon Dieu. Ce n'était pas moi, ou c'était le mauvais moi; le vrai moi, mon Dieu, celui que je vous demande de bénir, c'est celui qui vous aime . " 

dom Delatte. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 14 Septembre 2021

 

" Soli Deo Gloria!" 

 

sa devise ..! 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 13 Septembre 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 12 Septembre 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

" Que votre grâce Seigneur nous tienne constamment occupés

à faire le bien. "

+

 

 

 

 

 

A. me iré un día Hacia nuevos países,

el viento cantará En mi vela.

Mi corazon lleno de sol

Mis ojos llenos de cielo azul

Puedo olvidar mi estrella.

Y le diré al viento Mis canciones mas bonitas

Todo el tiempo, todo el camino

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 12 Septembre 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Septembre 2021

 

 

 

 

Dans l'épître d'aujourd'hui, nous entendons saint Paul faire mention de sa captivité et implorer les Éphésiens de ne pas se décourager à cause de ses tribulations. Dans l'évangile d'aujourd'hui, nous voyons Notre-Seigneur non seulement accomplir un miracle qui scandalise les pharisiens, mais en fait aller plus loin et les réprimander pour leurs vices. Nous savons aussi que cette attitude de Notre-Seigneur conduira finalement à son rejet et à sa crucifixion. Une question se pose lorsque nous réfléchissons à ces exemples. N'aurait-il pas été plus judicieux d'user d'un peu de diplomatie, de dialoguer avec les autorités plutôt que de se heurter à elles ? 

Si Paul avait été disposé à atténuer un peu sa prédication, il n'aurait peut-être jamais été emprisonné en premier lieu, et il aurait pu continuer à prêcher pendant de nombreuses années. Si seulement il avait pu accepter qu'il existe d'autres approches et qu'il puisse y avoir d'autres dieux que Jésus-Christ, si seulement il avait rassuré les Juifs qu'ils n'avaient pas vraiment besoin d'accepter Jésus comme Messie puisqu'ils avaient la Torah avec sa vie- donner des préceptes. Et Notre Seigneur béni, s'il avait seulement été silencieux sur les mauvaises actions des pharisiens, s'il avait examiné leurs vices et les avait laissés à l'aise dans leur rôle, il aurait pu avoir une carrière beaucoup plus longue et n'aurait pas été condamné comme un criminel. Imaginez juste si Jésus avait vécu encore 50 ans, l'effet qu'Il aurait pu avoir sur le monde !

Ces considérations nous donnent matière à réflexion.

Ils nous obligent à demander ce qui était en jeu. Ils nous obligent à demander, non pas tant pourquoi ils ont fait ce qu'ils ont fait – car nous savons que leur exemple est irréprochable – mais plutôt pourquoi pour eux il ne pouvait y avoir de compromis.

Pourquoi était-il si important pour Paul de prêcher Jésus et Jésus crucifié comme le seul Sauveur ? Pourquoi était-il nécessaire pour Notre Doux et Doux Sauveur Lui-même de châtier l'hypocrisie des Grands Prêtres et de condamner publiquement leurs vices ? Et nous pourrions ajouter l'exemple de saint Jean-Baptiste qui a perdu la tête parce qu'il ne pouvait pas se taire, mais devait juste aller dire au roi Hérode qu'il n'avait pas le droit de vivre dans l'adultère avec la femme de son frère. 

Dans son encyclique Veritatis Splendor, le pape saint Jean-Paul II, après avoir réaffirmé avec une grande clarté la doctrine morale de l'Église, a proposé l'exemple des martyrs comme preuve qu'en matière de loi de Dieu, il n'y a pas d'exceptions ; si on aime vraiment Dieu et qu'on ne veut pas le renier, on est parfois mis dans une situation où il n'y a pas de juste milieu entre l'apostasie et l'héroïsme. 

L'exemple de Susanna est particulièrement éloquent. L'histoire est racontée au ch. 13 du Livre de Daniel dans lequel elle est dépeinte comme étant l'objet de la passion de deux juges corrompus qui la piègent lorsqu'elle est seule et la sollicitent de commettre adultère avec eux. Si elle refuse, ils l'accuseront d'adultère et la feront lapider ; si elle accepte leurs avances lubriques, elle viole le commandement de Dieu : « Je suis enfermée de toutes parts. Car si je fais cette chose, c'est la mort pour moi ; et si je ne le fais pas, je n'échapperai pas à vos mains. Je choisis de ne pas le faire et de tomber entre tes mains, plutôt que de pécher aux yeux du Seigneur ! (Dan 13:22-23).

Le Pape commente : « Susanna, préférant tomber innocente entre les mains des juges, témoigne non seulement de sa foi et de sa confiance en Dieu, mais aussi de son obéissance à la vérité et à l'absolu de l'ordre moral. Par sa volonté de mourir en martyr, elle proclame qu'il n'est pas juste de faire ce que la loi de Dieu qualifie de mal pour en tirer du bien. Suzanne a choisi pour elle-même la meilleure part : la sienne était un témoignage parfaitement clair, sans aucun compromis, de la vérité sur le bien et du Dieu d'Israël. Par ses actes, elle a révélé la sainteté de Dieu » (Veritatis Splendor n° 91). 

 

Je suis cernée de toutes parts, dit-elle.

Elle était entre le marteau et l'enclume, entre le feu et l'eau, entre l'apostasie et l'héroïsme. Susanna a fait le bon choix, le seul bon choix, le choix héroïque, dans une affaire où il s'agissait soit de nier sa conscience et de perdre son honneur, soit de perdre la vie. Elle est restée fidèle à ce qu'elle savait être vrai et saint, et a accepté d'être calomniée et de mourir d'une mort horrible, même si dans son cas, Dieu est intervenu par le prophète Daniel et que les artifices méchants de ces dirigeants corrompus se sont retournés contre eux ; ils tombèrent dans la fosse même qu'ils avaient creusée pour elle.

 Comme Jésus Notre-Seigneur, comme saint Paul et tous les autres apôtres, comme Suzanne, comme Jean-Baptiste et des légions d'autres martyrs, c'est-à-dire témoins de la vérité, nous pouvons nous aussi nous trouver dans des situations similaires.

Beaucoup d'entre nous le font aujourd'hui, et beaucoup d'entre nous le feront demain, alors que les tentacules du mal nous entourent et cherchent à expulser le sang de la vie hors de nous.

Par « le sang de la vie », j'entends notre conscience morale. Le Catéchisme de l'Église catholique enseigne qu'« un être humain doit toujours obéir au jugement certain de sa conscience. S'il agissait délibérément contre elle, il se condamnerait » (n° 1790). Agir contre la conscience en matière grave, ce n'est pas seulement commettre un péché mortel, c'est se condamner à un perpétuel remords. Susanna savait que si elle avait consenti à coucher avec ces hommes méchants, personne ne l'aurait jamais su, mais elle n'aurait pas pu vivre avec elle-même.

On pourrait répondre que Dieu ne demande pas tant, qu'il comprend nos faiblesses et tolère nos choix, surtout quand nous n'avons vraiment pas le choix. On pourrait même suggérer que résister, c'est faire étalage de fierté. En fait, si la résistance à une autorité légitime commandant légalement serait en effet une démonstration de fierté, la résistance à une autorité illégale est en réalité une démonstration d'humilité. Saint Ignace le dit ainsi : « La première sorte d'humilité est nécessaire au salut. Il consiste en ceci, que dans la mesure du possible je me soumets et m'humilie jusqu'à obéir à la loi de Dieu notre Seigneur en toutes choses, de sorte que je n'ai même pas été fait seigneur de toute la création, ou pour sauver ma vie ici-bas, consentirais-je à violer un commandement, qu'il soit divin ou humain, qui me lie sous peine de péché mortel » (Exercices spirituels, n°165). 

Autrement dit, le refus de commettre un péché mortel, même dans une situation de contrainte la plus grave – « pour me sauver la vie » – donne la preuve que j'ai le minimum d'humilité requis pour être sauvé. Cela montre clairement que je sais que je suis une créature avec des devoirs envers mon Créateur, devoirs qui l'emportent sur tout autre devoir, même de la plus grande importance d'un point de vue humain.

Et ici, nous pouvons voir le lien avec la seconde moitié de l'Évangile d'aujourd'hui dans laquelle le Seigneur donne aux pharisiens une leçon de bonnes manières et d'humilité. Si vous êtes invité à un banquet, n'ayez pas la prétention de prendre la première place ; ne vous mettez pas en avant, ne cherchez pas à vous donner un rôle que vous n'avez pas ; prenez la place que Dieu vous a assignée, attachez-vous à elle, aimez-la, même si elle est la plus basse des places. Si vous vous humiliez, Dieu vous exaltera, il vous fortifiera intérieurement. 

Et nous revenons ici au reste de la lettre de saint Paul aux Ephésiens où il prie pour qu'ils « soient fortifiés par son Esprit avec force pour l'homme intérieur : afin que le Christ habite par la foi dans leurs cœurs, étant enraciné et fondé dans la charité » (Ep 3:16-17).

 L'âme qui s'humilie devant Dieu apprend l'art d'aimer, elle plonge des racines profondes dans le jardin de l'amour, et ces racines profondes la rendent immobile, inébranlable ; l'humilité remplit l'âme de l'Esprit Saint, cet Esprit que saint Pierre nous assure repose sur ceux qui souffrent pour le nom du Christ : « Si vous prenez part aux souffrances du Christ, réjouissez-vous de ce que, lorsque sa gloire sera révélée, réjouissez-vous d'une joie extrême. Si l'on vous reproche le nom du Christ, vous serez bénis : car ce qui est à l'honneur, à la gloire et à la puissance de Dieu, et ce qui est son Esprit repose sur vous » (1 P 4, 13-14). 

Et ainsi mes chers amis, n'ayez crainte, car les cheveux de votre tête sont tous comptés. Votre Père céleste, de qui vient toute paternité sur terre, les a comptés, et pas un seul ne tombe à terre sans qu'Il le permette.

 Un dernier mot sur la fête d'aujourd'hui, éclipsée par le dimanche mais toujours bien présente dans nos cœurs.

Nous honorons en ce 12 septembre le Saint Nom de Marie, ce doux Nom qui est celui de notre mère, et qui rappelle tous les mystères renfermés dans son cœur virginal et maternel, ce Nom qui effraie les démons et met en fuite tout son mal. serviteurs, ce Nom qu'ils ne peuvent supporter d'entendre, car il résume toute la puissance infinie de Dieu peut réaliser dans une petite âme. Oui, l'âme de Marie est la plus petite de toutes, la plus petite, la plus humble, et c'est précisément pourquoi elle est élevée au-dessus de tout.

Cette fête commémore la grande victoire remportée par le pouvoir de Notre-Dame des Victoires par le roi de Pologne Jean Sobieski sur les Turcs à Vienne en 1683. Comme lors de la bataille de Lépante un siècle plus tôt, les armées chrétiennes étaient deux à un.

Mais Dieu n'a pas besoin de chiffres. Tout ce dont il a besoin, ce sont quelques âmes humbles et fortes sur lesquelles repose son Esprit et à travers lesquelles il peut tout accomplir. N'aie pas peur, petit troupeau. Rester ferme.

Alors que la bataille s'intensifie et que les traits sombres de l'ennemi deviennent de plus en plus visibles dans la tyrannie croissante qui pèse sur nous, l'heure du triomphe de Notre-Dame approche.

C'est précisément parce qu'il s'approche que l'ennemi sait qu'il a peu de temps et montre toute sa main. Nous savons par l'Évangile que le temps de l'épreuve sera abrégé. N'ai pas peur. C'est la tactique de l'ennemi, car il est dans l'obscurité et la peur perpétuelles. Réjouissez-vous de la présence du Saint-Esprit dans vos cœurs. Regardez l'étoile. Invoquez Marie. Assurez-vous de rester sous son manteau. Là, il n'y a rien à craindre.

Amen.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 11 Septembre 2021

 

 

ça change de ce monde d'abrutis ! 

thanks Peter .. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0