Publié le 21 Avril 2018

 

Dans de nombreux cas, des siècles s'écoulent entre la mort d'un saint et sa canonisation. En revanche, certains saints, comme Teresa de Calcutta, ont bénéficié d'une voie rapide vers la sainteté. Mais même la canonisation de Thérèse n'a pas été aussi rapide que celle de Pierre de Vérone, alias saint Pierre Martyr, canonisé en mars 1253, moins d'un an après sa mort violente.

Maintenant hautement réglementé, le processus de canonisation à cette époque était moins élaboré, bien que la sainteté n'ait pas été facile à réaliser, et beaucoup de ceux qui ont été proposés pour la sainteté n'ont pas réussi à atteindre la canonisation. La première canonisation d'un pape a eu lieu en 993, et "la canonisation papale était une nouveauté relative" à l'époque de Pierre, écrit Donald Prudlo dans son livre The Martyred Inquisitor : The Life and Cult of Peter of Verona.

La date de la mort de Pierre, le 6 avril, n'a pas été utilisée pour sa fête parce qu'elle pourrait entrer en conflit avec Pâques. C'est ainsi que sa fête a été placée le 29 avril, et l'Église l'a célébré universellement jusqu'en 1969, date à laquelle il a été retiré du calendrier.

Le record de Peter d'avoir la voie la plus rapide vers la sainteté s'est maintenu pendant près de 800 ans. Et comme la canonisation moderne est maintenant un processus si sophistiqué -

impliquant une enquête approfondie sur les antécédents du candidat, la sainteté et la légitimité des prétendus miracles - le dossier de Pierre est susceptible de durer encore huit siècles, au moins.

aleteia

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Avril 2018

We wish to send two of our monks in formation to participate in the annual Paris to Chartres Pilgrimage from May 19-21. Friends of the monastery are assisting them with the necessary accommodation, but we need to their train fares and other travel expenses. Please assist us if you can. Any amount will be of help. The brethren will pray for the intentions of all donors throughout the pilgrimage.   Thank you and God bless you !

Nous souhaitons envoyer deux de nos moines en formation au pèlerinage annuel de Paris à Chartres du 19 au 21 mai. Des amis du monastère les aident à trouver le logement nécessaire, mais nous avons besoin de couvrir leurs tarifs de train et d'autres frais de voyage. S'il vous plaît, aidez-nous si vous le pouvez. Tout montant sera utile.  Les frères prieront pour les intentions de tous les donateurs pendant le pèlerinage. Merci et que Dieu vous bénisse !

monastère st Benoît

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Avril 2018

 

merci à ceux qui ont prié pour moi ce 19 avril // . 5h d'opération dur dur ..  , c'était plutôt long. c'est pas gagné ! quel mois d'avril pourri... heureusement qu'il y avait Anatol... et ses zamis ! on les confie à Notre - Dame .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 20 Avril 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 19 Avril 2018

 

 

Anatole a joué magnifiquement, malade , avec une température de 39 degrés. !!!

Il a réussi à tout mobiliser en lui-même, jusqu'à la dernière goutte, pour que la fièvre ne limite pas sa qualité musicale, jusqu'à la fin de Tzigane, où il ne pouvait plus mobiliser l'énergie, et l'a finalement exposée en un seul endroit. Pour empirer les choses, il a dû lutter avec son repose-épaule.

Cependant, Anatole était un favori pour le premier prix tout le temps. Sa musicalité est inégalée - les comparaisons sont possibles, tous les concerts en compétition ont été enregistrés ! La raison pour laquelle il (et certains autres) n'ont pas été reconduits  à la finale n'est pas toujours compréhensible, mais nous respectons la décision de principe du jury.

Menuhin était en fait une grande surprise pour nous : " Avant le premier tour, nous ne nous attendions pas à ce qu'Anatole réussisse aussi bien dans cette compétition prestigieuse par rapport à ses concurrents.
Dommage qu'il soit tombé malade ! Ce qui, cependant, est irritant

Le niveau était extrêmement élevé cette année, mais il n'est généralement pas correctement représenté dans la finale. Des critères inconnus ont été appliqués.....

Néanmoins, c'était un gain personnel pour Anatole. Les nombreux avis différenciés d'experts confirment qu'il est sur la bonne voie.

Il a été invité dans une académie de musique internationale, qui sélectionne les participants et seuls les meilleurs musiciens sont admis. Un énorme honneur, un premier prix absolu, bien qu'il ne s'agisse pas d'un prix officiel. C'est ce qui compte. ... et l'essentiel pour le petit Placide,  d'avoir trouvé un bon ami avec son papa,  durant cette compétition  ,

merci ! et encore bravo ! embrassez Anatole pour moi . bon retour  et bon repos bien mérité. les compétitions de piano n'ont pas la même envergure, je pense. Des gens de grande valeur humaine; au moins eux vous répondent et ne vous méprisent pas attentifs à l'attention que vous leur portez.. merci à papa de m'avoir mis sur sa page facebook.

Philippe

 

notre petit malade,  ! fallait le faire ! la star du jour. édifiant . la bouille qu'il a .. on voit bien qu'il était malade le pauvre. obligé de s'essuyer tellement il transpire. il m'a beaucoup impressionné. quel courage pour son âge !

! ça donne envie d'aller à Zurich ! un grand moment de bonheur partagé  ..

"Voici les records d'Anatol en demi-finale !
Il avait déjà 39 °C de fièvre et a décidé de jouer tout de même.
Il n'a pas pris de médicaments, parce qu'ils modifient l'innervation motrice et la sensation. Il a joué Beethoven Sonate et NIght Club/Piazzola très bien, et aussi Ravel Tzigane, mais à la fin de la pièce il n'avait plus d'énergie et il a perdu un instant le contrôle des doigts.
Quoi qu'il en soit : une expression musicale encore plus impressionnante !"

y a des gens bien quand même, faut pas croire ! une belle  famille qui fait envie,  bravo ! avec des parents comme ça pas étonnant.

 

Trois pièces courtes et aux colorations bariolées, l’équivalent de vingt-cinq minutes d’exhibition pour convaincre, pas une de plus. Avec cette parcelle musicale infiniment petite – goutte qui se perd dans l’immensité océanique du répertoire classique – une poignée de jeunes musiciens a prolongé sa quête mardi matin à Genève, en relevant un défi de taille, de ceux qui peuvent changer un destin artistique. Violons et archets à la main, dix rescapés de la liste de vingt-deux inscrits à la catégorie juniors du Concours Menuhin ont ainsi défilé l’un après l’autre sur la scène de la grande salle du Conservatoire.

Les demi-finales atteintes, il faut convaincre une fois encore les membres du prestigieux jury pour espérer filer en finale. Persuader donc Pamela Frank, Maxime Vengerov, Ilya Gringolts et les autres. Soit un cercle de solistes émérites qui observent les prestations depuis l’étroite galerie surplombant la salle, en prenant des notes, en échangeant des regards entendus. Situation un rien intimidante pour les candidats… Plus tard tout ou presque sera dit. La liste coupée en deux, il y aura cinq exclus d’un côté, et autant d’élus de l’autre.

 
 

Parmi les prétendants, dont le plus jeune n’a que 10 ans, et le plus âgé 15, il y a Anatol János Toth. Son premier trait distinctif? Il est le seul Suisse à avoir été présélectionné dans sa catégorie, lors des éliminations qui ont précédé le lancement officiel de la compétition, le 12 avril dernier. Natif de Bâle, ville où il poursuit ses études musicales, le violoniste a donc franchi un premier palier, puis un deuxième qui lui a donné accès aux demi-finales. Y en aura-t-il un troisième? Plusieurs heures après son passage, alors qu’il attend le verdict, le jeune homme nourrit des doutes. «Je suis diminué par la fièvre depuis plusieurs jours. Cela a fini par s’entendre dans la dernière œuvre que j’ai présentée, la Tzigane de Ravel. J’ai fait une faute et puis j’ai manqué d’énergie. C’est regrettable parce que arriver en finale et la gagner vous ouvre clairement les portes d’une carrière de soliste. Quoi qu’il arrive, j’ai vécu une expérience forte ces jours-ci. Il y a un bel esprit entre les participants, qui forment une vraie communauté. Et puis, au-delà de la compétition, nous avons été au centre de multiples activités parallèles.»

Au cœur de l’après-midi, alors qu’une petite foule de musiciens et d’accompagnateurs attend les résultats sur le parvis du Conservatoire, une première nouvelle filtre depuis la salle de délibération. Le jury n’a pas réussi à départager les candidats. Il a décidé alors de qualifier six musiciens pour la finale. C’est une première dans l’histoire du concours. La deuxième nouvelle tombe quelques minutes plus tard: Anatol János Toth n’est pas sur la bonne liste. Sa quête de consécration se poursuivra ailleurs. À 14 ans, il dispose d’un allié crucial: le temps.

la tribune de Genève

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 19 Avril 2018

 

y en a pas à Marseille, trop pollué !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 17 Avril 2018

La fille du partisan, qui a tué, le 13 avril 1945, aujourd'hui le bienheureux Rolando Rivi, dimanche après-midi, a demandé pardon aux fidèles à l'endroit où est né le jeune séminariste, à San Valentino, un village de la municipalité de Castellarano dans la province de Reggio

 Dans l'église paroissiale du village Meris Corghi, fille de Giuseppe Corghi, a demandé pardon aux fidèles pour ce que son père a fait. La cérémonie religieuse a été préparée et présidée par l'évêque de Reggio Emilia, Monseigneur Massimo Camisasca, engagé depuis quelque temps dans la pacification d'un territoire encore déchiré par les séquelles de la Résistance et l'exécution sommaire à partir d'avril 1945.

Le besoin de Meris Corghi de parler publiquement est né de l'héritage reçu au moment de la mort par une tante âgée, qui à son tour avait recueilli les derniers mots du partisan Corghi, et la confession qu'il avait tué le prêtre et qu'il s'était repenti pour ce qu'il avait commis.

"Le pardon qui se produit aujourd'hui est le signe que Dieu est présent, qu'il est au milieu de nous comme il l'était au milieu de ses disciples. Il agit par l'intercession de Rolando - a dit Monseigneur Camisasca dans son homélie - Ensemble avec lui, je veux me souvenir des onze prêtres de notre Église tués entre 1944 et 1946.

Avec leur sacrifice et leur sang, ils participent à ce même événement de réconciliation.

La puissance victorieuse de Dieu a réuni ce que le mal a temporairement séparé. La décision de la fille de Corghi ouvre une page historique, politique et morale importante. D'une part, remettre en cause la gauche locale qui a toujours caché les nombreux assassinats des partisans communistes, au point de rejeter même les motions présentées par le centre-droit pour le titre de Via al Beato Rolando Rivi.

D'autre part, encore une fois, à la veille du 25 avril, nous plaçons la question de la vérité et de la paix, un sujet nié par les cercles antifascistes pour des raisons évidentes d'opportunisme politique. De l'église paroissiale de San Valentino vient une invitation qui, au-delà de toute célébration rhétorique "résistante", doit être recueillie et bien comprise. Au nom d'un séminariste, tué, à quatorze ans, par une haine fratricide que certains voudraient nier et au nom de la vérité, du pardon et de la réconciliation qui devraient être à la base de la coexistence civile.

source

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Avril 2018

 

 bon courage à Anatole, (grippe: y a pas idée !!! )

ils ont trouvé un français quand même ! y a que des asiatiques !

bonne chance  à tous !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 17 Avril 2018

 

Otto Antikainen a commencé à jouer du violon à l’âge de cinq ans. En 2012, il est accepté à l’Académie Sibelius, dans le département Junior, où il suit les cours du Professeur Réka Szilvay, ainsi qu’à l’académie de violon où enseignent Ilya Grubert, Elina Vähälä et Janne Malmivaara. En 2016, Otto remporte le 1er prix de la Jyväskylä Violin Competition. Il s’est également produit avec l’Orchestre symphonique de la radio finlandaise lors du concert pour jeunes solistes. Otto a participé aux masterclasses de Zakhar Bron, Gerhard Schulz, Mihaela Martin et Miriam Fried et à celles de musique de chambre d’Ivry Gitlis et de Menahem Pressler.

“Je suis absolument honoré et reconnaissant d’avoir été choisi pour participer au Concours Menuhin! J’attends avec impatience l’occasion de me produire devant le public et le Jury.”

 

splendide ! bravo .

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 17 Avril 2018

 

Ce matin, quelques minutes avant la messe, notre frère Dom Pierre Estorges a rendu son âme à Dieu. Il allait avoir 92 ans le 19 avril, et était aveugle depuis de longues années. "Que les Anges viennent à sa rencontre et porte son âme en la présence du Très-Haut". Telles sont les paroles que nous avons chantées auprès de lui ce matin.

Le petit placide adresse au Révérendissime Père abbé et aux moines de Solesmes ses sincères condoléances . Qu'il intercède pour nous en cette journée du 19 Avril 2018.

Je parlais de moines hier,  avec le papa d'Anatole , ben voilà. (Fontgombault fait partie de la congrégation de Solesmes. )

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0