Publié le 7 Juillet 2018

 

 

"La Vierge Marie est la seule Femme de ma vie. "

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Juillet 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Juillet 2018

 

 

 

priez pour nous .

"Com imensa alegria comunicamos que o Papa Francisco declarou hoje que o nosso querido Carlo é Venerável.
Viva! Viva! Viva!"

Le Pape François a autorisé la publication du décret qui reconnaît les vertus héroïques de l'enfant de 15 ans mort de leucémie après un témoignage intense de vie chrétienne.
Le Pape François a reçu en audience le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, autorisant ce dernier à promulguer le Décret concernant les vertus héroïques du Serviteur de Dieu Carlo Acutis, né le 3 mai 1991 à Londres (Angleterre) et mort à Monza (Italie) le 12 octobre 2006. Entre autres, a également reconnu les vertus héroïques du Serviteur de Dieu Giorgio La Pira, maire historique de Florence.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 6 Juillet 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Juillet 2018

 

 

 

 

Le Père. Clemens Gutberlet fera un tour à vélo du Vatican à Lourdes (France) pour évangéliser, apporter des intentions de prière et collecter des fonds pour la formation des étudiants nécessiteux de l'Athénée Pontifical Regina Apostolorum.

L'initiative "Tour a France-Pedaleando por becas" a lieu dans le cadre du 25e anniversaire de la fondation de l'université, où le prêtre allemand a obtenu son diplôme en philosophie.

Selon l'institution, ce pèlerinage sur roues débutera le 22 juillet à 6h30. Peter's Square et le voyage de 1 500 kilomètres jusqu'à Lourdes devrait s'achever le 29 juillet.

Le P. Gutberlet, membre des Légionnaires du Christ, sera accompagné par le groupe italien de cyclistes "Fatato".

 "Je considère comme un cadeau de Dieu qu'à l'occasion du 25e anniversaire de mon alma mater, je peux combiner deux de mes grandes passions : le cyclisme et la formation chrétienne intégrale", a déclaré le prêtre de 52 ans dans une vidéo promotionnelle.

Il explique qu'il fait cette tournée "parce que les étudiants ont besoin de deux choses : la motivation et les moyens".

"Avec mon expédition à vélo en juillet, je voudrais encourager les étudiants à se consacrer de tout leur cœur et de toute leur joie à leur propre formation afin de faire une différence positive dans le monde ", a dit le P. Gutberlet, qui collabore à la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique du Saint-Siège depuis 2006.

Il espère également " encourager les gens à être généreux et à soutenir les étudiants par des bourses d'études. Rejoignez mon aventure et aidez-nous de toutes les façons possibles.

"Je prendrai vos intentions avec moi et les confierai à Notre Dame de Lourdes", dit-il.

Gutberlet et les cyclistes du "Fatato" devraient traverser des villes du nord de l'Italie et du sud de la France comme Pise, Gênes, Vicoforte, Avignon, Nîmes, Montpellier et Carcassonne.

L'Athénée Pontifical Regina Apostolorum, administré par les Légionnaires du Christ, a une offre éducative pour les prêtres, les religieux, les séminaristes et les laïcs dans des domaines tels que la philosophie, la théologie et la bioéthique. Des études de baccalauréat, de maîtrise et de doctorat sont disponibles.

Sur leur site Web, ils indiquent que des bourses sont accordées aux "étudiants les plus méritants et aux ressources limitées" pour couvrir le coût de leurs études, du matériel, des repas et de l'hébergement.

"Endurer les bourses d'études Regina Apostolorum signifie non seulement faire un acte de vrai christianisme, mais aussi aider à créer un monde de paix et d'amour véritable ", ont-ils dit.

Si vous souhaitez faire un don pour contribuer à ce travail éducatif, cliquez ici.

pour votre serviteur , et aux intentions de la banquise. message envoyé ! 

"Cher Philippe, nous vous assurons de nos prières. Merci aussi pour ce lien  ! Que Dieu vous bénisse !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Juillet 2018

¡Atrapé cuernos en mis pies! alalala.. très joli

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 5 Juillet 2018

 

Elle est né à Madrid, au sein d'une famille chrétienne de la haute société. Pendant sa première communion, elle a senti l'appel du Seigneur l'invitant à le suivre. Elle a vécu à l'école des Comendadoras del Espíritu Santo, à Séville. Durant son adolescence et sa jeunesse, elle a voulu être un "missionnaire jésuite", "mon rêve était le sacerdoce", a-t-elle répété.

A l'école, elle fonda une congrégation missionnaire parmi ses compagnons, "les missionnaires cachés". A Séville, elle a essayé la pauvreté et a entendu la prophétie de son père Tarin et de sa mère Angelita sur son avenir en tant que fondatrice.


La famille s'installe au Mexique en 1906, et à l'âge de 18 ans, Nazaria, aux pieds de la Vierge de Guadalupe, entre à l'Institut des Sœurs des Aînés et des sans-abri, et doit retourner en Espagne pour faire son noviciat. A l'âge de 23 ans, elle fut affectée avec d'autres compagnons à Oruro, en Bolivie ; ici elle sentait que son esprit missionnaire devait être "au pied de la rue", et avec les licences appropriées, elle commença la fondation d'un institut missionnaire : la Croisade pontificale.

Elles se sont consacrés à la catéchèse, à la marche dans les champs, les mines et les villes, à la prédication et à l'ouverture de soupes populaires pour les chômeurs et d'orphelinats pour les enfants. Elle a travaillé pour la formation intégrale des femmes et a fondé le premier syndicat de femmes. "J'ai compris que les pauvres étaient l'héritage que le Seigneur m'a donné."

La fondation est devenue la Congrégation des Religieux Missionnaires Croisés de l'Église, et les Missionnaires Séculiers de l'Église qui se sont rapidement répandus en Argentine, en Uruguay et en Espagne.


Elle est retournée en Espagne, mais a failli mourir par peloton d'exécution pendant la guerre civile. Une intervention d'un novice et un contre-ordre lui ont sauvé la vie. Après être allée d'ambassade en ambassade, elle a réussi à quitter l'Espagne et à retourner en Amérique, mais ce ne serait pas la dernière fois qu'elle serait en Europe, puisqu'elle a navigué plusieurs fois sur l'Atlantique. Elle mourut à Buenos Aires, bien que ses restes reposent, à son gré, à Oruro, en Bolivie. Certains théologiens l'ont décrite comme une  "prophète de la nouvelle évangélisation". Elle a été béatifiée par Sa Sainteté Jean-Paul II à Rome le 27 septembre 1992.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Juillet 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Juillet 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 4 Juillet 2018

 

LE BIENHEUREUX RAPHAEL ALCOCER MARTINEZ
(1889-1936)

Prêtre et moine profès de l'Ordre de Saint Benoît.
Martyr

 

Le P. RAFAEL ALCOCER MARTÍNEZ est né à Madrid le 29 octobre 1889. Durant son enfance et sa jeunesse, il a vécu à Madrid, Orense, Tolède et Vitoria. Il a étudié à Madrid et à Saragosse, demandant à entrer à Santo Domingo de Silos en septembre 1909.

Il prit l'habit le 19 octobre 1909 et commença son noviciat canonique le 18 septembre 1910. Il interrompt son noviciat en mars 1911 pour faire son service militaire à Ceuta, profitant du temps pour étudier l'arabe. Il est retourné à Silos en mars 1914. Il a fait sa première profession le 6 avril 1915 et sa profession solennelle le 9 mai 1918. Il a été ordonné prêtre à Burgos le 25 août 1918 et a célébré sa première messe à Silos le 8 septembre. D'avril 1919 à mars 1920, il vécut dans le monastère de Santa María de Cogullada (Saragosse).

Il marcha jusqu'au monastère de Notre-Dame de Montserrat à Madrid en avril 1925. Il y multiplie ses activités d'orateur et de conférencier sacré, tout en se consacrant à des travaux scientifiques.

Extraordinairement doué pour la prédication, il a accompli un travail admirable de prédicateur dans la capitale et à l'étranger, et a été un propagateur infatigable de la réforme liturgique à travers ses conférences.

Le 19 juillet 1936, il se cacha dans la maison de son cousin Santos Alcocer, mais tous deux se réfugièrent bientôt dans une pension de famille.

Après un certain temps, le père Rafael a trouvé un logement à la librairie Saeta (Alberto Aguilera 58), où il a été arrêté le 30 septembre. Il a été emmené à l'église tchèque de Ferraz, où il a coïncidé avec un autre prêtre, Antonio Cortés Moral, et il est consigné qu'ils se sont confessés et acquittés l'un l'autre. Ensemble, ils ont été tués le 4 octobre à la Cuesta de la Elipa.

Il a été béatifié le 29 octobre 2016, pendant le pontificat du Pape François.

 

beato Luis Vidaurrázaga González

 

Prêtre et moine profès de l'Ordre de Saint Benoît.

Martyr

+

Le P. LUIS VIDAURRÁZAGA GONZÁLEZ est né à Bilbao le 13 septembre 1901. Il a étudié à l'école des Pères Piaristes.

En 1914, il entra au monastère bénédictin de Santo Domingo de Silos comme enfant oblat à l'école monastique. Il prit l'habit le 27 septembre 1917 et commença son noviciat canonique le 14 septembre 1918. Il fit sa première profession le 15 septembre 1919, fut renouvelé pour un an le 5 septembre 1922 et fit sa profession solennelle le 15 septembre 1923. Il a été ordonné prêtre à Burgos le 19 décembre 1925.

De juillet 1927 à juillet 1928, il vécut dans le monastère de Santa María de Cogullada (Saragosse).

Le 27 juillet 1928, il rejoint la communauté du monastère de Nuestra Señora de Montserrat à Madrid.

Le 19 juillet 1936, il quitte le monastère et se réfugie dans la maison de Mlle Escauriaza jusqu'à ce qu'il soit arrêté le 3 août et transféré à la prison de Ventas, d'où il est libéré le 11 décembre.

Réfugié chez un ami, il fut pris par la milice dans l'après-midi du 31 décembre 1936, arrêté et immédiatement abattu.

Il a été béatifié le 29 octobre 2016, pendant le pontificat du Pape François.

 

BIENHEUREUX JOSEPH ANTON GOMEZ.
(1881-1936)

Prêtre et moine profès de l'Ordre de Saint Benoît.
Martyr

 

Le P. JOSÉ ANTÓN GÓMEZ est né à Hacinas (Burgos), où il est né le 26 août 1878.

En 1891, il entre à l'école monastique ou obligatoire de l'abbaye bénédictine voisine de Santo Domingo de Silos. Il prit l'habit le 16 septembre 1894 et commença son noviciat canonique le 11 novembre 1895. Il fit sa première profession le 21 novembre 1896 et fit sa profession solennelle le 20 octobre 1900. Il a été ordonné prêtre le 31 août 1902.

Dans le monastère, il a occupé plusieurs postes de confiance auprès de son abbé, le père Ildefonso Guépin, comme bibliothécaire, directeur des Oblats et de la Revue ecclésiastique. En 1912, il visita en son nom les fondations que Silos avait entreprises au Mexique. En 1918, il fut envoyé comme supérieur à la petite maison que Silos avait ouverte à Madrid, et à l'exception d'une petite parenthèse en 1926-1927, il resta antérieur jusqu'à sa mort. Il consacra le plus grand effort à la restauration de l'église de Montserrat, et fut hautement estimé comme directeur spirituel et confesseur, en particulier de plusieurs communautés de femmes bénédictines.

Le 19 juillet 1936, il quitta le monastère, se réfugiant chez un de ses amis, puis chez un ami, et enfin à l'hôtel Laris, où il fut découvert. Arrêté le 24 septembre 1936 et emmené au redoutable Bureau des travaux publics tchèque, il fut immédiatement assassiné la même nuit ou, plus probablement, aux premières heures du matin du 25 septembre, sur la route de l'Andalousie.

Il a été béatifié le 29 octobre 2016, pendant le pontificat du Pape François.

 

Beato Victor Chumillas Fernández, fête le 6 Novembre.

Né à Olmeda del Rey (Cuenca). En 1914, il entra au petit séminaire franciscain de Belmonte (Cuenca). Il prit l'habit franciscain à Pastrana (Guadalajara) en 1917. Il prononça ses vœux temporaires à Arenas de San Pedro (Ávila) en 1918. Il a étudié la philosophie à Pastrana et la théologie à Consuegra (Tolède). En 1923, il fit profession solennelle. En 1925, il a été ordonné prêtre.

Son caractère était simple, joyeux, optimiste, gentil et calme. Il a toujours été un homme de prière au milieu de sa grande activité. Son esprit de sacrifice et de pauvreté était évident. La prudence, l'humilité, la bonté, la gentillesse, la serviabilité et la douceur dans son traitement ont saturé son comportement. Sa force et sa foi en Dieu l'ont rendu infatigable dans son travail et il était toujours prêt pour tout travail nécessaire et l'obéissance.

Déjà prêtre, il exerçait son apostolat par tous les moyens à sa disposition : action, parole, plume. Son travail d'enseignant ne l'empêche pas d'exercer un ministère sacerdotal intense : attention au culte, à la prédication, à la confession, à la direction spirituelle, à la direction des associations religieuses, aux malades et à la catéchèse des enfants, dans laquelle il est enthousiaste, sympathique et inventif. Son travail de publiciste était également intense dans les magazines'Cruzada Seráfica' et'Hogar Antoniano'. Dans les articles, il a su illuminer la réalité de la société espagnole avec la lumière de l'Evangile.

Le 24 juillet 1936, ils furent expulsés du couvent. Le dernier à partir fut le P. Víctor Chumillas, Gardien, qui remit les clés aux agents municipaux. Les religieux étaient accueillis par des parents et des bienfaiteurs. Dans les jours de logement, ils menaient une vie sereine et priante, sans essayer de fuir ou de se cacher des persécuteurs. Le P. Victor a exprimé à plusieurs reprises son désir d'être martyr.

Entre l'après-midi et le soir du 9 août et le matin du 10 août, 28 des 32 franciscains ont été arrêtés. Les quatre autres seraient le 11. Sans protester ou résister, mais conscients qu'ils seraient tués, ils ont suivi les agents qui les ont emmenés à la prison municipale. Le P. Chumillas a écrit son séjour dans son bréviaire. Ils étaient tous heureux de souffrir pour le Seigneur et, quand ils se voyaient, ils s'embrassaient, se demandaient pardon et recevaient l'absolution générale de leur supérieur.

Le soir, eux et les autres ecclésiastiques emprisonnés se confessent, prient et renouvellent leurs vœux et leurs promesses sacerdotales. Le P. Chumillas les a exhortés à souffrir le martyre pour Dieu et tous sont restés avec un ardent désir de le souffrir et se sont retirés pour se reposer.

Après être entrés dans la prison, les autres prêtres et religieux du village le 11, ils ont tous été transférés à l'église de Santa Maria. Là-bas, ils recevaient de la nourriture de leurs parents et bienfaiteurs. Ils étaient sereins et consacraient leur temps à la prière et au dialogue mutuel, se stimulant eux-mêmes au martyre. Ils ont tous fait une confession sacramentelle. Le 14, trois Franciscains âgés et d'autres religieux ont été libérés. Un des étudiants en théologie, consaburien, a également été libéré.

Après minuit du 15 au 16, les franciscains ont été sortis de l'église de la prison.

En partant, le bienheureux Père Benigno Prieto a dit : "N'ayez pas peur, mes frères, nous allons au ciel".

Immédiatement, ils ont renvoyé aux indigènes de Consuegra et aux frères non cléricaux, huit en tout, qui ont été tués le 19 août et le 24 septembre. Les vingt autres ont été mis dans un camion.

Escorté par plusieurs voitures, dans lesquelles le maire et les membres du Conseil municipal étaient à cheval, le camion a quitté Consuegra, traversé la ville d'Urda et s'est arrêté à l'endroit appelé Boca de Balondillo, dans la municipalité de Fuente el Fresno (Ciudad Real). Les franciscains, qui avaient prié le long du chemin, ont reçu l'ordre de descendre et de s'aligner à quelques mètres de la route.

Le P. Víctor Chumillas a demandé au maire de les détacher pour qu'ils meurent les bras croisés, mais cela n'a pas été accordé. Il leur a demandé de se faire tirer dessus, et le maire leur a permis de se retourner. Alors le P. Victor dit à sa communauté : "Frères, levez les yeux au ciel et priez le dernier Notre Père, car dans quelques instants nous serons dans le Royaume des Cieux. Et pardonnez à ceux qui vous tueront. Et au maire : "Nous sommes prêts à mourir pour le Christ". Immédiatement, le bienheureux P. Saturnino Rio a crié : "Pardonne-leur, Seigneur, car ils ne savent pas ce qu'ils font ! Les tirs ont commencé.

A ce moment-là, plusieurs franciscains criaient : "Vive le Christ Roi ! vive l'Ordre franciscain ! Pardonne-leur, Seigneur ! Il était environ 3h45 du matin le 16 août 1936. Les corps des vingt franciscains, sur ordre des autorités, ont déjà été ramassés dans la journée, pris dans un camion et enterrés dans le cimetière de Fuente el Fresno. Une croix de marbre avec une brève inscription rappelle le lieu de son martyre.

Après la guerre civile, ils ont été emmenés au cimetière de Consuegra. Le 15 août 1940, leurs corps furent transférés dans la chapelle construite à cet effet dans l'église du couvent franciscain de cette localité jusqu'au 26 novembre 1982, date à laquelle la maison fut fermée, ils furent transférés à Tolède et finalement enterrés dans l'église franciscaine de San Juan de los Reyes le 23 décembre de la même année.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0