Publié le 6 Septembre 2017

Mgr Turini avait dans l’idée de leur faire découvrir et partager le temps d’une sortie, la vie d’hommes de passion et de conviction, engagés toute l’année au service des autres. Un peu comme ces 6 jeunes garçon qui se prédestinent au ministère de prêtre et à l’engagement d’une vie au service de Dieu et de son peuple.

C’est ainsi que les séminaristes diocésains ont embarqué sur la vedette SNSM du Barcarès pour participer à un exercice de sauvetage en mer, avec l’équipage bénévole*. Au large de la station balnéaire ils ont vu comment ces anges gardiens orange s’entrainaient pour récupérer une victime tombée à l’eau, pour remorquer une embarcation en panne ou en perdition, le tout dans des conditions climatiques proches des vraies interventions.

Ils ont surtout compris que pour les bénévoles sauveteurs en mer, cette mission était avant tout un vocation. Celle d’aimer la mer, de la respecter, et d’aimer porter assistance quelles que soient les conditions. Une tache qui peut s’avérer ingrate, souvent. Ils ont pu goûter à l’adrénaline de l’urgence avec une vedette engagée à 25 noeuds sur l’eau pour aller secourir une victime. Ils ont pu aussi voir leur évêque prendre le barre et piloter le bateau. Puis ils ont célébré l’eucharistie au côté du père Évêque et du Père Clavaguera, curé de la communauté de paroisses Ste Lydie en Salanque, avant d’aller découvrir le paquebot des sables symbole de la commune du Barcarès. Une journée riche de rencontre et de partage pour renforcer leur foi et le sens de leur engagemen

diocèse pyrénées orientales.

à l'intention d'Alban.  bonne et sainte rentrée.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 6 Septembre 2017

Sharon, adolescent chrétien de 15 ans, battu à mort au sein de son lycée par des jeunes musulmans

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 6 Septembre 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Septembre 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Septembre 2017

 

 

 

 bravo ! good start of classes à Angel... très belle vidéo. merci. dans la joie et la bonne humeur.. il porte bien son prénom .. félicitations,  sa maman nous remerciant pour la pub évidemment "Thank you!" ☺

. plein de fraicheur, pour un début de semaine.de rentrée. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 4 Septembre 2017

priez pour nous. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Septembre 2017

  

 

   La substance du pain devient la substance du corps du Seigneur au ciel : il n'y a rien de changé dans la chair impassible de Jésus, tout le changement se fait dans la substance du pain.

    Et précisément, parce que la substance du pain qui est sur terre devenue la substance du corps qui est au ciel, là, sur l'autel, où se trouve l'hostie, nous avons parmi nous la substance du corps céleste du Seigneur, la substance de son corps glorieux, la présence aussi de sa Personne, inséparable de son corps et de son sang.

   Mystère de foi. C'est le moment de la bienheureuse rencontre du Christ et de l'âme dans la communion. A la messe merveilleusement s'accomplit la promesse :" Quand vous serez deux ou trois réunis en mon nom, je serai au milieu de vous,"

   Et voici: en mangeant cette chair immolée pour nous, en buvant ce sang versé pour nous, en substance, la victime de nos péchés et l'acte essentiel de notre salut.  L'amour actuel du Seigneur, qui le porta à mourir pour nous, le porte maintenant à venir, immortel, en nous mortels, pour nous donner force et vie contre les puissances de péché et de mort, et pour nous élever en amour jusqu'à son Coeur, au-delà de tous les biens périssables qui sont toujours là pour nous séduire.

   Il se fait alors une merveilleuse nutrition, par laquelle nous devenons, selon le langage très fort des Pères , " concorporels et consanguins " du Christ. Le Seigneur accroît alors la vertu de notre sang par la puissance de son sang, il augmente la fermeté de notre chair par la sainteté de la sienne, car, dit splendidement saint Grégoire de Nysse, le Seigneur  " s'insère dans les croyants par sa chair ", mêlé aux corps des croyants afin que l'homme aussi ait part à l'incorruption par son son union à cette substance immortelle. "

   Saint Thomas d'Aquin résume toute la tradition, avec sa clarté et sa concision coutumières, dans un article de la Somme. Pour lui, dans une âme de parfaite pureté et de parfaite ferveur, l'effet de la messe, qui s'accomplit en la communion , est proprement immense.

   Pour deviner cette grâce, dit-il, pensons d'abord à ce que contient ce sacrement: le corps, le sang du Seigneur, son âme, son intention et son désir, son coeur et son amour, son infinie puissance.

   Comme le Christ venant visiblement au monde donne au monde la vie éternelle, ainsi venant sacramentellement dans l'âme , il opère en elle une vie immortelle, selon la parole de saint Jean :" Celui qui me mange vivra pour moi." (Jo, VI,58)  Ce que commente saint Cyrille (in Lucam XXII, 19-20

" Le Verbe de Dieu vivifiant s'unissant à sa propre chair la fit vivifiante", et cette chair vivante unie à notre chair mourante lui rend la vie.

 

rp Lajeunie op .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Septembre 2017

   Pensons, en outre, que la messe représente réellement la Passion du Seigneur, la rend réellement présente par la présence du vrai corps qui fut immolé sur la Croix.

   Ainsi l'effet produit par la bienheureuse Passion dans le monde, l'eucharistie l'accomplit par la communion dans nos âmes, et quand nous approchons nos lèvres du calice, nous avertit saint Jean Chrysostome, nous devons y boire comme si nous puisions le sang au côté ouvert du Sauveur. Le Seigneur lui-même n'a-t-il pas dit :" Ceci est mon sang, qui sera versé pour vous en rémission des péchés. " (Matth, XXVI, 28)

   Rappelons-nous encore que ce sacrement nous est donné sous forme de nourriture et qu'il a dans nos âmes les mêmes effets spirituels que le pain et le vin produisent physiquement en nos corps. Le pain soutient le corps, et ce sacrement soutient l'âme. Le pain répare les forces de nos corps,; ce sacrement, celles de l'âme. Le pain accroît la vie du corps; l'hostie, la vie de l'âme. Le pain réjouit notre corps; l'eucharistie réjouit l'âme et la comble enfin de délices spirituelles qui ne lassent jamais notre goût. Ainsi , comme le pain et le vin deviennent la chose et la substance du corps qui a faim, le Christ devient la chose et la substance de l'âme qui a le désir et l'amour.

Praestat se nobis desiderantibus, dit encore saint Jean Chrysostome: le voici qui se prête à nos désirs; nous pouvons le prendre et l'avoir au plus intime de nous-mêmes, l'aimer présent en notre âme et,  ayant en nous son amour, " demeurer dans son amour ", selon le précepte que Lui-même nous a donné avant de souffrir: Manete in dilectione mea.

   Pour jouir de ces bienheureux effets de la messe, il suffit d'y apporter les dispositions personnelles de foi et d'amour nécessaires. Ces grâces  sont offertes à chacun : elles ne requièrent qu'une préparation individuelle.

   Mais si le Seigneur aime chacun de nous, il nous aime aussi tous ensemble, il nous aime unis, en église; il nous groupe autour de sa table, pour que nous tous qui sommes plusieurs nous ne fassions, tous ensemble, qu'un corps avec Lui. Saint Paul nous en avertit :" La coupe de bénédiction, que nous bénissions, n'est-elle pas la communion au sang du Christ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps du Christ? Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps, participant tous à un même pain.  (I Cor. X, 16,17)

   Ce fut l'intention suprême du Sauveur de nous grouper tous en son amour, en mourant par amour pour nous tous :" Père , qu'ils soient un comme vous et moi nous sommes un . "  Dès la fin du premier siècle cette idée se trouvait au centre de la croyance eucharistique . " Comme ce pain rompu, lisons-nous dans la Didaché, était auparavant dispersé sur les monts et , rassemblé, est devenu un, qu'ainsi se rassemble ton Eglise, des confins de la terre , en ton règne . "

   Aussi le Seigneur a t-il voulu nous donner ce sacrement en des choses qui signifient l'union et doivent opérer l'unité: le pain et le vin faits de grains auparavant multiples et épars, maintenant fondus en une seule substance pour nourrir un seul peuple et lui donner une seule vie immortelle dans la puissance unique du Seigneur. Sur quoi saint Augustin s'écrie :" O sacrement de la tendresse, ô signe d'unité, ô lien mystérieux de la divine charité !" .

   Mais le message du Seigneur vient éveiller des morts dans un monde obscur.

C'est le mot si triste de saint Jean au seuil de son Evangile de joie :" Il est venu chez les siens et les siens ne l'ont point reçu. " Seuls ceux qui le reçoivent ont aussi ce pouvoir de devenir enfants de Dieu.

   Voilà donc une discrimination qui pourrait être effrayante si l'on en voyait tout le drame. Très peu reçoivent vraiment le Seigneur, très peu s'ouvrent à lui pleinement à la messe, pour recevoir de lui cette vie éternelle que le pain du ciel doit nourrir.

   Pourquoi ? Les causes sont infinies, mais toutes se ramènent à des responsabilités personnelles .

Le don du Seigneur est sans défaut; c'est nous qui défaillons et ne savons plus tendre vers lui des mains loyales pour le recevoir. Et comment avons-nous laissé s'obscurcir l'or pur de la messe?

   ... Nous avons la clé du trésor, le trésor n'est-il pas fermé parce que nous avons négligé de l'ouvrir ?

 

rp Lajeunie op .

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Septembre 2017

 

" Je vous vois, ma très chère Fille, selon ce que vous m'écrivez, toute jetée sur les épines. Oh ! prenez courage, je vous en conjure; c'est là où les lys agréables de votre Epoux croissent et se nourrissent mieux, et le mouton, que Dieu voulut lui être immolé au lieu d'Isaac, était arrêté entre les épines.  Travaillez fidèlement avec la pointe suprême de votre volonté parmi ces ténèbres et sécheresses; une once de l'ouvrage fait en cette sorte vaut mieux que cent livres de celui qu'on fait entre les consolations et sentiments , et bien que celui-ci soit plus doux, l'autre néanmoins est meilleur" .

Saint François de Sales .

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Septembre 2017

avec l'autorisation du vicaire général; je .préférais aller demander quand même, par politesse. j'ai encore un peu de savoir vivre..

 

tout comme nous pouvons le constater très forte baisse..ça doit être des faux , encore de l'arnaque !!! hu hu hu , je n'en connais qu'un très sympa d'ailleurs. , plus moyen de se garer dans cette rue, alalalala

Bravo ,  bonne et sainte rentrée à tous .

priez beaucoup  pour moi. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0