Publié le 18 Mars 2015

القديس يوسف

 

      

 

 

 

 

Ce sont surtout les vertus de la vie cachée et à un degré correspondant à celui de la grâce sanctifiante[ : une profonde humilité, une foi pénétrante, qui ne se déconcerte jamais, une espérance inébranlable, par-dessus tout une immense charité, grandissant sans cesse au contact de Jésus, la bonté la plus délicate du pauvre, riche, en sa pauvreté, des plus grands dons de Dieu, des sept dons de l’Esprit-Saint, au même degré que sa charité. Les litanies disent : « Joseph très juste, très chaste, très prudent, très fort, très obéissant, très fidèle, miroir de patience, ami de la pauvreté, modèle des ouvriers, honneur de la vie domestique. »

Sa foi vive fut à certains jours douloureuse à cause de son obscurité, obscurité dans laquelle il pressentait quelque chose de trop grand pour lui : en particulier lorsqu’il ignorait encore le secret de la conception virginale, que l’humilité de Marie tenait caché. La parole de Dieu transmise par l’ange fit la lumière, en annonçant la naissance miraculeuse du Sauveur. Joseph aurait pu hésiter à croire une chose si extraordinaire ; il y croit fermement dans la simplicité de son cœur, et cette grâce insigne, loin de l’enorgueillir, le confirme pour toujours dans l’humilité. Pourquoi, se dit-il, à moi Joseph, plutôt qu’à tout autre homme, le Très-Haut a-t-il donné ce trésor infini à garder ? Il voit avec évidence qu’il n’a certes pas pu mériter un pareil don. II comprend toute la gratuité de la prédilection divine à son égard, c’est le bon plaisir souverainement libre, qui est à lui-même sa raison ; en même temps s’éclairent les prophéties, et la foi du charpentier grandit dans des proportions prodigieuses.

Pourtant l’obscurité ne tarde pas à reparaître, Joseph doit cheminer à travers les rayons et les ombres. Il était déjà pauvre avant d’être l’objet des prédilections divines, avant d’avoir reçu le secret de Dieu ; il devient plus pauvre encore, remarque Bossuet, lorsque Jésus vient au monde. II n’y a point de place pour le Sauveur dans la dernière des auberges de Bethléem, il faut se retirer dans une étable. Dans la délicatesse de son cœur, Joseph dut souffrir de n’avoir rien à donner à Marie et à son fils. Lorsque Jésus vient dans une âme, disent les saints, il y entre avec sa croix, il la détache de tout pour l’unir à lui. Joseph et Marie le comprirent dès le premier jour, et la prophétie du vieillard Siméon vint confirmer leur pressentiment.

Déjà la persécution commence. Hérode cherche à faire mourir le Messie. Le chef de la sainte Famille, averti par un ange, est contraint de fuir en Égypte avec Marie et l’enfant Jésus. Pauvre artisan, sans autre ressource que son travail, il part pour ce pays lointain, où nul ne le connaît ; il part, fort de sa foi en la parole de Dieu transmise par l’ange. C’est là sa mission : il doit cacher Notre Seigneur, le soustraire aux persécuteurs, et il ne reviendra à Nazareth que lorsque le danger aura disparu. Joseph est le ministre et le protecteur de la vie cachée de Jésus, comme les apôtres sont les ministres de sa vie publique.

 

En cette vie cachée, au milieu même des épreuves, la nuit obscure de la foi s’éclaire à la lumière toujours plus radieuse et plus douce, qui vient de la sainte âme du Verbe fait chair. De retour à Nazareth, pendant les années qu’y vécut la sainte Famille, le recueillement et le silence ont régné dans la petite maison du charpentier, véritable sanctuaire, plus sacré que le saint des saints du temple de Jérusalem. C’était un silence plein de douceur, la contemplation toute aimante du mystère infini de Dieu venu parmi nous et encore ignoré de tous. De temps en temps quelques paroles traduisaient l’état profond des âmes ; mais dans cette atmosphère d’innocence et d’amour les âmes étaient transparentes l’une à l’autre et se comprenaient d’un regard sans avoir besoin de paroles.

 

Après la contemplation de la bienheureuse Vierge, y en eut-il ici-bas de plus simple et de plus aimante que celle de l’humble charpentier, lorsqu’il regardait Jésus ? Par grâce il avait reçu pour lui les sentiments du père protecteur le plus dévoué et le plus délicat, et il était aimé par Jésus, enfant et adolescent, avec une tendresse, une reconnaissance et une force qui ne se peuvent trouver que dans le cœur même de Dieu. Un regard de Joseph sur Jésus rappelait à l’humble artisan le mystère de Bethléem, l’exil d’Égypte, le grand mystère du salut du monde. L’action incessante du Verbe de Dieu fait chair sur Joseph était l’action créatrice, qui conserve la vie après l’avoir donnée : « amor Dei infundens et creans bonitatem in rebus», l’action surnaturelle, féconde en grâces toujours nouvelles. Impossible de trouver plus de grandeur en une si parfaite simplicité. Comme dans le prophète Joseph de l’Ancien Testament, Joseph vendu par ses frères et figure du Christ, c’était la plus haute contemplation dans les formes les plus simples, la contemplation divine, toute pénétrée du pur amour de charité. Il portait en son cœur le secret le plus grand, celui de l’Incarnation rédemptrice ; l’heure n’était pas encore venue de le révéler. Les Juifs n’auraient pas compris, n’y auraient pas cru ; beaucoup d’entre eux attendaient un Messie temporel couvert de gloire, et non un Messie pauvre et souffrant pour nous. La présence de Joseph voilait ce mystère : on appelait Jésus le fils du charpentier. Le pauvre artisan avait dans sa maison le Verbe de Dieu fait chair, il possédait le Désiré des nations, annoncé par les prophètes, et il n’en disait mot. Il était témoin de ce mystère, et il le goûtait en secret en se taisant.

Cette contemplation très aimante était très douce pour Joseph, mais elle lui demandait aussi la plus grande abnégation, abnégation qui allait jusqu’au plus douloureux sacrifice, lorsqu’il se rappelait ces paroles de Siméon : « Cet enfant sera un signe en butte à la contradiction », et celles dites à Marie : « et vous un glaive vous transpercera la poitrine ».

L’acceptation du mystère de la Rédemption par la souffrance apparaissait à Joseph comme la consommation douloureuse du mystère de l’Incarnation, et il avait besoin de toute la générosité de son amour pour offrir à Dieu, en sacrifice suprême, l’enfant Jésus et sa sainte Mère, qu’il aimait incomparablement plus que sa propre vie. Il n’a pas offert le sacrifice eucharistique, mais il a souvent offert l’enfant Jésus à son Père pour nous. Comme le dit l’abbé Sauvé, « ne voyant que la volonté de Dieu, saint Joseph reçoit d’elle, avec la même simplicité, et les joies les plus profondes et les épreuves les plus cruelles ».

 

A peine pouvons-nous soupçonner ce que furent en l’âme de Joseph les progrès admirables de la foi, de la contemplation et de l’amour. Autant l’humble charpentier a eu une vie cachée sur la terre, autant il est glorifié dans le ciel. Celui à qui le Verbe de Dieu a obéi ici-bas conserve au ciel sur le cœur sacré de Jésus une puissance d’intercession incomparable.

Comme il veillait sur la maison de Nazareth, il veille aujourd’hui sur les foyers chrétiens, sur les communautés religieuses, sur les vierges consacrées à Dieu, il est leur guide, dit sainte Thérèse, dans les voies de l’oraison ; il est aussi, comme le disent les litanies, la consolation des malheureux, l’espoir des malades, le soutien des mourants, la terreur des démons, le Protecteur de la sainte Église, grande famille de Notre-Seigneur. Demandons-lui de nous faire connaître le prix de la vie cachée, la splendeur des mystères du Christ, et l’infinie bonté de Dieu, telle qu’il l’a vue lui-même dans l’Incarnation rédemptrice.

 

RP. gARRIGOU Lagrange . OP

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 18 Mars 2015

http://atc.infotour.biz/medias/image/fma_580_1415114333.jpg

 

18/03/15 - Le cardinal corse Dominique Mamberti célèbre A Madonuccia dans la cathédrale d'Ajaccio (Corse-du-Sud) © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

 

Le nouveau  cardinal Mamberti a célébré la messe pontificale dans la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption pleine à craquer et ornée de brassées de fleurs blanches et jaunes et d'oriflammes aux couleurs du Saint-Siège.

 

C’est en présence de son Eminence le Cardinal Dominique Mamberti et de son Excellence Olivier de Germay, Evêque de Corse que la population ajaccienne a montré toute sa ferveur et son amour pour la patronne de la ville d’Ajaccio.
A 21 heures les cérémonies en l’honneur de Notre Dame de la Miséricorde ont débuté par une procession partie de la cathédrale pour arriver place Foch et consacrer un temps de prière devant la statue de la Madunnuccia. Un concert devant l'hôtel de ville a clôturé la soirée.
 

Cette fête est celle qui tient le plus au cœur du véritable ajaccien.
Elle est née en 1656, à l’époque où plusieurs régions de l’Italie sont touchés par la peste. C’est la cas de la ville de Gênes ; c’est à cette époque que le Conseil des Anciens décide de mettre la ville d’Ajaccio sous la protection de la vierge miraculeuse de Savone, Notre Dame de la Miséricorde.
C’est le 16 novembre de cette année que la Maginifica Communità et le Conseil des Anciens, réunis dans la salle del publico palazzo, proclament la Vierge de la Miséricorde patronne de la ville et prennent l’engagement perpétuel de fêter le 18 mars de chaque année. C’est le vœu des « Magnifiques Anciens ». Ils font édifier une chapelle de Notre dame de la Miséricorde dans la cathédrale d’Ajaccio.
Depuis, les solennités débutent le soir du 17 mars par les prières traditionnelles devant la statue de Notre dame de la miséricorde située sur la place des Palmiers.
Le 18 mars, le conseil municipal se rend en cortège à la cathédrale afin d’assister à la grand messe. L’après midi, la procession fait le tour de la ville et la statue de notre dame de la miséricorde est suivie de la foule.

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 17 Mars 2015

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 16 Mars 2015

 

 

Saint Patrick's Day - St Patrick. 17 mars

______________________________

saint Patrick's  day tradition benedictine ! génial .. ! please, for mi colissimo ! no?  vive soeur Marie Thérèse , du pain irlandais qu'elle fabrique, alalala. you pouved me contact on the blogue for mi adress, snif..   Skype emoticons-10-tongueout

 

  skype emoticons smile very good ! i like, châpeau les novices, trop mignonnes..

beh dis donc. Skype emoticons-52-heartSkype emoticons-52-heartSkype emoticons-52-heart

 

Skype emoticons-37-clapping

St Patrick's day ...

Fare thee well, Saint Patrick’s Day Parade,
South Boston, fare thee well! 
We are standing for our Catholic Faith,
And the Saint that we love so well. 

Chorus:
So, fare thee well, the time has come,
We will now defend one so great as he.
It’s not the leaving of Boston that grieves me,
But Saint Patrick when I think of thee.

We have marched there for over twenty years,
“Keep the Faith” did we proudly display,
And though the foes of God may try,
They will never take this Faith away! - Chorus

Remember, Holy Youth, how long ago,
You brought the Faith to Erin’s shore.
Through the strength and the might of the Trinity,
Bring the Irish back to Christ once more! - Chorus


 

 

Une très ancienne tradition irlandaise fait de saint Patrick l'évangélisateur de l'Irlande dans le second tiers du Ve siècle. Amplifiées avec le temps, de nombreuses légendes courent autour de ce saint patron mais, faute de repères historiques précis, il est difficile à son sujet d'extraire la réalité du merveilleux. Les documents anciens attribués à Saint Patrick ou à ses disciples – deux écrits latins : la Confession et la Lettre aux soldats de Coroticus – sont sujets à caution et les récits de ses premiers biographes, Muirchu et Tirechan, ne sont pas très fiables : rédigés au VIIe siècle, lors du conflit entre Rome et les chrétientés celtiques, ils épousent manifestement les thèses de la cause romaine. C'est donc avec une extrême prudence que Jean Guiffan, auteur d'une Histoire de l'Irlande (Hatier, 1995), a tenté de retracer la vie de saint Patrick.

 

 

La vie et la mission de saint Patrick

 

Issu d'une famille bretonne romanisée et christianisée – son père était décurion et diacre –, Patrick serait né vers 385-390 près de Dumbarton, au nord de l'Angleterre actuelle. Il aurait été enlevé à seize ans par des pirates scots – c'est-à-dire, à cette époque, irlandais – et emmené en Ulster, dans le comté d'Antrim, devenant pendant six ans l'esclave d'un druide. Obéissant à une vision divine, il se serait évadé, réussissant à rejoindre sa famille en Grande-Bretagne. Là, si l'on en croit la Confession, il aurait eu une autre vision dans laquelle les Irlandais l'imploraient pour qu'il revienne parmi eux.

Patrick va acquérir en Gaule la formation religieuse qui lui manque. Selon certaines sources, il aurait rendu visite à saint Martin de Tours – ce qui n'est chronologiquement pas possible. Une autre tradition tardive qui le fait séjourner à Lérins, fondation monastique du sud de la Gaule, semble également dépourvue de tout fondement. En revanche, il est possible qu'il se soit fixé à Auxerre, comme l'affirme La vie de Saint Patrick de Muirchu, et même qu'il ait été consacré des mains de saint Germain avant d'être envoyé en Irlande par le pape Célestin.

D'après les Annales d'Ulster, Patrick serait arrivé dans l'île en 432, débarquant à Saul, près de Downpatrick. Selon la tradition, c'est lui qui aurait converti l'île païenne au christianisme en défiant les druides dans des joutes singulières comme l'épreuve du feu et en expliquant le mystère de la Sainte Trinité par la feuille trilobée du trèfle qui deviendra, avec la harpe celtique, le symbole de l'Irlande. S'adressant de préférence aux rois et à leur famille pour convertir ensuite plus facilement le reste de la population, il aurait été pendant une trentaine d'années, avec quelques disciples, l'infatigable propagateur de l'Évangile en Irlande, baptisant des milliers de personnes, fondant de nombreuses églises et l'évêché d'Armagh. Si des incertitudes planent sur la date exacte de sa mort, sans doute vers 461, il n'en demeure pas moins qu'à la fin du Ve siècle, l'Irlande païenne était bien entièrement christianisée.

Aussi saint Patrick est-il l'objet d'une véritable vénération de la part des Irlandais. Sa fête, le 17 mars, est célébrée par toutes les communautés irlandaises du monde entier et c'est cette date qui a été choisie par le gouvernement irlandais comme jour de fête nationale. Tous les ans, le dernier dimanche de juillet, des milliers de pèlerins gravissent, parfois pieds nus et même à genoux, les 763 mètres de Croagh Patrick, la « montagne sacrée de l'Irlande » dans le comté de Mayo : saint Patrick s'y serait imposé en 441 quarante jours de retraite et de pénitence, précipitant dans une fissure profonde toutes les vermines monstrueuses et venimeuses de l'île, ce qui, selon la tradition, explique l'absence aujourd'hui encore de serpents en Irlande. Plus terrible encore que l'ascension de Croagh Patrick est le pèlerinage du « Purgatoire de Saint Patrick » sur l'îlot de Station Island dans le lough Derg (comté du Donegal) où, entre le 1er juin et le 15 août, les pèlerins passent trois jours en prière sans pratiquement dormir et en se soumettant à un jeûne strict. Malgré plusieurs mises en garde des autorités religieuses en raison du caractère excessif de ces rites séculaires, ce pèlerinage attire toujours beaucoup de pénitents.

 

La tradition face à l'histoire

 

Sans vouloir offenser la tradition irlandaise ni diminuer les mérites de saint Patrick, il est difficile de croire qu'il ait trouvé en 432 l'Irlande vierge de toute influence chrétienne alors que l'île voisine, la Grande-Bretagne, avait été touchée par la nouvelle religion au moins deux siècles plus tôt. Il est probable que le message chrétien avait en fait déjà été introduit dans l'île par des missionnaires venus de Grande-Bretagne, d'Aquitaine, d'Espagne ou même d'Orient dès la fin du IVe siècle ou les débuts du Ve siècle.

La chronique de Prosper d'Aquitaine, source généralement digne de confiance, nous apprend d'ailleurs qu'en 431 le pape Célestin avait envoyé en Irlande un certain Palladius comme évêque pour les Irlandais « croyant dans le Christ », in Christum credentes. Cela implique l'existence de communautés chrétiennes en Irlande avant l'arrivée de saint Patrick et souligne la volonté de Rome de les faire entrer dans l'obédience pontificale. On ne sait malheureusement rien de plus sur la mission de ce Palladius mais, comme le montre la création de l'évêché d'Armagh vers 445, c'est bien une Église épiscopale de type continental que Rome a cherché à implanter en Irlande.

Or c'est sous la forme du monachisme que le christianisme va se développer dans l'île aux VIe et VIIe siècles. Sans remettre en cause l'organisation diocésaine existante, l'Irlande se couvre alors de nombreux monastères indépendants les uns des autres qui deviennent les véritables centres de la vie religieuse. Leurs saints fondateurs ne se réfèrent jamais à Palladius ou à Patrick dont on semble même oublier le nom. Isolée de la papauté romaine par les invasions barbares, l'Irlande, comme les autres pays celtiques, va être pendant près de deux siècles le grand refuge du christianisme occidental face à un continent retombé en partie dans le paganisme, mais un foyer original que Rome ne tardera pas à reprendre en main.

 

Le monachisme irlandais et son influence en Europe

 

D'origine orientale, le monachisme s'est rapidement développé en Irlande où, dans un pays dépourvu de villes, des monastères ruraux s'adaptaient mieux qu'une organisation épiscopale urbaine aux structures sociales et politiques de la civilisation celtique. Ce sont souvent des clans entiers qui, à la suite de la conversion de leurs rois et de leurs druides, adhérèrent au christianisme, et les moines apparurent comme les nouveaux guides spirituels de ces communautés, les héritiers directs de la classe sacerdotale païenne. Il est significatif que bon nombre de fondateurs de monastères étaient de sang royal, ou filid – poètes –, ou fils de druides : c'est notamment le cas de saint Ciaran, fondateur de Clonmacnoise, de saint Kevin à Glendalough, de saint Comball à Bangor, de saint Colomba à Derry et Durrow…

Cette conversion « par le haut » de l'Irlande au christianisme et un certain respect de la nouvelle religion pour les croyances ancestrales expliquent sans doute que le message chrétien fut rapidement bien accueilli dans le pays : l'Église n'y compte aucun saint martyr. La grande fête celtique de Samain, le 1er novembre, est devenue la Toussaint et la fête des morts ; le site des premiers oratoires était souvent des îles ou des sources sacrées. Au monastère de Kildare, fondé par sainte Brigitte, bien vite assimilée à la grande déesse celtique Brigit, des nonnes issues de familles nobles entretinrent un feu sacré – pratique éminemment païenne – pendant tout le Moyen-Âge. En héritant du patrimoine culturel et scientifique des druides, les écoles monastiques firent de l'Irlande du VIe au IXe siècle « l'île des saints et des savants ».

Les moines irlandais excellèrent dans ce qui était alors les deux arts majeurs de l'Occident : l'enluminure et l'orfèvrerie. La décoration d'évangéliaires comme le livre de Durrow (milieu du VIIe siècle) ou le livre de Kells (fin du VIIIe siècle), la « broche de Tara » et le « calice d'Armagh » (œuvres du VIIIe siècle) comptent parmi les plus belles réalisations artistiques du haut Moyen-Âge chrétien.

L'Irlande entièrement christianisée, les moines allèrent exercer leur activité missionnaire à l'étranger, fondant des monastères dans une grande partie de l'Europe à l'instar de saint Colomban à qui l'on doit les fondations d'Annegray et de Luxeuil en Gaule, et de Bobbio en Italie. De nombreux érudits, tel Jean Scot Érigène, dont le nom signifie « originaire d'Erin », vinrent travailler sur le continent, et l'Irlande joua pendant plusieurs siècles un rôle important sur le destin culturel d'une Europe bouleversée par les invasions germaniques.

Mais la particularité de l'Église d'Irlande, comme celle des autres Églises celtiques, ne reposait pas seulement sur son organisation monastique. Elle se manifestait aussi au plan liturgique par une datation différente du jour de Pâques, des rites de baptême particuliers et une tonsure originale. Aussi, dès la fin du VIIe siècle, la papauté entreprit de reprendre en main les chrétientés celtiques : c'est alors que l'on commença à présenter saint Patrick comme fondateur de l'Église irlandaise. Tout en se soumettant à Rome au plan liturgique, l'Irlande réussit toutefois à garder son organisation monastique. Mais au XIIe siècle, l'implantation dans l'île des ordres monastiques continentaux – les bénédictins vers 1135 et les cisterciens en 1142 – puis la conquête anglo-normande sonnèrent le glas du monachisme irlandais traditionnel.

Jean Guiffan clio.fr

 

http://planete.gifs.free.fr/gifs/albums/monde/Monde-drapeaux-europeen/Irlande/thumb_drapeau-Irlande-etoileb-004.gif

Bonne fête  à tous les Patrick, évidement vous êtes dispensés en ce saint jour du jeûne du carême, alors bon appétit. trève de carême des conflits et des guerres, ça fait du bien.

! skype emoticons smile

 

je vous conseille: ça c'est pour votre petit déj.

 

 

 

Guinness and Beef Pie Recipe Skype emoticons-10-tongueout

 

l'apple pie, irlandais, bien sûr;   très bon dans les temps qui courent et vive l'Irlande

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 16 Mars 2015

 

http://shoebat.com/wp-content/uploads/2015/03/articles_image4201502050201504SE3.jpg

 

http://shoebat.com/wp-content/uploads/2015/03/articles_image6201502050201504SE3.jpg

 

Environ 600 combattants parmi nos frères chrétiens dans la plaine de Ninive ont suivi des cours de formation, entraînement physique théorie et prise de vue des exercices militaires . Tous les participants sont bénévoles avec la volonté de libérer le pays de l'IsIS et de le défendre.

Le nouveau groupe chrétien se nomme "tiger guards "

 

source

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 16 Mars 2015

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 16 Mars 2015

                     Le père Raphaël d'Anselme devant la Vierge à l'enfant de l'église Saint-Patern, dont le sceptre a disparu.

 

skype emoticons smile  l'oeuvre d' un déjanté encore ..! un spécialiste aurait tout pris..! ça va revenir va. !

bon carême, mr l'abbé.et à Amaury.

 

En bois, il ornait la statue de la Vierge à l’enfant à l'église Saint-Patern de Vannes. Depuis une semaine, les prêtres appellent les fidèles à la prière pour son retour.

 

La madone de Saint-Patern n’a plus son sceptre. L’abbé Brillet s’est aperçu du vol sur la statue de la Vierge à l’enfant il y a une semaine.

Sur un panonceau, il demande aux fidèles de « bien vouloir offrir une prière à Notre-Dame, la tendre Mère du Christ et notre Mère, afin qu’Elle touche le cœur de celui qui s’est servi, afin qu’il rapporte sans tarder ce qui appartient à la Reine du Ciel ».

« On essaie d’y croire, indique le père Raphaël d’Anselme. Ce sceptre en bois, remis officiellement il y a cinq ans, a surtout une valeur spirituelle. Il est en forme de lys, expression de la beauté, de la pureté de la Sainte-Vierge ».

S'il vient réparer sa faute, l’auteur du vol pourra méditer le dernier paragraphe du panonceau de l’abbé Brillet : « Veuille Dieu pardonner celui qui s’en prend à Celle qui mérite les plus infinis respects tant en actes qu’en paroles, nous souvenant comment le Père céleste s’est manifesté par le passé contre ceux qui osaient se moquer d’Elle ! »

 

source

en union de prières aux intentions du forum pour mr. l'abbé Coiffet. philippe

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 15 Mars 2015

 

Le Puy du Fou forme déjà ses comédiens et ses cascadeurs. La création d'une école a pour objectif de donner une nouvelle ampleur pédagogique à cet effort.

En septembre 2015 s'ouvrira une école maternelle et primaire -jusqu'au CE2 dans un premier temps- au Puy du Fou (Vendée). Une cinquantaine d'enfants devrait la fréquenter, encadrés par quatre enseignants et deux aides maternelles, et les places risquent d'être chères, puisqu'il s'agira d'une première en Europe: une école privée, respectant le programme de l'Education nationale, en lien avec un parc d'attraction.

Le matin, les écoliers auront cours normalement. L'après-midi, ils suivront des cours artistiques -5 à 6 heures par semaine- en lien avec le spectacle. L'objectif affiché par l'association du Puy du Fou à l'initiative de cette école est de faire émerger les jeunes talents dès la maternelle. Les enfants seront sélectionnés dans le secteur des Epesses et des Herbiers en Vendée. Un recrutement local puisqu'il n'y a pas d'hébergement possible sur place. Une trentaine de candidats se sont déjà manifestés.

A terme, Nicolas de Villiers aimerait créer un collège. "Cette école, c'est le croisement à l'échelle française du modèle d'enseignement anglo-saxon et du modèle de formation oriental que l'on peut trouver au cirque de Moscou ou au cirque de Pékin", commente Nicolas de Villiers, le président du Puy du Fou.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 15 Mars 2015

Après un désaccord, faire la paix avant le coucher du soleil.

règle de st Benoît

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 15 Mars 2015

O BONE JESU, MISERERE NOBIS.

_____________________________________

« Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

 

+

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0