Publié le 24 Avril 2021

 

 

 

requiescat in pace

+

 

 

L’abbaye Saint-Michel de Kergonan est en deuil. L’abbesse émérite Marie-Françoise Euverte, est décédée jeudi dans sa 91e année. Ses obsèques seront célébrées lundi 26 avril.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 24 Avril 2021

 

 

" Qu'as-tu que tu n'aies reçu? ... " 

 

 

 

pour mr. l'abbé Aulagnier,

en remerciement

d'y croire encore aujourd'hui et  de plus en plus, même si nos routes se sont séparées, écoutant cette messe ce matin,  ne pouvait m'empêcher que tout cela je vous le dois. 

 

et pour  son sous-diacre.. Sebastian Crawford .  udp+ 

 

Philippe 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 23 Avril 2021

 

 

priez pour nous.

+

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 22 Avril 2021

 

 

 

 

La souffrance éprouvée par les enfants et les adolescents est encore plus atroce, car au-delà de la douleur une vitalité, typique de l'âge, est visible, comprimée et bloquée par la maladie et en restant au lit; de plus, beaucoup sont frappés par la sérénité et l'acceptation de la volonté de Dieu, parfois difficiles à trouver chez les adultes.


L'Église, les communautés paroissiales et civiles, les Associations, les mêmes parents et amis, après leur mort immature, ont pris des mesures pour transmettre de diverses manières les messages émis avec les leurs, bien que brefs événements terrestres, mais surtout pour en signaler les exemples. .au monde distrait, convulsif et précipité des jeunes d'aujourd'hui.

 Certains sont serviteurs de Dieu, d'autres vénérables ou déjà bienheureux et saints, d'autres encore sont définis comme «témoins de la foi de notre temps»; nous mentionnons quelques-uns de ces garçons, splendeur de la foi chrétienne, des anges de passage sur la terre qui ont laissé une traînée lumineuse de vertu, de pureté, d'exemple, d'amour: Silvio Dissegna 12 ans de Moncalieri; Aldo Blundo 15 ans de Naples; Angela Iacobell a 13 ans de Naples; Giuseppe Ottone 13 ans de Torre Annunziata; Maggiorino Vigolungo 14 ans de Benevello (Cuneo); Mari Carmen Gonzalez-Valerio 9 ans d'espagnol; La bienheureuse Laura Vicuña, 13 ans du Chili; s. Domenico Savio 15 ans oratorien de Turin; Aldo Marcozzi, 14 ans de Milan; Paola Adamo 15 ans de Tarente; Ninni Di Leo 16 ans de Palerme; Fernando Calò 17 ans portugais, etc.


À eux s'ajoute l'adolescent Domenico Zamberletti de 13 ans et neuf mois, né et mort à l'ombre du sanctuaire de l'Assomption au Sacro Monte di Varese. Et dans l'Albergo del Sacro Monte, dont ses parents possédaient et géraient, il est né le 24 août 1936, le plus jeune de trois frères. 

Une famille aisée riche de sentiments humains et chrétiens qu'ils ont su transmettre à leurs enfants, en particulier au plus jeune Domenico, qui dès son plus jeune âge était plein de gentillesse pour les pauvres, au point d'avoir un extra plat préparé dans la cuisine pour le «Christ affamé», en fait, chaque jour, des pauvres venaient à l'hôtel, en manque de nourriture. 

Bien qu'il fût le «maître», il aidait personnellement les serviteurs qu'il traitait comme des frères. La prière l'a beaucoup attiré, au point qu'un jour une religieuse a dû le secouer de sa concentration pour le faire partir et lui: «Est-il déjà temps de partir? Je ne remarque pas le temps qui passe ». Il aimait la musique d'une manière particulière et quand il était encore jeune, il avait commencé à jouer au piano de l'Albergo del Sacro Monte, improvisant des mélodies délicates.


A 9 ans, il devient même l'organiste officiel du Sanctuaire; suivant les conseils de son père, il a commencé à jouer sans partition pendant la consécration, laissant place au cœur pour jouer ce qu'il entendait. Et une fois, une dame, émue par la mélodie inédite, a demandé la partition et Domenico a répondu: «Eh bien… je ne l'ai pas! La musique a jailli de mon cœur, mais je ne me souviens même pas d'une note »; il a continué à jouer librement de merveilleuses mélodies, même pour ses compagnons et ses proches.


Il a choisi d'aller à l'école au Collège salésien de Varèse, pour y accéder il a pris le chemin de fer à crémaillère du Monte tous les matins puis le tram. Intelligent, alerte, curieux, sous la direction de son confesseur, avec la prière, la mortification et l'accomplissement joyeux de ses devoirs, il a pu atteindre des objectifs spirituels inconnus de nombreux étudiants. Tous les matins, avant l'école, le «garçon du Sacro Monte» se rendait à la chapelle du collège et ici devant les images de la Madone Auxiliatrice, par s. Giovanni Bosco et s. Domenico Savio, Domenichino, comme il était appelé à le distinguer du saint, pria et se confia à ses protecteurs célestes.


Mais le Seigneur voulait encore plus de lui; début janvier 1949, les premiers symptômes apparaissent avec la pleurésie, une maladie grave qui aurait écrasé tous ses rêves et ceux des autres qui l'aimaient: la leucémie. 

   Huit mois d'intenses souffrances ont suivi, offert par son lit de douleur pour le Pape, le clergé, les malades, les enfants pauvres et les éducateurs; il a prononcé diverses phrases dignes d'un saint, même s'il avait un peu plus de 13 ans. "Je sais que je n'irai pas bien, le ciel est assuré", "Je ne veux pas être inconscient quand je mourrai ... c'est Dominique Savio qui vient à ma rencontre",

"Maman, quand je suis parti, il va à rendre visite aux enfants qui souffrent dans les hôpitaux, il porte mon nom. Ils ont besoin de tant de réconfort »,

« J'aurais aimé pouvoir tenir Jésus entre mes mains, mais vous pouvez voir que je dois être prêtre au Ciel », 

«Maman, j'ai demandé à la Mère céleste de venir te consoler». Et l'année où son grand ami et confident Dominique Savio a été proclamé bienheureux, Domenichino Zamberletti est décédé le 29 mai 1950, expirant avec un cri joyeux: «Mère, Notre-Dame vient à ma rencontre!». Sa tombe se trouve dans le cimetière du Sacro Monte di Varese.


Les premiers pas de Domenichino


Domenico Zamberletti est né le 24 août 1936, à l'ombre du sanctuaire de Santa Maria del Monte au-dessus de Varèse dans un endroit splendide pour la beauté naturelle et artistique, qui domine la vallée sans limites du Pô d'en haut; et dans les jours les plus clairs, le regard peut aller aussi loin que Milan et les lointains sommets des Apennins liguriens. Le sanctuaire est une destination à chaque saison de pèlerinages, de cérémonies solennelles et d'excursions pour d'innombrables personnes en quête de tranquillité et de prière le long du splendide itinéraire du Saint Rosaire. C'est une œuvre précieuse composée de quatorze chapelles avec autant de scènes évangéliques correspondant aux mystères traditionnels, construite entre 1600 et 1700, qui serpente le long d'un chemin en montée sur environ 3 km. sur la crête de la montagne, se terminant par le sanctuaire lui-même à 800 mètres.


Cette composante de beauté et de joie festive était profondément gravée dans l'âme de Domenichino (comme tout le monde l'appelait pour sa silhouette élancée et son caractère aimable). Il était le deuxième fils des propriétaires de l'hôtel le plus célèbre de la région et dès son plus jeune âge, il s'est familiarisé avec tout le monde, en se faufilant ici et là parmi les clients qui affluaient à l'hôtel. D'un tempérament joyeux par nature, il n'a jamais perdu ce personnage dominant, même dans les moments les plus difficiles de sa vie.


Il avait été éduqué pour observer la loi de Dieu même dans les plus petites choses, dans la certitude que toute transgression éloigne Dieu et son amour. Pour cela, il a fait très attention non seulement à ne pas manquer la messe festive - quelque chose d'absolument impensable pour lui! -, mais aussi pour ne pas arriver qu'il avait déjà commencé.


Une âme joyeuse et à l'écoute des gens


Sa famille, profondément chrétienne, l'entourait de soin et d'affection: maman, papa, grand frère, petite sœur, grand-mère et Nene composaient son univers serein, qui souriait aux milliers d'idées de Domenichino., Un signe d'un esprit d'initiative hors du commun, qui a dû se développer très vite - et de manière prodigieuse - déjà au cours de son enfance.


Doté d'un grand esprit de bonté et de solidarité, il était toujours prêt à aider tout le monde, dès qu'il le pouvait, ou il en sentait le besoin.

 Un de ses serviteurs nous raconte: «Il était le propriétaire, mais il a spontanément couru pour m'aider même dans les tâches les plus modestes, comme nettoyer et emporter les bouteilles. Quand j'étais malade, il venait me voir et il m'apportait la soupe, peut-être en renversant la moitié sur lui-même. Puis il est resté pour me tenir compagnie pendant que les autres enfants jouaient: «Mais va jouer» - je lui ai dit. "J'ai toujours le temps de jouer!" Répondit Domenichino. Mais cela a dû lui coûter un grand sacrifice, car il aimait beaucoup jouer et s'amuser ».


Dès son plus jeune âge, il a su dominer l'égoïsme facile des enfants et il a imposé la générosité. C'était tout pour les autres. Domenichino tenait beaucoup à ce que les fêtes soient vraiment "une fête". Il a préparé des colis et des cadeaux pour tout le monde. A Noël, elle a fait une belle crèche pour ses petits frères. Négliger les festivités que la liturgie offre aux fidèles était une faute pour lui, un mépris pour les dons que le Seigneur avait préparés. Fête la musique, dans laquelle le cœur s'est dilaté, fête l'école dans laquelle se nourrit l'intellect agile.


Le talent musical


Le matin, il s'est réveillé en chantant, annonçant ainsi le nouveau jour: il est devenu fou de contes de fées, de poèmes et de chansons - qu'il composait lui-même - révélant rapidement un grand talent musical. Enfant, il emmenait souvent joyeusement les filles qui travaillaient à l'hôtel et leur faisait chanter la mélodie lui-même, puis il se levait sur une chaise et devant les clients de l'hôtel, il commençait spontanément à réciter les poèmes qu'il avait appris à la maternelle et toujours a terminé en disant tous satisfaits: «J'ai fini! Frappez dans mes mains! ».


Et son grand talent pour la musique allait bientôt se révéler ... «Un jour - dit sa mère - j'ai entendu les notes du piano venant du salon de notre maison. Un son clair et élémentaire: une note à la fois qui rythmait une chanson de mode: Lili Marlene. "Qui joue?" - Je me demandais. En entrant, je trouve Domenichino en train de grimper, occupé à frapper son petit doigt sur le clavier! ». Il aimait donc non seulement chanter, mais aussi jouer. Et comme il alternait délicieusement ses jeux avec ses «exercices» au piano!


Sa première passion: l'orgue du Sanctuaire


Le Sanctuaire était pour lui un lieu privilégié, ce qui l'attirait. En particulier l'orgue, dont il avait subi dès son plus jeune âge une fascination irrésistible!

 À l'âge de 9 ans, Domenichino a repris l'orgue du sanctuaire en tant qu'organiste officiel. Sa touche délicate et vibrante étonne. Le chœur de la chorale s'est vite rendu compte qu'il avait trouvé un professeur exceptionnel. Domenichino est donc venu en peu de temps improviser des morceaux entiers d'accompagnement de la messe.


Un jour, une dame s'est précipitée vers l'orgue et a revendiqué cette belle musique pour elle-même: elle voulait la copier et la jouer. "La musique? - Domenichino a dit rêveusement - Ça n'existe pas, ça n'existe pas, je ne me souviens même plus d'une seule note ».


Et ceux qui, pour une raison ou une autre, cherchaient l'organiste ne voulaient pas en croire leurs yeux, quand ce garçon blond poli et modeste s'est présenté. Il pouvait à peine atteindre les pédales d'orgue et pour jouer, il devait encore faire des efforts considérables et tout tordre. Au contraire, il y a eu un jour un bruit sourd, avec des bruits interrompus au milieu d'une mélodie: c'était lui qui, pour se rendre à la pédale, avait glissé du siège et tombé avec poids ... accroché au clavier!


Ses parents ont eu le bon sens de ne pas faire de lui un «enfant prodige», mais ont suivi ses progrès dans l'art avec intérêt. 

Son père lui a alors donné les meilleures suggestions en matière de musique: «A chaque fête tu joueras quelque chose de nouveau - dit-il - mais à l'Élévation il faut extraire de ta tête et de ton cœur la plus belle musique pour Jésus Eucharistie. Jouez comme vous voulez, mais sans musique devant vous: rappelez-vous que c'est le moment le plus important, les gens doivent être rassemblés, et vous devez donner le meilleur de vous-même au Seigneur! ». 

Il n'avait pas encore treize ans lorsqu'il composa toute une pastorale. Peu de temps après, il a dû être admis à la clinique, pour sa maladie qui avait déjà fait son apparition inquiétante: les filles sont allées le voir en disant: "Domenichino revient bientôt, car on ne peut plus rien conclure sans toi!".harmonium et étant donné son extrême faiblesse, quelqu'un lui a écrasé le soufflet. Les filles sont revenues au Sacro Monte avec le soin pastoral qu'elles avaient appris par cœur.


Enfant de chœur de Domenichino


Dans un si petit village, perché au sommet d'une montagne, les enfants adoraient se retrouver et se regrouper autour du sanctuaire, là où les touristes et les pèlerins convergeaient également. Là-bas, en plus d'assister aux fonctions, les garçons se sentaient «importants». C'étaient les enfants de chœur du Sacro Monte, ceux de la maison ... de la Madone! Étant donné que Domenichino dans le groupe avait une certaine importance, il a été nommé chef des enfants de chœur.


Il y avait quelque chose de singulier chez ce petit garçon, une bonté et une vigueur qui inspiraient le respect et la crainte: ses enfants de chœur, qui étaient effrontés et enjoués avec les autres, lui obéissaient d'un seul signe. Quand il voulait quelque chose, il l'avait, même ceux de sa maison le savaient. Et comme il se sentait pris par ses responsabilités et avec quelle précision il souhaitait que les services soient rendus! Il fallait voir avec quel sérieux il précédait la procession et disposait la file des enfants autour de l'autel, ou les rappelait à l'ordre avec des regards expressifs. "Ils sont tellement distraits - se plaignit-il - qu'ils ne se rendent pas compte que Jésus est à quelques pas d'eux. Mais comment ne pas y penser!".

 

 


Domenichino à l'école


Après la cinquième année, Domenichino s'est inscrit à Varèse en tant qu'externe dans le collège salésien. Avec une visite à la chapelle et en disant: "Si le Seigneur me donne la grâce, je voudrais devenir prêtre", il se présenta au pensionnat en octobre 1947. Lors de cette première rencontre, dit un de ses supérieurs, les caractéristiques de sa jeunesse et des aspirations de son cœur.


Tout le monde dans l'institut l'admirait et le respectait. Même ceux qui ne professaient pas une véritable amitié avec lui avaient un respect terrible pour lui. Ils ont vu en lui le garçon modèle et ont apprécié sa valeur pour pouvoir imiter: son beau caractère le rendait sympathique. Sa piété vive et profonde n'offensait pas ceux qui se sentaient reprochés par sa conduite. Il a su tout présenter avec une belle grâce, aborder avec un sourire enviable, s'entourer de mille compliments pour faire l'abandon même le plus dissipé.


Pour tous ses compagnons, il a prié, afin que tout devienne bon. Pour cette raison, on le voyait souvent, lors de récréations, s'absenter de la cour, se rendre à la chapelle seul ou avec quelqu'un des meilleurs pour trouver Jésus, lui exprimer tout ce que son cœur était capable de dicter. Interrogé, il a répondu qu'il priait pour tout le monde.

 De Jésus, il a reçu cette force dans son cœur, cette lumière dans ses yeux, cette candeur dans son âme, pour frapper ceux qui l'observaient. Plusieurs fois, un monsieur, tombé misérablement et vaincu par le vice, et qui a eu l'occasion de fréquenter l'institut, a dit: «Qui sait ce que cet enfant a! Quand je suis près de lui, je me sens secoué. Il y a quelque chose en lui qui n'est pas dans les autres. Je ne sais pas comment exprimer ce que je ressens, je ne sais pas comment le définir, je sais juste que je le ressens ». On ne pourrait peut-être pas mieux féliciter, et cela vient du «côté opposé».


Avec ses supérieurs, il était d'une délicatesse admirable: il était tout heureux quand il pouvait leur apporter du plaisir. Il s'est réjoui quand il a su qu'ils étaient satisfaits de sa conduite. Il a essayé d'éviter tout ce qui n'était pas conforme à leurs souhaits. Il priait pour eux d'une manière très particulière et souvent, à son retour de l'institut, avant même d'arriver à la maison, il allait s'agenouiller devant sa Madonna del Monte pour un fervent Ave Maria selon leurs intentions. Dans les conversations avec les supérieurs, c'étaient les raisons fondamentales: comment pouvoir plaire de plus en plus à Jésus, comment lui offrir de la meilleure façon tout ce qu'il pouvait, y compris la souffrance.


L'amour pour l'Eucharistie


Aux fonctions liturgiques, Domenichino semblait absorbé intérieurement. La sienne n'était pas une «pose»: nous nous sommes vite rendu compte que l'Eucharistie était le centre de gravité de sa vie. Il va sans dire avec quelle intensité il avait préparé sa première communion. 

Mais ce qui a le plus surpris, c'est le temps qu'il a consacré à l'action de grâce après la communion: il est resté longtemps absorbé, après les autres, jusqu'à ce que la religieuse intervienne et lui demande: "Mais, Domenichino, tu n'as pas encore fini?" 

La communion quotidienne était son grand plaisir et il y resta fidèle aussi longtemps qu'il le put. Il a dû l'interrompre lorsqu'il a commencé le collège en ville et s'est plaint: "Il me semblait que le Seigneur ne m'aimait plus tellement!" 

Il n'a pu reprendre la communion quotidienne que lorsqu'il est tombé malade peu de temps après et a été conduit à l'hôpital. Puis il dit à sa mère: «Je ne peux pas dire à quel point je ressens de la joie toute la journée! Même si ta mère me battait et me grondait, ou si j'avais de mauvaises notes à l'école, je m'en fiche. Je ne ressens plus rien d'autre que cette joie! »

Ses camarades de classe le voyaient souvent absent de la récréation pour passer un long moment à la chapelle, dans cette attitude typique que les garçons ne manquaient pas: «Il priait avec ses yeux!» Était leur témoignage.




Début janvier 1949 - Domenichino venait d'avoir douze ans - des affections étranges et répétées avec des douleurs osseuses et une forte fièvre le contraignirent à quitter l'école à plusieurs reprises pour subir des examens médicaux et des traitements, même à l'hôpital. 

Il a raconté lui-même: «J'étais dans l'Église; le Rosaire était fini et c'était déjà la Bénédiction, quand j'ai senti un frisson me traverser les os; Je me suis senti épuisé, ma vision s'est brouillée et j'ai été forcé de m'asseoir. Lentement, le malaise est passé et puis j'ai pu facilement rentrer chez moi, où j'ai dit à ma mère le fait. Il a senti une fièvre en moi et l'a trouvée très élevée. Il a voulu appeler le médecin, qui m'a envoyé pour les rayons avec ces traitements relatifs qui ne semblent jamais finir ».


Des journées de santé relative alternaient avec une forte fièvre, des douleurs, des vomissements: la ruée des consultations commençait, des spécialistes de toutes sortes étaient consultés, un traitement après traitement tenté. Ce petit corps rétrécissait rapidement en peau et en os. Même les médecins n'ont pas pu diagnostiquer exactement sa maladie, il a été soumis à toutes sortes de tortures: injections sans fin, ablation de glande, extraction de moelle osseuse, etc ... Au final, le verdict a été l'un des plus terribles: la leucémie. Et c'était une forme très rare, encore incurable à cette époque. Sa mère, qui pendant huit mois n'a cessé d'être proche de lui, ne supportait plus de le voir souffrir ainsi, mais il la consola: «Après, maman, ce n'est rien, tu verras que ce n'est rien!


Pendant les longs mois de sa maladie, tout en restant à l'hôpital, Domenichino a souvent vu toutes sortes de bonbons, des boîtes de chocolats, des sacs de bonbons s'entasser sur sa table de chevet, à côté de son lit ... et on constate qu'ils étaient toujours de excellente qualité et dans le luxe de l'emballage. À chaque cadeau, il souriait et remerciait, comme si c'était le premier ou le seul cadeau; puis il a tout pris et l'a distribué à ses frères, parents et amis, parfois sans même goûter l'un de ces chocolats si invitants.


Domenichino au paradis

 


Vers la fin du mois de mai de l'année sainte 1950, la maladie de Domenichino, qui avait parfois laissé une lueur d'espoir, commença à se précipiter. Une autre transfusion a été tentée, mais elle n'a pas eu de bons résultats. Il y avait aussi un peu d'essoufflement, quelque chose qui ne s'était jamais produit jusqu'à présent: le médecin a confié qu'il ne l'espérait plus.

 Et pourtant, même si essoufflé, Domenichino appréciait la compagnie de son frère en convalescence d'appendicite, et ils parlaient du Giro d'Italia et entendaient leurs rires stridents. Comme ces rires contrastaient douloureusement avec les prières ferventes de Domenichino en recevant les derniers sacrements pour les malades du prêtre qui lui était si cher!


Vers midi le lundi 29 juin, la crise a commencé et ils ont dû l'aider à respirer avec de l'oxygène. Les douleurs ont dû être plus atroces que jamais. Il est presque quatre heures de l'après-midi et le merveilleux garçon qui se bat pour la vie est presque épuisé, mais toujours lucide et alerte, le regard fixé sur l'image du Sacré-Cœur, présent dans la salle du mois qui lui est dédié. Presque soudainement, l'essoufflement cesse, les douleurs disparaissent, un bien-être généralisé prend le dessus. Mère doit être réconfortée en lui disant quelques mots tendres: «Oh, maman - dit Domenichino - comme je vais bien maintenant. Restez proche ici; Je vais au paradis ». Prenant le visage de sa mère dans ses mains et la regardant tendrement, l'embrassant, sans un moment d'agonie, il expira.
C'était le 29 juin 1950. Domenichino n'avait pas encore quatorze ans: mais combien de vie il vivait!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 22 Avril 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 22 Avril 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 22 Avril 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

 

 

 

 

 

 

 manque Vianney évidement....

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

 

 

 

 

 " Que se réjouissent désert et terre aride,

qu'exulte et fleurisse la steppe,

qu'elle porte fleurs comme jonquilles

qu'elle exulte et crie de joie.  isaïe

...

de l'amour du Seigneur, la terre est pleine. 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

 

 

 

 

 pour  Alexandro.. !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0