Publié le 30 Juin 2017

belles petites voix bien chaudes; j'espère qu'il ne va pas la supprimer ce coup-ci pablo linares  !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 30 Juin 2017

  

    Que signifie cette expression :" Pour moi vivre, c'est le Christ ." ?

   C'est dans le même sens qu'une mère dit de son enfant :" C'est ma vie." , à savoir : je concentre en lui ma pensée, mon amour, mon espoir. Quand un être prend une part prépondérante dans la direction de la vie d'un autre, on peut dire qu'il est sa vie .

   Ainsi du Christ pour nos âmes . Nous sommes la créature du Christ: creati in Christo Jesu. Et le Christ, qui nous a créés, continue en nous sans cesse cette création : il nous enveloppe de ses grâces, par sa prière au ciel, par le magnifique rayonnement de sa divine personne. Si nous avons  quelque chose qui vaille pour la  vie éternelle, c'est parce que le Christ nous a sauvés. Nous ne valons, nous ne sommes que par Lui. Notre esprit est constamment vivifié par sa divine présence, par ses paroles, par son action secrète dans nos âmes. Nous sommes ses créatures, et de quoi peut vivre la créature, sinon de celui qui l'a créée? Le Christ est donc l'aliment de notre vie . Car cette action du Christ en nous, pour mystérieuse qu'elle soit, n'échappe pas entièrement à notre conscience. Nous avons foi en cette puissance vivifiante de notre Sauveur, et de la sorte nous vivons non seulement du Christ parce que nous recevons de lui l'influence de la grâce, mais aussi parce que nous connaissons, et , d'une certaine manière, expérimentons cette vie qu'il nous communique.

   Vivre du Christ comme on vit d'une personne, c'est donc en vivre par la pensée et l'amour. Par la pensée et l'amour nous devons nous alimenter du Christ, déguster sans cesse le Christ, car il a droit à ce que nous venions à lui comme à l'exemplaire parfait dont nous, ses images, avons à vivre dans notre vie supérieure. Revenons vers l'auteur et le consommateur de toute notre vie surnaturelle. Revenons à la cause de notre salut pour nous tourner vers lui comme vers l'objet de notre vie, comme celui qui renferme tout notre bien.

   Le Christ, en effet est, comme dit saint Paul, notre rédemption, notre justice, notre sagesse, notre sanctification : tous nos biens sont en lui, il est lui-même toute notre perfection. Nous nous achevons en lui en le contemplant, en l'aimant.

   Mais comment établir la communication entre le "buisson ardent " et nos âmes?

   Il faut d'abord nous convaincre que le Christ est tout pour nous, le regarder avec amour, nous imprégner de lui dans une contemplation toute d'amour. Ensuite reverser dans notre vie, dans le détail de chaque jour, l'esprit que nous aurons puisé en le fixant lui-même. Entre lui et nous, pas de séparation, mais un va-et-vient sans cesse renouvelé: lui, donnant,  nous, recevant. Ce que saint Paul a rendu dans la parole magnifique :" Le Christ est ma vie : Mihi vivere Christus est !"

...

   Dans l'éternité, Dieu dans son essence et sa Trinité nous suffira; sur la terre, c'est le Christ qui a la toute suffisance pour nous faire vivre. Etant à la fois homme et Dieu , son humanité est imprégnée totalement de la divinité. C'est pourquoi notre bien total , qui est Dieu, est ramassé en lui comme dans sa source; nous trouvons en lui l'objet du mouvement central qui doit animer, soutenir toute notre vie de détail: le Dieu- Homme .

      D'abord je vis mon Christ! Tout le reste, c'est la conséquence de cette union de fond avec lui. C'est là avoir le sens de ce qu'est pour nous le Christ.

 

Voir les commentaires

Rédigé par RP. Gardeil .

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 30 Juin 2017

 

   La sanctification de notre âme se trouve dans une union chaque jour plus intime avec Dieu, union de foi, de confiance et d'amour . Dès lors un des plus grands moyens de sanctification est l'acte le plus élevé de la vertu de religion et du culte chrétien: la participation au sacrifice de la Messe. 

   Pour toute âme intérieure, la Messe doit être chaque matin comme la source éminente, d'où dérivent les grâces dont nous avons besoin dans le cours de la journée, source de lumière et de chaleur , semblable, dans l'ordre spirituel à ce qu'est le lever du soleil dans l'ordre de la nature.

   Après la nuit et le sommeil, qui sont comme une image de la mort, le soleil réapparaissant chaque matin rend en quelque sorte la vie à tout ce qui se réveille à la surface de la terre. Si nous connaissions profondément le prix de la messe quotidienne, nous verrions qu'elle est comme un lever de soleil spirituel, pour renouveler, conserver et augmenter en nous la vie de la grâce, qui est la vie éternelle commencée . Mais trop souvent l'habitude d'assister à la messe, par manque d'esprit de foi dégénère en routine, et nous ne recevons plus alors du saint sacrifice tous les fruits que nous devrions en recevoir.

   Ce devrait être pourtant l'acte le plus grand de chacune de nos journées, et dans la vie d'un chrétien, surtout d'un religieux, tous les autres actes quotidiens ne devraient être que l'accompagnement de celui-là , notamment toutes les autres prières et les petits sacrifices que nous devons offrir au Seigneur dans la journée.

  La visite au Saint-Sacrement doit nous rappeler la messe du matin, et nous devons penser que dans le Tabernacle , s'il n'y a pas de sacrifice proprement dit, lequel cesse avec la messe, cependant Jésus réellement présent continue d'adorer, de prier et de rendre grâces.

   C'est à toute heure du jour que nous devrions nous unir à cette oblation du Sauveur . Comme le dit la prière au Coeur Eucharistique :" Il est patient à nous attendre, pressé à nous exaucer; il est le foyer de grâces toujours nouvelles, le refuge de la vie cachée, le maître des secrets de l'union divine."

   Nous devons, près du Tabernacle, " nous taire pour l'entendre , et nous quitter pour nous perdre en lui."

rp Garrigou Lagrange. op

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 29 Juin 2017

 

 

Demain à Moscou accueillera  pluie battante du  siècle !!!!
 

 

 
pas de jaloux comme ça ! non mais sans blagues !
 
thank you very much for a present colissimo bien arrivé.
! génial ... ! à moins que cela vienne de chez nous ! je me disais aussi ...Seigneur envoyez ça sitipli sur Nice (pas pour le festival, évidement ! )  ou à Marseille,  il en réclamait tant ! 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Juin 2017

 

 

 

 

même notre astronaute français y est pour "de courtes vacances ! " sont tous à Rome !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 29 Juin 2017

St Pierre et St Paul,

priez pour l'Eglise , pour le Pape ,

pour tous nos  prêtres.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 29 Juin 2017

 

 

 

Auf persönliche Einladung von Papst Franziskus reist der Tölzer Knabenchor heute nach Rom. Dirt gibt es ein Wiedersehen mit den Sixtinern, die in der vergangenen Woche in Bayern waren und zwei  Auftritte in München bestritten - einen davon gemeinsam mit den Tölzern. Vom Flughafen geht es für die Tölzer  heute direkt in den Vatikan. Am Mittwoch gestaltet der Knabenchor ein Exklusiv-Konzert in der Sixtinischen Kapelle für geladene Gäste, am Donnerstag einen ökumenischen Gottesdienst gemeinsam mit dem Päpstlichen Chor der Sixtinischen Kapelle.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 28 Juin 2017

 

 

 

 

à tous les petits !  à part Simon,  pas beaucoup de festivaliers cette année en France ! pas de géorgiens,  personne à la salle Pleyel ! -  le papa de Vitaly a réservé pour l'année prochaine ! -  (que je connaisse du club,  évidement.! )  bonnes vacances. Thank you very much.. Merci pour tout ce que vous apportez de bonheur et de poésie. Continuez à nous faire rêver. ce que je veux pour mes vacances éternelles. ! .. trop beau ça se termine par un ave maria !  J'aimerai tant m'en aller comme ça, 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 27 Juin 2017

  

   

   Il y a un mot dans l'Evangile qui est à la fois terrible et grandiose lorsque le mauvais riche, enseveli au fond des enfers, sepultus est in inferno, dit au Père Abraham :" crucior in hac flamma, je suis crucifié dans cette flamme" . 

   Remarquez ce mot: crucior. Il vient du mot crux : il s'agit donc d'une sorte de crucifixion, (rappelez-vous le mot de saint Paul :" je suis crucifié au monde. ")

Le mauvais riche au fond de l'enfer est pour ainsi dire " crucifié au monde du ciel" : ce monde de la béatitude et de la paix lui est inaccessible, il est fermé pour lui.

Je ne veux pas vous parler de l'enfer, j'espère bien qu'il n'en saurait être question pour vous : si j'y fais allusion c'est pour en tirer une analogie étrange, mais qui m'a frappé. Cette idée de crucifixion atroce de l'enfer, vous la trouvez exprimée dans la DIVINE COMEDIE .  Dante, parcourant ces sombres demeures, aperçoit Caïphe crucifié à terre par trois pieux et enveloppé de flammes: " Ch'a gli occhi mi corse - Un Crocifisso in terra con tre pali.  En ce moment s'offrait à mes yeux un damné, gisant par terre et que trois pals tenaient en croix" .

Voyez-vous cette crucifixion dans les flammes, crucior in hac flamma, et ce feu est en même temps de la glace parce que les damnés n'aiment pas; Satan au plus bas de l'enfer est entièrement enfoncé dans la glace.

Admirable image de Dante qui n'est que le commentaire de la parole de sainte Thérèse à propos du démon :" Le malheureux, il n'aime pas ! " Les flammes qui le torturent sont des flammes de glace, si l'on peut imposer une telle violence à nos mots et à nos images, son feu est un feu glacial.

   A l'autre pôle du monde il y a le Coeur Sacré de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Infiniment loin de ce que nous venons de dire, au sommet des régions de l'au-delà , ce coeur divin nous apparait lui aussi enveloppé de flammes. Les statues qui le représentent sont souvent bien peu artistiques.  Dans la plus modeste de ces images, pourtant, vous retrouverez toujours ce symbole mystérieux: un coeur entouré d'une couronne d'épines comme la ligne de l'équateur entoure notre globe, puis les deux pôles marqués par le sang et les flammes : en bas le sang, les larmes de sang qui coulent goutte à goutte , et en haut la flamme . Oui, encore la flamme, crucior in hac flamma...

Voyez ce que sont ces paroles de la sainte Ecriture. Il faut oser s'en servir avec l'audace des enfants qui touchent à tout: cela leur est permis parce qu'ils le font avec beaucoup de respect et beaucoup d'amour.

   " Seigneur Jésus, ces paroles nous osons les appliquer à vous-mêmes. Vous nous dites, Seigneur, en nous montrant ce coeur adorable :" crucior in hac flamma, je suis crucifié dans cette flamme " ( Quelle crucifixion que celle-là !) Il y a la croix de bois, et il y a la croix de flammes : la croix de bois,  j'y ai été suspendu et torturé pendant quelques heures, mais la croix de flammes ! ... elle a duré toujours. Dès le premier instant de mon existence, ingrediens mundum, il y avait cette flamme au milieu de mon coeur legem tuam in medio cordis mei. Père votre volonté est au milieu de mon coeur et elle y est enveloppée de flammes. Cette loi, cette volonté qui sont au milieu de mon coeur, comme la grande blessure elle-même."

   Tout cela , c'est toujours uniquement de l'amour, donc de la flamme. Vous pouvez aussi bien dire: le coeur est dans la flamme ou la flamme est dans le coeur. Cette " blessure est si douce qu'on n'en voudrait jamais guérir" , sainte Thérèse l'a dit en parlant d'elle-meme et c'est encore infiniment plus vrai quand il s'agit de Notre-Seigneur.  Ce crucior in hac flamma, il me semble que Jésus le répète toujours jusqu'au sein de cette gloire inouïe qui l'enveloppe désormais. Bien que Jésus ne puis plus souffrir, que l'hiver et la tempête des douleurs soient passés pour lui, jam hiems transiit; et aient fait place à la plénitude du printemps éternel, cependant là - même se retrouvent encore quelque chose de ces flammes merveilleuses et terribles, de ce buisson ardent qui brûle toujours sans se consumer jamais.  C'est comme une sorte de gémissement qui n'est tout à fait lui-même que grâce à l'écho qu'il trouve sur notre pauvre terre.  Ce quelque chose qui nous arrive comme si c'était un peu un gémissement et une plainte,  il le répète à tous ceux qui veulent bien l'écouter. C'est comme la voix de la colombe que l'on ne  peut entendre que dans notre terre, dans ce pays de la souffrance qui est le nôtre , vox turturis audita est in terra nostra mais même alors il reste très caché à toute créature, mais pas au Père qui voit et entend dans le secret. Gemitus meus a te non est absconditus.

Le privilège des âmes d'oraison qui savent être très fidèles, c'est que ce gémissement est malgré tout moins caché pour elles que pour les autres.  Ce n'est pas la chair et le sang qui peuvent révéler ces choses, mais le Père qui est dans les cieux, le seul qui les voit parfaitement. Beatus es quia caro et sanguis non revelavit tibi, sed Pater meus qui in caelis est . Dans une humble, mais merveilleuse mesure, elles sont révélées aussi un peu aux tout petits, revelasti ea parvulis, qui dans le degré de leur intimité par la divine charité ne font qu'un avec le Très-Haut et le Très-Grand.

Voilà ces mystères d'amour que je livre à vos méditations. A nous donc de comprendre de mieux en mieux les paroles de l'Epoux de Sang, d'entrer de plus en plus dans ses divins secrets.

Crucior in hac flamma !

Les chères âmes du purgatoire (1) pourraient le dire aussi, car elles connaissent bien cette flamme qui, pour elles, est sans doute flamme de justice, mais encore plus et surtout flamme d'amour. Et nous, nous sommes aussi entre la justice et l'amour. Nos souffrances ont tantôt le caractère de punition et tantôt le caractère de pur amour.

(1) une opinion très probable enseigne que ces âmes ne se purifient plus : elles satisfont, elles paient une dette simplement. Pourquoi cela ? Parce que se purifier n'a, au fond, de sens que pour un esprit uni à la matière. Un pur esprit, comme le mot même l'indique, n'a plus à se purifier, il ne peut faire que des actes tout à fait définitifs dans le bien, comme d'ailleurs le damné dans le mal. Ainsi l'âme sauvée, une fois dégagée du corps, dans son premier instant à l'état d'esprit pur ne peut faire qu'un seul acte et c'est un acte de charité tellement intense, tellement ardent qu'elle se purifie immédiatement et à fond. Désormais, elle peut se donner , et elle se donne totalement et sans retour.  Nous disons " les saintes âmes du purgatoire". Voilà pourquoi elles sont saintes: le seul obstacle qui nous empêche de nous donner tout  entier, au fond c'est la matière: elles en sont affranchies.

 

Tâchons de leur donner de plus en plus ce dernier caractère en allumant toujours davantage dans nos coeurs le feu de la divine charité et nous pourrons dire à notre tour :" crucior in hac flamma,  toutes les fois que je suis crucifié, c'est dans cette flamme. J'accepte d'être crucifié à condition que ce soit dans celle flamme-là , in hac flamma : à condition que mes souffrances soient complètement enveloppées par cette flamme , fondues dans cette flamme, que rien de ces souffrances ne reste en dehors de cette flamme, ce serait alors trop dur et impossible à supporter, je me livre, je m'abandonne, faites de moi, Seigneur, tout ce que vous voudrez !

Voilà ce mot, ce mot mystérieux qui est clamé au fond de l'enfer par les réprouvés et qui est murmuré au plus haut des cieux par le coeur adorable de Notre- Seigneur Jésus- Christ. 

" Crucior in hac flamma ."

 

RP Dehau  op +

Voir les commentaires

Rédigé par R.P. Dehau OP +

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 27 Juin 2017

BRAVO !  très sympa aussi ..

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0