Publié le 15 Juin 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 15 Juin 2017

 

 

L'étoile du matin s'élève, rayonnante,

Annonçant le jour qui s'épand;

Les ombres de la nuit s'effacent,

Que la sainte lumière nous éclaire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 14 Juin 2017

😂  "Yes! But it is a really difficult competition, I think I don’t have any chances to pass to the final !"  allez Simon  courage ! ça c'est son humilité. après on sait ça décroche le premier prix !

source

il va me faire aller à Lyon dis donc . ! pour aller à Lyon de ce bled .. faut passer par la banquise !. par le Groënland on peut y arriver ! .. l'Australie , aussi  avec plusieurs changements par Chavagnes et le Maroc on y est  . ! Il a plus vite fait de faire Moscou Lyon té !  .. .     la galère quoi ...  après on va à st Just à la messe ! puis voilà ! ils choisissent leurs dates aussi en plein départ de vacances alalala  j'aimerais tant y être ! ne serait-ce que pour avoir un autographe.. après je lui paye le resto ! [:malavita:1]

  on va prier Chopin pour Simon  .. c'est nécessaire .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 14 Juin 2017

 

 

Résultat de recherche d'images pour "frédérique chopin"

Résultat de recherche d'images pour "tombe de frédéric Chopin"

17 Octobre 1849

 

La sainte  mort de  FRÉDÉRIC CHOPIN

 


 

 

Fréderic Chopin fut l’un des plus grands compositeurs de l’histoire, ainsi qu’un virtuose du piano. Il est né dans le petit village de Zelazowa Wola, en Pologne. La date de sa naissance n’est pas certaine. Il fut baptisé quelques semaines plus tard, le 23 avril 1810. Son père, Nicolas, émigré français, épousa Justyna Krzyzanowska et travailla à Varsovie comme professeur particulier dans des familles de la noblesse. Cette circonstance favorisa l’accès de Chopin à un milieu cultivé.

Sa mère, très pieuse, l’éduqua très tôt dans la foi et la musique. Enfant prodige, il donnait déjà des concerts et écrivait ses propres compositions à l’âge de huit ans. Après une première formation au Conservatoire de musique de Varsovie, ses parents, convaincus de ses prodigieuses capacités, l’envoyèrent à Vienne, l’une des plus importantes du monde de la musique. C’est là que commença son succès, en 1829. En 1832, il s’établit à Paris, où il se lia à d’autres compositeurs, tels que Franz Liszt, Vincenzo Bellini et Felix Mendelssohn. Il y connut un très grand succès. Il s’écarta alors de la foi et de toute pratique religieuse.

En 1838, il rencontra George Sand, divorcée, avec laquelle il vécut. Ils subirent un hiver très dur à Mallorque, où Chopin attrapa la tuberculose. En 1839, ils s’installèrent à Paris, où Chopin rencontra un succès considérable. En 1840, sa santé se dégrada et il se sépara de George Sand. Après un séjour en Angleterre, il revint à Paris, où il mourut le 17 octobre 1849, à l’âge de 39 ans.

Le Père Alexandre Jelowicki, un ami d’enfance et un prêtre très apprécié dans la communauté polonaise de Paris, l’accompagna dans les derniers moments de sa vie. Voici comment il les raconta à une de ses amies, Saveria Grocholska, dans une lettre du 21 octobre 1849. La mort du pianiste est un grand sujet d’édification ; mais le zèle du prêtre et son souci de l’âme de son ami ne l’est pas moins.

« Très chère Madame,

« je suis encore sous le coup de la mort de Chopin, le 17 octobre de cette année 1849. Cela faisait déjà longtemps que la vie de Chopin était suspendue à un fil. Son organisme, qui avait toujours été délicat et faible, se consumait jour après jour comme la flamme de son génie.

« Pendant de nombreuses années, la vie de Chopin fut à peine un souffle. Son corps, faible et fragile, était visiblement déséquilibré par la puissance et la force de son génie. C’était merveille qu’il ait pu continuer à vivre dans un état si faible et, à l’occasion, agir avec tant d’énergie. Son corps était quasiment diaphane ; ses yeux étaient comme assombris par un nuage dont, de temps en temps, jaillissaient les rayons de son regard.

Aimable, gentil, débordant d’humour, enchanteur à tous égards, il semblait ne plus appartenir à la terre, tout en ne pensant malheureusement pas encore au Ciel. Il avait de bons amis, mais la plupart d’entre eux étaient en réalité de mauvais amis. Ces mauvais amis étaient ses flatteurs, c'est-à-dire ses ennemis, des hommes et des femmes sans principes ou, plus exactement, conduits par de mauvais principes. Son succès sans égal, plus subtil et plus stimulant que celui des autres artistes, menait lui aussi la guerre à son âme et étouffait chez lui l’expression de la foi et de la prière.

Les enseignements de sa mère, si chérie et si pieuse, ne furent plus pour lui qu’un souvenir de l’amour de son enfance. Le doute s’était introduit en lui dans les choses de la foi, et seule cette décence innée de son cœur généreux l’empêcha de sombrer dans le sarcasme et la moquerie des choses saintes et des consolations de la religion.

« Il était dans ces dispositions spirituelles quand il fut frappé par cette maladie pulmonaire qui allait bientôt l’arracher à nous. La connaissance de cette cruelle maladie me parvint à mon retour de Rome. Je m’empressai de lui rendre visite, le cœur débordant, pour revoir une fois encore l’ami de ma jeunesse, dont l’âme m’était infiniment plus chère que tout son talent. Je le trouvai, non pas plus maigre, parce que ce n’était pas possible, mais bien plus faible. Ses forces s’effondraient, sa vie s’amenuisait visiblement. Il m’embrassa affectueusement, les larmes aux yeux, en pensant non à sa propre douleur mais à la mienne. Il me parla de mon pauvre ami Édouard Worte, que je venais de perdre, vous savez déjà comment [il fut fusillé à Vienne, le 10 novembre 1848].

« Je profitai de son émotion pour lui parler de son âme. Je lui rappelai la piété de son enfance et celle de sa chère mère. ”Oui”, me dit-il, “pour ne pas faire de la peine à ma mère je ne mourrai pas sans les Sacrements, mais, de mon côté, je ne les considère pas comme tu le souhaiterais. Pour moi, le bienfait de la confession c’est uniquement de pouvoir décharger un cœur lourd dans une main amicale, mais je ne le vois pas comme un sacrement. Je suis prêt à me confesser, si tu le désires, parce que j’ai de l’affection pour toi, mais pas parce que cela me paraît nécessaire”. Mais restons-en là : il s’ensuivit une multitude d’arguments antireligieux qui me remplirent de terreur et de préoccupation pour cette âme choisie, et ma plus grande crainte était d’être appelé à devenir son confesseur.  

« Des mois s’écoulèrent en des conversations semblables, si douloureuses pour moi, le prêtre et l’ami sincère. Mais je m’accrochais à la certitude que la grâce de Dieu remporterait la victoire sur son âme rebelle, même si je ne savais pas comment. Après tous mes efforts, la prière était mon seul refuge.  

« Dans la soirée du 12 octobre, je m’étais retiré avec mes frères pour prier pour que change l’état d’esprit de Chopin, lorsque je fus appelé sur l’ordre du médecin, qui craignait qu’il ne survive pas à cette nuit. Je me précipitai à son chevet. Il prit ma main mais me demanda de partir tout de suite. Tout en m’assurant de sa profonde affection, il me dit qu’il ne désirait pas parler avec moi.

« Imaginez, si vous le pouvez, la nuit que j’ai passée ! Le jour suivant, c’était le 13, la fête de saint Édouard, le saint patron de mon pauvre frère. Je célébrai la Messe pour le repos de son âme et priai pour celle de Chopin. “Mon Dieu”, suppliai-je, “si l’âme de mon frère Édouard t’ait agréable, accorde-moi, en ce jour, l’âme de Frédéric”.

    « Doublement affligé, je me rendis alors au domicile mélancolique de notre pauvre malade.

« Je le trouvai en train de prendre son petit-déjeuner, servi avec un grand soin, comme toujours, et il m’invita à le partager. Je lui dis alors : “Mon ami, aujourd’hui, c’est la fête du saint patron de mon pauvre frère”. Il me supplia : “N’en parlons pas”. ”Mon très cher ami”, continuai-je, “tu dois me donner quelque chose pour la fête de mon frère”. – “Et que veux-tu que je te donne ?” me demanda-t-il. – “Ton âme”. – “Ah, me répondit-il, je comprends. La voici : prends-là !”

« A ces mots, une joie et une angoisse indescriptibles s’emparèrent de moi. Que devais-je lui dire ? Que devais-je faire pour restaurer sa foi, comment ne pas perdre cette chère âme au lieu de la gagner ? Je me jetai à genoux, et après m’être recueilli un moment, je criai au plus profonde mon cœur : “Attire-le toi-même vers Toi, mon Dieu !”

« Sans dire un mot, je montrai le crucifix à notre cher malade. Des rayons de lumière divine, des flammes de feu divin jaillirent, je dirais visiblement, du visage du Sauveur crucifié et illuminèrent à l’instant même l’âme et enflammèrent le cœur de Chopin. Des larmes brûlantes jaillirent de ses yeux. Sa foi reprit vie de nouveau et, avec une indicible ferveur, il se confessa et reçut la sainte Eucharistie. Après le saint Viatique, pénétré par cette grâce céleste que les Sacrements répandent dans les âmes pieuses, il demanda l’Extrême-Onction. Il désira payer avec largesse le sacristain qui m’accompagnait. Comme je lui faisais observer que c’était vingt fois trop, il me répondit : “Non, parce que ce que j’ai reçu n’a pas de prix”.

« Depuis cette heure, ce fut un saint. La lutte mortelle commença et dura quatre jours. La patience, la confiance en Dieu, et même une joyeuse sécurité, ne l’abandonnèrent jamais, malgré ses souffrances, jusqu’à son dernier souffle. Il était véritablement heureux, et se disait heureux. Au milieu des souffrances les plus aiguës, il n’exprimait qu’une joie extatique, un bouleversant amour de Dieu, sa reconnaissance de l’avoir de nouveau conduit à Dieu, un mépris du monde et de ses biens, et un désir d’une mort rapide.

« Il bénissait ses amis et lorsqu’après une crise qui paraissait être la dernière, il se vit entouré par tous ceux qui jour et nuit emplissaient sa chambre, il me demanda : “Mais, pourquoi ne prient-ils pas ?” À ces mots, tous se mirent à genoux, y compris des protestants, et s’unirent aux litanies et aux prières pour les défunts.  

« Jour et nuit, il serrait ma main, et ne me laissait pas m’éloigner de lui. “Non, ne me laisse pas pour le dernier instant”, me dit-il à un moment, et il s’appuya contre ma poitrine comme un petit enfant se blottit dans les bras de sa mère au moment du danger.

« Aussitôt il appela Jésus et Marie, avec une ferveur qui s’étendit au Ciel ; il embrassa rapidement le crucifix dans un mouvement fervent de foi, d’espérance et de charité. Il prononça les paroles les plus bouleversantes. “J’aime Dieu et l’homme”, dit-il. “Je suis content de mourir ainsi ; ne pleure pas, ma sœur. Mes amis, ne pleurez pas. Je suis heureux. Je sens que je me meurs. Adieu, priez pour moi !”

« Épuisé par des convulsions mortelles, il dit à ses médecins :

“Laissez-moi mourir. Ne me maintenez pas plus longtemps dans ce monde d’exil. Laissez-moi mourir. Pourquoi prolongez-vous ma vie alors que j’ai renoncé à toutes les choses et que Dieu a illuminé mon âme ? Dieu m’appelle : pourquoi me retenir ?”

« Une autre fois, il dit : “Belle science, qui laisse seulement à chacun de souffrir plus longtemps ! Si tu pouvais me rendre ma force, me rendre capable de faire du bien, de faire quelque sacrifice… Mais une vie de faiblesses, de peine, de douleur pour tous ceux qui m’aiment, prolonger une telle vie… Quelle belle science !”

« Alors il dit à nouveau : “Tu me laisses souffrir cruellement. Tu t’es peut-être trompée sur ma maladie. Mais Dieu ne se trompe pas. Il me châtie et je l’en bénis. Qu’il est bon que Dieu me châtie ici-bas ! Que Dieu est bon !”

« Son langage habituel était toujours élégant, ses mots bien choisis. Mais pour exprimer à la fin sa gratitude à tous, et en même temps toute la misère de ceux qui meurent sans se réconcilier avec Dieu, il s’exclama : “Sans toi je serais mort comme un porc”.

« En mourant, il invoquait encore les noms de Jésus, de Marie, de Joseph, il embrassait le crucifix et le serrait contre son cœur en s’exclamant : “Maintenant je suis à la source de la Béatitude !”

« Ainsi mourut Chopin. En vérité, sa mort fut le plus beau concert de toute sa vie.

« Priez pour lui, Madame ».


Père Alexandre Jelowicki

© traduit de l'espagnol, pour le petit Placide.

merci ça remonte le moral... ! vivement notre tour, on entendra Chopin au ciel dis-donc !  Garde -  moi y  une place, ! je réserve  d'avance. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 14 Juin 2017

Image associée

" Car mille ans sont à vos yeux comme le jour d'hier qui n'est plus... les années de l'homme sont un souffle sans consistance;"

ad laudes.

de se dire qu'on est presque  au bout, ça fait du bien. on peut bien souffrir encore un peu va ! vive Simon, euhh vive Chopin . hier soir je me suis endormi en pensant à cette éternité. ces milliers de gens dans la béatitude, pas rien quand même." le vivant, celui qui vous loue aujourd'hui," demain il n'y en aura plus... ça nourrit les psaumes. qu'importe qu'on vous ignore, qu'importe tout le reste après tout. bientôt on sera heureux. où je vais? je parts les rejoindre té , une voiture il lui faut de l'essence pour avancer, à nous c'est la pensée de notre béatitude qui gonfle nos voiles. parfois je dis aussi comme Chopin au père Henry, mais laissez - moi mourir, mais il veut pas !  qu'il est bon que Dieu me châtie ici bas ! c'est dans les psaumes aussi.  " Seigneur, si on me fait violence; soyez mon garant! si telle est la condition de l'homme, si l'esprit trouve la vie dans l'épreuve et la souffrance, châtiez-moi, mais rendez-moi la vie ."

drôlement beau !  même si ça ne sert qu'à ça , mais se dire " pour toujours, toujours.. ." à quoi on pense quand même.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 13 Juin 2017

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/a0/73/97/a0739727521aefb88f31eb58ff21f730.jpg

 

Je vous adore, ô Divinité cachée; sous ces apparences, mystérieusement vous demeurez. Mon coeur se soumet à vous tout entier, parce qu'il se perd à vous y contempler. La vue, le toucher, le goût , sont ici déçus; la foi, qui vient par l'ouïe, est seule notre sûr guide. Je crois tout ce qu'à dit le Fils unique de Dieu; rien n'est plus véritable que le Verbe de vérité.

Sur la croix se cachait la seule divinité; ici, l'humanité se dérobe en même temps. Je crois et confesse l'une et l'autre pourtant, et prie comme le larron pénitent.

Je ne vois pas vos plaies comme les vit Thomas; mon coeur néanmoins vous confesse pour mon Dieu. Faites qu'à vous je crois toujours davantage, que j'espère en vous, que je n'aime que vous.

Donnez à mon esprit de vivre de votre lumière, de n'avoir de goût que pour votre douceur. Faites-moi un coeur pur, vous qui sauvez le monde.

O mémorial de la mort du Seigneur, pain vivant qui donnez la vie à l'homme; Dieu réellement présent, quoique dans le mystère, comme la foi vous donne obscurément à l'âme !

Jésus, que mes regards ne voient que sous un voile, vous savez ma prière, la soif qui me dévore: vous voir sans distance, sans séparation, face à face; dans la vue de votre gloire, la béatitude.

 

panis angelicus, "Je suis le pain de vie. "

 

   Dieu nous a donné son Fils unique par l'Incarnation, pour être le remède à nos blessures et l'aliment de la vie éternelle. Lui qui descend du ciel et demeure dans le ciel, il a vu, il voit le Père; il est tout entier, selon sa divinité, dans ce regard d'amour . Il ne possède pas seulement la science et la sagesse divines, il est cette science et cette sagesse: empreinte de la substance du Père et rayonnement de sa gloire, son image, son expression incréée, le mot substantiel qui le dit tout entier, le verbe de son coeur et qui le contient réellement. Sa science divine se transpose fidèlement dans son intelligence humaine, laquelle en sa docilité filiale, ne veut savoir que ce qu'elle entend du Père, ce qu'elle perçoit de sa beauté par le regard exhaustif d'amour qui l'emporte aussi tout entière vers le sein de la tendresse première.

   L'Incarnation se prolonge éminemment par l'Eucharistie . " Sur le point de quitter ses disciples  selon ses propres apparences, le Christ se laissa soi-même à eux sous les apparences du sacrement. "

   Nous possédons, sous les espèces très humbles d'un peu de pain, d'un peu de vin, notre Sauveur vivant, le même qui est né de la Vierge Marie, a souffert, est mort, est ressuscité, est assis à la droite de Dieu. La messe nous le donne à l'état de victime, comme une hostie: hostie qui ne peut plus souffrir ni mourir, mais qui nous apporte toute l'énergie rédemptrice de la Passion, toute la source de la vie éternelle . " Dieu a tant aimé le monde, qu'il lui a donné son Fils unique . "

    Il nous l'a donné, en effet, et par l'Incarnation et par l'Eucharistie; par l'Eucharistie comme le couronnement de l'Incarnation.

    Il est là pour se faire notre nourriture; et c'est pour manifester jusqu'à l'évidence son intention, qu'il a revêtu les apparences des choses qui forment la substance de l'alimentation humaine, le pain et le vin.  Mais écoutons sur ces mystères la grande parole de saint Thomas :" C'est le Verbe de Dieu lui-même qui est dit principalement le pain de vie.

   Voilà pourquoi le Christ dit :" Je suis le pain de vie. "

    Et parce que la chair du Christ est unie au Verbe de Dieu, elle a aussi la puissance de vivifier; le corps du Christ, pris sacramentellement est donc aussi source de vie.

   Car c'est par les mystères que le Christ a accomplis dans sa chair qu'il donne la vie au monde; et ainsi la chair du Christ, par suite de la parole du Seigneur, est le pain, non de la vie au sens vulgaire, mais de cette vie que la mort ne brise point.

   La chair du Christ est donc appelée pain... Elle est signifiée par la manne. Manna signife: Qu'est-ce? parce que les Juifs, en la voyant admiraient et se disaient les uns aux autres: Qu'est-ce là ? 

    Mais rien n'est plus admirable que le Fils de Dieu fait homme... Et c'est aussi une chose bien admirable , que la manière dont le Christ est dans ce sacrement.

   La chair du Christ " met en nous la participation de Dieu" , dit Saint Cyrille d'Alexandrie ; " elle a puissance pour déifier ", dit Théophylacte.

C'est elle qui fait les vrais chrétiens; c'est le culte de l'Eucharistie et la pratique de la communion qui font les sociétés chrétiennes, et il est bien remarquable que la grande apostasie des temps modernes ait commencé, à la Réforme, avec la négation du sacrifice de la messe et de la présence réelle; c'est la communion fréquente qui fait germer les grandes fleurs merveilleuses de la virginité, et garde le mariage dans la sainteté de la pureté; c'est la communion qui fait les saints .

En possession d'une vie divine, l'âme unie au Seigneur ne craint plus la mort: elle espère fermement la grâce de la persévérance, et que tant de fleurs qu'elle sent germer en soi à son contact iront s'épanouir à la lumière de sa face, dans le paradis. Et pourquoi encore redouterait-elle la mort, si elle est rendue certaine par l'espérance que son corps ressuscitera glorieux? Ce triomphe promis à la foi est aussi le fruit du sacrement.

Par le fait de celui-ci, le corps , dès ce monde, commence d'échapper aux conséquences désastreuses du péché. On voit la chair du Seigneur, qui fut l'instrument physique de tant de prodiges, guérir encore miraculeusement dans l'Eucharistie et soutenir l'existence terrestre : In jejunio cibus; in infirmitate medicina. Toujours elle exerce une action sanctifiante sur le corps du communiant, non pas seulement par l'intermédiaire de l'âme et en vertu de l'influence que celle-ci possède naturellement sur la partie sensible, mais à titre de cause instrumentale physique. De même , elle est un gage de la resurrection, non pas seulement en la faisant mériter, mais de nouveau en qualité de cause instrumentale physique :" Celui qui mange ma chair et boit mon sang, dit le Seigneur, a la vie éternelle; et moi , je le ressusciterai au dernier jour ."

...

Les saints ont admiré la tendresse du Seigneur en ces divines rencontres: il leur a donné à boire la coupe de sa joie; il a renouvelé leur jeunesse, multiplié leur force, soutenu leur vaillance, allumé leur enthousiasme. Qu'ils sont beaux ceux que Dieu aime, dans l'éclat communiqué par son regard; qu'ils sont heureux!  Sainte Thérèse un jour s'échappa jusqu'à dire familièrement à son Seigneur :" Il n'est pas étonnant que vous ayez si peu d'amis; vous leur faites la vie trop dure!" Combien, elle surtout, pouvait-elle dire plus justement :" Est-il croyable Seigneur, que vous ayez si peu d'amis, alors que vous leur faites la vie si belle ? "

dom Pichery osb.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 13 Juin 2017

 

Je vais rester ici toute seule  ? demandai-je avec peine.

Non, ma fille. Tu souffres beaucoup  ? Ne te décourage pas, je ne t’abandonnerai jamais  ! Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.

Les cinquante premiers pèlerins du 13 juin, rentrés chez eux pleins de joie et de ferveur, publièrent partout la bonne nouvelle  : Oui, c’était vrai, Notre-Dame était apparue une deuxième fois à la Cova da Iria  ! et ce n’était pas fini, elle reviendrait tous les treize du mois, jusqu’en octobre  ! Ils surent si bien communiquer leur confiance enthousiaste que, le 13 juillet, en pleine période de moisson, ils seront des milliers à vouloir assister au céleste rendez-vous…

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 13 Juin 2017

L’image contient peut-être : nuit et ciel

si c'est pas triste quand même !

 

 Vrai Soleil, entrez en nous,

Brillant d'un nouvel éclat,

et des rayons de l'Esprit-Saint

Pénétrez notre entendement .

ad laudes .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 12 Juin 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 12 Juin 2017

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, lunettes et gros plan

 

Le 1er juin, notre frère Pierre Buisson nous a quittés pour remonter vers le Père. Il avait 98 ans et était le doyen d'âge de notre communauté. Responsable de la taillerie, c'était lui qui fabriquait nos habits monastiques. Que Notre Dame l'accueille au Paradis avec tous les saints!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0