Publié le 29 Mai 2017

Résultat de recherche d'images pour "les sept dons du st Esprit"

 

   ... Les dons du saint-Esprit sont en nous, pour employer des expressions classiques, comme une voilure qui attend le souffle de la grâce, comme une sorte d'anse, de poignée par où le Saint-Esprit nous prend. Ils rendent l'âme apte à être facilement et promptement mue par l'inspiration divine.

   Saint Thomas a admirablement mis en lumière la différence qu'il y a entre notre manière d'agir sous l'influence des dons et notre manière d'agir par les vertus. Dans les deux cas, c'est la grâce qui agit en nous et nous fait agir, sans que nous en ayons conscience, à la façon dont une mère conduit et soutient son petit enfant.

   La mère peut conduire et soutenir son enfant en s'adaptant à la manière enfantine de marcher, à petits pas: ainsi la grâce agit sur nous et avec nous lorsque nous agissons par ces organes surnaturels qui sont les vertus infuses; nous agissons alors sous l'influence de la grâce, soutenus par elle ;  mais la grâce nous laisse marcher à notre petit pas d'ordinaire; elle nous laisse réfléchir, calculer, délibérer, prendre les mesures de prudence, ordonner les moyens aux fins. C'est encore ainsi qu'elle nous fait agir dans la méditation: nous posons des principes ( ce sont des vérités de foi), nous considérons, nous tirons des conclusions: c'est la manière humaine, puisque humainement nous ne voyons pas toute la vérité d'un coup.

   Toute autre est l'action de la grâce lorsque le Saint-Esprit nous fait agir par les dons.

Cette action de l'Esprit de Dieu, je la comparerais volontiers au souffle puissant qui gonfle les voiles et fait mouvoir la barque , ou encore au mouvement vif et fort d'une mère qui ne se contente plus de soutenir pas à pas la marche lente et hésitante de son petit enfant, mais le prend dans ses bras, sans cependant lui faire violence, pour lui éviter un danger imminent, lui faire franchir un obstacle ou lui faire atteindre un objet trop élevé pour lui. Ainsi dans notre vie surnaturelle, il  y a des cas où l'action de la grâce ne nous suffirait pas devant tel danger à éviter, tel obstacle à franchir, tel acte héroïque à accomplir .

   Il y faut une action plus vive et plus parfaite du Saint-Esprit qui nous prend comme la mère son enfant, nous élève, nous porte, nous fait agir. Nous sommes alors " l'instrument, l'organe du Saint-Esprit." Et c'est là la modalité d'action, non humaine, mais extra-humaine de la grâce.

   De là découlent d'autres différences entre les dons du Saint-Esprit et les vertus infuses. La première consiste en ce que les actions faites sous l'influence des dons du Saint-Esprit sont au-dessus des règles de la prudence ordinaire, toujours en ce sens que la prudence ordinaire n'a pas à intervenir pour les accomplir ; souvent en cet autre sens qu'elle ne saurait en rendre compte, parce que la sagesse du Saint-Esprit est une sagesse supérieure aux règles ordinaires.

   La seconde différence consiste en ce que les dons nous font accomplir des actes que les vertus ne sont pas capables de produire, des actes extraordinaires, héroïques, qui dépassent par leur grandeur la portée des vertus.

Il y a des âmes qui, à force de s'abandonner pleinement à Dieu , arrivent à se sentir presque entièrement passives sous son action; elles n'ont guère qu'à obéir à l'impulsion de la grâce. Les actes ainsi accomplis ont une cause supérieure qui est Dieu lui-même agissant par les grâces spéciales et mettant en jeu ces organes surnaturels de l'âme qui sont les dons du Saint-Esprit. Nos facultés ne fonctionnent plus par notre action propre; elles sont en quelque sorte passives, du moins en ce sens qu'elles reçoivent une motion spéciale de Dieu, qu'elles agissent sous cette motion et que l'âme est alors, selon l'expression de saint Thomas, plutôt actionnée qu'agissante :" potius agitur quam agit" .

   Tel est l'organisme surnaturel de l'âme chrétienne. La constitution de cet organisme est admirable, et l'on voit par là combien juste est le mot de saint Thomas appelant l'âme chrétienne l'organe du Saint-Esprit: organum Spiritus Sancti. Combien juste est la comparaison de saint Jean Chrysostome, lorsqu'il dit de l'âme qu'elle est l'instrument de musique et du Saint-Esprit qu'il est l'artiste.

   Mais l'artiste divin n'est pas un moteur extérieur à l'âme: il est en elle, il est dans l'âme, comme on l'a montré ici même, l'Hôte divin, qui la fait se mouvoir, vibrer, vivre agir et produire ces actes surnaturels, ces sons surhumains, dont l'ensemble fait de la vie vraiment chrétienne un chant sublime, une harmonie vivante et divine qui monte vers le ciel en l'honneur et pour la gloire de la Trinité Sainte, Père, Fils et Saint-Esprit.

rp Montagné .

si je tiens debout ça doit être surhumain alors surtout ici ... !

je me disais aussi c'est pas normal ! au moins naturellement;  l'ordre normal ce serait d'y péter les plombs.. c'est réconfortant de se dire ça. l'ordre naturel aussi tous ces petits qui m'apportaient sûrement beaucoup de bonheur.

vous voyez padre, c'est pas foutu ! quand je dis l'office c'est du domaine supra héroïque té. - bon c'est vrai en pensant à elles et à leur aumônier, y a une certaine complicité et on ne peut pas ne pas vouloir être au même diapason. quand on aime quelqu'un!

s'il avait fallu que je compte sur les trads du coin, beh dis-donc ! bref. - c'est le miracle de Chavagnes. de ça j'en suis sûr . des certitudes comme ça qui ne trompent pas comme quand je me vois ranger ma maison.. plein de détails.. je me dis oulalalala qu'est-ce qui m'arrive! rien n'est gagné dans ce domaine, mais ce qui est pris est pris. A chaque jour suffit sa peine. A la grâce de Dieu té .

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 29 Mai 2017

 

 

Benedicite omnis imber et ros Domino.

 

c'est Simon qui joue évidement ! sehr trop schön ! on s'aime bien au moins tous les deux ! des gens comme ça que j'aime beaucoup. quand on commence sa journée avec cette certitude c'est déjà beaucoup. c'est envoûtant Simon .. oulala.

la béatitude des larmes, fruit du mystère: j'en sais rien ! on verra là-haut. très beau Chopin ... !

"l'Esprit se meut sur l'univers informe et vide ! "

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 29 Mai 2017

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 28 Mai 2017

Image associée

    Des grandes fêtes liturgiques qui reproduisent parmi nous le souvenir des mystères chrétiens - disons : Noël, Pâques et la Pentecôte - on ne saurait dire laquelle s'imprime plus profondément dans la conscience du peuple fidèle ou lui apporte plus de joie spirituelle. Chacune le fait à sa façon, mais chaque fois la liturgie est l'instrument efficace qui traduit en signes sensibles le mystère de la fête en imprime la lumière sur nos âmes et marque notre joie de son sceau spirituel.

   Celles de Noël et de Pâques tournent sans cesse nos regards vers l'Humanité de Jésus, en tout semblable à la nôtre. Certes, il ne nous servirait de rien de nous tenir près de la Crèche avec les bergers, si nous ne confessions que l'Enfant est le Verbe, le Fils du Très-Haut; mais il est juste aussi que ce nouveau-né nous attache par le charme de l'enfance, par la douceur et la tendresse d'une maternité à laquelle Marie communique l'éclat de sa virginité. C'est son humanité encore qui permet à Jésus de souffrir au calvaire et qui nous attire à lui par la compassion, la reconnaissance et l'amour; c'est au triomphe de son humanité que les fidèles communient dans la joie de Pâques: car si le Christ n'est pas ressuscité en son corps, toute notre foi est vaine. Ainsi Noël et Pâques - comme le veulent les mystères de l'Incarnation et de la Rédemption - nous rendent sensible l'humanité du Christ, et la présence humaine d'un Dieu parmi nous fait partie de la joie des croyants en ces jours de fête.

   Autre est la joie de la Pentecôte. Elle n'est pas moins grande, l'expérience des fidèles l'atteste. Mais elle comporte un élément unique et nouveau, la présence intime de l'Esprit.  Certes, l'humanité du Christ n'est pas étrangère à cette fête; bien au contraire, l'Esprit qui se manifeste et qui répand sa joie est celui de Jésus :" Je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je parte, car j'enverrai vers vous le Paraclet... Quand lui viendra, l'Esprit de la Vérité, il vous guidera vers la vérité entière: et il me glorifiera, car il recevra du mien et vous l'annoncera". jean XVI, 7,15, XIV 26

   C'est donc Jésus ressuscité qui nous l'envoie, c'est le message de Jésus qu'il nous fait comprendre, c'est la glorification de Jésus qu'il procure en nous remplissant de lumière et d'amour.

   Mais ce n'est pas vers l'humanité de Jésus, ni vers une réalité sacramentelle dérivée de son humanité et de sa passion que nous porte la grâce de la Pentecôte. Elle étend devant nous des perspectives nouvelles, celles d'un monde ouvert à l'Esprit et guidé par sa motion. Elle introduit dans l'histoire du monde et dans celle de nos âmes l'action d'un Esprit qui souffle où il veut , dont notre courte expérience ne sait d'où il vient ni où il va, sinon qu'il vient de Dieu et que son souffle nous remplit de force, de confiance et de joie. Les voies où il nous pousse sont celles que veut le Seigneur Jésus, mais parce que la motion divine est celle de l'Esprit, le monde en lui obéissant entre dans les voies de la liberté où se couronne la libération apportée par Jésus; il s'achemine vers son état de magnificence et d'achèvement.

   Le peuple chrétien le sait bien, et son expérience ne le trompe pas: il sent que la grâce de ce jour de la Pentecôte lui offre d'entrer dans un état de plénitude, de participer à un triomphe spirituel qui contient, si l'on ose dire, l'annonce et la promesse de perpétuelles aurores.

   Elles se lèvent à la fois sur la Création toute entière et sur chacune de nos âmes.

Replevit orbem terrarum .

   C'est une longue histoire que celle de notre Monde, soumis au temps et composé de matière, mais rempli par l'Esprit du Seigneur qui le contient tout entier et en consommera un jour la perfection. C'est une histoire qui s'ouvre avec le premier chapitre de la Génèse. Les effets de la Pentecôte couronnent ses longs développements; sa vraie signification éclate alors : oeuvre de la sagesse propre à l'amour, il doit sous la motion de l'Esprit-Saint rendre à Dieu amour pour amour et gloire pour gloire.

   Au commencement, dit la Génèse, avant même le premier jour de la création, l'Esprit déjà se meut sur l'univers informe et vide. Il plane au-dessus de l'abîme qui ne contient encore qu'informité et confusion, mais où le règne de l'ordre et de l'intelligence sont en préparation. L'Esprit les en fera sortir à son heure; et ce n'est pas Lui qui changera, mais le monde sur lequel la pensée créatrice et la sagesse immuable de l'amour planent "comme l'aigle qui agite les ailes au-dessus de ses petits" , sollicitant leur élan et leur communiquant, par quel influx mystérieux, la chaleur et la vie.

   Puis voici dans le monde sorti du chaos, la présence de l'homme.

Ce n'est pas seulement par son limon primitif qu'il appartient à ce monde, c'est bien plus encore par son intelligence. Il l'exerce dans un univers ordonné et soumis à la loi, et elle lui donne une ressemblance avec Dieu. L'Esprit continue donc à planer sur le monde, mais c'est dans l'âme des hommes que son action a son lieu privilégié. Le livre de la Sagesse nous la dépeint: elle dispose tout avec douceur; elle donne à la création son unité. Non seulement celle qui assemble ses éléments en un univers harmonieux et significatif, mais l'indéchirable unité de l'homme et du monde matériel.  Grâce à l'homme, l'univers a une voix pour s'exprimer, et c'est la Sagesse qui lui fournit les mots éternels qu'il doit prononcer :" Car l'Esprit du Seigneur a rempli l'univers , et lui, qui contient tout, sait tout ce qui se dit" .  Sagesse, I,6 55

    Ce sont précisément ces paroles de l'Ancien Testament que l'Eglise reprend au seuil de sa liturgie de la Pentecôte. Le texte du Livre de la Sagesse que nous venons de citer devient l'Introït de la messe; il ouvre en ce jour la célébration du sacrifice du Nouveau Testament.

   Il en indique le sens, car depuis Noël et depuis Pâques, notre monde n'est plus seulement un monde créé, c'est un monde racheté. Jésus - le Verbe - y a planté sa croix et elle n'en sera pas arrachée, son sang y ruisselle et n'en sera pas effacé : l'Esprit du Seigneur qui contient ce nouvel univers, qui plane sur lui et qui le pénètre, est l'Esprit du Seigneur Jésus.

   De même que la venue de Jésus, le Verbe dans le monde, n'y abroge rien, mais le parfait et l'achève, de même la surabondante présence de l'Esprit envoyé par Jésus le conduit-elle à sa plénitude, et elle achève dans la joie l'oeuvre commencée à la création : l'Esprit du Seigneur a rempli l'univers, et le monde entier dans tout l'orbe terrestre, exulte: TOTUS in orbe terrarum mundus exultat.

 

REPLE CORDIS INTIMA;

  

   L' âme chrétienne, comme le Monde, exulte, mais d'une joie intime et personnelle. De même que l'Esprit remplit l'univers, de même établit-il sa demeure en chacun de nous. De même qu'il est l'âme d'un Royaume qui comprend la plebs sancta du Christ, de même est-il le souffle qui de l'intérieur anime chacune de nos vies.

   A l'extension de l'univers qui s'offre à l'action de l'Esprit correspond la profondeur de nos âmes. Le véritable abîme sur lequel plane l'Esprit de Dieu n'est point tant celui des eaux ou de la matière dont la sagesse peut faire sortir un monde immense; c'est l'abîme sans fond du coeur humain d'où elle peut faire jaillir un amour sans bornes. Notre âme spirituelle est plus profonde que le monde n'est grand; l'Esprit habite infiniment plus en chacun de nous qu'en toute la création qu'il remplit pourtant de sa présence.

   Il faudrait parcourir de nouveau la suite des mêmes livres saints et recueillir leurs enseignements.

   L'Esprit, dit la Génèse, se mouvait au-dessus de la terre informe qui s'offrait aux figurations de l'Amour. Mais qu'en fera-t-il sortir?  Non seulement la fleur des champs ou l'astre du ciel ou le foisonnement des vivants, mais l'homme, l'Unique, le seul avec Dieu qui puisse dire dans le monde : Je, ou :  Moi, et s'affirmer comme une personne .

   Que dit le Livre de la Sagesse? Que l'Esprit de Dieu remplit l'univers, mais aussi qu'il pénètre dans les âmes car il ' aime les hommes " . Il est le témoin de leurs coeurs ; il scrute leurs reins; il leur donne " la véritable science des êtres et de la structure de l'univers " ; il est l' "éducateur " des hommes.

   Quand Jésus enfin instruit ses disciples du rôle nouveau de l'Esprit dans le monde racheté,  c'est sur son caractère d'intimité personnelle qu'il insiste. L'Esprit qu'il leur enverra habitera en eux: c'est l'intime de leur âme qu'il éclairera, c'est dans le secret de leur coeur qu'il leur fera voir le chemin que l'amour leur trace; il leur parlera comme un hôte intérieur dont ils ne pourront méconnaître la présence.

   Aussi est-ce au désir de cette intimité personnelle que conduit la magnifique liturgie de la Pentecôte.  L'INTROîT  de la messe nous montre l'univers rempli de la présence de l'Esprit; mais voici , avant même l'Evangile où Notre-Seigneur ne nous parlera que d'initimité, le chant liturgique propre à la fête, l'admirable invocation du Veni Sancte Spiritus. Elle est consacrée toute entière à nos relations personnelles avec l'Esprit d'amour.

   C'est lui, l'hôte très intime de l'âme et son consolateur très bon, repos dans le labeur et douceur dans les larmes, lumière bienheureuse qui pénètre au plus profond des coeurs. Puis viennent toutes les humbles tâches que l'amour accomplit dans l'habitation où il se plait : lavez ce qui est souillé, arrosez ce qui est aride, pansez ce qui est blessé, adoucissez ce qui est raidi, redressez ce qui est dévié. On a souvent fait remarquer que les tâches ainsi confiées à l'Esprit-Saint sont celles dont s'acquitte la mère auprès de l'enfant très petit et très aimé. C'est que l'amour, lorsqu'il arrive à un certain degré de tendresse et d'intimité, n'a pour s'exprimer que les symboles humains qu'il emprunte à l'amour de la mère et il n'en est pas de plus personnel.

   Telle est la fête de la Pentecôte. Fête de la plénitude qui couronne les apports de Noël et de Pâques, comme l'effusion et le triomphe de l'Esprit d'amour couronnent l'oeuvre de l'Incarnation et de la Rédemption.

Sa plénitude n'est telle que parce que l'homme et la création s'y trouvent unis et réconciliés, l'un définitivement introduit en son état d'enfant de Dieu, l'autre, le monde, comblé en son ardent désir de glorifier Dieu par l'entremise de l'homme . " Vous avez reçu, dit saint Paul, un Esprit d'adoption en qui vous criez : " Abba , Père; et cet Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu... Et la création toute entière attend avec un ardent désir la manifestation des enfants de Dieu; car jusqu'à ce jour elle gémit et souffre, mais elle aspire à être délivrée de la vanité, et à avoir part à la liberté glorieuse des enfants de Dieu."

   A l'homme et à la création, la Pentecôte donne en prémices cette délivrance, cette liberté, cet achèvement .

R.P. Delon op

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 28 Mai 2017

a great pianist ! bravo !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 28 Mai 2017

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 28 Mai 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 27 Mai 2017

 

 

[:malavita:1]  il revient de la messe de Chavagnes évidement  ! il a été me chercher leurs prières, par voie aérienne, ça évite les bouchons !

" Pourquoi restez-vous là, les yeux fixés au ciel. Jésus qui vient d'être enlevé au ciel, en reviendra un jour, comme vous l'y avez vu monter."

cui cui cui alleluia !

ah ! retourne à Chavagnes, mais sait plus la direction !il a oublié son gps !  normal j'ai besoin de prières...

manque de calinous ! mais  pas grave , on s'en sortira !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 27 Mai 2017

benedicite lux et tenebrae Domino .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 26 Mai 2017

L’image contient peut-être : 1 personne, joue d’un instrument de musique et intérieur

 

  Bravo Georgi, avec un papa comme le sien, y en a qui ont du bol .. ! on s'apprécie beaucoup tous les deux.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0