Publié le 7 Janvier 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Janvier 2018

 

l'incroyable pianiste qui, avec ses 14 ans à peine, est en train de construire une carrière artistique de haute catégorie,

" La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde."

 

Ce qu'il aime le plus dans la musique, c'est la possibilité d'aider les gens. Il veut être professeur et pianiste de concert et poursuivre ses études universitaires sur Internet. En 2012, il a donné un concert au Guatemala pour soutenir une fondation de personnes trisomiques.

La jeune Américaine Wiley Skaret travaille avec la Fondation Greenheart. Mauricio Alvarado

Pourquoi t'es-tu penché sur le piano?

Ce que j'aime le plus dans la musique, c'est la possibilité d'aider les gens.

En 2012, j'ai donné un concert au Guatemala pour soutenir une fondation de personnes trisomiques. Nous avons recueilli 15 000 $ et cela les a financés pendant un an. C'était très satisfaisant.

Quand vous êtes-vous intéressé au piano?

Il y a dix ans, quand j'avais cinq ans. Depuis que j'étais enfant, je jouais avec les clés de piano électroniques à la maison, puis mes parents m'ont mis en classe avec le Dr Marjory Lee.

Il est venu en Colombie il y a trois ans. Comment avez-vous suivi votre formation musicale ici?

Je suis des cours d'harmonie en ligne à l'Université de Berkeley et j'ai aussi des cours avec Pilar Leyva. Avant d'arriver en Colombie, je me sentais très tendu quand je jouais. Elle m' a appris à me détendre pour obtenir un meilleur son.

Quelle a été la partie la plus difficile de vos premiers mois en Colombie?

C'est la première fois que je vis en Amérique du Sud. Au début, c'était très difficile parce qu'il était toujours difficile de se rendre dans un autre pays et d'apprendre une nouvelle langue. Au début, je pouvais à peine communiquer avec qui que ce soit. Quand j'ai appris l'espagnol, ça a commencé à devenir plus facile.

Pourquoi avez-vous décidé de faire des concerts pour les orphelins de la police?

Nous voulions aider la police parce qu'elle est responsable de la lutte contre la drogue, ce qui touche directement les États-Unis. Nous voulions également soutenir les fondations qui travaillent pour les familles des policiers morts dans l'exercice de leurs fonctions. Je pense qu'ils le méritent pour les sacrifices qu'ils font.

Il y a beaucoup de références bibliques sur votre site web. Pourquoi est-ce ainsi?

Quand je donne quelque chose, je veux toujours le faire au nom de Dieu. En fait, le nom de la page vient d'un verset de la Bible, de l'Épître de Jacques 1:27. Dans ce verset, il dit que la religion la plus pure est celle qui s'occupe des orphelins et des veuves.

Que peuvent faire les gens dans l'esprit de st  Jacques ?

Le 20 mai nous avons un concert à Bogotá pour collecter des fonds et les gens peuvent aussi faire un don sur notre site web. Cet argent ne passe pas entre mes mains. Il se rend directement à une fondation, New Horizons, et l'idée est que l'intérêt de cet argent servira à financer des bourses d'études pour les orphelins de policiers colombiens.

Je veux être professeur et pianiste de concert. Je veux aussi continuer à étudier dans les universités par Internet et j'espère obtenir une bourse pour poursuivre mes études.

 


traduit de l'espagnol. petit placide.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Janvier 2018

Message de Noël du patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille
 

Bien-aimés dans le Seigneur archipasteurs, révérends prêtres et diacres, moines et moniales amis de Dieu, chers frères et sœurs,

Je vous salue cordialement à l’occasion de la grande fête de la Nativité du Christ : la fête de l’enfantement selon la chair de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, par l’Esprit Saint et la Très Pure Vierge Marie. Nous appelons maintenant tous les hommes a glorifier avec l’Église le Créateur et Démiurge par les paroles : « Chantez le Seigneur, toute la terre » (Hirmos de la première ode du canon de la Nativité du Christ).

Le Dieu qui est Toute-bonté et qui aime Sa création envoie Son Fils Unique, le Messie attendu depuis longtemps, afin qu’Il accomplisse l’œuvre de notre salut. Le Fils de Dieu, qui est dans le sein du Père (Jn. I, 18), devient Fils de l’homme, et vient dans notre monde, pour nous délivrer du péché par Son sang et pour que l’homme ne soit plus effrayé par l’aiguillon de la mort.

Nous savons que les mages qui ont adoré le Christ Lui ont apporté des dons. Quel don pouvons-nous donc apporter au Maître Divin ? Celui qu’Il nous demande Lui-même : « Mon fils, donne-moi ton cœur et que tes yeux gardent mes voies » (Proverbes XXIII, 26).

Que signifie donner le cœur ? Le cœur est le symbole de la vie. S’il cesse de battre, l’homme meurt. Donner son cœur à Dieu, cela veut dire Lui dédier sa vie. Cette consécration n’exige pas de nous le renoncement à tout ce que nous avons. Nous sommes seulement appelés à éloigner du cœur ce qui gêne la présence de Dieu en lui. Lorsque toutes nos pensés ne se préoccupent que de notre propre ego, lorsqu’il n’y a pas dans le cœur de place pour le prochain, alors il n’y a pas de place non plus pour le Seigneur.

La présence du prochain dans le cœur dépend avant tout de notre capacité de ressentir la douleur de l’autre et d’y répondre par des œuvres charitables.

Le Seigneur nous demande d’observer Ses voies. Observer les voies de Dieu signifie voir la présence divine dans sa vie et dans l’histoire de l’humanité : voir la manifestation de Dieu, tant dans Son amour que dans Sa juste colère.

Dans la vie de notre peuple, l’année passée a été remplie du souvenir des événements tragiques du XXème siècle et des persécutions de la foi qui commençaient. Nous avons commémoré l’exploit des nouveaux martyrs et confesseurs, qui ont témoigné avec fermeté leur fidélité au Christ. Mais, même en ce temps terrible pour notre pays, le Seigneur nous a manifesté Sa miséricorde. Après une interruption forcée durant deux siècles, le Patriarcat a été rétabli en Terre russe et l’Église, au temps difficile des épreuves, a trouvé en la personne du saint hiérarque Tikhon, élu Primat, un sage et courageux pasteur, par les prières ferventes duquel, devant le Trône du Très-Haut Créateur, notre Église et notre peuple on pu traverser la fournaise des épreuves.

Nous vivons maintenant une période particulière : les afflictions n’ont pas quitté le monde, nous entendons parler quotidiennement des guerres et des bruits de guerres (Matth. XXIV, 6). Mais combien l’amour de Dieu se déverse sur le genre humain ! Le monde existe en dépit des forces du mal, tandis que l’amour humain et les valeurs familiales demeurent, malgré les efforts invraisemblables pour les détruire définitivement, les souiller et les pervertir. La foi dans le Dieu est vivante dans les cœurs de la majorité des gens. Tandis que notre Église, malgré les décennies de persécutions dans le passé récent et les mécanismes que l’on lance à présent pour miner son autorité, a été, reste et sera toujours le lieu de la rencontre avec le Christ.

Nous croyons que, après avoir traversé les épreuves actuelles, les peuples de la Russie historique renouvelleront leur unité spirituelle, deviendront prospères matériellement et heureux socialement.

La Nativité du Christ est un événement central dans l’histoire de l’humanité. Les hommes ont toujours recherché Dieu, mais dans toute la plénitude possible pour nous, le Créateur – le Dieu Trinitaire – s’est révélé au genre humain seulement par l’incarnation du Fils Unique. Il vient sur la terre pécheresse afin de rendre les hommes dignes de la bienveillance du Père Céleste et de poser un fondement ferme à la paix, donnant ce commandement : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix »

(Jn XIV, 27).

Que cette année soit paisible et prospère pour notre peuple, pour les peuples de la Russie historique et tous les peuples du monde.

Que l’Enfant-Dieu qui est né à Bethléem nous aide à trouver l’espoir qui vainc la crainte, et à ressentir par la foi la force de l’amour divin qui transfigure la vie humaine. Amen.

+CYRILLE, PATRIARCHE DE MOSCOU ET DE TOUTE LA RUSSIE
Nativité du Christ, 2017/2018

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Janvier 2018

 

et plein de compétitions !! ça va un moment les vacances faut pas exagérer quand même !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 7 Janvier 2018

 

loin des brigands et des fous,

"Ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. "

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Janvier 2018

ça change d'hier , un horrible concert de Noël..

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Janvier 2018

 

 

Of Tatiana and family ... !  sublime l'orgue.. pour Martin hu hu hu .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 6 Janvier 2018

 

  

 

 

Dom Guéranger ,  qui a écrit sur le mystère de l'Epiphanie des pages savoureuses auxquelles les âmes chrétiennes trouvent une fraîcheur toujours nouvelle, na pas manqué de relever le bel usage qui s'était introduit jadis en plus d'une cour chrétienne

   En France notamment, ce fut longtemps la coutume que le roi très chrétien vint à l'offrande le jour de l'Epiphanie et présentât l'or, l'encens et la myrrhe comme un tribut à l'Emmanuel. Il faut voir dans cette tradition beaucoup plus qu'un touchant témoignage de la dévotion simple et naïve de nos aïeux.  Elle répond admirablement à une réalité profonde, car elle nous représente très exactement ce qu'était le Christ Jésus, au regard des rois et des peuples du moyen-âge. Tous reconnaissaient alors dans le Christ le Roi des rois, dont l'influence douce et bienfaisante pénétrait jusque dans son fond la société chrétienne.  En ce temps-là, les princes de la terre, à l'exemple des mages se montraient les plus empressés à reconnaître dans la royauté du Sauveur l'origine et le fondement solide de leur propre pouvoir.

  Nous savons le changement qui est survenu dans la suite des temps. Non seulement la réforme protestante  avec Saint Luther a brisé l'unité de la société chrétienne et ravi au Christ-Roi une notable portion de son héritage, mais elle a engendré  ces doctrines perverses et subtiles, qui tendent aujourd'hui à amoindrir l'autorité de Notre-Seigneur jusque dans la partie fidèle de son royaume. 

Le Cardinal Pie remarquait avec beaucoup de finesse que les funestes propagateurs du catholicisme libéral ressemblent singulièrement à certains hérétiques dont parle saint Grégoire dans son homélie sur l'Epiphanie. Ceux-ci , tout en admettant que Jésus est vraiment Dieu et vraiment homme se refusaient absolument à reconnaître l'extension universelle de sa royauté:  Sunt vero nonnuli heretici, qui hunc Deum credunt, sed ubique regnare nequaquam credunt.

Ils se faisaient un devoir d'offrir à Jésus l'encens dû  à sa divinité, mais ne voulaient point y ajouter l'or que réclame sa souveraineté: hi profecto thus offerunt, sed offere etiam aurum nolunt.

Le saint pontife en tirait cette conclusion pratique que le premier de nos devoirs en la fête de l'Epiphanie est de déposer aux pieds du Seigneur qui vient de naître l'hommage qui convient au Roi de l'univers : Nos itaque nato Domino offeramus aurum, ut hunc ubique REGNARE fateamur.

   Et il serait à souhaiter que la fête de l'Epiphanie retrouvât le prestige de l'antique et joyeuse fête des rois.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Janvier 2018

ah ces petits russes. quelle belle famille, bon sang ! congratulations..

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Janvier 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a friend VK .. , Moscou je crois.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0