Publié le 7 Août 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Août 2016

 

 

 

" Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho ; il tomba entre les mains de brigands qui, après l'avoir dépouillé et chargé de coups, s'en allèrent, le laissant à demi-mort. "

 

 

heureusement c'était pas en Vendée, le pauvre! il aurait pu attendre longtemps. il serait mort déjà ! même avec ste Rita il avait aucune chance .

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Août 2016

 

source

 

 

Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit.
Celui qui aime sa vie la perd ;
celui qui s'en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle.
Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur.
Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera. "

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 4 Août 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 4 Août 2016

 

 

L'Indice de Paix Mondial, qui recense, parmi 162 nations, les pays les plus sûrs de la planète, a récemment été dévoilé par l'Institut de réflexion pour l'Economie et la Paix.

Le classement est établi selon l'analyse de 22 facteurs (perception de la criminalité dans la société, nombres d'homicides, nombres de crimes violents...) divisés en trois catégories : le niveau de sécurité dans la société, au sein des foyers et la militarisation du pays. Plus le score obtenu par un pays est élevé plus son niveau de sécurité est considéré comme faible. Les résultats sont ensuite reportés sur une carte interactive consultable par tous.

 

L'Islande est talonnée par un autre pays nordique, le Danemark, qui obtient un score de 1.246 tandis que l'Autriche se classe 3ème (1278). Sur les 11 nations les plus sûres du monde, huit sont situées en Europe. La Nouvelle-Zélande est 4ème, le Canada 8ème, le Japon se classe 9ème. La France est au 43e rang, pénalisée par les séries d'attentats perpétrés par Daesh en 2015 et 2016. Dans le fond du classement, les Etats-Unis accrochent la 103ème place. 

 

faut aller faire une fondation à Reykjavic, Vienne me suffirait avec la messe et plein de petits chanteurs 

 

source

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 4 Août 2016

 

 

ma prochaine maison, mignon  !

 

Le Festival Liszt en Provence vous attend dimanche 7 pour écouter le brillantissime Ingolf WUNDER (couronné de lauriers au festival Chopin 2010). Il interprètera Beeethoven (Waldstein), Chopin (ravissant rondo rarement joué) et de Liszt Sonate et csardas macabre.. A ne pas manquer!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 4 Août 2016

 

  Ritava qu'elle s'appelle. En Russie, j'ai remarqué d'ailleurs les prénoms féminins se terminent souvent en a comme Pétrouchka, Batavia.. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 3 Août 2016

 

 

 

 

on retombe en enfance !

Depuis le temps qu'on les attendait ces enregistrements, les voilà enfin ! je pense à Blandine . j 'espère que Silviu nous chantera un ave Maria pour le 15 août quand même. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 3 Août 2016

 

Le 6 août, nous célébrons une fête à laquelle nous autres moines sommes très attachés: la Transfiguration du Seigneur. Nous vous invitons à méditer sur le sens de cette fête, et à écouter l'antienne grégorienne Beati pacifici: "Heureux les artisans de paix, heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu".

 

La fête de la Transfiguration est une fête très importante pour les moines. D’après les Évangiles (Mt 17, 1-8 ; Mc 9, 2-8 ; Lc 9, 28-36), Jésus prend avec lui ses disciples les plus proches, Pierre, Jacques et Jean, les emmène sur une montagne à l’écart, et là, il est transfiguré devant eux. Sa divinité se manifeste à travers une lumière éblouissante. Moïse et Élie apparaissent également, qui s’entretiennent avec Jésus. Pierre s’écrie alors : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ». Une voix venue du Ciel déclare : « Celui-ci est mon Fils bien aimé, écoutez-le ». Après être redescendu de la montagne avec ses disciples, Jésus annonce pour la deuxième fois sa Passion qui approche.

L’événement de la Transfiguration a toujours été compris par les moines comme un symbole de leur vocation. Comme Pierre, Jacques et Jean, ils sont invités par Jésus à quitter le monde pour le suivre à l’écart, et à contempler sa gloire. La présence d’Élie et de Moïse, ainsi que la voix venue du Ciel qui appelle à écouter Jésus, évoquent la lectio divina, la patiente et amoureuse étude de la Parole de Dieu. L’exclamation de Pierre exprime tout simplement le bonheur qu’il y a de vivre ainsi auprès de Jésus. La vie monastique est une anticipation de la joie du Ciel. En même temps, le lien étroit de la Transfiguration et la Passion de Jésus rappelle aux moines qu’ici-bas leur vie est une vie de pénitence, et que la joie ne sera entière qu’au-delà de la mort.

On comprend dès lors pourquoi la fête de la Transfiguration a été diffusée en Occident par les moines, en particulier par Pierre le Vénérable, abbé de Cluny au XIIe siècle. Née plusieurs siècles auparavant en Orient, elle a été fixée au 6 août, 40 jours avant la fête de la Croix glorieuse (14 septembre), pour souligner le lien entre la Transfiguration du Christ et sa Passion. Elle a été inscrite au Calendrier romain en 1457, en action de grâces pour la victoire obtenue sur les Turcs à Belgrade, le 6 août 1456.

 

abbaye de solesmes .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 3 Août 2016

 

 

 

 

Il s'agit de saint Dominique, le fondateur de l'Ordre des prêcheurs, connus également sous le nom de Frères dominicains.

Son successeur à la tête de l'Ordre, le bienheureux Jourdain de Saxe, offre un portrait complet de saint Dominique dans le texte d'une célèbre prière: « Enflammé par le zèle de Dieu et par l'ardeur surnaturelle, par ta charité sans fin et la ferveur de ton esprit véhément, tu t'es consacré tout entier par le vœu de la pauvreté perpétuelle à l'observance apostolique et à la prédication évangélique ». C'est précisément ce trait fondamental du témoignage de Dominique qui est souligné: il parlait toujours avec Dieu et de Dieu. Dans la vie des saints, l'amour pour le Seigneur et pour le prochain, la recherche de la gloire de Dieu et du salut des âmes vont toujours de pair.

 

Dominique est né en Espagne, à Caleruega, aux alentours de 1170. Il appartenait à une noble famille de la Vieille Castille et, soutenu par un oncle prêtre, il fut formé dans une célèbre école de Palencia. Il se distingua immédiatement par son intérêt pour l'étude de l'Ecriture Sainte et par son amour envers les pauvres, au point de vendre ses livres, qui à l'époque représentaient un bien d'une grande valeur, pour venir en aide, grâce à l'argent qu'il en tira, aux victimes d'une famine.

 

Ordonné prêtre, il fut élu chanoine du chapitre de la cathédrale de son diocèse d'origine, Osma. Même si cette nomination pouvait représenter pour lui un motif de prestige dans l'Eglise et dans la société, il ne l'interpréta pas comme un privilège personnel, ni comme le début d'une brillante carrière ecclésiastique, mais comme un service à rendre avec dévouement et humilité. La tentation de la carrière n'est-elle pas une tentation dont ne sont pas même exempts ceux qui ont un rôle d'animation et de gouvernement dans l'Eglise? C'est ce que je rappelais, il y a quelques mois, à l'occasion de la consécration de plusieurs évêques: « Ne recherchons pas le pouvoir, le prestige, l'estime pour nous-mêmes... Nous savons que dans la société civile, et souvent, même dans l'Eglise, les affaires souffrent du fait que beaucoup de personnes, auxquelles a été confiée une responsabilité, œuvrent pour elles-mêmes et non pas pour la communauté » (Homélie lors de la chapelle papale pour l'ordination épiscopale de cinq prélats, 12 septembre 2009, cf. ORLF n. 37 du 15 septembre 2009).

 

L'évêque d'Osma, qui se nommait Diego, un véritable pasteur zélé, remarqua très tôt les qualités spirituelles de Dominique, et voulut bénéficier de sa collaboration. Ils allèrent ensemble en Europe du nord, pour accomplir des missions diplomatiques qui leur avaient été confiées par le roi de Castille. En voyageant, Dominique se rendit compte de deux immenses défis pour l'Eglise de son temps: l'existence de peuples pas encore évangélisés, aux frontières nord du continent européen et le déchirement religieux qui affaiblissait la vie chrétienne dans le sud de la France, où l'action de certains groupes hérétiques créait des troubles et éloignait de la vérité de la foi. L'action missionnaire envers ceux qui ne connaissaient pas la lumière de l'Evangile et l'œuvre de réévangélisation des communautés chrétiennes devinrent ainsi les objectifs apostoliques que Dominique se proposa de poursuivre. Ce fut le Pape, auprès duquel l'évêque Diego et Dominique se rendirent pour lui demander conseil, qui demanda à ce dernier de se consacrer à prêcher aux Albigeois, un groupe hérétique qui soutenait une conception dualiste de la réalité, c'est-à-dire à travers deux principes créateurs également puissants, le Bien et le Mal. Ce groupe, par conséquent méprisait la matière comme provenant du principe du mal, refusant également le mariage, allant jusqu'à nier l'incarnation du Christ, les sacrements dans lesquels le Seigneur nous « touche » à travers la matière et la résurrection des corps. Les Albigeois privilégiaient la vie pauvre et austère, – dans ce sens, il étaient également exemplaires – et ils critiquaient la richesse du clergé de l'époque. Dominique accepta avec enthousiasme cette mission, qu'il réalisa précisément à travers l'exemple de son existence pauvre et austère, à travers la prédication de l'Evangile et les débats publics. Il consacra le reste de sa vie à cette mission de prêcher la Bonne Nouvelle. Ses fils devaient réaliser également les autres rêves de saint Dominique: la mission ad gentes, c'est-à-dire à ceux qui ne connaissaient pas encore Jésus, et la mission à ceux qui vivaient dans les villes, surtout les villes universitaires, où les nouvelles tendances intellectuelles étaient un défi pour la foi des personnes cultivées.

Ce grand saint nous rappelle que dans le cœur de l'Eglise doit toujours brûler un feu missionnaire, qui incite sans cesse à apporter la première annonce de l'Evangile et, là où cela est nécessaire, une nouvelle évangélisation: en effet, le Christ est le bien le plus précieux que les hommes et les femmes de chaque époque et de chaque lieu ont le droit de connaître et d'aimer! Il est réconfortant de voir que dans l'Eglise d'aujourd'hui également il existe tant de personnes – pasteurs et fidèles laïcs, membres d'antiques ordres religieux et de nouveaux mouvements ecclésiaux – qui donnent leur vie avec joie pour cet idéal suprême: annoncer et témoigner de l'Evangile!

A Dominique Guzman s'associèrent ensuite d'autres hommes, attirés par sa même aspiration. De cette manière, progressivement, à partir de la première fondation de Toulouse, fut créé l'ordre des prêcheurs. Dominique, en effet, en pleine obéissance aux directives des Papes de son temps, Innocent III et Honorius III, adopta l'antique Règle de saint Augustin, l'adaptant aux exigences de vie apostolique, qui le conduisaient, ainsi que ses compagnons, à prêcher en se déplaçant d'un lieu à l'autre, mais en revenant ensuite dans leurs propres couvents, lieux d'étude, de prière et de vie communautaire. Dominique voulut souligner de manière particulière deux valeurs considérées indispensables pour le succès de la mission évangélisatrice: la vie communautaire dans la pauvreté et l'étude.

Dominique et les frères prêcheurs se présentaient tout d'abord comme mendiants, c'est-à-dire sans de grandes propriétés foncières à administrer. Cet élément les rendait plus disponibles à l'étude et à la prédication itinérante et constituait un témoignage concret pour les personnes. Le gouvernement interne des couvents et des provinces dominicaines s'organisa sur le système des chapitres, qui élisaient leurs propres supérieurs, ensuite confirmés par les supérieurs majeurs; une organisation qui stimulait donc la vie fraternelle et la responsabilité de tous les membres de la communauté, en exigeant de fortes convictions personnelles. Le choix de ce système naissait précisément du fait que les dominicains, en tant que prêcheurs de la vérité de Dieu, devaient être cohérents avec ce qu'ils annonçaient. La vérité étudiée et partagée dans la charité avec les frères est le fondement le plus profond de la joie. Le bienheureux Jourdain de Saxe dit à propos de saint Dominique: « Il accueillait chaque homme dans le grand sein de la charité et, étant donné qu'il aimait chacun, tous l'aimaient. Il s'était fait pour règle personnelle de se réjouir avec les personnes heureuses et de pleurer avec ceux qui pleuraient » (Libellus de principiis Ordinis Praedicatorum autore Iordano de Saxonia, ed. H.C. Scheeben, [Monumenta Historica Sancti Patris Nostri Domiici, Romae, 1935]).

En second lieu, Dominique, par un geste courageux, voulut que ses disciples reçoivent une solide formation théologique, il n'hésita pas à les envoyer dans les universités de son temps, même si un grand nombre d'ecclésiastiques regardaient avec défiance ces institutions culturelles. Les Constitutions de l'Ordre des prêcheurs accordent une grande importance à l'étude comme préparation à l'apostolat. Dominique voulut que ses frères s'y consacrent sans compter, avec diligence et piété; une étude fondée sur l'âme de tout savoir théologique, c'est-à-dire sur l'Ecriture Sainte, et respectueuse des questions posées à la raison. Le développement de la culture impose à ceux qui accomplissent le ministère de la Parole, aux différents niveaux, d'être bien préparés. Il exhorte donc tous, pasteurs et laïcs, à cultiver cette « dimension culturelle » de la foi, afin que la beauté de la vérité chrétienne puisse être mieux comprise et que la foi puisse être vraiment nourrie, renforcée et aussi défendue. En cette Année sacerdotale, j'invite les séminaristes et les prêtres à estimer la valeur spirituelle de l'étude. La qualité du ministère sacerdotal dépend aussi de la générosité avec laquelle on s'applique à l'étude des vérités révélées.

Dominique, qui voulut fonder un Ordre religieux de prêcheurs-théologiens, nous rappelle que la théologie a une dimension spirituelle et pastorale, qui enrichit l'âme et la vie. Les prêtres, les personnes consacrées, ainsi que tous les fidèles, peuvent trouver une profonde « joie intérieure » dans la contemplation de la beauté de la vérité qui vient de Dieu, une vérité toujours actuelle et toujours vivante. La devise des frères prêcheurs – contemplata aliis tradere – nous aide à découvrir, ensuite, un élan pastoral dans l'étude contemplative de cette vérité, du fait de l'exigence de transmettre aux autres le fruit de notre propre contemplation.

Lorsque Dominique mourut en 1221, à Bologne, la ville qui l'a choisi comme patron, son œuvre avait déjà rencontré un grand succès. L'Ordre des prêcheurs, avec l'appui du Saint-Siège, s'était répandu dans de nombreux pays d'Europe, au bénéfice de l'Eglise tout entière. Dominique fut canonisé en 1234, et c'est lui-même qui, par sa sainteté, nous indique deux moyens indispensables afin que l'action apostolique soit incisive. Tout d'abord la dévotion mariale, qu'il cultiva avec tendresse et qu'il laissa comme héritage précieux à ses fils spirituels, qui dans l'histoire de l'Eglise ont eu le grand mérite de diffuser la prière du saint Rosaire, si chère au peuple chrétien et si riche de valeurs évangéliques, une véritable école de foi et de piété. En second lieu, Dominique, qui s'occupa de plusieurs monastères féminins en France et à Rome, crut jusqu'au bout à la valeur de la prière d'intercession pour le succès du travail apostolique. Ce n'est qu'au Paradis que nous comprendrons combien la prière des religieuses contemplatives accompagne efficacement l'action apostolique! A chacune d'elles, j'adresse ma pensée reconnaissante et affectueuse.

Chers frères et sœurs, la vie de Dominique Guzman nous engage tous à être fervents dans la prière, courageux à vivre la foi, profondément amoureux de Jésus Christ. Par son intercession, nous demandons à Dieu d'enrichir toujours l'Eglise d'authentiques prédicateurs de l'Evangile.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0