Publié le 26 Février 2022

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 24 Février 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 23 Février 2022

 

 

 

 

"Tant que tu bois et que tu te réjouis, regarde-le, car une fois que tu seras mort,

tu seras comme ça."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus." 

"MIRA QVE TE AS DE MORI - MIRA QVE NO SABES QVANDO".

​​​​​“MIRA QVE TE MIRA DIOS, MIRA QVE TE ESTA MIRANDO”.

 

" Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, 

n'endurcissez pas votre coeur. "

règle de st Benoît 

 

 

Cette section commence par la description de l'image représentée. Les figures sont disposées dans l'espace autour de la forme symbolique de l'arbre. Dans sa coupe (dans la partie supérieure de l'espace) un groupe composé de petits personnages des deux sexes semble célébrer une fête ou un banquet : on voit des personnages rire, flirter, jouer d'instruments de musique... Dans la partie inférieure de la composition, à côté du tronc De l'arbre, on trouve trois autres personnages : à gauche, un squelette brandit une hache avec laquelle il attaque le tronc de l'arbre, dont il a déjà coupé la majeure partie. A ses côtés, un petit personnage enveloppé de flammes (représentation symbolique du Diable) tire fortement sur une corde attachée à la cime de l'arbre, favorisant ainsi sa chute que l'on pressent imminente. La zone inférieure droite de la composition est dominée par l'image du Christ, sonnant une cloche avec un marteau, tout en levant les yeux avec des gestes d'alarme et de désespoir sur son visage.

Deux inscriptions situées en haut servent de complément et de clarification à l'image.

Dans le coin supérieur gauche on peut lire : « REGARDEZ Comment  VOUS ALLEZ MOURIR -  REGARDEZ   ET VOUS NE SAVEZ PAS QUAND  ».

Et dans le coin supérieur droit : « REGARDEZ COMMENT DIEU VOUS REGARDE  , REGARDEZ QUI VOUS REGARDE   ».

Nous ne connaissons pas l'origine ou la paternité de ces vers, bien qu'il soit probable qu'il s'agisse d'une adaptation de l'inscription latine qui dirige le "Tableau" d'El Bosco ("CAVE, CAVE, DOMINUS VIDET"). Deux inscriptions situées en haut servent de complément et de clarification à l'image. Dans le coin supérieur gauche on peut lire : « REGARDEZ comment  vous allez mourir; Regardez vous ne savez pas quand  ». Et dans le coin supérieur droit : « REGARDEZ comment Dieu VOUS REGARDE , REGARDEZ qui vous regarde. "

 

Depuis l'Antiquité, la représentation graphique ou littéraire des banquets et des fêtes est associée aux plaisirs terrestres. Cependant, sa signification a changé au fil du temps : pour le monde classique, ces types de scènes étaient une invitation à profiter de la vie, et si la proximité de la mort était rappelée, c'était uniquement dans le but d'inciter à profiter encore plus intensément

Autre élément symbolique important de l'œuvre, l'arbre, allégorie du Cosmos vivant et élément d'union entre le Ciel et la Terre, image à forte charge théologique et d'usage fréquent depuis l'Antiquité. Suivant l'idée de Philo, pour qui l'arbre symbolise le cœur humain, l'image d'un arbre qui, comme celui du tableau, est en train d'être abattu, indiquerait une mort imminente. Cela correspond à la tradition biblique, selon laquelle l'arbre de vie équivaut à l'arbre de la mort. Symbole de pouvoir, de savoir, de sagesse divine... l'arbre est présent dans la Bible depuis les premières pages de la Genèse (arbre du Bien et du Mal au Paradis) jusqu'à celles du Nouveau Testament (la croix du Christ comme arbre symbolique), avec des significations très différentes et complexes.

 

"C'était la vision de mon esprit, dans mon lit. J'ai vu au milieu de la terre un arbre d'une hauteur impressionnante. L'arbre a grandi, il est devenu robuste; son verre touchait le ciel ; Il a été vu de toutes les extrémités de la terre. Ses branches étaient belles, ses fruits abondants, il y avait de la nourriture pour tous ; dans son ombre les bêtes des champs s'abritaient, dans ses branches les oiseaux du ciel faisaient des nids et de là tous les êtres vivants se nourrissaient. Je contemplais dans mon lit les visions de mon esprit. Soudain, un guetteur descendit du ciel, un saint, qui cria fort : Abattez l'arbre, coupez ses branches, émondez ses branches, dispersez ses fruits, ôtez les bêtes de son ombre et les oiseaux de ses branches ! Mais laissez la souche avec ses racines au sol."

 

Dans les deux cas, l'arbre est un symbole du pouvoir terrestre et de l'ambition démesurée des puissants, qui sera déversée par Dieu en punition de son arrogance. Mais les deux exemples appartiennent à l'Ancien Testament, ce qui signifie l'absence d'un élément clé dans l'œuvre de Ries : la figure du Christ, qui agit comme intercesseur devant la volonté divine, essayant d'exhorter l'humanité à rectifier son comportement et à la prévenir des dangers de celui-ci.

Cependant, le symbole de l'arbre abattu apparaît également dans le Nouveau Testament comme une image pour exhorter au repentir. Les paroles de la prédication de Jean-Baptiste dans le désert de Judée en sont le reflet : « La cognée est déjà mise à la racine des arbres, et tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. » on peut en déduire que l'arbre de Ries représente la fugacité de la vie humaine,   le pouvoir terrestre et les plaisirs mondains

.Enfin, les deux personnages situés dans la partie inférieure gauche de l'œuvre subsistent.

Le plus grand, le squelette, est utilisé depuis l'Antiquité pour symboliser la mort en général et la brièveté de la vie. C'est donc une personnification de la Mort, qui dans la philosophie chrétienne est une puissance souvent alliée au Diable (que l'on voit représenté dans la petite figure flamboyante qui tire la corde), et donc l'ennemi de Dieu. Cette idée, avec une longue tradition dans le christianisme, est ce que Ríes entend transmettre en plaçant les deux personnages du même côté de la composition (pour plus de raisons, le côté gauche, qui dans la tradition chrétienne est toujours associé au mal, tandis que le Christ domine Le côté droit, avec sa silhouette bombée par la large tunique qui augmente symboliquement sa corporéité par rapport au corps étroit et allongé du squelette et à la minuscule figure du Diable).

Ainsi, le tronc de l'arbre devient l'axe central d'une balance bien-mal (le Christ-la mort et le Diable) dans laquelle le destin des personnages du haut (qui, en revanche, sont minuscules, pour mettre en valeur sa dimension humaine condition, mortelle et insignifiante par rapport à l'éternel duel des forces titanesques au fond).

On voit alors que la composition n'est pas aussi « naïve » qu'elle le paraissait lorsqu'on l'analyse d'un simple point de vue formel. Plus tard, nous verrons comment il sert efficacement un objectif bien précis et bien prémédité, qui finira par éliminer cette idée de naïveté. le tronc de l'arbre devient l'axe central d'un équilibre bien-mal (le Christ-la mort et le Diable) dans lequel le destin des personnages de la partie supérieure (qui, en revanche, sont minuscules, pour souligner leur condition humaine , mortel et insignifiant comparé à l'éternel duel des forces titanesques au fond). 

Plus tard, nous verrons comment il sert efficacement un objectif bien précis et bien prémédité, qui finira par éliminer cette idée de naïveté. le tronc de l'arbre devient l'axe central d'un équilibre bien-mal (le Christ-la mort et le Diable) dans lequel le destin des personnages de la partie supérieure (qui, en revanche, sont minuscules, pour souligner leur condition humaine , mortel et insignifiant comparé à l'éternel duel des forces titanesques au fond). 

Bref, les figures du banquet font allusion aux Péchés Capitaux. Leur abrutissement (en raison de leur dévouement aux plaisirs terrestres et de leur éloignement de la pratique religieuse) les empêche d'entendre la voix d'alarme du Christ, qui sonne désespérément la cloche pour les avertir de la chute prochaine de l'arbre, puisque la Mort, aidée par Le Diable qui tire la corde a déjà coupé presque tout le tronc. Par conséquent, le thème de l'œuvre est cet avertissement du Christ concernant la fugacité de la vie terrestre, et l'exhortation qui en résulte à s'amender face au danger de la damnation éternelle. 

 

source 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 22 Février 2022

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 21 Février 2022

 

 

 

 

 

 

Triste journée que celle du 21 Février . Je confie à la Sainte  Vierge tous nos amis Russes et Ukrainiens.. Que ce carême soit pour la paix dans le monde .

 

Allez los veremos !

même si nous ne sommes rien . Que peut la prière d'un nul, ça je n'en sais rien. Je me pose la question souvent , c'est dans la foi.  Je sais simplement que je les aime tous. j'ai mal pour eux. Trop mignons, comme ce petit acteur de télé et musicien . Auront ils encore l'internet ? Vêtus de blanc ils venaient de fêter le baptême du Christ . J'ai mal , Seigneur. 

"et ton prochain comme toi même ! " c'est dur  déjà de s'aimer quand on sait ce qu'on est et qu'on a été méprisé toute sa vie.. Tout un apprentissage , on vaut  pas grand chose mais bon. 

  laissons couler nos larmes, après tout,   ça vaut une chevalière, plus que tous les titres de gloire et d'honneur ,  qui sait ! larme de compassion, de repentir , qui vient tout droit de l'amour le plus vrai, le plus sincère , sans mensonge  ma sensibilité exacerbée. 

quelle marque de noblesse pour atteindre le coeur du Seigneur:  une larme, " alors vous accepterez les sacrifices de justice.. " 

 "miserere mei Deus," on le dit assez chaque matin et chaque jour on remet ça , je ne suis rien. Les jours sont mauvais :" Pourquoi dormez-vous Seigneur ? " L' "aujourd'hui " frappe à ma porte, quelle réponse vais-je pouvoir donner, ? pour une fois. Elle est surprenante, elle nous déconcerte  la patience du Bon Dieu, elle a sûrement ses raisons, ... puisque nous sommes toujours de ce monde . 

pas vrai ? 

pour nos petits  frères orthodoxes , ils ont au moins le Christ suspendu à leur cou. Eux n'en ont pas honte, la guerre contre la Russie est une guerre camouflée contre la culture chrétienne. 

 

Souvenez-vous ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu’on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance ou réclamé vos suffrages, ait été abandonné. Animé de cette confiance, ô Vierge des vierges, ô ma mère, je viens vers vous, et gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds.

O Mère du Verbe incarné, ne méprisez pas mes prières, mais écoutez-les favorablement et daignez les exaucer.


Amen.

Notre Dame des 7 douleurs

priez pour nous.

+

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 21 Février 2022

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 20 Février 2022

 

 

 

 

 

my prayers for you !

good lück !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 19 Février 2022

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 19 Février 2022

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 19 Février 2022

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0