Publié le 8 Juin 2020

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 8 Juin 2020

 

das ist mein freund ! 

 
Hallo Philippe!
Vielen Dank für deine Gratulation und den tollen Link einer Homepage. Ich verstehe leider kein Französisch.  Ich finde sie wirklich super!!
Ganz liebe Grüße nach Frankreich!!
Luca
Hallo Philippe!
Ich habe gerade dein Mail gelesen. Die St. Florianer Sängerknaben sind auch meine Freunde. 
Liebge Grüße!
Luca
 
das ist sehr gut für die Moral! ​​​​​​
meine Gebete für Sie,
Ich küsse Sie
Philippe fan . 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 8 Juin 2020

 

     Ma piété envers Jésus-Eucharistie doit se manifester sous trois formes qui correspondent aux trois aspects sous lesquels l'Eucharistie se présente et se donne à moi:

- la présence réelle

- le saint Sacrifice de la messe

- la sainte communion.

Glorifier Jésus-Eucharistie, c'est le visiter avec une foi invincible en sa divine présence, en sa divinité, en son amour, et comme corrollaire et manifestation de cette foi forte et éclairée, oublier en sa présence tout ce qui n'est pas lui; et dès lors , les irrévérences dont je me rends hélas! si souvent coupable au pied des autels, la froideur qui m'en éloigne, sont autant de violations du devoir de la sanctification du nom divin, autant de contradictions et d'oppositions à la demande que j'y formule: Père, que votre nom soit sanctifié. 

   Glorifier Jésus-Eucharistie, c'est non seulement le visiter dans sa prison du Tabernacle, c'est aussi tenir à honneur et à profit d'assister au sacrifice qui l'immole sur l'autel, de m'unir à ses sentiments d'adoration envers son divin Père, c'est recueillir avec une sainte avidité les fruits du précieux Sang.  Et dès lors, c'est encore contredire ma prière que d'être indifférent à l'assistance au saint Sacrifice, de n'y venir que contraint et forcé par la loi positive de l'Eglise et de ne pas aimer à m'éclairer sur la grandeur sans pareille ici-bas du mystère qu'accomplit le prêtre à l'autel. 

   Glorifier Jésus-Eucharistie enfin, c'est le recevoir en moi par la sainte communion, le recevoir aussi souvent que possible, avec une ferveur qui grandit de jour en jour, puisque la sainte communion est l'aboutissement dernier du mystère eucharistique et que Jésus ne se fait Hostie que pour devenir mon pain quotidien. Et dès lors c'est manquer au devoir de glorifier l'Eucharistie que de s'éloigner de la sainte communion, sous des prétextes spécieux, comme aussi de ne pas apporter à la préparation et à l'action de grâces toute la ferveur dont je suis capable.

   Ainsi, en ce qui me concerne mon devoir personnel de glorifier le saint nom de Dieu, j'y satisfais pleinement par le parfait accomplissement de mes devoirs eucharistiques, comme aussi toutes mes fautes contre l'Eucharistie sont autant de contraventions à la première demande de l'Oraison dominicale, 

car l'Eucharistie, c'est Dieu, l'Eucharistie, c'est Jésus-Christ et donc le Verbe de Dieu, le nom substantiel de Dieu.

   Mais pour réaliser pleinement et mon devoir et le sens de ma prière à l'accomplissement de mes obligations personnelles envers l'Eucharistie, il faut que j'ajoute le zèle, pour le faire connaître, aimer, glorifier de tous ceux sur lesquels je puis agir, par tous les moyens d'apostolat qui me sont accessibles ou auxquels je puis coopérer . Et là quelle matière à examen!

   Puisque je ne suis ici-bas que pour glorifier Dieu, c'est donc le zèle de la gloire de Dieu, de Jésus-Eucharistie, qui doit me guider toujours, diriger et inspirer toutes les formes de mon activité. Et je dois rien avoir de plus à coeur de réaliser dans ma vie, selon la mesure d'influence que Dieu me donne et sans en laisser rien perdre, la parole de l'Ecriture: Compelle intrare. (Luc XIV, 23)

Poussez, entraînez les âmes vers l'Eucharistie. 

   Que votre règne eucharistique arrive!

Régnez seul à jamais sur nous par l'empire de votre amour, par le triomphe de vos vertus, pour votre plus grande gloire. 

  " Je suis venu apporter le feu sur la terre et que désirai-je sinon qu'il s'allume?

 

Oh ! puissions-nous être les incendiaires de ce feu céleste ! 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 8 Juin 2020

 

 

Espagne: Pablo Turlo . J.S. Bach 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 7 Juin 2020

   

 en action de grâces , pour nos prêtres. 

   Dès le commencement de la prière que Jésus votre Divin Fils m'a enseignée, ô mon Dieu, je dois sortir de moi-même, m'élever au-dessus de toutes les réalités terrestres et monter jusqu'aux cieux pour vous y trouver et vous y rendre l'hommage de mon adoration. 

   Et cependant vous êtes partout et votre être immense remplit le ciel et la terre. Tous les jours, avec l'Eglise, à l'heure du divin sacrifice, je chante du coeur et de la voix le cantique où il est dit que les cieux et la terre sont pleins de votre gloire et de votre majesté: Pleni sunt caeli et terra majestatis gloriae tuae.

    Bien mieux, il m'est impossible , lors même que ma volonté révoltée en formerait le désir, d'échapper jamais à votre regard et à votre présence : Quo ibo a spiritu tuo et quoi a facie tua fugiam? Si je descends au fond des abîmes, je vous y rencontre; si je déploie mes ailes pour m'enfuir jusqu'aux extrémités de la mer, c'est votre main qui me conduit, et votre droite qui me saisit : Si descendero in infernum, ades; si sumpsero penas meas diluculo et habitavero in extremis maris, etenim illuc manus tua deducet me et tenebit me dextera tua. 

   Et comment pourrai-je vous fuir, ô mon Père, puisque c'est en vous, comme me l'enseigne votre Apôtre, que j'ai la vie, le mouvement et l'être: In ipso vivimus, movemur et sumus . Act. XVII,28

   Pourquoi donc Jésus m'enseigne-t-il à dire en vous invoquant :" Père, qui êtes dans les cieux? " 

   Ah ! c'est pour me rappeler que le ciel, parce qu'il est la demeure de mon Père, est ma véritable patrie, et que je ne suis qu'un étranger et un voyageur sur cette terre où je passe quelques jours , quelques années d'épreuve. 

   Mais enfin ce ciel qui est votre demeure, sur lequel je dois porter et le regard de mon intelligence et les aspirations de mon coeur, est-ce donc cette voûte azurée et parsemée d'étoiles sans nombre qui est au-dessus de ma tête et que la sainte Ecriture appelle le firmament? 

   Non certes, il n'y a là qu'une image sensible, accommodée à ma nature , mais ma raison et ma foi me disent que ce ciel, c'est Vous-même, ô mon Dieu et mon Père, vous dans votre immensité et dans l'infinité de vos perfections; c'est vous-même, non plus présent seulement dans vos oeuvres , mais visible en votre essence, vous-même devenu pour ceux qui répondront à votre appel, l'objet d'une contemplation et d'une béatitude sans fin. 

   Et c'est ainsi que les premiers mots de ma prière me remettent en mémoire cette pensée, au coeur de cette espérance, qu'un jour, je vous contemplerai face à face et que mon ciel, le ciel que vous voulez que j'attende et que j'espère, ce sera de vous adorer dans la contemplation ravie de vos infinies perfections. 

   Ici-bas, ô mon Dieu, parce que c'est le lieu de passage et le temps de l'épreuve, je ne vous contemple que sous le voile et comme dans un miroir " per speculum et in aenigmate "  (I Cor. XIII, 12 ), je vous contemple et vous adore dans la création qui porte les vestiges de votre sagesse, de votre puissance, de votre immensité, dans l'ordre magnifique et la parfaite harmonie de ces millions de mondes répandus dans l'espace, dans la multiplicité presque infinie des êtres qui, du plus grand au plus petit, ont chacun leur place dans le plan de votre providence; je vous adore en moi , ô mon Dieu, où je trouve non plus seulement des vestiges, des marques de vos perfections, mais déjà la ressemblance de votre nature; dans ma pensée capable de mesurer dans l'espace ces soleils et ces étoiles que vous y avez semés à profusion , et de la contemplation de l'oeuvre, de s'élever jusqu'à la connaissance du divin artisan de toutes ces merveilles; dans mon coeur aussi que vous avez fait plus grand que le monde, afin que rien ici-bas ne pût le satisfaire et qu'il ne pût trouver qu'en vous le rassasiement de ses désirs. 

   Mais surtout, je vous contemple et vous adore, ô mon Dieu, dans votre Verbe divin, la splendeur de votre gloire et l'image de votre substance , " splendor gloriae et figura substantiae ejus. " que vous nous avez donné, afin que nous ayons dès ici-bas, comme avant-goût des délices de la vision béatifique, la plus parfaite manifestation de vos perfections infinies; je vous adore en Jésus-Christ, mon Sauveur bien-aimé. Et parce que vous êtes là, devant moi, ô Jésus, réellement et substantiellement présent sous le voile des espèces, je vous adore comme mon Dieu qui se manifeste et se donne aussi complètement qu'il était possible de le faire ici-bas.

   La terre n'est pas le ciel, certes, puisque je ne vous contemple que sous le voile, et c'est pourquoi je dis comme vous me l'avez enseigné: Notre Père qui êtes aux cieux; - mais parce que votre bénie présence fait que cette terre de misère avoisine maintenant le ciel, avec le Père Eymard, je vous dis :" Notre Père qui êtes aux cieux, aux cieux de l'Eucharistie, à vous honneur, gloire et bénédiction dans les siècles des siècles. 

 

père Bettinger. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Juin 2020

 

" Dieu est libre de tout sauf de son amour."

... le Christ vainqueur de la mort veut demeurer notre captif. Et il me semble que c'est ainsi que nous pouvons ressusciter avec Lui: en passant sur la terre " libres de tout sauf de notre amour".. l'âme et le coeur toujours fixés en Dieu, nous répétant ces paroles que sainte Catherine de Sienne aimait à se redire dans le silence de son âme :" Je suis cherchée, je suis aimée. "

Voilà ce qui est vrai. Tout le reste n'est pas.

Oh! qu'il ferait bon, vivre de cette vie de la Trinité que Jésus-Christ est venu nous apporter. Il a tant dit qu'Il était la Vie, et qu'Il venait pour nous la donner abondante."

Il a tout capté en Dieu afin de devenir le foyer pour tous...

Puisqu'Il est toujours vivant, pourquoi n'irions-nous pas Lui demander la lumière définitive, cette lumière de foi qui fait les saints.

" Ouvre l'oeil de ton âme sous la lumière de foi." 

Nous lui demanderons , d'attirer nos âmes vers Dieu afin que nous soyons captivés par Lui , que nous ne puissions plus sortir de son rayonnement.

N'est-ce pas un ciel anticipé? 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Juin 2020

 

 

nos prières pour eux,

avec les remerciements de mr. le directeur & du staff. 

au  petit Placide. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 6 Juin 2020

 

 

 

" Suivons-le par la foi en ces régions de paix et d'amour.

Sursum corda, c'est en Dieu que tout doit finir; un jour aussi il nous dira son "veni"; alors, comme le petit enfant sur le coeur de sa mère, nous nous endormirons en Lui, et " dans sa lumière nous verrons la lumière. " 

 

sainte Elisabeth de la Trinité. 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Juin 2020

 

 

 

 

Les treize jeunes femmes qui ont fait leur profession perpétuelle, âgées de 25 à 30 ans, sont : Sœur Guicela, Sœur Merly, Sœur Maria Lires, Sœur Jacinta, Sœur Bertha, Sœur Yeny et Sœur Rosa Bertha du Pérou ; Sœur Lourdes et Sœur Graciela du Mexique ; Sœur Mariana et Sœur Heidy Paola de Colombie, Sœur Dirce Andrea de Bolivie et Sœur Fabiana Nayara du Brésil.

La profession des vœux perpétuels, qui a dû être reportée en raison de la pandémie de coronavirus, a eu lieu cette année "uniquement à Valence, où les sœurs professes ont fait leur dernière année de formation avant leurs vœux perpétuels ; et non dans les provinces religieuses de leur pays d'origine, comme cela se fait habituellement pour que les membres de la famille puissent y assister".

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Juin 2020

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0