Publié le 20 Janvier 2015

dommage, pas de commentaires ... ! c'est pour le procès de béatification de Pierre et de Charles ! mènent leur enquête té !  hi hi hi ...non mais ! 


 

 

 

Capture-d-ecran-2015-01-20-a-14.33.47.png

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Janvier 2015

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Cima_da_conegliano,_madonna_col_bambino,_uffizi.jpg

 

pour notre aumônier désigné d'office  .mr.l'abbé Alexis Ducros de la paroisse ste Dormille en Charolais

non mais ! pas pour rien qu'il se décarcasse pour le petit Placide.. qu'il s'inquiète pas. (au moins un ! un c'est mieux que zéro !  )

il se reconnaîtra ! sans lui on aurait fermé boutique..depuis longtemps!  beaucoup de monde sur le petit Placide hier.. moi ça me suffit. 


Je ne les connais même pas mais je demande à Pierre et à Charles de m'aider. j'ai l'impression là de ne pas me tromper j'ai confiance, tant que je ne largue pas tout.., ce serait même le contraire, je me sens encore plein d'énergie. Au moins on a envie..on n'a pas envie de s'arrêter à des échecs, à des déceptions humaines,  c'est déjà ça.

 

 

C'est peut-être pour cela que je les caline davantage. Parce qu'ils ont autre chose à m'apporter. On y sent un tel équilibre entre leur vie de foi et leur vie naturelle, vraiment très rare à notre époque, aptes à la vie monastique quoi. j'aurais aimé avoir eu une telle éducation, une éducation d'homme. 


On se sent happé vers quelque chose  d'autre , qui dépasse tout ça, aigreurs, amertumes,   quelque chose qu'on ne connait pas.. vers ce à quoi on s'y attendait pas,  quelque chose de nouveau, de sincère et  de vrai, comme un appel intérieur à la vie, c'est pas gagné, seul rien n'est gagné. le désir d'y répondre est là. Vers un nouveau printemps.   Peut-être me réservent-ils des surprises, qui sait ! la vie n'est pas encore finie..et tous les jours on y réfléchit, qu'est-ce que le Bon Dieu attend de moi, aujourd'hui...même si souvent on sent qu'on ne sert plus à grand chose, à rien ,  ni à personne.   


Des anges gardiens pour le petit Placide ! hi hi hi j'y crois beaucoup ! le Bon Dieu brûle beaucoup de nos idoles pour nous attacher à Lui seul, et il a du boulot! Il veut nos coeurs libres alors il épure même si ça fait très mal..!

on en a tellement trop d'idoles surtout dans la religion! sous toutes ses formes d'ailleurs..on leur construit tellement d'autels.

 

.....quelle leçon ils nous donnent Pierre et Charles, la pureté du coeur, on réfléchit beaucoup à tout ça. "bienheureux les coeurs purs, car ils verront Dieu." à quelques jours de la Purification...

ça marche, comme on dit! ils appellent ça des purifications..mais il faut mettre à la déchetterie tellement, tant de choses qui nous encombrent, nous embarrassent et nous empêchent de vivre, de respirer, d'être heureux  et ça s'entasse, et ça s'entasse! . ..on rumine, on ressasse, notre ego qui devient à son tour encombrant. 


alors seulement quand les idoles seront tombées, le Bon Dieu pourra commencer à venir.. 

 

"Toute la vie du chrétien est un saint désir" saint Augustin.

voilà cher Alexis ... j'y crois encore,   merci  !


 

 

"Le bon Dieu ne demande pas de ne pas souffrir ; il demande de prendre votre croix à deux mains et de la lui offrir en union avec la sienne. Nous comprendrons un jour que les heures où il la dépose sur nos épaules sont les plus précieuses de nos vies."

 

Dom Guillerand

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Janvier 2015

NEWS

 

 

 

 

FUNDACIÓN FORO SAN BENITO DE EUROPA

 


  ouah le pueri concinite ! bravo ! un petit moment de bonheur..j'ai cru redevenir quelqu'un auj... dans ce cadre splendide ;. merci à la fondation st Benoît 


 

Capture-d-ecran-2015-01-18-a-19.07.06.png

 

"En ce temps de Noël, nous osons proclamer que les ténèbres n'éteindront jamais la lumière."

 

 

 

mgr . Alain Castet + 9 Janvier 2015

 

 

..........................................................................................................

 

 

Splendide !quelles voix ! magnifique oh son madre en la puerta !!! 

 

 

Capture-d-ecran-2015-01-18-a-15.21.53.png

 

trop beau !

 

Capture-d-ecran-2015-01-18-a-15.43.49.png

 

Capture-d-ecran-2015-01-18-a-16.43.45.png


quelles belles voix ! la voix chaude qu'il a ..  oualala

.........................................................................................................

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 18 Janvier 2015

http://img.over-blog.com/600x337/1/10/86/49/automne-2014/2015-01-13-a-17.20.44.jpg

 

Je savais qu’avec vous je pouvais enfin donner un nom à cet architecte de tant de beautés : Dieu.

 

Pierre, Charles, vous avez été emporté par la Beauté de la création, ensevelis par la Force de la Nature.

Potentiel guide de Haute Montagne, tu es maintenant guide des plus belles et des plus hautes montagnes qui soient, les montagnes de l’esprit et de la Foi. 

 

quel réconfort, c'est stimulant ..quand on médite tout ça!

je pense à Pauline quand les humains font défaut - les illusions sont tombées,  même des nôtres le Bon Dieu nous envoie comme ça une corde de secours  pour s'accrocher à l'essentiel..et garder la foi.. comme quoi on a toujours une possibilité de rester attacher à Lui.. la bienveillance de Dieu, des rappels à l'ordre quoi. 

 

 

 



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Janvier 2015

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Janvier 2015

 

http://img.over-blog.com/600x450/3/61/27/00/A1/L2/Diapositive36.JPG

 

« On ira tous au Paradis » ?

 

Le Père Zanotti-Sorkine a récemment fait paraître un article sur le site Boulevard Voltaire, intitulé “Chers Jean, Georges, Stéphane et Bernard…”. Une lettre ouverte aux caricaturistes de Charlie-Hebdo décédés dans la récente tuerie. Mêlant bienveillance et critique, ce prêtre part de cette idée que les intéressés, tout athées qu'ils fussent, savent aujourd'hui qu'ils se sont plantés : « (…) maintenant que la vie n’est plus un mystère pour vous (...) ».

 

Cela rappelle la réflexion que fit un jour le P. Garrigou-Lagrange au sujet du P. Billot, avec lequel il avait croisé théologiquement le fer au sujet des conditions de la vision béatifique. Ayant appris le décès du P. Billot, le P. Garrigou dit en substance ceci : « Maintenant il sait que j'avais raison ».

 

Les “chers Jean, Georges, Stéphane et Bernard…” savent en effet désormais qu'ils se sont trompés.

 

La certitude qu'il en est ainsi conduit le chrétien à une certaine tristesse au constat de vies employées à nier et à faire douter de la réalité de la lumière. Une tristesse, mais néanmoins une certaine espérance : celle du salut, aux conditions mystérieuses, qui remplissent l'espace de l'instant ultime de chacun.

 

Alors le chrétien prie pour ce salut, qui ne va pas de soi, et l'Église toute entière prie avec lui, parce que tous deux savent dans la foi qu'en dépit des promesses de vie éternelle qui lui sont données, l'homme conserve la liberté de s'y soustraire.

 

La promesse accueillie ouvre sur ce que nous appelons le Ciel ; son rejet ouvre sur ce que nous appelons l'enfer. C'est en ce sens que le Pape François, récemment encore, adressait cette prière à Dieu, tellement de circonstance au regard des récents événements : « Qu’aucun de tes enfants ne soit perdu dans le feu éternel de l’enfer, où il ne peut plus y avoir de repentir. Nous te confions, Seigneur, les âmes de ceux qui nous sont chers, des personnes qui sont mortes sans le réconfort des sacrements, ou qui n’ont pas eu la possibilité de se repentir, même au terme de leur vie » (Pape François, Angelus 2 novembre 2014, Commémoration des fidèles défunts).

 

Il n'est pas très à la mode de parler de l'enfer. Les ecclésiastiques l'ont assez largement chassé de leurs homélies depuis fort longtemps, à moins qu'ils ne l'évoquent en passant pour faire perdurer la fable rassurante selon laquelle il serait « vide », et donc sans raison d'être.

 

Les Écritures, pourtant, sont assez claires. A ne parcourir que le seul Évangile selon saint Matthieu – et il ne s'agit là que d'une courte enquête – on y voit Jésus, Fils de Dieu, en parler pas moins de quatorze fois [cf. Mat. 5.22 ; Mat. 5.29-5.30 ; Mat. 8.12 ; Mat. 10.28 ; Mat. 13.42 ; Mat. 13.50 ; Mat. 16.18 ; Mat. 22.13 ; Mat. 23.15 ; Mat. 23.33 ; Mat. 24.51 ; Mat. 25.30 ; Mat. 25.41].

 

Le Catéchisme de l'Église catholique universelle (n°633) rappelle que « Jésus n’est pas descendu aux enfers pour y délivrer les damnés (cf. Cc. Rome de 745 : DS 587) ni pour détruire l’enfer de la damnation (cf. DS 1011 ; 1077) mais pour libérer les justes qui l’avaient précédé (cf. Cc. Tolède IV en 625 : DS 485 ; Mt 27, 52-53) ».

 

Il indique encore : « Nous ne pouvons pas être unis à Dieu à moins de choisir librement de l’aimer.

Mais nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous péchons gravement contre Lui, contre notre prochain ou contre nous-mêmes : “Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un homicide ; or vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui” (1 Jn 13.15).

 

Notre Seigneur nous avertit que nous serons séparés de Lui si nous omettons de rencontrer les besoins graves des pauvres et des petits qui sont ses frères (cf. Mat. 25, 31-46).

 

Mourir en péché mortel sans s’en être repenti et sans accueillir l’amour miséricordieux de Dieu, signifie demeurer séparé de Lui pour toujours par notre propre choix libre. Et c’est cet état d’auto-exclusion définitive de la communion avec Dieu et avec les bienheureux qu’on désigne par le mot “enfer” » (n°1033).

 

C'est sur le fondement de cette certitude, qui fait partie intégrante de la foi chrétienne, que le pape François enjoignait aux membres de la mafia : « Convertissez-vous, il est encore temps, pour ne pas finir en enfer. C’est ce qui vous attend si vous continuez sur ce chemin. Vous avez eu un père et une mère : pensez à eux. Pleurez un peu et convertissez-vous » (Pape François, homélie du 21 mars 2014).

 

On n'en finirait pas de citer le témoignage de saints et de docteurs catholiques, sans oublier les messages de Fatima, donnant pour certaine la réalité de l'enfer et affirmant que  le salut de chacun est suspendu à sa conversion à Dieu.

 

Dans ce contexte doctrinal, il est dès lors, à tout le moins, très surprenant de lire l'article précité du Père Zanotti-Sorkine. Celui-ci, s'adressant aux caricaturistes assassinés, n'hésite pas en effet à leur écrire : « la vie n’est plus un mystère pour vous puisque vous connaissez la vérité tout entière [et Dieu sait si cette connaissance doit désormais susciter en vous non plus votre humour mais votre joie] ».

 

Connaitre la vérité toute entière est, pour un chrétien, une expression qui a un sens bien particulier, que l'on trouve en saint Jean : « Quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous introduira dans la vérité tout entière ; car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu'il entendra, il le dira et il vous dévoilera les choses à venir ». Connaître la vérité tout entière, après la mort, c'est voir Dieu dans la béatitude éternelle.

 

C'est bien le sens que paraît vouloir donner le Père Zanotti-Sorkine puisqu'il évoque immédiatement le fait que Dieu, désormais, est « la joie » des intéressés.

 

Or sont introduits dans « la vérité tout entière » ceux qui vivent dans l'amitié de Dieu, dès ici-bas. Cette amitié, selon l'enseignement constant de l'Église, est celle de l'homme vivant dans la grâce sanctifiante, dont la vie s'épanouit après la mort dans la gloire, dût-il préalablement souffrir cette purification mystérieuse que l'Église appelle le purgatoire.

 

Dans l'Évangile, c'est au serviteur « bon et fidèle » que Jésus dit : « Entre dans la joie de ton seigneur » (Mat. 25.21), tandis qu'il est ordonné que le mauvais soit jeté « dehors, dans les ténèbres : là seront les pleurs et les grincements de dents » (Mat. 25.30).

 

Le Père Zanotti-Sorkine, qui ne paraît pas considérer que cette seconde partie de l'alternative soit en l'occurrence possible, ajoute encore à l'adresse des caricaturistes assassinés : « votre nature était saine [qu'est-ce que ça veut dire ?], je veux le croire, parce que vous cherchiez sans doute à votre manière le bien commun, parce que vous considériez la liberté d’expression comme un droit devant s’exprimer sans état d’âme, parce que vous étiez au fond restés des enfants qui dessinaient comme tous les enfants tout en jouant à mettre le feu ».

 

Comme si les bonnes intentions – à supposer que le plaisir de souiller les croyances d'autrui puisse entrer dans leur champ – suffisait à justifier cette inégrité de nature.

 

Il poursuit : « (…) intercédez pour nous (sic!), chers Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, rendez-nous intelligents et respectueux des croyances d’autrui pour que la France se distingue encore par sa hauteur civilisatrice », prière étrange qui suppose que les intéressés soient au rang des saints.

 

Rappelons cette définition de la prière d'intercession donnée par Dietrich Bonhoeffer : « l'acte par lequel nous présentons à Dieu notre frère en cherchant à le voir sous la croix du Christ, comme un homme pauvre et pécheur qui a besoin de sa grâce ».


  Enfin, le Père Zanotti-Sorkine leur adresse cette demande : « Un dernier point qui me tient à coeur : si vous croisiez au Ciel les trois petits enfants qui, lors de l’affaire Merah, ont été assassinés sauvagement, embrassez-les pour moi, et partagez avec eux la gloire qui est la vôtre aujourd’hui. (…) Allez, chers Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, soyez dans la joie de Dieu, continuez votre vie, et éclairez-nous maintenant de vos clartés. »

 

Le propos est tellement énorme que l'on en vient à se demander si l'article n'est pas écrit sur le ton de la boutade. Pourtant, rien ne permet de le croire. S'agirait-il d'ailleurs d'une boutade, qu'elle serait d'un goût étrange, de la part d'un prêtre, et fort décevante de la part de celui-là. Le Père Zanotti-Sorkine paraît bien tenir que les intéressés, pour lesquels il n'appelle d'ailleurs pas nos prières – il est vrai que la lettre ne nous est pas adressée... – sont dans la joie de Dieu, au Ciel donc, dans la gloire des saints.

 

Entre l'obsession terrifiée de l'enfer et l'affirmation niaise et irresponsable « qu'on ira tous au paradis », pour reprendre la chansonnette de Polnareff, il existe une juste mesure exprimée par l'enseignement constant de l'Église. Il est bien fâcheux que le Père Zanotti-Sorkine ait choisi de s'en affranchir en une circonstance où, tout au contraire, il aurait été si opportun de le rappeler.

 

 

pierre Gabarra pour le petit placide


 

nb .: alors que pour Pierre et Charles nous n'avons aucune crainte à leur sujet quant à la certitude de  leur salut  et que nous pouvons les prier en toute confiance ! .. , toute la différence. 

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Janvier 2015

 

10898046_10152798685214681_4515285132428782707_n.jpg

 

 

Les récents attentats terroristes ont suscité de nombreuses réactions, en France et dans le monde. Indépendamment de la condamnation de ces violences, ces événements ont réveillé le vieux débat de la laïcité et de la liberté d'expression.

 

La laïcité est présentée comme la garantie du respect de toutes les convictions mais, en réalité, elle ne parvient jamais à s'arracher, à droite comme à gauche, à ses racines sectaires. Comment le pourrait-elle ? En effet, édifiée contre le christianisme, elle cherche, en droit comme en fait, à remplir de ses propres “valeurs”, au sommet desquels se trouve la Tolérance, c'est-à-dire le relativisme absolu et le rejet de tous les héritages chrétiens, tout l'espace moral jadis occupé par le christianisme. Il n'y a pas lieu de s'étonner, dès lors, qu'elle manifeste habituellement, et comme naturellement, une tendre indulgence à l'égard des critiques de la religion, et spécialement du christianisme, sous couvert de liberté. Une liberté à sens unique qui trahit ses origines révolutionnaires : il n'y a « pas de liberté pour les ennemis de la liberté », que les puissants du jour se chargent de définir. Ainsi, cette liberté ne connaît pas de limites lorsqu'il s'agit de représenter, par exemple, le pape Benoît XVI en train de sodomiser des enfants ; c'est, paraît-il, de l'humour. En revanche, la presse et les politiciens s'appliquent à donner cette leçon que la liberté de critiquerCharlie-Hebdo et la frénésie collective du « je suis Charlie » a des limites.


 

La justification apportée est qu'il n'y a pas de lois contre le blasphème en France [autrement dit : nous, nous ne sommes pas des fanatiques] et l'on critique le pape, en particulier, de dire que la religion est une limite à la liberté d'expression. Or ce n'est pas du tout la question, et le pape n'a jamais dit cela.

 

La question est celle du respect d'autrui, de sa conscience.

 

Libre à chacun d'être religieux ou non. L'Église catholique, en particulier, a toujours affirmé la liberté de l'acte de foi. Tertullien, dès le 3e siècle, affirmait qu'il « n’appartient à aucune religion de faire violence à une autre ; un culte doit être embrassé par conviction et non par violence ». La laïcité, en tant qu'elle constitue une conviction morale, n'échappe pas à cette loi. Elle devrait même veiller avec le plus grand soin à son respect puisqu'elle prétend être au-dessus des religions sur ce point. Rien n'autorise, en effet, au nom d'une prétendue liberté d'expression, à blesser les personnes dans leurs convictions religieuses, de surcroît volontairement, de manière répétée et dans le registre d'une vulgarité dont l'outrance est telle qu'elle révèle, sans ambiguïté, l'intention de faire mal à ceux qu'elle vise.

 

Pierre Gabarra pour le petit placide.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 17 Janvier 2015

http://static3.7sur7.be/static/photo/2015/14/4/13/20150114194312/media_xll_7410508.jpg

 

© reuters.

 

Les yeux d'une clarté rare, une blondeur incandescente. La photo de cette petite yézidie, obligée de fuir l'oppression des combattants de l'Etat Islamique, retrouve une deuxième vie sur les réseaux sociaux.

 

 

"Je me souviens très bien de cette scène", évoque le photographe sur une plateforme de l'agence Reuters. "Des hommes, des femmes et des enfants, le visage choqué et brûlé par le soleil, attendaient dans la saleté l'aide des Kurdes. Je me suis focalisé sur un groupe de femmes assises à même le sol. C'est alors que j'ai aperçu cette petite fille. Lorsqu'elle m'a vu, elle a esquissé un petit sourire. J'ai été attiré par sa beauté sauvage dans cette situation dramatique. Il y a un mélange d'intensité, de détresse et de tristesse dans son regard".

 

 

link

 

http://img.over-blog.com/300x300/1/10/86/49/ete-2014/10338229_10152353675748512_4349218163241999077_n.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 17 Janvier 2015

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 17 Janvier 2015

http://www.artandheritage.org/photos/Torreon-Mexico/DSCF2051.JPG

 

Cependant, par imprévoyance,

durant cette noce le vin manqua,--

elle s'en aperçut et d'un geste elle le pria

et elle ne comprit pas qu'il s'en offusquât.

 

Et puis il le fit. Plus tard, elle réalisa

combien elle l'avait brusqué dans ses voies :

désormais il était sans conteste le faiseur de miracle

et tout le Sacrifice était engagé,

 

irrévocablement. Oui, c'était écrit.

Mais lui, était-il prêt à ce moment-là ?

Elle : elle, l'avait bousculé,

dans l'aveuglement de sa fierté.

 

A la table, couverte de légumes et de fruits,

elle se réjouit avec les autres et ne vit pas

que l'eau de ses larmes à elle

était devenue sang avec ce vin.

 

Rainer Maria Rilke

 

 

 

"En ce temps de Noël, nous osons proclamer que les ténèbres n'éteindront jamais la lumière."

 

  mgr . Alain Castet + 9 Janvier 2015

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0