Publié le 25 Février 2015

"D'après ce que j'ai appris, voici ce qui est nécessaire : croire en l'amour de Dieu, ne jamais douter ni penser qu'il nous aime moins à cause de notre indignité, de nos défauts et de nos chutes. Non, pas du tout. Il nous aime autant et nous autres nous pouvons l'aimer aussi bien, même après ces fautes que l'amour détruit à l'instant et qui ne sont pas capables de diminuer sa force puissante. Tant qu'on ne se fixe pas bien dans cette idée, il est impossible de vivre continuellement une vie d'amour.

La triste perspective qui se présente à nous à la vue de notre grande misère est si fréquente que, si elle nous fait sortir de l'amour, nous sommes exposés à chaque moment à nous arrêter. Cela, au minimum, nous fait perdre du temps, en interrompant cet acte unique d'amour dont nous devons seulement nous occuper sans nous arrêter à rien d'autre, et moins encore à nos misères. Ainsi nous nous habituerons à nous laisser emporter seulement par l'Amour, lequel est toujours disposé à nous accueillir, si nous ne résistons pas. Alors nous aurons fait tout ce qui est en nous. Car l'amour accomplit tout, cet acte unique qui comble toute la vocation de notre vie."

Mère Marie-Madeleine de Jésus

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 25 Février 2015

saints martyrs priez pour nous !

...

saints martyrs priez pour nous !

Saints Martyrs priez pour nous !

saints martyrs priez pour nous !

ora pro nobis

saints martyrs priez pour nous !

priez pour nous

....

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 24 Février 2015

 

Il ne fait pas beau à Biarritz ce matin , Houlala...!!!
Il ne fait pas beau à Biarritz ce matin , Houlala...!!!

Il ne fait pas beau à Biarritz ce matin , Houlala...!!!

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 24 Février 2015

Chers lecteurs,

ne vous étonnez pas si, dans les jours prochains, ce blogue évolue dans sa forme d'une manière ou d'une autre. Nous procédons à des essais. Merci pour votre indulgence.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 21 Février 2015

ora pro nobis

ora pro nobis

les dimanches de carême (essai)
les dimanches de carême (essai)

 

 

« C’est d’abord dans la participation à la liturgie que nous sommes invités à cheminer avec le Seigneur, à nous mettre à son école en revivant les événements du salut, non pas en simple commémoration de souvenirs du passé… « Aujourd’hui » est un mot clef dans la liturgie, qui doit être pris dans son sens concret et non métaphorique. Aujourd’hui Dieu révèle sa loi et nous devons choisir entre le bien et le mal, entre la vie et la mort ». Les dimanches du Carême sont un itinéraire baptismal… pour raviver en nous les exigences de ce sacrement qui est la base de la vie chrétienne… Le premier dimanche, dit de la tentation, qui présente les tentations de Jésus au désert, nous engage à renouveler notre choix définitif de Dieu et à lutter pour lui rester fidèle ». Le second est le dimanche d’Abraham et de la transfiguration. « Comme le père des croyants, nous sommes appelés à quitter notre terre et la sécurité de nos foyers pour placer en Dieu notre confiance. Le but s’entrevoit dans la transfiguration du Christ en qui nous devenons à notre tour des fils de Dieu ». Le troisième dimanche est une rencontre avec la samaritaine. « Comme Israël durant l’exode, nous avons reçu l’eau salvatrice dans le baptême. Comme le dit la samaritaine, Jésus a une eau de vie qui éteint toute soif, une eau qui est son esprit même… Le quatrième dimanche nous fait réfléchir sur l’épisode de l’aveugle de naissance. Par le baptême nous sommes libérés des ténèbres du mal et revêtus de la lumière du Christ, afin de vivre en fils de la lumière… Le cinquième enfin nous propose la résurrection de Lazare. Par le baptême nous sommes passés de la mort à la vie, plaisant à Dieu en faisant mourir l’homme vieux pour vivre de l’esprit du ressuscité ».

 

Benoît XVI

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 21 Février 2015

les lions of rojava  vous remercient en tous les cas

ils remercient les lecteurs du petit placide pour leurs..  prières Thank you so much ... message perso  non mais !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 20 Février 2015

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 20 Février 2015

Désolé, ce sont les désavantages d'overblog, la galère.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 20 Février 2015

desier_02-copie-1.jpg

 

1901900_679056988802969_1389651571_n.jpg

 

Le récit de la tentation de Jésus au désert prend place au début du Carême pour de nombreuses raisons.

 

On ne peut les considérer toutes ici, mais la plus évidente réside dans l’exemple du jeûne de quarante jours pratiqué par Jésus. Si nous jeûnons pendant les quarante jours du Carême, nous avons, pour nous soutenir dans notre effort, l’exemple du Seigneur lui-même.

 

Et nous savons aussi que l’effort est nécessaire, car l’Évangile nous révèle qu’il y a un ennemi qui cherche à entraver notre effort : Jésus étant tiraillé par la faim, le diable essaya de lui faire rompre son jeûne. Les devantures de pâtisseries et les publicités alléchantes nous tentent, mais nous persévérons chacun dans l’effort que nous nous sommes fixé au début de ce Carême.

 

Si Jésus avait suivi l’avis du diable de cesser son jeûne, nous manquerions de son exemple pour persévérer. Le Seigneur nous demande donc de persévérer. Mais après tout, pourquoi persévérer dans la privation ? Pourquoi ne pas faire comme tout le monde ? « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons », comme dit saint Paul.


L’Évangile nous apporte encore et toujours la réponse.

 

Il y est écrit qu’après le départ infructueux du diable, « des anges s’approchèrent de Jésus et le servaient ». Cela signifie deux choses.

 

Premièrement : la persévérance éloigne de nous le tentateur. C’est logique : s’il ne trouve pas en nous de complicité, alors le diable se retire. Notre constance devant ses tentations l’éloigne de nous. Il est évident que lorsque nous faisons des efforts pour corriger notre vie, nous devenons plus résistants aux assauts de l’ennemi. Nous nous renforçons, et lui s’affaiblit. Nous nous rapprochons de Dieu, et nous nous éloignons du diable. Si donc nous voulons être libérés de son esclavage, persévérons dans l’effort : mieux vaut être un disciple libre de Jésus qu’un esclave entre les mains du diable.


Ceci est le fruit négatif de la persévérance, lié à l’effort : on se donne de la peine, et petit à petit le diable s’éloigne de nous ; la voix des tentations se fait de plus en plus lointaine. Mais si le diable s’éloigne, ce n’est pas pour que nous nous retrouvions seuls devant notre triste sort.

 

L’Évangile nous dit que, après que le diable eût quitté Jésus, « des anges s’approchèrent de lui et le servaient ». Si Jésus n’avait pas persévéré dans le jeûne, les anges n’auraient pas eu besoin de le consoler de leur présence, car il se serait consolé de son pain. Il en est de même pour nous : si nous voulons jouir des consolations spirituelles, nous devons persévérer dans la pénitence. Sans cela, nous ne les goûterons jamais.

 

Écoutez ce que dit saint Benoît à celui qui s’engage dans la vie monastique : « Nous voulons, dit-il,  fonder une école où l'on serve le Seigneur. Dans cette institution, nous espérons ne rien établir de rude ni de pesant. Si, toutefois, il s'y rencontrait quelque chose d'un peu rigoureux (…) pour corriger nos vices et sauvegarder la charité, garde-toi bien, sous l'effet d'une crainte subite, de quitter la voie du salut dont les débuts sont toujours difficiles. Car, à mesure que l'on progresse dans la voie religieuse et dans la foi, le cœur se dilate, et l'on court dans la voie des commandements de Dieu, avec la douceur ineffable de l'amour » (Prologue).


Commençons et poursuivons avec persévérance nos efforts de Carême. Résistons à la tentation de lâcher pied en considérant l’exemple du Seigneur.

 

Ne nous laissons pas entraîner par nos désirs, car ce sont des liens qui nous enchaînent et nous rendent esclaves.

 

Nous ferons alors l’expérience de la vraie liberté intérieure. Alors nous parcourrons ce Carême avec un cœur dilaté. Il ne sera pas pesant, car nous attendrons Pâques dans la joie d’un désir spirituel qui comblera nos cœurs.

 


Voir les commentaires

Rédigé par un moine osb

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Février 2015

http://www.pierreetcharles.fr/_/rsrc/1420648274941/meditations/P1240159.JPG?height=300&width=400

 

La Foi est comme une montagne, nous partons de tout en bas et grimpons, grimpons pour arriver tout en haut... Chaque jour, chaque semaine, chaque mois et année sont des étapes de notre escalade, chaque pas plus haut que le précédent nous révèle une vue, une vie, qui n'est que plus belle, notre amour pour son Créateur grandit alors encore et encore, se raffermit à chacun de ces pas, et nous devons nous accrocher pour grimper encore plus haut, nous accrocher à Lui, ne pas se détourner, éviter les pistes dangereuses, et continuer jusqu'au bout, jusqu'au sommet, jusqu'à Lui.

 

On te surnommait le « Jésus promo »

 

« j'ai souvent cette frustration de me coucher avec le sentiment de ne pas avoir fait assez dans la journée...pas assez appris, lu, servi, aimé..! ».

 

 

Dans un monde où les valeurs, les convictions et les âmes se perdent, Charles faisait partie de ceux qui savaient où aller, où se diriger, et en quoi croire.

 

Charles m’a transmis deux choses qui sont, de nos jours, incomprises, délaissées et oubliées: la liberté et l’amour. Charles m’a permis de retrouver la liberté, pas la liberté de pouvoir faire ce que l’on veut, mais la liberté qui nous permet de se détacher des choses qui n’ont pas tant d’importance que ça.

 

Pierre cherchait vraiment à mettre Jésus à la première place et à vivre en cohérence avec sa foi de catholique.

 

Lors de nos nombreuses discussions, nous avions une fois parlé du fait que "nous sommes tous appelés à devenir Saint"…Je lui avais demandé ce que cela signifiait pour lui, le sens qu'il mettait derrière! Voici ce qu'il m'avait répondu:


« C’est faire la volonté de Dieu, comprendre que nous sommes fait pour Aimer et donc mener notre vie dans ce sens-là. Concrètement, c’est faire le bien autour de nous, c’est témoigner de la joie, de la joie d’être chrétien !

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0