Publié le 12 Janvier 2015

1901194_10153035722649204_2366576781100336155_n.jpg

 

 

"

Capture-d-ecran-2015-01-13-a-10.11.58.png

 

 

2015-01-13-a-17.20.44.jpg

 

015-01-13-a-13.09.27.jpg

 

-01-13-a-14.34.40.jpg

 

2015-01-13-a-12.02.46.jpg

 

 

 

ran-2015-01-13-a-10.11.40.jpg

 

ran-2015-01-13-a-10.11.18-1.jpg

 

 

 

ya pas grand monde !

 

 

quel ciel mamamia ! en direct ! ici Gourette, je vous envoie un peu d'iode pyrénéen  ça change de la blogosphère politico religieuse du coin;   ...si vous sentez rien vérifiez votre ordi .! le coeur de ste Bernadette qui explose ! 

 



à vous la campagne vendéenne ! burk ..

bizarre cette soif de hauteur en ce moment ! je sais pas d'où ça vient ! j'ai dû attrapper un virus.. on avance, on avance.. ! patience encore plein de vilains démons à épurer .

c'est vrai que j'aurais besoin d'air pur, y a pas de communautés dans le coin; snif . 

sortir de la bouze de vaches qui pue  et du temps de prout !! lusson sur pipidoua ou caca boudin dans le pré;..


  

 

très beau soleil aujourd'hui et demain .. on y va Amaury ? hi hi hi beh ti  m'a dit à bientôt !


mais la neige arrive encore, pas terrible ,  pour le week end .. !mais avec moi faut s'attendre à tout !



 

 

 

  des choses qu'on aimerait bien tiens...on ferait de belles photos mais la solitude vous rappelle à l'ordre... !

 

le petit Placide esseulé  c'est là où j'allais étant petit !   quelle pureté de ciel !  

 

Capture-d-ecran-2015-01-12-a-13.21.32.png

 

Capture-d-ecran-2015-01-12-a-15.11.28.png

 

Capture-d-ecran-2015-01-13-a-09.43.41.png

 

Capture-d-ecran-2015-01-12-a-12.48.18.png

 

ganz allein ça j'ai compris ! pas besoin de google traduction

 


 

........................................................................................................

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 11 Janvier 2015

http://www.integratedcatholiclife.org/wp-content/uploads/Baptism_of_christ_detail_pietro_perugino-w350.jpg

 

 

La deuxième Epiphanie de Notre-Seigneur, c'est le jour de Son baptême dans le Jourdain.


L'eau devient un sacrement par la vertu du Verbe qui S'y joint.


Dieu nu entre aux fonts de ces eaux profondes où nous sommes ensevelis.

Comme elles Le font un avec nous, elles nous font Un avec Lui.

Jusqu'au dernier puits dans le désert, jusqu'au trou précaire dans le chemin,

Il n'est pas une goutte d'eau désormais qui ne suffise à faire un chrétien,

Et qui, communiquant en nous à ce qu'il y a de plus vital et de plus pur,

Intérieurement pour le Ciel ne féconde l'astre futur.

Comme nous n'avons point de trop dans le Ciel de ces gouffres illimités

Dont nous lisons que la Terre à la première ligne du Livre fut séparée,

Le Christ à son âge parfait entre au milieu de l'Humanité,

Comme un voyageur altéré à qui ne suffirait pas toute la mer.

Pas une goutte de l'Océan où il n'entre et qui ne Lui soit nécessaire.


« Viderunt te Aquœ, Domine », dit le Psaume. Nous Vous avons connu !


Et quand du milieu de nous de nouveau Vous émergez ivre et nu,

Votre dernière langueur avant que Vous ne soyez tout-à-fait mort,

Votre dernier cri sur la Croix est que Vous avez soif encore !

 

 

http://www.cartasaldirector.org/wp-content/uploads/2014/10/veronese_bodas_gr.jpg


Et le troisième mystère précisément, c'est à ce repas de noces en Galilée,

 


(Car la première fois qu'on Vous voit, ce n'est pas en hôte, mais en invité),

Quand Vous changeâtes en vin, sur le mot à mi-voix de Votre Mère,

L'eau furtive récelée dans les dix urnes de pierre.

Le marié baisse les yeux, il est pauvre, et la honte le consterne :

Ce n'est pas une boisson pour un repas de noces que de l'eau de citerne!

Telle qu'elle est au mois d'août, quand les réservoirs ne sont pas grands,

Toute pleine de saletés et d'insectes dégoûtants.

(Tels les sombres collégiens qui sablent comme du Champagne

Tout Ernest Havet liquéfié dans les fioles de la Saint-Charlemagne !)

Un mot de Dieu suffit à ces vendanges dans le secret,

Pour que notre eau croupie se change en un vin parfait.


Et le vin d'abord était plat, à la fin voici le meilleur !

C'est bien. Ce que nous avons reçu, nous Vous le rendrons tout-à-l'heure.

Et Vous direz si ce n'est pas le meilleur que nous avons réservé pour la fin,

Ce nectar sur une sale éponge, tout trempé de lie et de fiel,

Qu'un commissaire de police Vous offre pour faire du zèle !

 

L'Epiphanie du jour est passée et il ne nous reste plus que celle de la nuit,

Où l'on fait voir aux enfants les Mages qui redescendent vers leur pays,

Par un chemin différent, tous les trois en une ligne oblique.

C'est un grand ciel nu d'hiver avec tous ses astres et astérisques,

Un de ces ciels, blanc sur noir, comme il en fonctionne au dessus de la Chine du Nord et de la Sibérie,

Avec six mille étoiles de toutes leurs forces les plus grosses, qui palpitent et qui télégraphient !

Quel est parmi tant de soleils celui qu'un ange arracha comme une torche au hasard.

Pour éclairer le chemin où procèdent les trois Vieillards ?

On ne sait pas. La nuit est redevenue la même et tout brûle de toutes parts en silence.


Le livre illisible du Ciel jusqu'à la tranche est ouvert en son irrésistible évidence.

Salut, grande Nuit de la Foi, infaillible Cité astronomique !


C'est la Nuit, et non pas le brouillard, qui est la patrie d'un catholique,

Le brouillard qui aveugle et qui asphyxie, et qui entre par la bouche et les yeux et par tous les sens,

Où marchent sans savoir où ils sont l'incrédule et l'indifférent,

L'aveugle et l'indifférent dans le brouillard sans savoir où ils sont et qui ils sont,

Espèces d'animaux manques incapables du Oui et du Non !


Voici la nuit mieux que le jour qui nous documente sur la route

Avec tous ses repères à leur place et ses constellations une fois pour toutes,

Voici l'An tout nouveau, le même, qui se lève, avec ses millions d'yeux tout autour vers le point polaire,


Ton siège au milieu du Ciel, ô Marie, Étoile de la Mer !

 

Paul Claudel

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Janvier 2015

http://public.blu.livefilestore.com/y1pnZP6G5-u2bl-pQpFWfNx5MF0p3pMrcOE0_v6xa-b9BrcIq0bSIROgxbeRPt3W45UXSF32a0cJDHQq-_g1n7M_w/Virgen%20con%20el%20Ni%C3%B1o%20dormido-Mantegna%20Andrea.jpg?psid=1

 

http://4.bp.blogspot.com/-uhWG6AwiUug/ThtoNlzxErI/AAAAAAAAAxM/EjwUVSs7Aaw/s640/Madonna+with+Child+-+Roger+van+der+Weyden+-+1450.jpg

 

"En ce temps de Noël, nous osons proclamer que les ténèbres n'éteindront jamais la lumière."

 


mgr . Alain Castet  + 9 Janvier 2015 


 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Janvier 2015

 

......................................................................................................... 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Janvier 2015

http://www.lemondejuif.info/wp-content/uploads/2015/01/JESUS-PROCES.jpg

 

 

C’est une découverte d’importance capitale. Une équipe d’archéologues israéliens a annoncé avoir découvert à Jérusalem ce qui semblerait être les restes du palais où s’est déroulé le Procès de Jésus,

 

Situé dans la partie ouest de la vieille ville de Jérusalem, le site, connu sous le nom de « Kishle », a été mis à jour dans un immeuble abandonné adjacent au musée de la Tour de David, et qui a servi de prison sous la domination ottomane puis britannique, où autrefois s’élevait le Palais d’Hérode le Grand.

 

 

link

 

 

 


 


 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Janvier 2015

 

........................................................................................................

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 9 Janvier 2015

http://dailyoffice.files.wordpress.com/2013/01/epiphany1600.jpg

 

"Dirigez-vous vers cette lumière : elle s'est levée dans les ténèbres, mais les ténèbres n'ont pas pu la saisir."

 

 

"En ce temps de Noël, nous osons proclamer que les ténèbres n'éteindront jamais la lumière."

 

 

mgr Alain Castet  9 Janvier 2015

 

 

 

"Ces vies nous sont sûrement offertes, comme des étoiles à suivre, comme des comètes qui passent vite, trop vite mais qui brillent, et qui montrent le chemin.

 

Mais il me semble, quand même, que ces destins assez étonnants et si particuliers de vies si courtes, trop tôt arrêtées, et pourtant qu’on découvre si pleines, parce que données.


C’est une vraie question pour nous mes amis ; quelle étoile suis tu ? A quelle étoile accroches-tu ta vie pour trouver Dieu ?


Il me semble, voyez-vous, que dans ces grands frères du ciel que Dieu nous donne, que dans ces saints connus ou inconnus, il nous faut choisir parmi eux tous telle ou telle étoile qui nous éclaire, qui nous fait avancer. Quand le chemin est trop difficile, quand le poids de nos faiblesses se fait sentir, on a besoin d’une étoile pour arriver jusqu’à Bethléem.

 

épiphanie cela veut dire manifestation. Dieu se révèle, Dieu s’est manifesté aux nations païennes au travers des rois mages. Et bien, aujourd’hui le lieu de la manifestation de Dieu, ce sont nos vies.


 

"

 

abbé Grosjean +


 

"Oui, Pierre et Charles, évangélisez-nous !

 

 

 

Dites-nous, faites-nous entrevoir, dans la prière, comme est bon le Seigneur. Dites-nous comme est grand son amour. Dites-nous comme la vie sur la terre est une école de vie, de vie éternelle. Dites-nous comme on a raison de croire. Redites-nous, selon l’expression si simple et si percutante de la vénérable Marthe Robin, que la sainteté, c’est « aimer, aimer, aimer »…"

 

dites-nous que rien n'est perdu;   que tout est à gagner ... 

 

  ils vont réussir à me convertir tellement tout ça m'ébranle plus que l'actualité qui me passe au-dessus de la tête !  j'arrête pas de relire tout ça  tous les jours . je ne regarde plus que ça et m'interroge...leur cordée m'entraine dans ces profondeurs de soi vertigineux,  où on n'a plus trop le choix .

... .que de se décider!

à la grâce de Dieu..!




 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Janvier 2015

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fb/Jean-Baptiste_Greuze_-_Epiphany_%28Le_g%C3%A2teau_des_rois%29_-_WGA10663.jpg

 

Jean-Baptiste Greuze 1774 

 

c'est une bonne qu'ils ont !

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Janvier 2015

 

 

http://www.pierreetcharles.fr/_/rsrc/1420644810547/messe/homelie/P1080487.JPG?height=266&width=400

 

http://1.bp.blogspot.com/-jqwRqHLbq2I/VKvVwCjc8sI/AAAAAAAARs4/heeBCgsiQn0/s1600/ND-du-Bien-Mourir-581x1024.jpg

 

Pierre et Charles

 

Notre- Dame du bien mourir, priez pour nous .

 

 

 

  trop belle méditation, quel réconfort ..une lumière dans les ténèbres,  loin des griseries et de la sinistrose de ce bas monde, qu'il est bon de lever nos yeux vers eux ... !  on est loin de l'actualité..ils nous élèvent vers les cimes .de douceur, de sérénité  et de paix. 

 

Déchausse les souliers de tes pieds , car le lieu où-tu es est une terre sainte ; "

 

"Seigneur, il est bon que nous demeurions ici; si tu veux, faisons-y trois tentes ."

 


 pour Pierre Charles et le petit placide !! 


..merci ! les plus beaux voeux qu'on puisse formuler, on se sent appartenir au moins à quelque chose, à une vraie famille, .ceux là ne nous laisseront pas tomber comme tant d' autres;.

! ..à défaut...ça remet les pendules à l'heure .


enfin !!! ' " Notre vie d’éternité sera une vie de communauté, et cette communion fraternelle immense, inimaginable, sans ombre," ... 

 

 

 


 

Tous ensemble, nous sommes l’Eglise qui prie, qui croit, qui gémit et qui espère.

 

Nous sommes l’Eglise du Christ, crucifié sous le regard de Marie, Notre Dame des douleurs.

 

Nous sommes l’Eglise du Christ, ressuscité du matin de Pâques, vers lequel courent encore confusément Pierre et Jean, bouleversés par ce que leur a dit Marie Madeleine, et sur le point de devenir croyants : « C‘est alors qu’arriva l’autre disciple… Il vit et il crut ».

 

Je sais, chère famille, que vous attendez une parole de foi, qui vienne faire descendre un rayon de lumière – la lumière de la foi – dans cette épreuve qui, avec vous, nous a tous terrassés. Nous pouvons nous confier à Marie, notre Mère bien-aimée, afin qu’elle nous attire dans ses clartés, qu’elle nous inonde de ses douceurs, qu’elle nous aide, tout simplement.

 

En cette veille de Noël, mercredi 24 décembre, Pierre et Charles, au terme d’une dernière ascension, d’une dernière course, étaient emportés par cette montagne qu’ils avaient foulée si souvent, et avec quelle passion !

 

Une course et une ascension qui me semblent résumer toute leur vie.

 

Une course et une ascension qui étaient comme un appel chez eux : l’appel à découvrir et à louer, derrière cette création si belle, le Créateur lui-même. Créateur de ces cimes si pures, de ces levers et de ces couchers de soleil qui annoncent Jésus, « soleil levant qui vient nous visiter », mais aussi le « jour sans couchant » de la victoire définitive de Dieu. Cette victoire totale, nous la contemplerons un jour, enfin, lorsque la création telle que nous la connaissons s’effacera devant les « cieux nouveaux » et la « terre nouvelle », en qui notre espérance sera comblée.

 

Cette course, cette ascension dans la montagne en cachait pourtant une autre : celle de leurs âmes, intérieure et cachée – mais pas si cachée que ça : beaucoup pourraient en témoigner parmi vous, chers frères et sœurs.

 

Pierre et Charles mettaient en fait leurs pas dans ceux de Pierre et du disciple bien-aimé, qui, ensemble, au matin de Pâques, couraient vers un tombeau… vide ! d’où jaillirait la première annonce de la Résurrection : le Christ est ressuscité, lui le « premier-né d’entre les morts ».

 

Noël, fête de la Nativité du Christ, devenait en quelque sorte leur Nativité, leur dies natalis, c’est-à-dire leur naissance définitive à la vie du Royaume. Nés ensemble à la vie de la terre, ils seraient invités à naître ensemble à la vie du Ciel : quel mystère !

 

Par le baptême, bien sûr – la foi nous le dit –, la mort était déjà en quelque sorte derrière eux. La vie éternelle du Ressuscité les avait déjà investis l’un et l’autre.

 

Et quelle beauté dans cette grâce qui avait fait sa place dans leurs cœurs, qui les avait conquis, qui leur faisait témoigner de la joie qu’il y a de vivre et de croire, de servir et d’aimer ! Cette grâce qui achève aujourd’hui de les configurer à notre Maître et Seigneur, lui le Vivant.

 

Dans la nuit de Noël, nous avons contemplé le signe donné par l’ange du Seigneur aux bergers de Bethléem : « un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire ».

 

Les Pères de l’Eglise ont fait le lien entre les langes de la mangeoire et les linges funéraires du sépulcre. Ils ont vu, dans le geste de Marie emmaillotant et couchant dans la mangeoire son fils premier-né, l’offrande de celle qui présentait son Fils au Père, et à nous tous ; qui l’offrait au Père, et nous le donnait : lui l’Agneau de Dieu, vulnérable et si puissant ; lui le roi dont l’amour et l’obéissance seraient les seules armes ; lui qui irait jusqu’au bout : descendant dans nos abimes, il en sortirait libre et vainqueur, lui le Vivant.

 

Il venait nous donner sa vie, préférant notre vie à la sienne, pour que notre vie devienne à son tour « louange de gloire » : au Père qui nous a créés, au Fils qui nous a sauvés, au Saint-Esprit qui nous a sanctifiés.

 

Pour que notre vie devienne « hymne à la charité » : « au soir – de notre vie –, écrivait saint Jean de la Croix, nous serons jugés – examinés – sur l’amour ». Et sur rien d’autre !

 

La joie de Noël, nous le savions, nous le savons dans notre chair plus que jamais, n’est pas une joie sans combat. Noël n’est pas une sorte de rêve, une illusion éphémère et sans lendemain. L’enfant de la crèche, qui est en même temps le fils de Marie et le Fils unique du Père, nous savons pour quel combat il est venu sur cette terre : il est venu briser les verrous de la mort par sa Mort et sa Résurrection ; il est venu offrir à ses disciples, au soir de Pâques, la paix que chantaient les anges la nuit de Noël : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime » : aux hommes objet de son amour, de sa bénédiction, de son eudokia – sa bonté. Cette paix qui est sécurité, concorde, plénitude : shalom. Cette paix pour laquelle nous sommes faits.

 

Et nous avons vu ces deux frères jumeaux, Pierre et Charles, comme les disciples de l’Evangile envoyés « deux par deux », grandir dans la foi, avancer, monter, courir, semer l’amitié autour d’eux. Nous les avons vu donner, sans doute largement à leur insu – c’est le propre des œuvres de Dieu –, le témoignage rayonnant de cette grâce qui, en famille, dans le scoutisme, et dans tous les lieux de leur vie, avait su les captiver pour en faire des jeunes hommes libres et heureux, généreux et paisibles, humbles, attirants et rayonnants.

 

Frères et sœurs, ce qui fait notre assurance, notre consolation dans toutes nos épreuves, dans cette épreuve – qui est en même temps un événement de grâce et, osons le dire, de sainteté –, c’est l’amitié indéfectible de Jésus, qui est toujours avec nous – comme il nous l’a promis –, d’une manière mystérieuse, cachée, mais certaine.

 

Celui qui est toujours avec nous est en même temps celui qui vient, un jour du temps, nous chercher et nous emmener avec lui. Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, dont Pierre et Charles étaient familiers, l’avait bien compris quand elle disait à l’une de ses sœurs qui lui parlait un peu lourdement de la mort : « Ce n’est pas la mort qui viendra me chercher, c’est Jésus ! ».

 

Alors comment vivre avec Pierre et Charles désormais, dans la communion des saints ?

 

Saint Jean, dans sa première Lettre – notre première lecture –, nous a parlé de ce qu’il a entendu, vu, touché de Jésus. Il écrit cette lettre semble-t-il assez longtemps après l’Ascension de Jésus, et pourtant, il semble parler d’une vie qui lui est toute proche, d’une communion qui se vit au présent et qui l’établit dans la joie, une joie contagieuse…

 

Il me semble que Pierre et Charles nous donnent rendez-vous, ensemble, spécialement dans l’Eucharistie.

 

Là, en communiant, nous recevons sous les voiles du sacrement celui-là même qu’ils voient de leurs yeux émerveillés, définitivement ouverts sur le monde réel de la gloire.

 

Là, en communiant, nous faisons corps, nous et eux, avec Celui qui fut et qui est leur vie, leur sainteté, leur bonheur !

 

Là, Eglise du Ciel et de la terre, nous sommes réunis plus que séparés, même si l’expression de cette tendresse passe par un nouveau langage, si dépouillé sensiblement… Mais laissons-leur aussi la surprise de nous manifester, de vous manifester de mille manières, chère famille, leur mystérieuse proximité, leur présence à vos côtés, la délicatesse de leur amour plus vivant que jamais.

 

Notre vie d’éternité sera une vie de communauté, et cette communion fraternelle immense, inimaginable, sans ombre, cette communion de personnes tout sauf anonyme – « Jérusalem céleste où tout ensemble ne fait qu’un » –, sera bel et bien une part de notre béatitude !

 

Comme les anges de la nuit de Noël, comme les anges du matin de Pâques, permettons à Pierre et à Charles de nous annoncer, au cœur de l’Eglise, la leur et la nôtre – la même ! –, permettons-leur de nous annoncer, au milieu de toutes nos nuits intérieures, que le Christ est vivant, ressuscité. Et que sa résurrection est à nous, ses amis. Qu’elle est offerte à tous les hommes de bonne volonté, à tous ceux qui, par la porte de leur foi, sauront l’accueillir comme le seul cadeau qui soit à la taille de leur cœur et de leur soif de bonheur.

 

Oui, Pierre et Charles, comme les disciples du matin de Pâques, saint Pierre et saint Jean, témoins du Ressuscité, évangélisez-nous !

 

Dites-nous, faites-nous entrevoir, dans la prière, comme est bon le Seigneur. Dites-nous comme est grand son amour. Dites-nous comme la vie sur la terre est une école de vie, de vie éternelle. Dites-nous comme on a raison de croire. Redites-nous, selon l’expression si simple et si percutante de la vénérable Marthe Robin, que la sainteté, c’est « aimer, aimer, aimer »

 

Priez pour nous, chers frères, comme nous prions pour vous.

 

Amen.

 

 

link Pierre et Charles .

 

Voir les commentaires

Rédigé par père Eric de Kermadec

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Janvier 2015

 

 z'ont de la chance !

 

..........................................................................................................

.......................................................................................................

.....................................................................................................

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0