Publié le 9 Septembre 2015

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 8 Septembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photos petit placide

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 8 Septembre 2015

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 8 Septembre 2015

 

 

, 12 ans, lauréat de 2015, a une profondeur musicale innée.

 

Il choisit un programme parfaitement adapté à sa capacité actuelle, constitué de pièces lyriques et relativement courtes, comme Préludes et Études de Scriabine et Ma Mère l’Oie de Ravel qu’il joue avec beaucoup de caractère. Il n’a pas peur d’insérer des œuvres peu connues et qui peuvent paraître (à première vue) destinées aux enfants, comme Trois Prolégomènes à une Eidétique Musicale et Trois Études pour piano du compositeur et pianiste français Michel Sogny et The Music Box de Liadov, où il est un petit chantre de poésie ; mais il n’oublie pas de rappeler qu’il est également capable d’exploits pianistiques en interprétant – avec quelle perfection musicale ! – la Fantaisie sur Carmen et la Marche de Rákóczi, tous les deux arrangés par Horowitz. C’est sûrement un artiste dont l’évolution attirera plus d’un mélomane averti.

 

bravo ! bravo ! bravo ! et beh dis-donc !  les éloges continuent  félicitations, fantastique... trop content. ça s'arrose ! je vais finir par croire que tu es le meilleur, the best.

source .

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 8 Septembre 2015

 

 

 

Première homélie pour la nativité de la Vierge Marie

 

Neuf mois étant accomplis, Anne mit au monde une fille et l'appela du nom de Marie. Quand elle l'eut sevrée, la troisième année, Joachim et elle se rendirent au temple du Seigneur et, ayant offert au Seigneur des victimes, ils présentèrent leur petite fille Marie pour qu'elle habitât avec les vierges qui, nuit et jour, sans cesse, louaient Dieu.

Quand elle eut été amenée devant le temple du Seigneur, Marie gravit en courant les quinze marches sans se retourner pour regarder en arrière et sans regarder ses parents comme le font les petits enfants. Et cela frappa d'étonnement toute l'assistance, au point que les prêtres du Temple eux-mêmes étaient dans l'admiration.

Puisque la Vierge Marie devait naître d'Anne, la nature n'a pas osé devancer le germe béni de la grâce. Elle est restée sans fruit jusqu'à ce que la grâce eût porté le sien. En effet il s'agissait de la naissance, non d'un enfant ordinaire, mais de cette première-née d'où allait naître le premier-né de toute créature, en qui subsistent toutes chose. O bienheureux couple, Joachim et Anne ! Toute la création vous doit de la reconnaissance, car c'est en vous et par vous qu'elle offre au créateur le don qui surpasse tous les dons, je veux dire la chaste Mère qui était seule digne du Créateur.

Aujourd'hui sort de la souche de Jessé le rejeton sur lequel va s'épanouir pour le monde une fleur divine. Aujourd'hui Celui qui avait fait autrefois sortir le firmament des eaux crée sur la terre un ciel nouveau, formé d'une substance terrestre ; et ce ciel est beaucoup plus beau, beaucoup plus divin que l'autre, car c'est de lui que va naître le soleil de justice, celui qui a créé l'autre soleil....

Que de miracles se réunissent en cette enfant, que d'alliances se font en elle ! Fille de la stérilité, elle sera la virginité qui enfante. En elle se fera l'union de la divinité et de l'humanité, de l'impassibilité et de la souffrance, de la vie et de la mort, pour qu'en tout ce qui était mauvais soit vaincu par le meilleur. O fille d'Adam et Mère de Dieu ! Et tout cela a été fait pour moi, Seigneur ! Si grand était votre amour pour moi que vous avez voulu, non pas assurer mon salut par les anges ou quelque autre créature, mais restaurer par vous-même celui que vous aviez d'abord créé vous-même. C'est pourquoi je tressaille d'allégresse et je suis plein de fierté, et dans ma joie, je me tourne vers la source de ces merveilles, et emporté par les flots de mon bonheur, je prendrai la cithare de l'Esprit pour chanter les hymnes divins de cette naissance...

Aujourd'hui le créateur de toutes choses, Dieu le Verbe compose un livre nouveau jailli du coeur de son Père, et qu'il écrit par le Saint-Esprit, qui est langue de Dieu...

O fille du roi David et Mère de Dieu, Roi universel. O divin et vivant objet, dont la beauté a charmé le Dieu créateur, vous dont l'âme est toute sous l'action divine et attentive à Dieu seul ; tous vos désirs sont tendus vers cela seul qui mérite qu'on le cherche, et qui est digne d'amour ; vous n'avez de colère que pour le péché et son auteur. Vous aurez une vie supérieure à la nature, mais vous ne l'aurez pas pour vous, vous qui n'avez pas été créée pour vous. Vous l'aurez consacrée tout entière à Dieu, qui vous a introduite dans le monde, afin de servir au salut du genre humain, afin d'accomplir le dessein de Dieu, I'Incarnation de son Fils et la déification du genre humain. Votre coeur se nourrira des paroles de Dieu : elles vous féconderont, comme l'olivier fertile dans la maison de Dieu, comme l'arbre planté au bord des eaux vives de l'Esprit, comme l'arbre de vie, qui a donné son fruit au temps fixé : le Dieu incarné, la vie de toutes choses. Vos pensées n'auront d'autre objet que ce qui profite à l'âme, et toute idée non seulement pernicieuse, mais inutile, vous la rejetterez avant même d'en avoir senti le goût.

Vos yeux seront toujours tournés vers le Seigneur, vers la lumière éternelle et inaccessible ; vos oreilles attentives aux paroles divines et aux sons de la harpe de l'Esprit, par qui le Verbe est venu assumer noire chair... vos narines respireront le parfum de l'époux, parfum divin dont il peut embaumer son humanité. Vos lèvres loueront le Seigneur, toujours attaché aux lèvres de Dieu. Votre bouche savourera les paroles de Dieu et jouira de leur divine suavité. Votre coeur très pur, exempt de toute tache, toujours verra le Dieu de toute pureté et brûlera de désir pour lui. Votre sein sera la demeure de celui qu'aucun lieu ne peut contenir. Votre lait nourrira Dieu, dans le petit enfant Jésus. Vous êtes la porte de Dieu, éclatante d'une perpétuelle virginité. Vos mains porteront Dieu, et vos genoux seront pour lui un trône plus sublime que celui des chérubins... Vos pieds, conduits par la lumière de la loi divine, le suivant dans une course sans détours, vous entraîneront jusqu'à la possession du Bien-Aimé. Vous êtes le temple de l'Esprit-Saint, la cité du Dieu vivant, que réjouissent les fleuves abondants, les fleuves saints de la grâce divine. Vous êtes toute belle, toute proche de Dieu ; dominant les Chérubins, plus haute que les Séraphins, très proche de Dieu lui-même.

Salut, Marie, douce enfant d'Anne ; l'amour à nouveau me conduit jusqu'à vous. Comment décrire votre démarche pleine de gravité ? votre vêtement ? le charme de votre visage ? cette sagesse que donne l'âge unie à la jeunesse du corps ? Votre vêtement fut plein de modestie, sans luxe et sans mollesse. Votre démarche grave, sans précipitation, sans heurt et sans relâchement. Votre conduite austère, tempérée par la joie, n'attirant jamais l'attention des hommes. Témoin cette crainte que vous éprouvâtes à la visite inaccoutumée de l'ange ; vous étiez soumise et docile à vos parents ; votre âme demeurait humble au milieu des plus sublimes contemplations. Une parole agréable, traduisant la douceur de l'âme. Quelle demeure eût été plus digne de Dieu ? Il est juste que toutes les générations vous proclament bienheureuse, insigne honneur du genre humain. Vous êtes la gloire du sacerdoce, l'espoir des chrétiens, la plante féconde de la virginité. Par vous s'est répandu partout l'honneur de la virginité Que ceux qui vous reconnaissent pour la Mère de Dieu soient bénis, maudits ceux qui refusent...

O vous qui êtes la fille et la souveraine de Joachim et d'Anne, accueillez la prière de votre pauvre serviteur qui n'est qu'un pécheur, et qui pourtant vous aime ardemment et vous honore, qui veut trouver en vous la seule espérance de son bonheur, le guide de sa vie, la réconciliation auprès de votre Fils et le gage certain de son salut. Délivrez-moi du fardeau de mes péchés, dissipez les ténèbres amoncelées autour de mon esprit, débarrassez-moi de mon épaisse fange, réprimez les tentations, gouvernez heureusement ma vie, afin que je sois conduit par vous à la béatitude céleste, et accordez la paix au monde. A tous les fidèles de cette ville, donnez la joie parfaite et le salut éternel, par les prières de vos parents et de toute l'Eglise.

Saint Jean Damascène

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Septembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

photos petit placide.

 

a pu soleil, il est pati soleil...y a des soirs comme ça, on sait pas pourquoi.  On s'est fait plaisir, on a fait plaisir, on a rendu heureux. On pense à mr Sogny, à Ilia, à tous les autres, on se dit que tout ça a un sens. on n'a plus besoin de rien quoi.

 

« L'homme doit être tout à fait sûr qu'à chaque instant Dieu le regarde du haut des cieux »

Saint Benoît

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Septembre 2015

 

photos petit placide

 

c'est vrai qu'on n'est plus seul comme avant, le miracle Géorgien, des gens qui t'aiment dis-donc,

« L'homme doit être tout à fait sûr qu'à chaque instant Dieu le regarde du haut des cieux »

saint Benoît

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 7 Septembre 2015

 

pour tous vos partages...i think to you. très content du succès d' Ilia très content.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Septembre 2015

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Septembre 2015

 

 

La sixième édition d’Annecy Classique Festival s’est achevée dimanche, laissant les bords du lac le plus pur d’Europe tout esbaudi de ce marathon musical offert par Pascal Escande qui n’a pas ménagé sa peine, répartie entre Auvers-sur-Oise et la Venise des Alpes. Avec le nouvel élan apporté depuis 6 ans par AVC Charity, l’idée initiale de la regrettée Éliane Richepin a pris un tournant international inattendu. Si la rencontre entre Pascal Escande, Denis Matsuev et Andrey Cheglakov relève du miracle, alors que le premier avait décidé d’arrêter le festival, les fruits de cette résurrection ont largement porté le festival au-delà de son périmètre annecien. Master classes de qualité, résidence avec l’excellence pétersbourgeoise, grands artistes bien entendu, mais peut-être surtout cette place unique faite au piano.

Désormais internationalement reconnus, retransmis en direct, les concerts symphoniques ne désemplissent pas pour un répertoire qualifié de grand public, sans être pour autant en trompe-l’œil et effets de manche. Et si nous pouvons regretter que la nouvelle salle Bonlieu prive le public de la traditionnelle promenade retour qui prolongeait les concerts de l’église Sainte-Bernadette (dont personne n’aura la nostalgie de l’étouffant sauna) jusqu’à l’année dernière, nous ne pouvons que nous réjouir de cet auditorium flambant neuf à l’acoustique travaillé. Mais si ce n’étaient les charmes même des montagnes prenant inlassablement leur bain de pied en admirant leur reflet dans ce lac azuré, ce serait peut-être une simple, mais agréable, succession de concerts semblablement à de nombreux festivals d’été, sans les « intermèdes pianistiques » du château.

Et pourtant, elles se méritent ces heures de récitals que l’on n’écoute qu’au prix d’une ascension caniculaire jusqu’à la vieille forteresse ducale. Mais parvenu au fait de cette colline, après avoir résisté aux tentations des innombrables glaciers de la vieille ville, la fraîcheur blanchâtre de la cour d’honneur offre aux courageux mélomanes une halte majestueuse avant de s’engouffrer dans les salles tissées de pierres et de bois où se presse un public nombreux pour une expérience somme toute assez unique. Loin des festivals de piano parfois surfaits où un chapelet de stars vient rivaliser devant un parterre fait de passionnés comme de mondains, l’atmosphère est sereine et extrêmement bienveillante. Quand les lumières s’estompent, dessinant dans l’ombre l’imposante cheminée de pierres de taille, il ne reste, trônant, que le piano noir d’où dépasse à peine un jeune prodige d’une petite dizaine d’années. Ils ne sont pas là pour concourir, ce sont déjà les meilleurs.

Ils ne viennent pas remplir un énième carnet de commande, ils n’en sont qu’à leur début. De la fraîcheur de leur jeunesse ils réenchantent les plus belles pièces du répertoire sous le regard ému, d’un public médusé. Dans un silence habité par la fascination, ces jeunes talents interprètent avec une maturité parfois déroutante, pour le simple plaisir du public, trois heures durant, des pièces aussi virtuoses que le Sacre du printemps. Ainsi s’égrainent comme une litanie d’actions de grâce des heures au temps suspendu.

 

A Annecy, les effluves du piano s’exhalent comme la douce brise qui parfois souffle sur le lac. Il faudrait les citer tous, pour n’en oublier aucun, chacun avec ses forces et ses « limites ».

 

Mais parmi ces noms qui sans aucun doute feront date, il en est un, une perle rare comme il s’en trouve peu par génération, qui s’élève très au-dessus de ce parterre de talent. Ilia Lomtatidze, jeune Géorgien de 12 ans, d’une maturité exceptionnelle, d’une sensibilité musicale incroyablement profonde, fait du piano un art du son, une exaltation de l’émotion. Il sublime de très loin la technique qui disparaît sous ses doigts pour ne se faire qu’âme et sens. Le piano d’Ilia, c’est tout simplement indicible. Il s’entend, il s’écoute, il se donne, il se ressent, en un mot il prend vie.

 

  bravo ! super article... félicitations. vraiment trop content, un moment de bonheur. on ne sait pas qui est le plus heureux des trois. 

photo ACF Yannick Perrin

SOURCE

"Merci, de tout cœur de ce partage qui me rend bien heureux!! Bien à vous " Michel Sogny

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0