Publié le 7 Avril 2008



L'Eucharistie est la présence réelle.

 C'est l'éternité qui commence pour nous, sous la forme du voisinage réel de Dieu, le Fils unique de la Vierge Marie, qui est là vraiment, au Tabernacle. ... C'est le vrai saint des saints; notre Tabernacle.

Et le Seigneur y est vivant. Le Seigneur est tel dans l'Eucharistie qu'il est dans l'éternité. Il y est avec son amour pour nous et avec son coeur vivant, symbole de son amour même. ...
La dévotion au Sacré Coeur et la dévotion à l'Eucharistie, c'est la dévotion à Notre Seigneur Jésus-Christ tout simplement.  Le motif de l'une de ces deux formes de dévotion, c'est la présence réelle de N.S. Jésus Christ au Très Saint Sacrement.
 Le motif de l'autre, c'est l'amour qui nous a été témoigné par lui au Calvaire et dans l'Eucharistie; amour dont le coeur de N.S. est l'indice, le signe, le symbole.

La place de la Sainte Messe est unique. Toute notre vie se groupe à l'entour. La prière liturgique a la messe pour centre.

C'est Notre Seigneur Jésus Christ renouvelant, d'une façon non sanglante et réelle, l'offrande du Calvaire.

dom Delatte.

1. Si quelqu'un dit que dans le très Saint Sacrement de l'Eucharistie ne sont pas contenus vraiment, réellement et substantiellement le corps et le sang en même temps que l'âme et la divinité de notre Seigneur Jésus Christ et, en conséquence, le Christ tout entier, mais dit qu'ils n'y sont qu'en tant que dans un signe ou en figure ou virtuellement : qu'il soit anathème.

2. Si quelqu'un dit que, dans le très Saint Sacrement de l'Eucharistie, la substance du pain et du vin demeure avec le corps et le sang de notre Seigneur Jésus Christ, et s'il nie ce changement admirable et unique de toute la substance du pain en son corps et toute la substance du vin en son sang, alors que demeurent les espèces du pain et du vin, que l'Église catholique appelle d'une manière très appropriée transsubstantiation qu'il soit anathème.

3. Si quelqu'un nie que, dans le vénérable Sacrement de l'Eucharistie, le Christ tout entier soit contenu sous chaque espèce et sous chacune des parties de l'une ou l'autre espèce, après leur séparation qu'il soit anathème.

concile de Trente.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 6 Avril 2008


fête le 6 Avril
toile au musée des beaux arts de la ville de nancy.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 6 Avril 2008




"La messe n'est pas un symbole vide de la Croix, ni un autre sacrifice différent et renouvelé de celui de la croix; la messe c'est la croix elle-même, sacramentellement élevée devant les yeux illuminés de nos coeurs."

R.P. Bruckberger.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 5 Avril 2008



Rien n'a plus de force que l'Eglise, ô homme.


Mets un terme à ta guerre, si tu ne veux pas voir le terme de ta puissance; n'entreprends pas de guerre contre le ciel. Si tu combats un homme, tu peux être ou vainqueur ou vaincu. Mais si tu combats l'Eglise, que tu sois vainqueur, c'est impossible; car Dieu est toujours le plus fort. Est-ce que nous rivalisons avec le Seigneur? Est-ce que nous sommes plus forts que lui? (I Cor. X, 22.)

C'est Dieu qui a fondé, qui tentera d'ébranler? Vous ne connaissez pas sa puissance. Il jette un regard sur la terre, et il la fait trembler (Ps. CIII, 32); il commande, et ce qui tremble s'est raffermi. S'il a rétabli dans le calme la ville agitée, à bien plus forte raison, l'Eglise, il peut la rendre solide. L'Eglise est plus forte que le ciel. Le ciel et la terre passeront, mais les paroles que je dis ne passeront pas. (Matth. XXIV, 35 .) Quelles paroles? Tu es Pierre, et sur cette pierre qui m'appartient, j'édifierai mon Eglise, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. (Ibid. XVI, 18.)

2. Si vous n'en croyez pas la parole, croyez-en l'expérience. Que de tyrans ont voulu dominer l'Eglise ! Comptez les chaudières, les fournaises, les bêtes féroces, les glaives aiguisés ! et ils ne l'ont pas dominée. Où sont-ils ceux qui lui ont fait la guerre ? Ils ont été réduits au silence, livrés à l'oubli. Au contraire, où est l'Eglise ? Elle efface le soleil par sa splendeur. Ses ennemis, avec tout ce qui tenait à eux, sont éteints; à tout ce qui tient à l'Eglise, l'immortalité. Si les chrétiens, en petit nombre, n'ont pas été vaincus, aujourd'hui que leur religion remplit la terre, comment pouvez-vous les vaincre? Le ciel et la terre passeront, mais les paroles que je dis ne passeront pas. Et c'est justice; car pour Dieu l'Eglise a plus de charmes que le ciel. Il n'a pas pris le corps du ciel, mais il a pris la chair de l'Eglise; le ciel est pour l'Eglise et non l'Eglise pour le ciel. N'éprouvez aucun trouble de ce qui est arrivé.

Accordez-moi cette grâce, une foi invariable. Ne savez-vous pas que si Pierre, marchant sur les eaux, se vit, pour un moment de doute, sur le point d'être submergé, ce n'était pas l'impétuosité furieuse des flots, mais parce, que sa foi était faible? Sont-ce les volontés humaines qui nous ont amenés au point où nous sommes? Est-ce que c'est un homme qui nous a faits ce que nous sommes pour que ce soit un homme qui nous brise ? Ce n'est pas dans le délire de l'orgueil que je parle ainsi, loin de moi l'arrogance, mais je veux consolider ce que je vois d'ébranlé en vous. La cité était calme et forte, alors le démon a voulu ébranler l'Eglise.

Esprit impur, abîme d'impureté, tu n'as pas pu, ô démon, renverser les murailles, et tu crois pouvoir,ébranler l'Eglise? Est-ce que l'Eglise réside dans des murailles? C'est dans la foule des fidèles que réside l'Eglise. Voyez, que de colonnes solides; ce n'est pas le fer qui en lie les parties, c'est la foi qui les cimente. Je ne dis pas qu'une si grande foule a plus d'impétuosité que le feu, mais n'y eût-il qu'un fidèle, tu n'en viendrais pas à bout, ô démon! Vois donc quelles blessures t'ont faites les martyrs. On a vu souvent venir une jeune vierge, molle et délicate, elle était plus molle que la cire, et elle devenait plus solide que la pierre. Tu lui perçais les flancs, sans pouvoir lui ravir sa foi. La chair était vaincue, et la foi triomphait; le corps était consumé, la pensée reprenait toute sa jeunesse, la substance se dissipait, mais la piété persistait toujours. Tu n'as pas pu vaincre une femme seule, et tu crois vaincre un si grand peuple? N'entends-tu pas la voix du Seigneur : En quelque lieu que deux ou trois soient rassemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux? (Matth. XVIII, 20 .) Combien plus ne sera-t-il pas où se trouve un si grand peuple uni par la charité? J'ai son gage. Est-ce que ma confiance me vient d'une force particulière? J'ai son écrit. Voilà mon bâton, voilà ma force, voilà mon. port à l'abri des tempêtes. Quand toute la terre serait bouleversée, j'ai son écrit; je le lis; ces caractères que je lis, ces paroles, voilà mon mur d'appui; voilà ma sûreté. Quelles paroles? Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la consommation des siècles. (Matth. XXVIII, 20.) Le Christ est avec moi, qui donc craindrai-je? quand les flots se soulèveraient contre moi, et la mer, et les fureurs des princes, tout cela est plus mince à mes yeux que les toiles de l'araignée.


 

st jean chrysostome


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost 0

Publié le 5 Avril 2008


à frère angelus.
pas de surmenage intellectuel.! ménagez-vous!
remède: une bonne cure de vie bénédictine. n'oubliez-pas
la tizane de tante Méluzine avec une dose d'avesonol.
bon courage.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 5 Avril 2008



"Demandons à Dieu, alors même, alors surtout qu'il se voile, la générosité qui est nécessaire pour chercher à la sueur de notre front, la perle cachée. Nous la trouverons. On lutte la nuit entière dans l'obscurité, mais sans se lasser."

dom Delatte.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 5 Avril 2008









"Recevez-moi, Seigneur, suivant votre promesse et je vivrai; et ne permettez pas que je sois confondu dans mon espérance."







"Faire ce qui est en nous, avec calme, comme si notre action devait être décisive..: et puis entrer plus encore dans le calme et la confiance, comme si tout nous devait venir de Dieu...."

dom Delatte

le petit Placide les met à l'honneur, je ne parle jamais de la congrégation féminine et pourtant, mais trop peu de liens internet et je n'ai pas de relations personnelles avec elle... bien dommage. si elles veulent se mettre en relation avec le petit Placide, évidement mon blog leur est ouvert. un peu de féminité cela ferait du bien pourtant.

en vue des ordinations.....
publicité.




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 5 Avril 2008


7 Avril 1858

Dix-septième apparition - mercredi 7 avril 1858 

Bernadette se décida à se rendre plus tôt que d'habitude à la grotte. Comme les autres fois elle portait un cierge allumé qu'elle essayait de protéger du vent. L'extase ce mercredi dura quelque 15 minutes. Le Dr Dozous remarqua que Bernadette ne souffrait d'aucune brûlure, alors que la flamme du cierge léchait régulièrement ses doigts. A partir de ce moment, le médecin ne put plus mettre en doute l'authenticité des faits rapportés par Bernadette. 

Les apparition cessèrent à nouveau et cette fois pour plus longtemps ...


le docteur Theillier

 

Médecin permanent du Bureau médical des Sanctuaires de Lourdes, le docteur Patrick Theillier vient de publier aux Presses de la Renaissance : "Lourdes, des miracles pour notre guérison". L'originalité de cet ouvrage est qu'il est le fruit des constatations et des enquêtes médicales d'un scientifique praticien, homme de foi, dont l'approche se veut aussi une exploration de l'âme humaine. Chaque année, six millions de pèlerins se rendent à Lourdes, qui marque cette année le 150e anniversaire des apparitions à Bernadette Soubirous. Mais qui sait que si soixante-sept miracles sont officiellement reconnus à ce jour par l'Église, c'est en fait près de 8.000 personnes touchées au départ par des guérisons souvent troublantes.
Mais avant d'être authentifiées comme miraculeuses, ces guérisons font l'objet d'une enquête médicale approfondie, et d'un suivi régulier pour ne pas être confondues avec de simples rémissions : "Les critères sont au départ que la maladie doit être grave, et la guérison parfaite, totalement et instantanément, sans explications médicales ou naturelles", rappelle Patrick Theillier, responsable du Bureau médical de Lourdes depuis 1998, après avoir exercé la médecine généraliste pendant 25 ans. Il a aussi étudié la philosophie, la théologie, l'anthropologie. Le docteur Theillier suit et analyse de près une cinquantaine de guérisons déclarées par an, parfois des années plus tard : "Les gens qui guérissent à Lourdes sont les premiers surpris, croyants ou non-croyants, parfois lors d'un passage par hasard, et c'est un choc pour eux, un stress que le Bureau médical des constatations chargé d'authentifier les guérisons inexpliquées doit gérer chez les malades concernés, avec un suivi, un accompagnement. Parfois la guérison survient après leur passage, et le Bureau médical dont j'ai la charge doit dans tous les cas reprendre la maladie en amont, les traitements, l'évolution, et l'état de guérison. Face à ces grâces de guérisons attribuées à Notre-Dame de Lourdes déclarées par un malade, je suis toujours très ému de sentir qu'il s'est passé quelque chose, leur transformation personnelle aussi, et d'être à nouveau devant le mystère."

 

source dont document

j'avais - 9 ans...!!!

: pélerinage en 1943...

 



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 4 Avril 2008








"Tout effort est un pas vers la vérité même et la vraie vie.
Ceux-là seuls y arrivent qui se résignent à cette marche et ont le courage de recommencer. "


dom Guillerand

+


ora et labora.



« Travaillez sans cesses, pour que le zèle déborde de vos cœurs quand vous vous mettez à l'oeuvre, pour que vous fassiez votre devoir et au delà. « Sachant que votre travail ne sera pas sans récompense en Notre-Seigneur»: Que dis-tu, Paul? Encore des travaux? Oui, encore des travaux ; mais des, travaux qui rapportent des couronnes, et qui ont le ciel en perspective. Car autrefois, en laissant derrière lui, le paradis, l'homme a dû souffrir des travaux qui étaient le châtiment de ses fautes ; les travaux dont il s'agit, au contraire,, lui promettent les palmes de la vie future.

Lorsqu'on se place à un pareil point de vue, lorsqu'on lève les, yeux et qu'on aperçoit les secours qui nous viennent d'en haut, ce ne sont plus là des travaux. Aussi Paul a-t-il dit : Votre travail ne sera pas sans récompense en Notre-Seigneur. Nos premiers travaux étaient un châtiment; ceux-ci ne sont qu'un acheminement au bonheur qui nous est réservé dans l'autre vie.

Il ne faut donc pas nous endormir, mes chers frères. Ce n'est point en nous laissant aller au courant de la paresse et de l'inertie que nous arriverons au royaume des cieux ; ce n'est point en nous abandonnant aux délices d'une vie molle et efféminée. Estimons-nous heureux de pouvoir conquérir un si grand bonheur à force de pénitences, de mortifications, de souffrances sans nombre , de difficultés et de travaux."


st jean Chrysostome.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 4 Avril 2008



"Il vous a paru que je mangeais et buvais avec vous; mais je me nourrissais d'un aliment invisible et d'une boisson que l'oeil de l'homme ne peut atteindre.
    Il est donc temps que je retourne vers celui qui m'a envoyé; mais vous, bénissez Dieu et publiez toutes ses merveilles. "

Je suis l'ange Raphaël, un des sept qui nous tenons en présence du Seigneur. "


l'ange Raphaël à Tobie.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0