Publié le 21 Février 2014

http://www.pinturayartistas.com/wordpress/wp-content/uploads/2012/03/paraisos/paraiso-Wenzel.jpg

 

 

"Adam vécut 130 ans et il engendra un fils à son image et à sa ressemblance et il l'appela Seth. Adam après avoir engendré Seth vécut encore 800 ans et le total de la vie d'Adam fut de 930 ans et il mourut."

 

Il est saisissant d'entendre ce mot:" il mourut" . C'est l'accomplissement de la parole de Dieu :" Tu es poussière et tu retourneras en poussière". Dans la série des ancêtres trois se signalent particulièrement: Seth, Enos et Hénoch; ce sont les représentants du culte divin et les dépositaires de la Révélation.  Le total des jours d'Hénoch fut de 365 ans.. Et il marcha avec Dieu et il ne parut plus, car Dieu l'enleva. "

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Février 2014

 

 

 

http://1.bp.blogspot.com/-tOqW_VvRc-M/Tf1bkrf1QPI/AAAAAAAAAaU/YKL3_SMmypQ/s1600/Isa%25C3%25ADas.jpg

 

" J'ai livré mon dos à ceux qui  me frappaient (flagellation, et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe; je n'ai pas dérobé mon visage aux outrages et aux crachats. Le Seigneur, Yaweh, me viendra en aide; c'est pourquoi l'outrage ne m'a point abattu... et je sais que je ne serai pas confondu. " I.6

 

" Mon serviteur prospérera; il grandira, il sera exalté, souverainement élevé. Beaucoup ont été dans la stupeur en le voyant, tant il était défiguré, son aspect n'était plus celui d'un homme, ni son visage celui des enfants des hommes... Il n'avait ni forme, ni beauté pour attirer nos regards... Il était méprisé et abandonné des hommes, homme de douleurs et connaissant la souffrance, comme un objet devant lequel on se couvre le visage; il était en butte au mépris et nous n'avons fait aucun de lui aucun cas. Véritablement c'était nos maladies qu'il portait, et nos douleurs dont il était chargé; et nous, nous le regardions comme un puni, frappé de Dieu et humilié.

 

" Mais lui a été transpercé à cause de nos péchés, brisé à cause de nos iniquitéss; le châtiment qui nous donne la paix a été sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous avons été guéris. Nous êtions tous errants comme des brebis, chacun de nous suivait sa propre voie, et Yaveh a fait retomber sur lui l'iniquité de tous. 

 

Il y a là tout le mystère de la Rédemption prédit en ce qu'il a d'essentiel et en plusieurs de ses détails :

 

" On le maltraite, et lui se soumet à la souffrance et n'ouvre pas la bouche; semblable à l'agneau qu'on mène à la tuerie, et à la brebis muette devant ceux qui la tondent, il n'ouvre point la bouche. Il a été enlevé (mis à mort) par une injuste condamnation, et parmi les témoins qui donc a pensé qu'il était frappé à cause des péchés de mon peuple."

 

Cette prophétie est tellement frappante qu'elle a été appelée la Passion selon Isaïe, la Passion rédemptrice en ce qu'elle a de plus profond, dans son motif suprême de Miséricorde et de Justice, la Passion entrevue à l'avance en ce qu'elle a eu de plus intime, en ce qui apparaîtra dans une mesure à Marie au pied de la Croix, à saint Jean, aux saintes femmes, au bon larron, au centurion, la Passion source infinie de grâces , en ce qui restera caché pour la plupart de ceux qui verront mourir Jésus sur sa Croix.

 

 


 

 

 


 


 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Février 2014

   http://www.museoferias.net/fotos5/Coxcie.jpg

 

   Le mot désigne le rachat d'un esclave moyennant une rançon, un prix convenu. Rédemption dit plus que réparation et restitution. Dieu aurait pu, sans exiger aucune satisfaction, rétablir l'homme dans toutes les prérogatives de l'état d'innocence, lui conférer même des privilèges plus insignes et d'un ordre supérieur: c'eut été plus qu'une restauration, une élévation nouvelle, non point une rédemption.

 

   Ce qui caractérise celle-ci c'est le payement du prix pour la dette contractée, la rançon pour le captif. "Dieu pouvait, dit saint Thomas, adopter un autre plan pour réparer le genre humain, et, s'il l'avait choisi, ce dessein eût été parfaitement convenable; mais alors c'eût été une délivrance, non pas une rédemption, parce qu'il n'y aurait pas eu la solution d'un prix. "

 

   Une foule d'idées sont donc éveillées ici: idée de servitude, idée de rançon, idée de réintégration dans l'état de liberté.

 

   Quel est l'esclave, à quelle servitude est-il arraché, à quelle condition primitive est-il rendu, à qui faut-il payer le prix et quel est ce prix?

 

   L'esclave c'est le genre humain perdu par le péché.

 

   Or le péché implique deux malheurs.

D'abord une souillure dans l'âme (reatus maculae), avec des tares, des misères, des hontes, des inclinations désordonnées, qui sont la plus honteuse des tyrannies. L'homme est ainsi mené par le mal comme un être vendu, selon cette profonde parole de l'Evangile: Celui qui fait le péché est l'esclave du péché. Il est pareillement le valet de celui qui lui a inspiré le mal, dont il a écouté la suggestion et dont il est devenu le vaincu: celui qui se laisse vaincre est l'esclave du vainqueur.

 

   En second lieu, l'obligation de subir un châtiment proportionné à la faute (reatus poenae); et c'est là aussi une cruelle captivité, puisqu'il faut souffrir contre notre gré, contre notre volonté, en quoi consiste la servitude.

 

   Le criminel, redevable tout d'abord envers l'offensé, est soumis au bourreau qui inflige la punition. L'offensé ici c'est Dieu; le bourreau, c'est le démon, auquel Dieu a permis que l'homme se livrât par le péché en se séparant de son véritable maître. Telle est donc la double servitude à laquelle doit être arrachée la triste humanité; celle du péché et celle du prince des ténèbres.

 

   A qui doit être versé le prix du rachat?

 

   A celui-là évidement qui est le maître de l'esclave et qui a été l'offensé. Il est manifeste que l'offensé n'est pas Satan, mais Dieu seul. Le démon, non plus, n'est pas devenu le maître de l'humanité. Dieu avait bien pu, en toute justice, laisser le pécheur sous la captivité du démon en punition de la faute; c'est ainsi que, pour avoir refusé à notre Souverain une obéissance qui nous grandissait et nous faisait rois, nous êtions tombés sous la tyrannie du séducteur qui nous avait vaincus.

 

   Mais le démon, pour cela, n'avait acquis aucun droit réel sur le genre humain; nous n'êtions point devenus sa propriété. S'il y avait une rançon à payer, c'était à Dieu seul, non point à Satan. Aussi bien disons-nous que Jésus-Christ a offert son sang comme prix de notre rédemption, non point au démon, mais à Dieu son Père.

 

...

 

   Quel sera le prix? Pour qu'il y ait rédemption proprement dite, au sens plénier, et non point simplement rémission du péché ou délivrance des coupables, il faut une satisfaction égale à l'offense, par conséquent celle de l'Homme-Dieu. " Il ne pouvait, en tant que Dieu, ni mériter, ni satisfaire, car mérite et satisfaction s'adressent à un supérieur, et un Dieu ne relève que de soi; pur homme, la valeur limitée de ses actions aurait été bien vite épuisée, et, comme la malice de la faute est infinie, il n'aurait jamais pu égaler la satisfaction à l'offense. L'incarnation a résolu la difficulté: par sa nature humaine, le Christ est inférieur à Dieu, il peut lui offrir des mérites et des satisfactions; à raison de sa personne divine, il a une dignité infinie, et tout ce qui procède de lui, oeuvres et sacrifices, acquiert par là même une infinie valeur.

 

...

 

Dans la chute, l'idée fondamentale et qui domine toutes les autres est celle de l'injure faite à Dieu par le péché mortel; c'est à cause de l'offense que l'homme rejeté loin de son Créateur, est assujetti au double esclavage dont nous avons parlé, privé de toutes les prérogatives qu'il tenait de sa condition originelle, voué au châtiment.

 

 

   Dans la Rédemption, par conséquent, l'idée  première est celle d'une satisfaction proportionnée à l'offense et qui, en réparant la faute, apaise Dieu, le rend propice à l'humanité. C'est dire qu'à l'idée de satisfaction est associée l'idée d'un sacrifice d'expiation, de propitiation, de réconciliation. Dieu s'apaise et pardonne parce qu'il voit un Homme-Dieu qui s'est substitué à nous pour mériter et satisfaire à notre place. Dieu redevenu notre ami et notre père, nous sommes délivrés de la servitude, rétablis dans nos titres et nos droits d'enfants et d'héritiers.

 

   Ainsi le concept plénier de la Rédemption renferme ces notions multiples: par rapport à Dieu, c'est une satisfaction et un sacrifice; de la part de Jésus-Christ, c'est une substitution volontaire à la place de l'homme (Substitutio vicaria), acte très libre et cependant acte d'obéissance complète qui lui fait accepter pour nous la mort sur la croix; du côté de l'homme, c'est une délivrance de l'esclavage, une restauration dans les privilèges de l'état primordial.

R.P. HUGON  op

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Février 2014

http://www.location-colombe.fr/location-colombe_photo_2.jpg

 

la colombe: symbole du Saint-Esprit et de l'âme.

 

 

http://www.unesourisetmoi.info/wallpaper_7/images/coq.jpg

 

le coq: symbole de la vigilance.

 

 

http://wonder-animaux.e-monsite.com/medias/images/paon.jpg

 

 

le paon: symbole de l'immortalité.

 

Très-Haut, tout-puissant et bon Seigneur, à vous appartiennent les louanges, la gloire et toute bénédiction ; on ne les doit qu'à vous, et nul homme n'est digne de vous nommer.

 

Loué soit Dieu, mon Seigneur, à cause de toutes les créatures, et singulièrement pour notre frère messire le soleil, qui nous donne le jour et la lumière ! Il est beau et rayonnant d'une grande splendeur, et il rend témoignage de vous, ô mon Dieu !

 

Loué soyez-vous, mon Seigneur, pour notre sœur la lune et pour les étoiles ! Vous les avez formées dans les cieux, claires et belles.

 

Loué soyez-vous, mon Seigneur, pour mon frère le vent, pour l'air et le nuage, et la sérénité et tous les temps, quels qu'ils soient ! Car c'est par eux que vous soutenez toutes les créatures.

 

Loué soit mon Seigneur pour notre sœur l'eau, qui est très utile, humble, précieuse et chaste !

 

Loué soyez-vous, mon Seigneur, pour notre frère le feu ! Par lui vous illuminez la nuit. Il est beau et agréable à voir, indomptable et fort.

 

Loué soit mon Seigneur, pour notre mère la terre, qui nous soutient, nous nourrit et qui produit toutes sortes de fruits, les fleurs diaprées et les herbes !

 

Loué soyez-vous mon Seigneur, à cause de ceux qui pardonnent pour l'amour de vous, et qui soutiennent patiemment l'infirmité et la tribulation ! Heureux ceux qui persévéreront dans la paix ! Car c'est le Très-haut qui les couronnera.

 

Soyez loué, mon Seigneur, à cause de notre sœur la mort corporelle, à qui nul homme vivant ne peut échapper ! Malheur à celui qui meurt en état de péché ! Heureux ceux qui à l'heure de la mort se trouvent conformes à vos très saintes volontés ! Car la seconde mort ne pourra leur nuire.

 

Louez et bénissez mon Seigneur, rendez-lui grâces, et servez-le avec une grande humilité."

 

 

 

  st François d'Assise 

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Février 2014

http://www.repro-tableaux.com/kunst/bartolomeo_manfredi/cain_murdering_abel_hi.jpg

 

Tout l'Ancien Testament est la préparation à la venue du Rédempteur. Cain et Abel sont les ancêtres et les fondateurs des deux royaumes: le royaume de Dieu, le Royaume du monde. La Sainte Ecriture n'est pas une histoire du monde, mais une histoire sainte: elle ne veut pas nous raconter des faits dignes d'êtres connus, mais le développement de l'oeuvre de la Rédemption...

 

 


 

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Février 2014

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 16 Février 2014

 http://www.davidparcerisapuig.com.ar/wp-content/uploads/2013/06/artepinturaadanyeva01.jpg

 

 

 

  Le péché grave, offense contre la Majesté infinie, demande une peine qui, ne pouvant être infinie en intensité, doit l'être au moins en durée: c'est la mort éternelle. Mais d'autres conséquences nous atteignent dès cette vie.

 

   La grâce de l'état d'innocence assurait l'harmonie complète entre les diverses parties de notre nature, en sorte que le composé humain ne devait être ni dîssous par la mort ni troublé par les infirmités et les autres mots qui sont le triste lot des enfants d'Adam.

 

  Le péché origiinel ayant brisé cette économie de préservation, les suites inévitables ont été les pénalités de la vie présente et la mort corporelle. C'est un point de l'enseignement catholique que la mort est entrée dans le monde par le péché, selon le langage de saint Paul; (Rom. V, 12); que la désobéissance de notre premier père nous a transmis la mort et les autres peines corporelles et le péché, qui est la mort de l'âme ...

 

   Est-il vrai que la Rédemption nous délivre de tout cela?

 

   La mort éternelle, la peine éternelle, effets du péché mortel, ne peuvent subsister que là où subsiste la faute grave. Du moment qu'elle efface le péché, la Passion remet la peine capitale; et c'est pourquoi saint Paul assure qu'elle nous préserve de la colère de Dieu. (Rom V, 9)

 

   Mais, le péché lavé et l'âme purifiée, ne reste-til aucune dette à payer à la justice divine? 

 

La Passion a satisfait surabondamment pour toutes les fautes, payé toutes les dettes, et plus que cela, à l'infini. La somme est versée d'avance; seulement il faut la toucher, nous l'appliquer, la faire nôtre.... Pour cela, nous devons nous rendre semblables à Notre-Seigneur, nous configurer en quelque sorte à sa passion et nous y associer.

 

   L'efficacité rédemptrice ne nous sera appliquée que par notre libre coopération; c'est la loi du salut et qui peut en contester la sagesse?

 

   La manière parfaite de nous ensevelir avec le Christ, c'est le baptême. Voilà pourquoi les baptisés n'ont à offrir aucun autre paiement, délivrés qu'ils sont par la satisfaction de Jésus-Christ.

 

   Le Sauveur n'étant mort qu'une fois pour les péchés, on ne peut s'ensevelir qu'une fois avec lui par le bain sacramentel.

 

Ceux donc qui pèchent ensuite doivent, pour obtenir le pardon, se rendre semblables au Sauveur en participant à ses souffrances. S'ils savent associer entièrement à lui par la douleur et l'amour, c'est-à-dire par la contrition et la charité parfaites, ils s'approprient ses satisfactions et sont exempts de tout autre tribut à la justice divine.

 

   Beaucoup d'hommes, même après la justification au tribunal de la pénitence, n'arrivent pas à se conformer parfaitement à Notre-Seigneur par l'intensité de leurs actes, et c'est pourquoi ils n'obtiennent pas la rémission totale de leur dette; il reste une partie de leur peine, qui doit être payée en ce monde ou en purgatoire.

 

   Mais c'est en vertu de la Passion que cette peine sera un jour remise. Dès que l'âme se sera transfigurée en son Sauveur, ou par les satisfactions volontaires et méritoires de cette vie ou par les purifications du purgatoire, elle recevra les effets pléniers de la Rédemption.

 

Si l'âme refuse d'entrer en union avec le Christ, elle s'exclut d'elle-même de tous ces bénéfices. Il reste toujours vrai, cependant, que le Rédempteur a payé aussi pour elle et qu'il ne tenait qu'à elle de s'appliquer la valeur versée pour son rachat.

 

   Ainsi, pour tous ceux qui se rendront semblables à Jésus-Christ par leur libre coopération, la Rédemption sera une complète délivrance et de la peine éternelle et, tôt ou tard, de la dette contractée par le péché.  

 

 

RP HUGON op

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Février 2014

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Garrigou_Lagrange/Garrigou.jpg

 

" S'écartant des vérités fondamentales du christianisme, les modernistes et les protestants libéraux ont enlevé à la mort de Jésus tout caractère surnaturel....

Il n'est pas mort pour expier à notre place, pour nous racheter, pour nous rendre une grâce surnaturelle, pour nous mériter la vie éternelle. Sa mort a seulement une valeur d'exemple, comme celle d'un Socrate ou d'un Léonidas.

 

... Voilà ce que devient un mystère surnaturel aux yeux de la sagesse humaine, .. qui ne trouve plus que ténèbres dans ce qui est de la foi de l'Eglise, la foi de tous les martyrs et de tous les saints. "

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Février 2014

http://3.bp.blogspot.com/-W1s927OlkiM/UQe5j9hz6ZI/AAAAAAAAIQc/Oz63HbN-ltE/s1600/DSC04531+%252840%2529.JPG

 

http://www.websanjorge.es/wordpress/wp-content/uploads/2011/06/Vi%C3%B1adores.jpg

 

 

" Allez, vous aussi à ma vigne."

 

 

premier point.

 

Nous devons de nouveau reconnaître que nous sommes des pécheurs; le premier point est donc d'avoir une conscience profonde de notre état de pécheurs. C'est pourquoi, dès que nous franchissons le seuil de la maison de Dieu, l'Eglise nous fait entonner ce chant saisissant :" Je suis envahi par les gémissements de la mort, les douleurs de l'enfer m'ont envahi".

 

Quand nous ouvrons le bréviaire, il nous montre des images de la chute originelle. Cependant il ne faut pas que l'espérance fasse défaut à notre conscience de pécheurs.

 

" Dans ma tribulation, j'ai crié vers le Seigneur et il m'a exaucé de son saint temple". Déjà dans le lointain nous voyons briller la lumière de Pâques.

 


deuxième point: l'invitation.

 

Nous recevons l'invitation de Dieu. Dieu, le Père de famille et le Maître de la vigne, appelle les ouvriers et il les appelle à toute heure. Comme cela est consolant! Il n'est jamais trop tard; Dieu nous appelle à tout âge; que nous soyons enfant, jeune homme ou jeune fille, homme ou femme, vieux ou vieille, nous sommes invités; répondons donc à l'appel. Le dimanche que nous célébrons aujourd'hui est le grand jour d'enrôlement du Seigneur. Dieu, dans son amour, recherche l'âme humaine.

 

troisième point: une tâche nous est prescrite.

 

La vie chrétienne n'est pas une vie idyllique, une vie oisive; c'est un rude labeur à la chaleur du jour, un dur combat dans l'arène. Pour nous montrer d'une manière vivante ce qui nous attend, l'Eglise nous conduit au tombeau du vaillant lutteur qu'est saint Laurent. Son combat pour le Christ, sur le gril du martyre, doit être notre idéal.

 

cinquième point : le salaire

 

Au combat est réservée la couronne de la victoire et le travail mérite un salaire. C'est le denier de la vie éternelle, la couronne impérissable du ciel. Si les enfants du siècle dépensent tant de fatigue pour obtenir une couronne périssable, que ne devons-nous pas faire pour mériter la couronne éternelle?

 

 

 

dom Pius Parsch

 

 

http://www.catequesissalta.com.ar/imagenes/compendio03.jpg

 

 

" au commencement  Dieu créa le ciel et la terre "

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Février 2014

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0