Publié le 29 Janvier 2020

 

   " La voix de mon bien-aimé se fait entendre à la porte."

(Cant. V,22)

Notre Seigneur Jésus-Christ se tient à la porte de votre âme, écoutez-le vous dire :" Je suis à la porte et je frappe; si quelqu'un entend ma voix, et m'ouvre la porte, j'entrerai chez lui et je souperai avec lui et lui avec moi. " (Apoc.III,20)

Il se tient donc à la porte, et il ne se tient pas seul; mais les Anges le précèdent et vous disent :" Levez vos portes, ô princes. " Quelles portes ? Celles dont le Seigneur dit ailleurs :" Ouvrez-moi les portes de la justice." (Ps. CVII,19)

Ouvrez donc vos portes à Jésus, afin qu'il entre en vous; ouvrez les portes de la justice, ouvrez les portes de la pureté, ouvrez les portes de la force et de la sagesse. ....

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

 

 

 "Enseignez-moi non les voies larges qui conduisent la multitude à sa perte, mais vos étroits sentiers, que peu d'hommes connaissent. "

St Augustin. 

   Les voies sont les moyens nécessaires, les moyens généraux et communs , la voie des commandements; les sentiers sont comme des vocations spéciales, la voie des conseils.

    Chacun de nous a sa vocation à lui, son sentier particulier; il n'y a jamais eu deux vocations précisément identiques depuis le commencement du monde, et il ne s'en trouvera pas d'ici au jour du jugement. Peu importe quelle soit notre position dans la vie, peu importe combien nos devoirs peuvent paraître ordinaires, peu importe l'aspect vulgaire d'une existence commune, chacun de nous, secrètement a cette grande vocation...

   Ceci une fois posé, il faut admettre que toute la vie spirituelle marche à l'aventure, si elle n'est pas basée sur la connaissance de cette vocation ou sur les efforts à faire pour la découvrir. Cette vocation, qu'elle qu'elle soit , est la volonté de Dieu sur nous; il peut vouloir qu'elle ne nous soit pas pleinement connue, mais il veut que nous essayions de la découvrir. 

   La sainteté consiste simplement en deux choses qui sont l'une et l'autre un effort, l'effort pour connaître la volonté de Dieu et l'effort pour l'accomplir une fois connue. ( Faber) 

   Demander à Dieu qu'il nous fasse connaître ses voies, et nous les enseigne lui-même. Privilège de la nouvelle loi " d'être tous enseignés de Dieu." ( Jean VI, 45)  d'être instruits non-seulement de la lettre morte de ses commandements, mais d'être touchés par la voix intérieure et toute puissante de son Esprit. 

    Etre conduit dans la vérité de Dieu, être instruit dans la vérité par Celui qui n'a pas dit seulement aux hommes comme les autres maîtres: Venez à moi, j'ai la vérité; 

mais je suis la vérité. 

   Les autres hommes veulent nous diriger suivant leurs intérêts, leurs idées, leurs inclinations, leurs passions; Dieu comme notre Dieu, Dieu comme notre Sauveur, ne peut nous diriger que suivant les règles de son éternelle vérité. 

    " Je suis la voie, la vérité et la vie; la voie dans laquelle il faut persévérer; je suis la voie exempte d'erreur, la vérité pure de tout mensonge, la vie à l'abri de la mort; je suis la voie dans mes exemples, la vérité dans mes promesses, la vie dans mes récompenses; je suis la voie sûre, la voie irrévocable, la vie interminable; je suis la voie large et spacieuse, la vérité puissante et abondante, la vie pleine de  jouissance et de gloire" .

Saint Bernard. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

 

"Faites-vous  comme Cuba, la Chine ou l'ex URSS ?" 

 

 

Dans la lettre publiée chaque semaine par l'archevêque de Valence, le cardinal Antonio Cañizares a voulu entrer dans le débat, samedi, sur l'affirmation du gouvernement de Pedro Sánchez selon laquelle les enfants n'appartiennent pas à leurs parents.

Le cardinal rappelle qu'"il est communément admis que la famille, les parents, ont le droit et le devoir d'éduquer la personne humaine, les enfants, en tant que peuple".

Par conséquent, il affirme clairement que "seuls les systèmes dictatoriaux, les dictatures, affirment que ce droit-devoir appartient à l'État parce que les enfants n'appartiennent pas aux parents, ils n'appartiennent pas aux parents, mais à l'État".

La famille, "l'école de la société".

Ainsi, le cardinal Cañizares souligne dans sa lettre que la famille est au service de la vie. Ce service à la vie de la famille ne se termine pas, comme il est évident, par la simple transmission de la vie, mais se prolonge par cette incessante "procréation" qui est l'aide permanente et efficace des parents au nouvel être humain pour vivre une vie véritablement et authentiquement humaine par l'éducation".

L'archevêque de Valence cite également la Déclaration sur l'éducation du Concile Vatican II qui dit : "Puisque les parents ont donné la vie à leurs enfants, ils ont une très sérieuse obligation d'éduquer leur progéniture, et par conséquent ils doivent être reconnus comme les premiers et principaux éducateurs de leurs enfants (et les premières et principales personnes responsables de leur éducation). Ce devoir d'éducation familiale est d'une telle importance que, lorsqu'il fait défaut, il est difficile de le remplacer".

"Voulez-vous retourner dans le passé et ressusciter une nouvelle dictature ? Parce que l'article 27 de la Constitution, clé de voûte et pierre angulaire de la Loi fondamentale de notre nation, reconnaît et garantit ce devoir et ce droit des parents. Est-ce que cela se veut comme à Cuba, ou en Chine, ou dans ce qui était l'Union soviétique où les enfants étaient de l'État et n'appartenaient pas aux parents ?

Il est tellement évident qu'ils appartiennent aux parents que nous ne devrions pas passer une minute à en discuter. Dans le paradigme dans lequel se trouve la ministre, où se trouvent la liberté d'éducation, la liberté de religion et la moralité, et quelle place reste-t-il pour autre chose que la pensée unique et dominante ?

Est-ce la voie à suivre ? C'est un très grand pas en arrière. Je suis désolé. Le gouvernement doit être clarifié et ne pas être déformé ou trompé, car il va à l'encontre du bien commun, un objectif inévitable qui doit être recherché", a conclu le Cardinal.

 

Il est communément admis que la famille, les parents, ont le droit et le devoir originel d'éduquer la personne humaine, les enfants, en tant que personnes qu'ils sont. Cette mission éducative des parents, enracinée au plus profond de leur éducation, est basée sur leur participation, pour les croyants, à l'œuvre créatrice de Dieu et, pour tous, sur la raison. Seuls les systèmes dictatoriaux, les dictatures, affirment que ce droit-devoir appartient à l'État, car les enfants n'appartiennent pas aux parents, ils n'appartiennent pas aux parents, mais à l'État.

En effet, "en donnant naissance, par amour et par affection, à une nouvelle personne, qui a en elle-même la vocation de grandir et de se développer, les parents assument l'obligation de l'aider efficacement à vivre une vie pleinement humaine" (Saint Jean Paul II). La famille, une communauté de personnes, est au service de la vie. Ce service de la vie de la famille ne s'arrête pas, comme il est évident, à la simple transmission de la vie, mais se poursuit dans cette incessante "procréation" qui est l'aide permanente et efficace des parents au nouvel être humain pour vivre une vie véritablement et authentiquement humaine par l'éducation. L'éducation est aussi un service à la vie. La famille est la structure de l'amour où l'on découvre le merveilleux événement de la vie : où l'on apprend à aimer, où la liberté prend vraiment forme, et où l'on apprend à être vraiment et pleinement humain.

Comme le Concile Vatican II l'a si magistralement souligné dans sa Déclaration sur l'éducation, "puisque les parents ont donné la vie à leurs enfants, ils ont une très grave obligation d'éduquer leur progéniture, et ils doivent donc être reconnus comme les premiers et principaux éducateurs de leurs enfants (et les premières et principales personnes responsables de leur éducation). Ce devoir d'éducation familiale est d'une telle importance que, lorsqu'il fait défaut, il est difficile de le remplacer" (GEM 3). Le service à la vie par l'éducation est un élément clé, un élément de base et fondamental de la famille. Être père ou mère, c'est être éducateur et avoir l'inévitable responsabilité de leur éducation.

Saint Jean-Paul II, dans son Exhortation apostolique post-synodale sur la famille, définit de façon précise et admirable la place de l'éducation dans la famille avec ces mots : "Le droit et le devoir des parents d'éduquer sont qualifiés d'essentiels, liés comme ils le sont à la transmission de la vie humaine ; d'originaux et de premiers, par rapport au devoir éducatif des autres ; en raison de l'unicité de la relation d'amour qui subsiste entre parents et enfants ; d'irremplaçables et d'inaliénables et, par conséquent, ne peuvent être totalement délégués ou usurpés par d'autres. Au-delà de ces caractéristiques, il ne faut pas oublier que l'élément le plus radical, qui détermine le devoir et le droit éducatif primaire et originel des parents, est l'amour paternel et maternel, qui trouve son accomplissement dans l'action éducative, dans le service complet et parfait de la vie. L'amour des parents se transforme de la source à l'âme et, par conséquent, en une norme qui inspire et guide toute action éducative concrète, en l'enrichissant des valeurs de douceur, de constance, de bonté, de service, de désintéressement et d'esprit de sacrifice, qui sont les fruits les plus précieux de l'amour".
 

La famille est la grande école de la société. C'est le lieu naturel et l'instrument le plus efficace pour apprendre et développer la personne humaine, ainsi que pour personnaliser la société. C'est sans aucun doute "l'école d'humanisme la plus complète et la plus riche" (GS 52), la première et fondamentale école des valeurs et des vertus les plus fondamentales de la vie humaine. Elle ne peut être supplantée par rien ni personne. Ceci est exigé non seulement par le bien privé de chaque personne humaine, mais aussi par le bien commun, le bien de la société, qui est toujours inséparable du bien de la personne. La société est et doit être au service de la famille et de la personne, y compris dans le domaine de l'éducation ; elle doit la respecter et la promouvoir, y compris dans ce domaine ; elle ne peut en aucune façon la remplacer, ni envahir sa mission inaliénable.

Vous voulez retourner dans le passé et ressusciter une nouvelle dictature ? Parce que l'article 27 de la Constitution, clé de voûte et pierre angulaire de la Loi fondamentale de notre nation, reconnaît et garantit ce devoir et ce droit des parents. Est-ce que cela se veut comme à Cuba, ou en Chine, ou dans ce qui était l'Union soviétique où les enfants étaient de l'État et n'appartenaient pas aux parents ? Il est tellement évident qu'ils appartiennent aux parents que nous ne devrions pas passer une minute à en discuter. Dans le paradigme dans lequel se trouve la ministre, où se trouvent la liberté d'éducation, la liberté de religion et la moralité, et quelle place reste-t-il pour autre chose que la pensée unique et dominante ? Est-ce la voie à suivre ? C'est un très grand pas en arrière. Je suis désolé. Le gouvernement doit être clair et non pas  falsifier ou tromper, car il va à l'encontre du bien commun, qui est l'objectif inévitable à atteindre.

+ Antonio Cañizares Llovera
Arzobispo de Valencia

...

Le ministre de la santé propose de légaliser l'euthanasie comme l'une de ses quatre priorités pour la législature

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 26 Janvier 2020

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 26 Janvier 2020

María Teresa Corzo, mère de cinq enfants. doyenne de la faculté d'économie et d'études commerciales de l'Universidad Pontificia Comillas.

 

Madame Celaá, je suis mère de cinq enfants, je travaille tous les jours à l'université et je dépense mon énergie quotidienne entre la garde de mes enfants et mon travail, et je paie tous mes impôts à l'État.

Grâce au fait que je vis dans la Communauté de Madrid, je bénéficie de l'aide d'une famille nombreuse et du handicap de deux de mes enfants. 

...Mais jamais, personne d'aucun gouvernement ne m'a aidé quand ils se sont réveillés la nuit, ni quand ils ont été malades, ni quand ils ont été admis à l'hôpital. Personne n'a couru chercher un enfant à l'école alors que moi ou mon mari étions à l'hôpital avec mon fils qui venait d'être opéré du cœur. Personne ne s'est porté volontaire pour m'accompagner lors des examens médicaux de mon fils atteint du syndrome de Down. Seules des associations non gouvernementales et à but non lucratif ont proposé de nous aider.

De ce "papa gouvernement", pas une trace. Je ne vous ai pas vues, mesdames. Mais maintenant que l'enfant est à l'école, eh bien, maintenant je veux vraiment être son père, maintenant je veux l'endoctriner à ma façon...

Maintenant que la Stasi est de retour... vont-ils aussi vérifier ce que les parents disent à la maison ?

Madame Celaá, je suis sûr que vos filles ne vous empêchent plus de dormir la nuit, alors vous êtes la bienvenue pour venir à la maison et nous aider, mon mari et moi, lorsque nous rentrons fatigués du travail ou, puisque vous avez le salaire de toute une vie, pour nous payer quelques factures.

Une dernière question, puisque vous êtes philosophe et que vous connaissez les syllogismes. Si les enfants appartiennent maintenant à l'État totalitaire de M. Sánchez et de M. Iglesias, alors ils appartiendraient aussi à l'État de Franco, quand Franco était au pouvoir, n'est-ce pas ? Et si le prochain président du gouvernement est M. Abascal, alors les enfants de ce pays lui appartiendront aussi, n'est-ce pas ?

Après 17 ans depuis la naissance de ma fille aînée, beaucoup de travail, de nombreux médecins, de nombreuses nuits de rêves brisés et de nombreux cernes sous les yeux, tout ce dont j'avais besoin était d'entendre cette insulte à la liberté et à l'intelligence.

Mais maintenant que les choses ont changé, les parents n'ont plus aucune liberté.

Non, plus maintenant, car les dieux ont parlé.

 

le déclin de l'Eglise catholique. 

 

Le déclin de l'Église : 280 000 croyants de moins chaque année
Le catholicisme perd des centaines de milliers de paroissiens chaque année dans un processus qui vide les masses. Le nombre de prêtres diminuant et vieillissant, la dispensation des sacrements tels que les mariages, les baptêmes et les communions est en chute libre, tandis que l' extrême onction continue de croître.

L'Église catholique en Espagne traverse une crise de ferveur religieuse intense qui lui fait perdre plus d'un quart de million de croyants chaque année, un déclin des adeptes qui s'ajoute à un abandon croissant de pratiques telles qu'aller à la messe, se marier ou faire baptiser ses enfants parmi ceux qui se sont définis comme catholiques.

Le pourcentage d'Espagnols qui se définissent comme catholiques est passé de 83,6 % à 66,9 % au cours des deux mêmes décennies où le taux d'athées et d'incroyants a presque triplé, passant de 11,9 % à 29,7 %.

De moins en moins de gens vont à la messe. Près des deux tiers des personnes qui se disent catholiques ne vont jamais ou presque jamais à l'église, un groupe qui a connu une croissance remarquable et constante au cours des deux dernières décennies, passant de 41,9 % des croyants à 63,6 %.

 

La dispense des sacrements par l'Église catholique espagnole est en déclin depuis des années, dans une tendance où la célébration des trois cérémonies les plus traditionnelles des familles espagnoles est moins importante : les mariages, les baptêmes et les communions sont de moins en moins fréquents, avec des chutes, selon les données de la Conférence épiscopale elle-même, de 26 %, 21 % et 6,5 % entre 2012 et 2017. Cela signifie 16 000 mariages et communions et 54 000 baptêmes en moins à la fin de l'année.

Selon les données de la Conférence épiscopale, 40 096 religieux ont été enregistrés en Espagne l'année dernière, après une baisse notable de 13 822 (un sur quatre) en une seule année, qui vivaient dans 801 monastères et couvents après la suppression ou la fermeture de 26 d'entre eux depuis 2017.

Le vieillissement de la population active est encore plus important chez les religieux qui vivent dans des couvents et des monastères, dont la plupart sont des religieuses. Ce groupe paie des cotisations en tant que travailleur indépendant et commence également à percevoir une pension lorsqu'il atteint l'âge de la retraite, une situation dans laquelle on en compte environ 30 000

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

 

saint Nicolas. 

 

saint Valentin. 

saint Martin de Porres 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

 

   "Je suis devenu semblable au pélican qui habite la solitude, comme le hibou qui se retire dans les masures. J'ai veillé et j'étais comme le passereau solitaire sur les toits. "

   Ces trois oiseaux signifient les trois grandes divisions des pénitents. Quelques-uns cherchent la solitude absolue , comme sainte Madeleine, sainte Marie-Egyptienne, saint Paul, premier ermite, saint Antoine, Saint Hilarion, et ils peuvent dire avec le Psalmiste : " Je me suis éloigné, j'ai fui et je suis demeuré dans la solitude. " (Ps.LIV)

       Là, dans ces lieux solitaires, semblables au pélican qui détruit les animaux dangereux et surtout les serpents du désert, ils se nourrissent de leurs continuelles victoires sur le démon. 

      D'autres restent au sein des cités, mais il se renferment dans d'étroites cellules, comme le hibou dans son mur ruineux; ils remplissent la solitude des nuits du cri de leur pénitence, de ce cri que leur arrache la crainte des jugements de Dieu, et ils en sanctifient la durée par la succession de leur cantiques et de leurs hymnes spirituels. 

       D'autres , forcés par leurs liens de rester dans le sein de leur famille, ou dans des emplois publics, habitent sur les toits comme l'oiseau solitaire, c'est-à-dire qu'ils dépassent le niveau dans lequel ils vivent, les foules et les habitants des cités. Ils sont dans le monde, mais sans être du monde; ils se soumettent les affaires, les honneurs, les richesses, mais ne leur sont pas soumis, ils les dominent, en disposent, les distribuent, ne leur permettant pas de prendre sur eux le moindre pouvoir, et conservant leur coeur solitaire et libre pour le ciel. La mission de ces derniers, c'est de veiller et de prêcher sur les toits, de veiller à leurs propres dangers et aux dangers de ceux qui les entourent, en même temps que de les édifier et par leurs paroles et leurs exemples. (Bellarmin)

         Le passereau veillant et solitaire sur le sommet des toits, est l'image de l'âme qui s'éloigne en fuyant, pour s'établir dans la solitude. Elle a fixé sa demeure sur le toit, " au-dessus de l'habitation " des hommes: c'est-à-dire au-dessus de leurs passions et de leurs criminelles convoitises, et s'étant choisi ce refuge, elle ne le quitte plus, fidèle à l'avis du Seigneur :" Que celui qui est sur le toit n'en descende pas pour prendre ce qui est dans la maison. " 

  Là, élevée et solitaire, elle aspire vers vous, ô mon Dieu! La nuit, elle vous désire, et dès le matin elle veille encore, attendant l'heure dont il est écrit :" Heureux le vigilant serviteur prêt à recevoir son maître au moment de sa venue." (Matth. XXIV,17)

   

   

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

 

 

tous mes voeux et bonne et sainte année à toute sa famille !

le bon temps,  j'espère vous revoir !

merci pour tous ces bonheurs partagés. 

ph. 

y a des gens bien, des gens sains et  équilibrés en dehors du panier de crabes! .. faut pas croire quand on sort de c' te patelin , ça se trouve. 

Double lauréat du Grand prix d’Amérique en 2011 et 2012, Ready cash vit aujourd’hui loin des champs de course au haras de Bouttemont, dans le Calvados. Le terrain a changé mais le cheval reste un grand champion : il est l’un des étalons les plus prolifiques de l’histoire du trot

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0