Publié le 30 Août 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 28 Août 2021

 

 

 

" Respicite volatilia caeli .." 

 

 

Une paix et une sérénité profondes imprègnent tous les chants de la messe d'aujourd'hui. L'introït chante notre ferme assurance que le Très-Haut est notre protecteur et notre bouclier, qu'en nous regardant, il voit en nous le visage bien-aimé de son Christ, son Fils, notre Seigneur, en qui le Père trouve toujours son plaisir.

L'offertoire proclamera notre foi en présence des anges de Dieu qui nous entourent, nous protégeant du mal et nous faisant goûter la douceur de la bonté du Seigneur. Le graduel et l'alléluia parlaient tous deux du délicieux privilège de chanter les louanges du Dieu Très-Haut. La pièce centrale de la messe est cependant l'Évangile tiré du Sermon sur la montagne.

Qui ne sera pas ému par l'invitation que nous y lisons à faire confiance à la providence du Père, comme les oiseaux du ciel et les lis des champs ?

Dans l'épître, saint Paul enseigne que si nous vivons dans l'Esprit, nous récolterons les fruits de l'Esprit : charité, joie, paix, patience, bienveillance, bonté, longanimité, douceur, foi, modestie, continence, chasteté (Ga 5 :22-23).

On pourrait dire qu'on nous donne ici un beau portrait de la société idéale où Dieu règne dans tous les cœurs et où la paix fraternelle et la charité en font un lieu vraiment agréable.

Parmi tous ces textes consolants, il y a cependant une note aigre, un avertissement. C'est plutôt l'explication de la raison pour laquelle cette paix et cette tranquillité promises sont rarement réalisées dans cette vie. La réponse est simple, et l'Apôtre la précise lorsqu'il écrit : La chair a des désirs contre l'Esprit, et l'Esprit contre la chair ; ceux-ci s'opposent les uns aux autres, … Or les œuvres de la chair sont évidentes : immoralité, impureté, libertinage, idolâtrie, sorcellerie, haines, rivalité, jalousie, accès de fureur, actes d'égoïsme, dissensions, factions, occasions d'envie, ivresse combats, orgies, etc. Je vous préviens, comme je vous ai prévenu auparavant, que ceux qui font de telles choses n'hériteront pas du royaume de Dieu (Ga 5:17-21).

L'essentiel de l'enseignement apostolique est que si nous vivons dans l'Esprit, la charité et la paix régneront. Mais si nous cédons aux désirs de la chair, alors nous récolterons ce que nous semons, et le mauvais fruit produit provoquera trois naufrages distincts.

La première est que cela brisera notre relation avec Dieu ; du doux service que nous sommes censés rendre à notre Créateur, nous tomberons dans la laideur sombre de l'idolâtrie, substituant une créature morte au Dieu vivant.

La seconde est qu'elle détruira notre relation avec les autres ; au lieu de la paix et du soutien mutuel, nous nous battrons, nous blesserons et nous nous tuerons de nombreuses manières, créant une société qui est un cauchemar vivant.

La troisième est l'harmonie brisée en nous-mêmes, notre corps étant livré à des convoitises qui le souillent et détruisant par le fait même la paix de l'âme qui ne peut régner que lorsque la chair est tenue en échec par la ferveur de l'esprit. Une seule personne qui mène une vie désordonnée dans la chair suffit à causer des ennuis.

Alors que dire d'une société dans laquelle la majorité des membres tourne le dos à Dieu ? Ou que dire d'une société qui érige en principe son autonomie vis-à-vis du Créateur ? C'est alors que nous avons l'anarchie, car Dieu seul peut être le principe unificateur de la société humaine. Il n'y en a pas d'autre. Dans les temps modernes, au moins depuis la Renaissance, il y a eu une vaine tentative de trouver un terrain d'entente sur les valeurs naturelles, de vivre comme s'il n'y avait pas de Dieu et d'imposer un nouveau code moral dont le premier commandement est de s'en tirer autant que vous peut tant que vous ne faites de mal à personne d'autre, et dont le deuxième commandement est que si vous blessez quelqu'un, assurez-vous que personne ne le découvre. Une telle approche de la vie en commun conduit inévitablement à l'anarchie sociale, car ces biens convoités ne sont pas disponibles en quantités illimitées.

Dans un tel monde, il est facile pour tout le monde d'être envoyé dans un tourbillon de consternation dès qu'une catastrophe survient. Depuis 18 mois, le monde entier tente désespérément de se libérer d'un véritable mal, à savoir le virus Covid-19, mais puisqu'il vit, non pas dans l'Esprit mais dans la chair, les méthodes qui ont été adoptées sont celles de la chair, et comme tels ils sont voués à l'échec.

Cherchez d'abord le royaume de Dieu, dit Notre Sauveur bien-aimé, et tout le reste s'ajoutera.

Notre monde ne cherche pas le royaume de Dieu, il ne veut que le royaume de l'homme. Mais le royaume de l'homme, par sa nature même, produit ces fruits amers dont parle saint Paul aujourd'hui.

Faut-il s'étonner qu'ayant légitimé les crimes que chaque nation civilisée de l'histoire a tenus en abomination, nous nous retrouvions sous la contrainte de ce procès ?

Mais ce qui est plus alarmant, c'est qu'on ne voit toujours pas. Les paroles du Seigneur sont claires : si nous voulons jouir de la paix et de tous les bienfaits du royaume de Dieu, nous devons commencer par lui faire confiance, en cessant d'être soucieux des choses de ce monde : que mangerons-nous, de quoi nous vêtirons-nous ? , comment serons-nous sans covid, quel nouveau médicament miracle pouvons-nous trouver pour remplacer Dieu ? C'est ce que pensent les païens, car ils n'ont rien d'autre pour quoi vivre.

Dans une civilisation vraiment chrétienne, la préservation de la vie physique n'a jamais été la norme absolue ; c'est plutôt le salut de l'âme qui commande chaque décision.

Si nous souhaitons remettre notre pays et notre monde sur les rails, réduire les maladies et éviter le désastre économique, la solution nous est énoncée ici même dans l'Évangile. Il y est écrit depuis deux mille ans.

Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice et tout le reste viendra. Le message que le Fils de Dieu envoie alors – et que nous envoyons en Son Nom – à tous ceux qui, de nos jours, détiennent le pouvoir, est le suivant : le choix est devant vous.

Soit vous cherchez d'abord le royaume de Dieu, et ouvrez, aujourd'hui, les portes de toutes les églises, vous y allez vous-mêmes, vous vous mettez à genoux, vous vous repentez de vos méfaits, vous pleurez des larmes amères sur la vie de la chair que vous avez vécu et encouragé les autres à vivre, vous arrêtez le massacre des enfants à naître et la solution finale pour les personnes âgées, vous faites l'expiation pour les péchés de votre nation, et renoncez à votre orgueil obstiné qui est la cause de la catastrophe en premier lieu, vous vous souvenez que vous n'êtes pas des dieux mais des hommes mortels qui mourront bientôt, très bientôt, et au trône de jugement du Christ, un « j'ai fait de mon mieux » ne suffira pas.

Ne soyez pas comme ces hommes que nous lisons dans le livre de l'Apocalypse qui, sous le châtiment de Dieu, ont blasphémé le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs blessures, et n'ont pas fait pénitence pour leurs œuvres (Ap 16 :11)

Mais, si vous continuez à vivre dans la chair comme s'il n'y avait pas de Dieu, si vous persistez à essayer de trouver une solution sans Dieu, vous aurez la mort, beaucoup de morts, pas seulement la mort de ces bébés sans nom qui ont été assassinés et continuent d'être assassinés, pas seulement la mort de tous ces jeunes qui se suicident par désespoir face à un monde devenu fou, pas seulement la mort lente de ceux que vous aurez contraints à la faillite par votre folle obstination à penser que vous pouvez traverser cela sans Dieu, mais aussi vos morts. Car l'histoire se répète toujours, et les peuples finissent toujours par se révolter contre les dirigeants qui les oppriment pour quelque raison que ce soit. Peut-être, juste peut-être, n'est-il pas trop tard. Tout est vraiment très simple.

Le fruit de l'Esprit pousse inévitablement sur l'arbre de vie, cet arbre qui est planté dans la bonne terre d'une vie de prière et de pénitence. Tout est aussi simple que l'acte de la présence de Dieu, dont saint Benoît dit être le premier degré d'humilité « Le premier degré d'humilité est qu'un homme garde la crainte de Dieu devant ses yeux, évitant totalement l'oubli. Qu'il se souvienne toujours de tous les commandements de Dieu et comment l'enfer brûlera pour leurs péchés ceux qui le méprisent ; et qu'il retourne constamment dans son cœur la vie éternelle qui est préparée pour ceux qui le craignent. Et se préservant toujours des péchés et des vices, qu'ils soient de pensée, de parole, de main, de pied ou de volonté, et contrôlant aussi les désirs de la chair, qu'il considère que Dieu le regarde toujours du ciel, que ses actions sont partout visibles aux yeux de la Divinité, et sont constamment rapportés à Dieu par les anges » (Saint Benoît, Règle, ch. 7).

Cette pensée impressionnante de la présence continuelle de Dieu est celle qui provoque l'angoisse dans les cœurs de ceux qui vivent dans la chair, mais pour ceux qui cherchent Dieu, c'est la plus douce de toutes les pensées. Exerçons-nous dans cette pratique. Plongeons-y fréquemment. Persévérons dans le silence et le recueillement en sa présence. Revenons fréquemment à cette demeure divine dans nos cœurs où Dieu lui-même nous regarde et cherche à converser avec nous. Pour cela, il faut éviter le bruit et la précipitation. Ne crains pas, ne sois pas troublé. Cherchez le fruit de l'Esprit.

Sainte Elisabeth de la Trinité, peu de temps avant sa mort, écrivait à une amie : « Je vous laisse ma foi en la présence de Dieu, le Dieu d'amour qui habite nos âmes. Je vous confie, c'est cette intimité avec Lui à l'intérieur qui a été le beau soleil radieux de ma vie, en faisant déjà comme un Ciel anticipé. C'est ce qui me retient aujourd'hui dans ma souffrance ».

Et dans sa prière à la Trinité, elle proclame : « O Verbe éternel, Parole de mon Dieu ! J'aspire à passer ma vie à t'écouter, à devenir tout à fait docile, pour tout apprendre de toi. Alors, à travers toutes les nuits, tout le vide, toute l'impuissance, j'aspire toujours à te regarder et à demeurer sous tes rayons brillants. O mon étoile bien-aimée ! Fascinez-moi tellement que je ne me retirerai peut-être plus jamais de votre rayonnement ! »

Si nous sommes capables de faire cela, mes chers amis, alors nous sommes certains de produire le doux fruit de l'Esprit. Alors, le Protecteur céleste dont nous avons chanté dans l'introït, baissera les yeux et verra en nous le Visage de son Fils bien-aimé, dont nous nous efforçons de reproduire dans nos âmes. Alors nous dirons en vérité : ce jour, un seul jour dans ta maison, vaut plus que mille ailleurs.

amen . 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 28 Août 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 28 Août 2021

 

 

 

+
Fête de SAINT AUGUSTIN

PROFESSION SOLENNELLE

Homélie prononcée
par le Très Révérend Père Dom Jean Pateau Abbé de Notre-Dame de Fontgombault

(Fontgombault, le 28 août 2021)

 

 

Tu vois la Trinité, si tu vois la charité.

( De Trinitate VIII, 7, 12)

Chers Frères et Sœurs,
Mes très chers Fils, et vous particulièrement qui allez émettre vos vœux solennels de religion,

Cette formule tirée de l’œuvre de saint Augustin répond au drame de toute vie humaine inquiète de savoir d’où elle vient et où elle va, inquiète au fond de trouver Dieu, et pour cela d’en connaître le chemin. Augustin pose un jalon : il ne peut espérer voir Dieu, celui qui ne voit pas la charité.

Depuis que vous êtes entré au monastère, saint Benoît ne vous a pas conduit par un autre chemin, lui qui invite ses fils à « Chercher Dieu » en déployant les trésors Du bon zèle que doivent posséder les moines :

[Les moines], écrit-il, s’honoreront mutuellement... ; ils supporteront entre eux avec la plus grande patience les infirmités physiques et morales; ils s’obéiront à l’envi... ; nul ne recherchera ce qu’il juge utile à soi-même mais ce qui l’est à autrui ; ils se prodigueront en toute pureté une charité de frères. (Règle de saint Benoît, c.72)

A cette école, le monastère devient vite un atelier où tous s’empressent à la pratique de la charité, un atelier qui est le lieu favorable où le miracle de la transformation des cœurs s’accomplira :

Si la charité vous plaît quand on la loue, écrivait saint Augustin, qu'elle vous plaise tellement que vous la gardiez dans votre cœur.

Si l'on vous montrait un vase ciselé, doré, artistement travaillé, et si ce vase séduisait vos yeux, attirait sur lui l'attention de votre cœur, si la main de l'artiste vous plaisait, et le poids de l'argent et la splendeur du métal, est-ce que chacun de vous ne dirait pas : « Oh ! si je pouvais avoir ce vase » ?...

Or, on fait devant vous l'éloge de la charité. Si elle vous  plaît, ayez-la, possédez-la : il n'est besoin de voler personne,  ni de penser à l'acheter ; elle se donne pour rien. Prenez-la donc et attachez-vous étroitement à elle. (Commentaire sur l'Épître de saint Jean, VII, 9).

Le moine est par nature un conspirateur pour la cause de la charité. Tantôt il puise dans la respiration d’amour de sa communauté ; tantôt il l’alimente de sa propre respiration.

Dès les premiers jours de votre vie monastique, en vous confiant non en vos propres forces, mais dans la grâce que Dieu a promise à tous ceux qui espèrent en lui, vous avez reconnu que c’est Dieu seul qui était au principe de la vie de la communauté, comme au principe de la vôtre. Vous n’exprimerez pas autre chose aujourd’hui en frappant encore à la porte du cœur de Dieu : Recevez-moi, Seigneur, et je vivrai.

Saint Augustin, comme nous tous, a mis du temps à comprendre ce mystère de la présence de Dieu tout à la fois si actif et ignoré au cœur de nos vies. Voici comment il l’exprimait en d’inoubliables et admirables paroles :

Tard je t'ai aimée, Beauté si ancienne et si nouvelle, tard je t'ai aimée ! Mais quoi ! Tu étais au-dedans de moi et j'étais, moi, en dehors! Et c'est au-dehors que je te cherchais ; je me ruais dans ma laideur sur la grâce de tes créatures. Tu étais avec moi et je n'étais pas avec toi, retenu loin de toi par ces choses qui ne seraient point, si elles n'étaient en toi.

Tu m'as appelé et ton cri a forcé ma surdité ; tu as brillé et ton éclat a chassé ma cécité ; tu as exhalé ton parfum, je l'ai respiré et voici que pour toi je soupire ; je t'ai goûtée et j'ai faim de toi, soif de toi ; tu m'as touché et j'ai brûlé d'ardeur pour la paix que tu donnes. (Conf. X, 27, 38)

Avec Dieu nous sommes et nous serons toujours en retard, lui nous devance, frappe sans relâche à la porte de notre cœur, rappelant qu’il est là.

Et que faire lorsque l’appel a été entendu ? Quelle mission nous attend ?

L’évangile de ce matin y répond : Vos estis sal terræ... Vos estis lux mundi. Vous êtes le sel de la terre... Vous êtes la lumière du monde. Cet appel, qui vaut pour tout homme, s’adresse en particulier aux religieux, et en tout premier lieu aux moines. Être sel, être lumière, cela semble si simple ! Le sel sale parce qu’il est sel, et la lumière rayonne parce qu’elle est lumière. Le convive se réjouit de la saveur d’un plat convenablement salé, et l’homme rend grâce pour les beautés de la création qu’il voit à la lumière du soleil.

Mais comment un moine, reclus derrière sa clôture, pourra-t-il rayonner? Comment pourra-t-il susciter dans le cœur des hommes une louange de gloire à Dieu ?

Comme le sel, comme la lumière, le moine rayonnera tout simplement par la fidélité à ce qu’il est, à sa vocation : qu’il cherche Dieu, qu’il soit l’homme du désir de Dieu. Déjà par ce qu’il est, la vie du moine est prière.

Écoutons encore saint Augustin :

Le désir est une prière continuelle, alors même que la langue garde le silence. Si tu ne cesses de désirer, tu ne cesses de prier. Quand la prière sommeille-t-elle ? Lorsque le désir s'est refroidi. (Serm. 80,7)

A la part de prière qui occupe le moine, s’ajoute celle du travail. Augustin, écrivait le Cardinal Ratzinger, « est devenu un homme de plus en plus ordinaire parmi les hommes, il est devenu le serviteur de tous, et ainsi il est vraiment devenu un saint. En effet, la sainteté chrétienne ne consiste pas en quelque chose de surhumain, en un talent ou une grandeur formidable que quelqu’un d’autre n’aurait pas. La sainteté chrétienne, c’est tout simplement l’obéissance, se mettre à disposition là où Dieu nous appelle, cette obéissance qui ne fait pas confiance à sa propre grandeur, mais qui accepte tout de la grandeur de notre Dieu. » (Dogme et Annonce, Paris, Parole et Silence, 2012, p.384)

Qui mieux que Marie a vécu ces lignes ?

Ce que vous admirez extérieurement en Marie, disait saint Augustin reproduisez-le dans l'intérieur de votre âme.

Croire de cœur pour être justifié, c’est concevoir le Christ ; confesser de bouche pour être sauvé, c’est l'enfanter. (Serm. 191,4)

Telle est aussi la vocation du moine : contempler et louer. Écoutons encore l’évêque d’Hippone chanter la beauté de celui qui a conquis, fasciné son cœur, votre cœur, nos cœurs :

Pour nous qui croyons, que l'Époux apparaisse toujours dans sa beauté. Il est beau comme Dieu, puisque le Verbe est Dieu ; il est beau dans le sein de la Vierge, où il se revêt de la nature humaine sans se dépouiller de la nature divine ; il est beau dans sa naissance, ce Verbe enfant. Il est donc beau dans le ciel et beau sur la terre, beau dans les entrailles virginales, beau dans les bras maternels, beau dans ses miracles et beau dans la flagellation, beau quand il nous invite à sa vie, beau quand il méprise la mort, beau quand il donne son âme et beau quand il la reprend, beau sur la croix, beau dans le sépulcre, beau dans le Ciel. (Tr. Psaumes 44,3)

Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #homélies

Repost0

Publié le 27 Août 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 27 Août 2021

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 25 Août 2021

 

 

 

La tradition nous dit que c'est la même coupe que le Seigneur a utilisée lors de la Dernière Cène pour l'institution de l'Eucharistie, qui a ensuite été apportée à Rome par saint Pierre et que les papes successeurs lui ont conservée jusqu'à saint Sixte II, dans laquelle par médiation de son diacre San Lorenzo, originaire d'Espagne, a été envoyé dans sa terre natale de Huesca au troisième siècle pour le libérer de la persécution de l'empereur Valeriano. Cette permanence du Saint Calice à Rome est recommandée par la phrase du Canon romain mentionnée précédemment : « Je prends ce glorieux Calice », hoc praeclarum calicem ; Une expression admirative que nous ne trouvons pas dans d'autres anaphores anciennes, et nous ne pouvons oublier que la prière eucharistique romaine est la version latine d'une autre dans la langue grecque, puisque c'était celle typique de l'Église de Rome jusqu'à ce que le pape saint Damase dans le 5ème siècle. La première impression Le Saint Calice de Valence suscite à la fois admiration et scepticisme.

Le visiteur est d'abord captivé par la beauté du Graal, sa forme parfaite et étrange, les détails en or et les perles et pierres précieuses ; L'observateur vient aussi avec un esprit plein de légendes, de films et même prévenu par des romans et de la littérature pseudo-scientifique sur des thèmes « grailiques ». Mais aussi avec scepticisme Comment ce calice aux allures médiévales peut-il être la coupe de la Dernière Cène ? Pourquoi à Valence ? Serait-ce l'un des nombreux prétendus Graals ? Pourquoi n'est-il pas aussi célèbre que le Suaire de Turin ou la Tunique de Trévise ? Et tant de questions que l'on entend chaque jour dans la Cathédrale L'apparence ne doit pas nous tromper. En fait, la relique est le sommet, qui est une coupe en agate finement polie, montrant des stries de couleurs chaudes lors de la réfraction de la lumière ; C'est une belle "coupe alexandrine" que les archéologues considèrent comme d'origine orientale et des années 100 à 50 avant JC. C'est la conclusion de l'étude menée par le professeur D. Antonio Beltrán et publiée en 1960 ("Le Saint Calice de la Cathédrale de Valence"), jamais réfutée, et qui est à la base de la croissance croissante. les anses et le pied en or finement gravé, qui enserre une coupe en albâtre ou « naveta », d'art islamique, différente de la coupe ; tout cela, ainsi que les bijoux qui ornent le socle sont de l'époque médiévale. Les dimensions sont modestes : 17 cm. haut, 9 cm. largeur du bonnet et 14,5 x 9,7 cm. ayant une base elliptique, le respect et la connaissance du Saint Calice. Venise et d'autres lieux conservent des calices de pierres semi-précieuses d'origine byzantine et en Espagne, il existe des spécimens similaires des XIe et XIIe siècles, mais ce sont des vases liturgiques, sertis d'or et d'argent et recouverts de métal à l'intérieur. Cependant, lors de la composition du calice de Valence, les orfèvres ont mis en valeur le verre, dépourvu d'ornements, avec de larges anses pour le porter sans toucher le verre précieux et délicat de la pierre translucide. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Août 2021

 

 

 

 

happy to see you again! what a pleasure...my prayers for you ! good lück ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 23 Août 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 23 Août 2021

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0