divers

Publié le 11 Mai 2009
















 
Ave Maria in Syriac - Aramaic. Schlom Lecht Maryam
merci Blandine, quelle coïncidence !

pax

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 8 Mai 2009



I believe ! libera - Aled Jones



moi aussi je crois, enfin je crois..










en attendant on fait des trous, les veinards, mais non ce n'est pas à Bara
ni à Nice, je le saurais sinon. il n'y a pas la mer à Chavagnes, pfft y a rien; non
ils cherchent David.


On peut être une star, rester un enfant... ! la force de libera.



Dysneyland.
de notre envoyé spécial ..






Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Mai 2009




23 décembre 1888. Au cours d'une dispute, Gauguin aurait coupé l'oreille de Van Gogh après l'avoir menacé de son sabre, avant de prendre la fuite et quitter Arles. Les deux hommes auraient scellé un "pacte du silence". C'est la thèse soutenue par deux universitaires, Rita Wildegans et Hans Kaufmann, dans un livre sorti en Allemagne et intitulé L'Oreille de Van Gogh, Paul Gauguin et le pacte du silence, qui reconsidère les rapports de police et les témoignages tardifs. Une théorie qui s'oppose à la thèse classique qui voit Vincent Van Gogh se couper lui-même un bout d'oreille dans une crise de folie après une violente altercation avec Gauguin, où il aurait menacé ce dernier d'un rasoir. Van Gogh aurait ensuite emballé le bout d'oreille dans du papier-journal et l'aurait emporté à une prostituée de sa connaissance, Rachel. Pour les auteurs, c'est Gauguin qui aurait inventé la théorie de l'automutilation.

 

 

link

 

drôle de monde !!!


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 1 Mai 2009



Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance et réclamé votre, secours, ait été abandonné de vous.
Animé d'une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je cours, je viens à vous et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds. O mère du Verbe Incarné, ne méprisez pas mes prières, mais écoutez-les favorablement et daignez les exaucer.


Ainsi-soit-il.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 1 Mai 2009




un copain de route, bienvenu.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 1 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 30 Avril 2009









en souvenir du Capitaine Bouiron de la légion étrangère.






link



30 Avril 1863
fête de la légion étrangère.





Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Avril 2009

Tribune - la loi "HADOPI" : un texte obsolète et injuste

Le projet de loi "HADOPI" revient sur la sellette ce mercredi, et M. Copé a fait savoir à ses adversaires qu'il entendait le faire passer en force. Ce texte fait partie, en effet, des obsessions du Président, comme l'instauration du travail le dimanche, et lors même que la majorité parlementaire s'est déjà prononcée contre le projet, il s'agit d'en forcer l'adoption.


On lira ici avec intérêt l'analyse qui en a été faite dans une "Tribune" signée conjointement par M. Alain SUGUENOT, Lionel TARDY et Christian VANNESTE, tous trois députés UMP, opposés à l'adoption de ce texte. cf: ICI


Le 9 avril, l'Assemblée Nationale a repoussé le projet de loi Création et internet, dit Hadopi. Ce rejet ne se résume pas à une manœuvre de l'opposition, ni à un défaut de vigilance des responsables de la majorité. Il fait suite à un débat au cours duquel trop d'arguments solides opposés au texte sont restés sans réponse. Des amendements votés par une majorité de députés notamment issus de la droite, et instaurant l'amnistie des téléchargeurs poursuivis au nom de la loi Dadvsi, ou s'opposant à la double peine de la suspension avec paiement de l'abonnement, ont été annulés par la Commission mixte paritaire (et supprimés également lors de l'examen en Commission des Lois hier après-midi). L'échec a donc résulté d'une absence de motivation de la majorité et d'une mobilisation de l'opposition lors d'un vote que l'on souhaitait transformer en passage en force dans la discrétion d'un jeudi midi. Cette mésaventure ne devrait pas conduire le Gouvernement à vouloir refaire voter la loi dans la précipitation. Selon l'adage « à quelque chose, malheur est bon », ce devrait être l'occasion de reposer le problème sérieusement et de lui trouver des solutions réalistes.


Les raisons de refuser ce texte sont nombreuses et peuvent se regrouper en quatre rubriques.


- En premier lieu, figure l'incapacité pour une loi coulée dans le marbre de bloquer l'évolution des technologies de l'immatériel et des pratiques qu'elles engendrent. Le streaming ou le podcast contournent le téléchargement. Le peer-to-peer par BitTorrent disperse les sources et les coupables éventuels. Le piratage d'un wifi ou le masque d'une VPN (réseau privé virtuel) posé sur une adresse IP risquent de les rendre insaisissables ou mieux d'en créer de fausses. Un site comme Deezer offre déjà une alternative intéressante au téléchargement.


Inutile et injuste, cette loi reposera sur une inquisition coûteuse. Elle privilégie une action administrative au détriment de la justice des juges, celle de l'équité. Alors que le projet Dadvsi transcrivait une directive européenne, Hadopi va à l'encontre du vote des députés européens. Ceux-ci estiment que le fait de suspendre l'accès à internet d'un internaute est une violation d'un droit fondamental. Avec les 6,5 millions d'euros et les 7 salariés prévus, elle n'aura pas les moyens de fonctionner de manière efficace (10 000 courriels, 3000 lettres recommandées et 1000 suspensions d'abonnement par jour !) tandis qu'elle entraînera 70 millions d'euros de dépenses improductives chez les fournisseurs d'accès.


En troisième lieu, HADOPI porte atteinte à l'évidence à la liberté dans la sphère privée, celle de la famille notamment. Les réticences de l'ARCEP et de la CNIL, le recul de plusieurs pays comme le Royaume Uni ou les États-Unis, l'avis du Ministre allemand de la Justice sur le caractère inacceptable de la coupure de l'accès à internet, soulignent à quel point il paraît contraire au droit de priver toute une famille de l'usage d'internet, et de celui du Triple play dans une zone non dégroupée, parce qu'un de ses membre sera supposé avoir téléchargé.


Enfin, le changement des supports de communication a toujours entraîné des bouleversements profonds sur les contenus et leurs auteurs. La conception de l'œuvre et de son auteur, si justement chère à la tradition française depuis Beaumarchais pouvait être conservée à condition de faire des DRM la clef de voûte du système. Cette option est aujourd'hui dépassée de l'aveu même des auteurs de la loi. De même que l'invention scientifique est de plus en plus collective, la création artistique et littéraire le sera sans cesse davantage. N'est ce pas déjà le cas des œuvres cinématographiques ? Wikipedia l'a emporté sur ses concurrents parce que c'est une création collective et continue. La musique revient au live, et les salles de cinéma sont toujours remplies tandis que les supports matériels sont condamnés à disparaître. Des groupes proposent déjà leur création sous une licence alternative au traditionnel Copyright qui autorise le partage de la musique, la Licence creative commons.


Il est urgent d'en tirer les conséquences, urgent d'ajourner une loi déjà obsolète avant d'être votée, et de réfléchir collectivement aux moyens qu'offre le marché afin de mieux rémunérer la création et de ne plus opposer créateurs et internautes.

 

la pauvre, elle y retrouve pas ses petits  !!!!!

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Avril 2009

touche pas à mes petits chanteurs. !
Menace sur Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois

 Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois, institution centenaire, est vouée à la disparition car l'Etat veut désormais la soumettre à l'autorisation préfectorale pour ses activités. Depuis plusieurs mois, un bras de fer est engagé avec l'administration qui veut soumettre les Petits Chanteurs (des enfants des classes de CM1 jusqu'à la 3ème) à la législation sur le travail. Dernière exigeance en date : faire signer un contrat de travail entre la Manécanterie et chaque enfant ! Ce que les parents refusent.

En conséquence, comme l'indique le communiqué joint , le préfet de l'Oise n'a pas renouvelé l'autorisation aux Petits Chanteurs de se produire en concert. Celui d'aujourd'hui, prévu en l'église St Vincent de Paul (Paris 10e) est donc annulé ! L'association invite le public à venir quand même à 19h45 sur le parvis de l'église pour la soutenir.

 

source: le salon beige

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 28 Avril 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0