divers

Publié le 28 Octobre 2019

 

 

 

 

Gagné !
Énorme succès hier au Gala Tyrol - nous avons remporté la première place au prix publicitaire Tyrol dans la catégorie "Meilleure photo" !
Digne représenté par notre directeur de chorale Johannes Stecher et trois gars pointus, nous avons reçu le trophée avec notre photographe Gerhard Berger - et nous avons secoué la scène...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 28 Octobre 2019

 

Ceux qui y sont enterrés ne sont ni "rouges" ni "bleus", seulement ceux tombés pour l'Espagne , ce qui donne au monument un caractère réconciliateur qui lui est désormais refusé. Les mensonges sur la Vallée de los Caïdos : ni les Maures franquistes ni les Allemands de la Légion Condor ne furent enterrés à Cuelgamuros : seulement des Espagnols.

 

Un des buts principaux qui ont déterminé la construction de la Vallée de los Caïdos, dans la Vallée de Cuelgamuros (Guadarrama) était de céder la sépulture à ceux qui se sont sacrifiés pour Dieu et pour l'Espagne et à ceux qui sont tombés dans cette croisade, sans distinction du camp dans lequel ils ont combattu....

Dans la basilique pontificale de la Sainte-Croix de la valle de los Caïdos sont enterrés environ 40.000 restes de combattants dans le conflit de 1936-1939, bien que nous ne puissions pas donner ce chiffre comme définitif parce que dans certains cas les restes ont été comptés d'une manière insuffisante.

Javier Paredes

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 26 Octobre 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

bravo, Axel. Invitation pour la Roche sur Yon, à bientôt j'espère.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 24 Octobre 2019

"le gouvernement, avec l'aval des autres pouvoirs de l'État et de la hiérarchie ecclésiastique, a consommé la profanation du sépulcre de notre grand-père Francisco Franco par une grave violation de nos droits fondamentaux".

J'ai ressenti hier une intense émotion en portant le cercueil de mon grand-père. L'acte est inqualifiable.

La Providence m’a placé à la convergence d’une double ascendance : ma lignée paternelle, qui me lie profondément à la France, le pays de mes ancêtres, où j’ai des devoirs dynastiques, celui de défendre l’héritage de la royauté légitime, et me tenir à la disposition de la France. Les devoirs de l’Aîné des Bourbons ne peuvent être abdiqués.

En même temps, je me dois d’assumer les devoirs de ma lignée maternelle. Ce devoir n’est pas de même nature que celui qui me lie à la France. Mais je me dois d’être fidèle à la mémoire si injustement attaquée de mon arrière-grand-père. Il fut un grand Soldat et un grand homme d’État, animé avant tout par sa Foi chrétienne profonde et son amour de l’Espagne. Il est à l’origine de l’Espagne pacifiée, prospère et reconnue parmi les grandes puissances mondiales. Défendre sa mémoire, c’est une part intégrante de l’idée que je me fais de l’Honneur et de la Fidélité.

Luis Alfonso de Borbón

 

 

 

pas de vidéo spéciale, nous restons proches de nos moines dans la prière en cette journée de deuil. nous y êtions dans les années 78 ! quelle misère.

"Tout est sale, ému et ça nous brise le cœur. C'est la profanation de la basilique,  pleine de poussière et de saleté",

En ce sens, ils soulignent que le prieur de l'Abbaye, Santiago Cantara, ressent "douleur et beaucoup de douleur" pour l'état dans lequel ils ont quitté l'église, ainsi que les événements qui se sont développés ces dernières semaines avec la Guardia Civil. De plus, ils réitèrent qu'ils sont blessés par la "profanation de la basilique" parce que c'est "la Maison de Dieu et tout est enlevé et désordonné.

Maintenant, ils soulignent que les moines bénédictins veulent "retrouver la sérénité et la paix" avec leur devise "ora et labora" (prier et travailler) et affirment qu'ils sont "sereins" puisque leur vie est consacrée à "prier et travailler sans fin politique". "Priez pour tous ceux qui sont tombés pour l'Espagne, concluent-ils.

 

 

l'après Valle de los Caïdos

 

Le gouvernement de Pedro Sánchez a quelques idées pour accrocher les murs : la première est de chasser les moines bénédictins de la vallée,  et  l'escolania ce qui implique une négociation avec l'Eglise.  Des pourparlers seraient en cours.

Il a également promis de déplacer le corps de José Antonio Primo de Rivera, dans une zone moins "prééminente" que l'actuelle, d'un côté de l'autel de la basilique .. Une fois ces deux questions au moins résolues, il reste à décider quoi faire de la Vallée de los caïdos. 

toutes nos prières évidement,  pour la communauté bénédictine et les enfants. des héros, nos moines...

 

squattée par les socialistes, la profanation continue .

Après la tempête dans la vallée de los Caïdos, il n'y a plus de calme. L'esplanade de la porte principale est encore un mur de soutènement pour tous ceux qui osent la franchir. Les portes sont ouvertes mais le gouvernement de Sanchez est toujours à l'intérieur. Jusqu'au mardi 29 octobre prochain, la basilique restera fermée sur ordre du parti socialiste. -

Des dizaines de véhicules dans l'esplanade de l'entrée du monument sont bondés. Ce sont les hôtes qui viennent passer le week-end  L'Hospedería de la Santa Cruz del Valle de los Caídos est déjà ouverte, mais passer  est une autre chanson. Le gouvernement a empêché l'entrée et les touristes commencent à s'impatienter. "Ils doivent être enregistrés, ont-ils l'autorisation ? demande un membre de la Guardia Civil d'un ton sérieux à un couple âgé. "Nous avons une réservation pour le week-end. S'il vous plaît.... Nous avons parcouru un long chemin ", répond la femme. "Nous ne savons rien de cette autorisation ou de cette carte et ils ne décrochent pas notre téléphone à l'hôtel. Il n'y a pas de couverture ici ", poursuit-elle avec une certaine nervosité. "Je suis désolé, mettez le véhicule sur le côté. Vous ne pouvez pas entrer, ce n'est pas notre problème. Nous avons des ordres. Continuez d'appeler l'hôtel ", répond l'argent de la sécurité. -

"C'est honteux. Cela ne nous était jamais arrivé auparavant. Nous sommes venus plusieurs fois pour passer le week-end parce que c'est un endroit très paisible et magnifique. Nous venons de Valence", ajoute-t-il avec inquiétude, "il n'y a pas de couverture ici, nous devrons aller dans un autre hôtel. Ce n'est pas possible, la vallée n'est pas la propriété de ce gouvernement ", se plaint l'homme à l'entrée. -

La situation se répète avec un autre couple venant avec un bébé. La fille dit qu'elle va annuler la chambre. Ils ont également été jetés hors de la ligne. "On dirait qu'on va dans un autre pays. C'est incroyable, mon mari a oublié la carte qu'ils demandaient et il va falloir y retourner. Nous venons de Madrid pour passer le week-end. Ce n'est pas un endroit pour vénérer le dictateur. C'est un endroit purement touristique et l'auberge est très agréable. Je ne comprends rien ", dit la jeune mère depuis son véhicule. -

Bien sûr qu'on a compris. Le téléphone sonne. "Je suis désolé, je suis vraiment désolé, nous avons essayé, nous avons beaucoup de problèmes, nous ne savons pas ce qui se passe en bas", s'excuse l'un des employés avec une voix d'être très accablé. Pendant ce temps, la file d'attente continue. De l'autre côté, nous pouvons voir l'agitation des troupes. Des dizaines de travailleurs vont et viennent, l'un d'entre eux qui vient de partir dit que tout est fatal. "C'est un désastre. C'est une honte", nous dit-il avant notre départ. Son collègue acquiesce d'un signe de tête complice, confirmant la description du travailleur. Ils partent tous les deux à vive allure et tournent la tête au cas où quelqu'un les aurait vus nous parler. La vigilance et la tension sont extrêmes. Beaucoup de choses. -

Il est clair que la dénonciation de la "prise de la Vallée" - violation du droit canon et de la propriété privée, -

faite par le prieur Santiago Cantera n'était pas exagérée. Le complexe historique monumental, la basilique, la maison des Bénédictins, bref, une partie de l'histoire de l'Espagne a été squattée par Pedro Sánchez. -

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

 

Le prieur de la Vallée de los Caïdos a alerté le Vatican, l'abbé de Solesmes, la Conférence épiscopale espagnole, dont le président est Ricardo Blázquez, et l'archevêque de Madrid, Carlos Osoro, que l'intégrité de l'abbaye de la Sainte Croix de la vallée de los Caïdos comme lieu saint ne peut être respecté. L'abbé, qui a récemment fait la une des journaux face à l'exhumation imminente de Franco, a informé les autorités ecclésiastiques que les équipes qui préparent l'exhumation ne respectent pas le caractère sacré de l'endroit. En outre, il a déposé une plainte devant le juge pour "l'accès non consenti" des membres de la Garde civile dans la basilique.

"Nous voulons qu'il soit consigné que les actions des forces de sécurité et des travailleurs ont été et sont totalement incompatibles avec le principe de l'inviolabilité des lieux de culte et les droits de cette communauté bénédictine, que nous avons également portés à la connaissance de la hiérarchie ecclésiale ", explique la communauté bénédictine dans un communiqué.

En outre, lundi 21 octobre, le prieur de la Vallée de los caïdos a porté plainte devant le Tribunal de San Lorenzo del Escorial pour "l'accès non autorisé de la Garde civile à la basilique" et pour "l'interdiction de l'accès des moines" à celle-ci.

Les Bénédictins ont dit dans le communiqué de ce mercredi que depuis le 11 octobre dernier, après l'accord du Conseil des ministres qui a décrété la fermeture de la Vallée des Tombés, " la Garde civile, sans autorisation judiciaire pour le permettre, est entrée et a erré dans les dépendances de l'Abbaye et, plus grave, est entrée et s'est égarée dans la Basilique.

Tout cela a été fait, dénonçaient-ils, "sans aucune autorisation ecclésiastique et en l'occupant 24 heures sur 24, violant ainsi à la fois le droit à l'inviolabilité du foyer et le droit à la liberté religieuse.

 

Les Bénédictins dénoncent aussi le fait que depuis dimanche 20 octobre, les moines se sont vu refuser l'accès à la basilique alors qu'ils sont, selon eux, "les seuls titres et gardiens du temple". De plus, ils disent que "des chaînes et des serrures ont été placées à la porte d'entrée entre l'abbaye et la basilique" pour bloquer le passage.

Cependant, ils soulignent que c'est un "paradoxe" pour des tiers d'y entrer. En ce sens, ils disent que "la moindre vigilance" n'a pas été permise de la part des bénédictins qui n'ont "aucune garantie" que la conduite de ces personnes "ne contreviendrait pas au caractère sacré du temple, ignorant s'il y a eu des actes incompatibles avec le culte, la piété ou la religion.

En outre, ils affirment que "les membres de l'Abbaye sont empêchés d'assister à la réponse religieuse dans l'acte d'exhumation" parce que le Gouvernement n'a autorisé que l'ancien Santiago Cantara à être présent.

Ainsi, ils résument que " les actions produites dans la Vallée de los Caïdos ,  depuis fin septembre, dirigées apparemment par la Délégation du Gouvernement, ont dépassé, et de beaucoup, les termes des accords du Conseil des Ministres du 15 février et du 15 mars 2019″.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

 

 iNNSBRUCK , Wiltener Sängerknaben

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 22 Octobre 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 21 Octobre 2019

 

 

¡Gracias por eso, muy amable! du jamais eu avec les miens.. Allez , on termine ce mois du Rosaire en action de grâces... bon le son n'est pas trop le top, mais quel plaisir! du direct on live ! j'étais nul , j'aurais dû répondre sur l'ordi au lieu du portable .. que de beaux  rêves !

allez Te doy un gran abrazo! mon  chapelet pour la famille ! yo Te quiero mucho!

Philippe .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 21 Octobre 2019

A la veille de la solennité de la Toussaint et dans le cadre de la célébration du Mois missionnaire extraordinaire, le diocèse d'Alcala de Henares vous invite à participer à Holywins le 31 octobre : "La Sainteté gagne".

"La solennité de la Toussaint est "notre" fête : non pas parce que nous sommes bons, mais parce que la sainteté de Dieu a touché notre vie", nous a rappelé le Pape François. Mais qu'est-ce que Holywins ? Cette initiative est née dans le diocèse de Paris en 2002 et dans notre diocèse d'Alcalá de Henares en 2009.

"Holywins" est un jeu de mots qui signifie "la sainteté gagne". La similitude phonétique avec le mot "Halloween" n'est pas fortuite, puisque Holywins a l'intention d'aider à renforcer la fête chrétienne de tous les saints, face à l'éclipse croissante qui souffre de l'implantation puissante de la fête païenne de l'Halloween.

Bien que "Halloween" signifie "la veille de la Toussaint", cette célébration n'a aucun rapport avec la foi chrétienne actuelle. Au contraire, sa façon d'aborder la vie et la mort, le bien et le mal, est complètement différente de celle de l'Evangile du Christ et de la Tradition de son Eglise. C'est pourquoi nous, catholiques, nous voulons redonner à ce jour sa véritable signification et célébrer tous ceux qui ont héroïquement suivi Jésus Christ, avec une fête lumineuse de la Toussaint qui déborde de joie et d'espérance.

Plusieurs diocèses espagnols invitent les croyants à célébrer la fête de la "Toussaint" sous des déguisements liés à la foi catholique.

Nous ne voulons pas partager le culte de la mort et l'exaltation du monstrueux ou du laid qui l'accompagne, car ce qui est propre aux chrétiens, c'est de célébrer le triomphe de la vie et de promouvoir beauté et bonté.

Ainsi, face aux déguisements des morts-vivants qui remplissent les rues des villes le 31 octobre, de plus en plus de diocèses se joignent à la célébration des saints pour transmettre le même message :

la vie est belle et son but est le Ciel, beaucoup sont déjà arrivés et nous sommes tous appelés à partager leur bonheur, car nous pouvons tous être saints.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 20 Octobre 2019

 

Samedi dernier, le Kenyan Eliud Kipchoge est entré dans l'histoire samedi dernier quand il a réussi à abaisser les 2 heures du marathon, qui prévoit une distance de 42,2 kilomètres. Cet athlète a arrêté le chronomètre en 1 heure, 59 minutes et 40 secondes dans ce qui est devenu un spectacle médiatique malgré le fait que ce record historique ne peut être officiel ou homologué.

Cependant, cet événement a fait le tour du monde et a ouvert les nouvelles. Kipchoge a remercié Dieu pour cette journée car cet athlète kenyan a une foi catholique profonde, transmise surtout par sa mère et le reste de sa famille, où  il y a plusieurs prêtres.

"Dieu tient sa promesse"

Le père Kennedy Kipchumba, cousin de l'athlète, a déclaré à l'ACI Afrique que l'exploit du coureur était "un moment de joie et d'allégresse, associé au fait que Dieu a tenu sa promesse.

Le prêtre explique qu'il faisait " partie des près de 3 000 personnes qui ont suivi la course depuis un écran géant et avec toutes, nous avons fini par nous prosterner devant Dieu pour Le remercier de tout ce qu'Il nous a offert ".

En fait, après cet événement sportif historique, la famille de Kipchoge, dont plusieurs prêtres, a célébré une messe d'action de grâce. "Tout le monde est venu à l'église pour remercier Dieu. Nous avons célébré en tant que communauté, il y avait la famille, le père Benjamin Oroiyo, qui est aussi un membre de la famille, le père Benedict Rono, et nous étions également accompagnés par le vice-gouverneur du comté de Nandi, un membre du parlement local, parmi d'autres dirigeants locaux," explique le prêtre cousin de l'athlète.

Kipchoge, 34 ans, a grandi dans le petit village de Kapsisiwa, où cette messe d'action de grâce a été célébrée. Lui et sa femme vivent maintenant dans un village voisin.

"Je prie le chapelet"

Le Père Kipchumba a souligné que "la personne importante dans la famille est la mère, que nous avons ramenée de la maison" pour la messe. Cette femme, Janeth, Rotich, est considérée comme le principal transmetteur de la foi à l'athlète. S'adressant aux journalistes, elle a dit : "Je me lève tous les jours à 3 heures du matin pour prier pour lui. Je prie le chapelet.

L'athlète a quitté le Kenya pour Vienne, où s'est déroulée la course, le 7 octobre dernier, fête de Notre-Dame du Rosaire. Mais avant son départ, la paroisse à laquelle Kipchoge participe à Nairobi lui a offert une messe.

Maintenant, ils attendent son retour pour célébrer avec lui une autre messe pour célébrer cette victoire  pour tout un pays.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0