divers

Publié le 5 Septembre 2019

 

Photos petit placide.

 

 it's the best !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 2 Septembre 2019

 

 

 

Muy sabio , ¡puede ir a Toledo !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Août 2019

 

 

me invita  Pedro con Alexandro!

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 24 Août 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 9 Août 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 9 Août 2019

 

 

 

 

 

 

La bière est la boisson alcoolisée la plus consommée dans le monde avec plus d'un milliard 800 millions d'hectolitres par an (contre 300 millions d'hectolitres de vin) ; sans doute aussi la plus ancienne. Signe de sa popularité, son nom dérive du latin bebere (boire, tout simplement).

Les premières traces d'une boisson issue de la fermentation de céréales ont été découvertes sur le site de Jéricho (Palestine) et remontent à 12000 ans av. J.-C.

Sa découverte est vraisemblablement due à un concours de circonstances.

Des hommes auraient retrouvé des céréales mouillées par la pluie, exposées au soleil et contaminées par des levures présentes dans l'air. Ils auraient bu cette bouillie fermentée et apprécié ses vertus euphorisantes. Ainsi serait née la bière ou plutôt son ancêtre.

Diverses sortes de céréales se prêtent à la fabrication de la bière (maïs, riz, sorgho, blés) mais l'orge est la plus utilisée.

Les appellations de la bière

Les Mésopotamiens  nous ont laissé les premières références écrites à la bière, qu'ils appelaient « sikaru ».

 

Les anciens Égyptiens la connaissaient quant à eux sous le nom de « zythum », repris plus tard par les Grecs. Ils attribuaient sa découverte au dieu Osiris lui-même.

En Grèce moderne, c'est toujours sous le nom de « zythos » qu'est désignée cette boisson. Les Chinois fabriquaient également différentes sortes de bières sous le nom de « tsiou ».

Les Romains et les Grecs, amateurs de vin, considéraient la bière comme la boisson des barbares (autrement dit des étrangers). Les Romains la désignaient comme la boisson de Cérès, déesse des moissons et des céréales, d'où le nom de « cervoise » attribué à la boisson favorite des Gaulois (de « ceresis vitis », la vigne de Cérès).

Ingénieux comme l'on sait, les Gaulois avaient inventé le tonneau en bois de chêne pour la fermentation et le transport de leur boisson favorite ainsi que pour le vin.

Le christianisme réinvente la bière

Aux alentours de l'An Mil, les monastères se multiplient dans la chrétienté occidentale, jusque dans les régions nordiques, impropres à la culture de la vigne.

En conformité avec la règle de leur ordre, les moines  accueillent volontiers les gens de passage et leur servent une bière épaisse.

Cette boisson, qui est bouillie lors de son élaboration, a l'avantage d'être plus saine que l'eau courante, et évidemment plus nourrissante.

Observateurs et méthodiques, les moines ne manquent pas d'améliorer les techniques de fabrication de la bière.

Et c'est à une sainte abbesse, Hildegarde de Bingen (1098-1179), fondatrice de l'abbaye de Rupertsberg, en Rhénanie, que l'on doit la découverte des vertus du houblon : « L'amertume du houblon combat certaines fermentations nuisibles dans les boissons et permet de les conserver plus longtemps », écrit-elle.

Dès lors, le houblon va supplanter les autres plantes amères utilisées pour aromatiser la bière (gentiane, coriandre, sauge, absinthe).

Les moines n'ont pas le monopole de la fabrication de la bière. Des maîtres-brasseurs laïcs, le plus souvent des femmes, apparaissent dès l'An Mil.

Le brassage contre le choléra

Saint Arnould, évêque de Soissons au XVe siècle, découvre à l'occasion d'une épidémie de choléra que les buveurs de bière sont moins fréquemment atteints que les buveaurs d'eau. Pour encourager ses ouailles à consommer la bière, il trempe sa crosse dans une cuve et brasse lui-même la bière. Cela lui vaut d'être devenu le saint patron des maîtres-brasseurs.

Le mot « brasseur », notons-le, vient du vieux français brace, qui désignait l'épeautre ou l'orge, et par extension la préparation de la bière (notamment le brassage de la cuve).

herodote

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 2 Août 2019

 

Ce sont les noms avec lesquels nous connaissons tous les notes de musique aujourd'hui, mais vous êtes-vous déjà demandé d'où viennent ces noms ?

Au XIe siècle, le moine bénédictin Guido de Arezzo, considéré comme le père de la musique, donna son nom aux notes musicales inspirées par les syllabes initiales de quelques versets dédiés à saint Jean-Baptiste appelés "Ut queant laxis".

On pense que le texte a été composé à l'origine par Paul le diacre, un autre moine médiéval, mais la mélodie est de Guido.

Ut queant laxis
Resonare fibris
Mira gestorum
Famuli tuorum
Solve polluti
Labii reatum
Sancte Ioannes.

Pour qu'ils puissent
redoubler d'efforts
les merveilles
vos serviteurs
Pardonnez le manque
de nos lèvres impures
San Juan.

Cette mélodie avait la particularité que chaque phrase musicale, sauf la dernière, commençait par une note plus aiguë que la précédente. Le moine bénédictin décida donc d'utiliser la première syllabe de chaque phrase pour identifier les notes avec lesquelles elles étaient entonnées. C'est ainsi qu'il a appelé cette méthode SOLMIZATION, et plus tard elle s'appellera SOLPHEO.

 Conclusion : si Etienne est organiste, c'est grâce aux moines bénédictins , avec ses 300 partages ! sont pas en vacances.. oups

non mais sans blagues !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 31 Juillet 2019

 

 

Des tireurs d’élite de la 13e demi-brigade de la Légion étrangère viennent de remporter la « European Best Sniper Team Competition » qui se tenait en Bavière et mettait en lice 30 équipes venant de 16 pays.

 

Encore une victoire de la Légion étrangère. L’édition 2019 du « European Best Sniper Team Competition » s’est terminée ce jeudi en Allemagne et la remise des prix a eu lieu au camp de la 7th Army Training Command à Grafenwoehr, en Bavière.

L’équipe de tireurs de la 13e DBLE termine première, devant une équipe tchèque et une équipe allemande.

30 équipes de tireurs ont participé à cette compétition qui a commencé le 20 juillet et qui englobait une trentaine d’épreuves.

ouest France

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Juillet 2019

 

 

Rarissime sur des avions de chasse entretenus et révisés à l'extrême, une panne de train d'atterrissage droit, donc de frein, serait à l'origine du crash survenu ce jeudi matin 25 juillet à Perpignan. 

Pilote chevronné de la Patrouille de France, victime de la sortie de piste de son Alphajet baptisé Athos 2, le capitaine Jean-Philippe en sera quitte pour une immense frayeur. En fin de matinée ce jeudi 25 juillet, il a frôlé le pire. Le militaire rentrait avec ses collègues, - dont le Catalan Mickaël Jost -, d'un exercice de repérage à Saint-Cyprien où la prestigieuse formation devait s'exhiber dans l'après-midi, lorsque les freins de son biréacteur auraient lâché.

Il est 11 heures passées. Alors que les deux premiers aviateurs se posent sans difficulté sur le tarmac de l'aéroport de Perpignan, le troisième voltigeur remonte subitement. Jean-Philippe, lui, est en quatrième position. Il sort son train d'atterrissage d'où des flammes s'échappent. La tour de contrôle confirme. Pour le pilote de chasse, qui atteste ne plus avoir eu de frein, le danger est imminent. Il tente une approche, enchaîne deux à trois autres essais. Puis, fatalement, Athos 2 pique du nez, avant de riper hors-piste, de traverser la route de Peyrestortes (D 614) face au restaurant Le Moulin à Soufre, et de finir sa course folle au bord de la départementale 117.

Le capitaine Jean-Phillipe s'assure de limiter au maximum les dégâts avant de s'éjecter à temps du cockpit. Les Alphajet étant équipés de sièges éjectables dits "zéro vitesse, zéro altitude", il actionne la procédure d'urgence à même le sol. 

Violemment propulsé dans les airs, il est projeté dans un champ au loin grâce à son parachute, tandis que son siège retombe à l'opposé. Dans sa chute, il est légèrement blessé à l'épaule et au dos et sera évacué sur le centre hospitalier de Perpignan pour des examens de contrôle. Les sapeurs-pompiers qui interviennent à son secours s'affairent conjointement à refroidir le moteur de l'avion, évitant que le feu du train d'atterrissage droit ne se propage à la carlingue tout entière.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 26 Juillet 2019

 

29 Juillet

Sainte Marthe

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0