divers

Publié le 1 Juillet 2018

 

Chers Amis,

En raison de dégâts causés par la foudre, les lignes téléphoniques de l'Abbaye sont hors service pour plusieurs jours.
En cas de nécessité, merci de recourir au courrier électronique.


En union de prières.

Le Père secrétaire

Abbaye Notre-Dame
36220 Fontgombault

Dear friends,

Due to lightning damage, the Abbey's telephone lines are out of service for several days.
If necessary, please use e-mail.

In union of prayers.

Father Secretary

Notre-Dame Abbey
36220 Fontgombault

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 30 Juin 2018

Une mère, lorsqu'il s'agit de son enfant, remercie Dieu pour les miracles qu'Il accomplit pour lui.

 

 

Coupe du Monde Russie : le joueur applaudit Dieu - 3 à 0

Jésus lui a dit :

"Ne vous ai-je pas dit que si vous y croyiez que vous verriez la grandeur de Dieu ?"

 

 

 

Keylor Navas, gardien du Real Madrid et du Costa Rica : "Je m'agenouille dans les matchs pour qu'ils voient que Dieu existe".

Parfois, derrière une star du sport, il n'y a rien. Ce n'est pas le cas de Keylor Navas, un homme engagé envers Dieu, en qui il place et remercie chaque pas qu'il fait dans sa carrière de footballeur.

Si vous vous mettez entre les mains du Père, tous vos rêves peuvent se réaliser. Aussi, je veux que tout le monde voit d'où je viens, dans quoi j'ai grandi, les choses que j'ai dû traverser et la façon dont Dieu a travaillé dans ma vie et s'est occupé de moi jusqu'à ce qu'Il m'amène à l'endroit où je suis maintenant. Pour moi, tout cela est un privilège, pas une coïncidence, mais quelque chose qu'Il m'avait préparé.

- Je fais ça depuis l'âge de cinq ans. Je m'agenouille pour mettre tout entre les mains de notre Seigneur. Je l'ai toujours supplié de me donner l'occasion de me mettre à genoux dans les grands stades pour que tout le monde puisse voir qu'il y avait un homme de foi dans ce domaine. Dieu m'a donné l'occasion de l'accomplir et de le vénérer toutes ces années. C'est pourquoi je ne vous demande pas de ne pas marquer de buts contre moi.... mais de vous offrir chaque match. Je fais aussi une courte prière pour faire un mariage digne et cohérent, comme tout ce que j'essaie de faire au quotidien.

- Quand il était jeune, il se réunissait avec sa famille pour prier le chapelet, un geste qui lui donnait de la force.....

- Je suis né dans une famille humble au Costa Rica et oui, chaque soir nous nous rencontrions pour prier le chapelet. Rien ne m'a donné plus d'énergie et de force que ce moment de prière. Ma grand-mère, qui est la personne avec qui j'ai vraiment grandi, nous a rappelé que la seule personne qui dirige nos destinées et en qui nous devons placer notre confiance est Dieu, il nous aime, il s'occupe de nous avec la tendresse d'un père. En fait, pour que je n'oublie jamais ses paroles, elle m'a donné une belle croix en bois.

 

- J'ai souvent ressenti sa présence et, par conséquent, son omniprésence dès le moment où j'ai accepté le Christ dans mon cœur. Voir comment ma vie a été transformée par mes propres dons et les gens autour de moi. Je peux le voir, le sentir et le sentir à chaque instant de ma vie. Chaque fois que Dieu le veut, un rêve devient réalité que même moi, je n'aurais pas pu souhaiter pour moi-même. Comme quand j'ai rencontré ma femme aujourd'hui. Elle a quitté sa profession de mannequin et nous avons construit une famille avec Jésus au centre.

- N'avez-vous jamais été captivé par les environnements à succès qui entourent le monde du football ?

- Parfois, on est tenté. Même pour la vanité : vouloir plus de proéminence dans les jeux, flirter avec des mauvaises habitudes, des compagnies indésirables.... Mais je n'ai jamais oublié le message de Dieu de ma grand-mère, et j'ai récupéré le groupe de prière. C'est à ce moment-là que j'ai décollé dans ma profession. Parce que la prière, la foi et la confiance dans le Seigneur ont tout fait, et maintenant c'est étrange pour vous que, dans chaque jeu, je me positionne sous le but,

- Enfin, comment faites-vous face à la Coupe du Monde ?

- Avec beaucoup d'excitation et le désir de profiter de cette expérience. Nous sommes privilégiés, et je crois que Dieu m'a aussi donné cette opportunité. Nous allons tout mettre entre les mains du Seigneur, prier pour que sa force donne le meilleur de nous et laisser le nom du Costa Rica aussi haut que possible.

- Bonne chance, Keylor.

- Que Dieu vous bénisse, !

 

 

Un fan argentin de la province de Tucumán a profité de son voyage à la Coupe du Monde 2018 en Russie pour manifester en faveur de la vie de la mère et de l'enfant à naître dans le contexte du débat sur l'avortement dans le pays sud-américain.

C'est lors du match Argentine - Nigeria du mardi 26 juin qu'Otto Gramajo a décidé de se faire photographier avec un drapeau argentin portant la mention "Sauvez les deux vies".

L'image de ce fan de 35 ans s'est rapidement répandue à travers les réseaux sociaux.

Dans une interview avec Radio Corazón, de Paraná, Gramajo a dit qu'il s'est rendu à la Coupe du Monde avec un groupe d'amis et qu'ensemble, ils ont profité pour défendre la cause de la vie de l'enfant à naître.

En arrivant au stade, il a dit : " Nous avons dû aller dans un endroit spécial pour être autorisés à entrer avec le drapeau, parce que les Russes sont très stricts. Nous leur avons expliqué que ce n'était pas un drapeau politique mais une cause de beaucoup d'Argentins.

Il a également souligné que de nombreuses personnes leur ont demandé ce qu'était la légende et plusieurs leur ont demandé de se faire photographier avec le drapeau.

Nous portons ce drapeau au nom de tout le monde. Nous sommes les représentants de la clameur des deux vies, qui est si forte pour tant d'Argentins en ce moment", a déclaré le fan.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Juin 2018

 

 

Un archer de l'équipe nationale a dit à propos de l'avortement : "Je suis très religieux, je suis très catholique et je suis contre".

Bien que la grande majorité de la conférence de presse donnée par les gardiens Wilfredo Caballero et Nahuel Guzmán se soit tournée vers le football et les débuts de l'équipe nationale argentine contre l'Islande lors de la Coupe du monde 2018 en Russie (samedi à Moscou), les deux joueurs ont été consultés au sujet de l'avortement.

Je suis très religieux, très catholique et je suis contre l'avortement. Mais je comprends qu'il y a des situations très graves inévitables", a déclaré le gardien de but, qui joue actuellement à Chelsea et qui est prêt à commencer le match de l'équipe première de l'Albiceleste.

Mais il ajouta : "Il se peut que ma réponse soit ambiguë. Croyant que je suis, je sais qu'il y a des situations où les femmes souffrent et que cela peut se faire. Je ne veux pas voter pour quoi que ce soit. Oui, je regarde les nouvelles, je vois tout, mais quoi qu'ils décident d'ici, nous ne pouvons pas faire grand-chose.

Je partage les exceptions où les femmes vivent des souffrances extrêmes et j'en parle beaucoup avec ma femme....

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Juin 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Juin 2018

 

 

 

 

 

O Santísima Virgen María, que, para inspirarnos una confianza sin límites, quisisteis tomar el dulcísimo nombre de Madre del Perpetuo Socorro, yo os suplico me socorráis en todo tiempo y en todo lugar: en mis tentaciones, después de mis caídas, en mis dificultades, en todas las miserias de la vida y sobre todo en el trance de la muerte. Concededme, o amorosa Madre, el pensamiento y la costumbre de recurrir siempre a Vos; porque estoy cierto de que si soy fiel en invocaros, Vos seréis fiel en socorrerme. Obtenedme pues esta gracia de las gracias, la de acudir a Vos sin cesar con la confianza de un hijo, a fin de que por la virtud de mi súplica constante obtenga  vuestro perpetuo socorro y la perseverancia final. Bendecidme, ¡o tierna y cuidadosa Madre! y rogad por mí ahora y en la hora de  mi muerte.

Así sea.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Juin 2018

Espérame, ya voy!!!.. quelle misère !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Juin 2018

 

L'évêque de Getafe baptise 19 enfants sauvés de l'avortement.


L'agence SIC nous offre la grande nouvelle de ce baptême massif d'enfants sauvés de l'avortement : quelle joie pour l'Eglise et pour eux et leurs familles !

L'évêque de Getafe, Monseigneur Ginés García Beltrán, a présidé le baptême de 19 enfants sauvés des portes des perles par l'association Más Futuro et les sauveteurs Jean Paul II le 23 juin à Alcorcón.

Ce baptême a été le plus nombreux de tous ceux organisés par Más Futuro. Pour la responsable de cette association, Marta Velarde, c'est "un jour très important, car ces bébés entrent dans la maison de Dieu".

Pour les mères de ces enfants, le baptême est un moment important de rencontre avec l'Église dans leur processus de connaissance de soi, de pardon et de redécouverte de leur relation avec Dieu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 26 Juin 2018

 

 

san Tarcisio, priez pour lui. 

 

saint Pierre, saint Paul, priez pour lui .

"Seigneur, envoie-nous la paix",

le dernier message de l'enfant de chœur tué par balle au Nicaragua.

"Il m'a fait pleurer sur ce message qui vient de m'arriver. Les prêtres de León m'informent de la nouvelle douloureuse et scandaleuse que les paramilitaires ont tué un enfant de chœur de la cathédrale de León qui se trouvait à Saragosse au moment de l'attaque de ce matin à León".

aleteia

 

 

Sandor Manuel Pineda Dolmus voulait devenir prêtre. Il avait 9 ans quand il a senti l'appel à servir dans l'Église comme enfant de chœur et il y a développé l'engagement social qui l'amènerait à se joindre au travail de défense de la population, contre les attaques des groupes d'autodéfense contre la population de León.

Sandor, 15 ans, travaillait dans une tranchée à quelques pieds de sa maison dans le quartier de San Juan quand il a reçu une balle dans la poitrine et que ses rêves ont pris fin.

 

T

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Juin 2018

 

pas de messe, le dimanche 15 Juillet 2018

 

Nous remercions par ailleurs mr. l'abbé Loïc Bellais curé de la cathédrale, et la fraternité saint Pierre,  pour les efforts apportés quant à la célébration de la messe forme extra et d'avance, nous souhaitons à mr . le curé , de bonnes et saintes vacances bien méritées.

 

première nomination pour mgr Jacolin.

Avec l’accord de Mgr François JACOLIN, évêque nommé de Luçon

Par décision de l’abbé Jean BONDU, administrateur diocésain

à partir du 1er septembre 2018,

Monsieur l’abbé Loïc BELLAIS (curé de la paroisse Notre-Dame de la Plaine et recteur de la cathédrale de Luçon) est mis à la disposition du diocèse aux armées, pour une durée de trois années, renouvelable.

La nomination du prochain curé de la paroisse se fera ultérieurement. Bravo Loïc ! très content pour vous. félicitations.

En union de prières avec notre nouvel évêque mgr . Jacolin.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 24 Juin 2018

 

Ordinations diaconales et sacerdotales
Dimanche 24 juin 2018
en la fête de la Nativité de saint Jean-Baptiste,

Chers Frères et Sœurs,

Ordonné prêtre il y a 34 ans, j’avais accolé à mes images d’ordination ce simple verset de l’Evangile de Matthieu, au chapitre 19 : « Viens et suis-moi ». L’appel est laconique, incisif, déterminant.

Cet appel retentit particulièrement aux oreilles et surtout au cœur de ces 10 ordinands qui en ce jour, vont être ordonnés prêtres et diacres. Cet appel s’adresse à leur liberté. Il traverse leur histoire. Il les plonge dans une mission que le Christ leur confie en les configurant à Lui et qui prolonge la sienne.

Le philosophe Paul Tillich parlait du peuple chrétien en le qualifiant de « peuple du temps ». C’est-à-dire un peuple qui se constitue, non pas à partir d’un territoire à défendre ou à conquérir, non pas à partir d’un patrimoine à faire fructifier, mais à partir d’une promesse énoncée par Dieu pour tout homme et pour tous les hommes et qui les ouvrent à une histoire. Un peuple que Dieu accompagne par son Eglise, et que Dieu attend au bout du voyage.

C’est cette relation structurante que le peuple chrétien entretient avec le temps, que le prêtre doit prendre en charge dans son ministère. Dans le livre de la Genèse, le monde et le temps ont été créés par Dieu ensemble. Comme le cosmos, le temps est l’œuvre de Dieu. Il est donné par Dieu à l’homme pour se parfaire et se perfectionner, pour « s’accoutumer à Dieu » (Saint Irénée de Lyon). Dieu se donne à nous dans le temps. Il s’y révèle.

Avec le péché, par la mort qu’il provoque, le temps s’arrête. Le temps devient sans issue. Par sa désobéissance, l’homme se prive de Dieu. Toute l’histoire du Salut dans l’Ecriture est sous le signe du rachat du temps grâce à la rédemption du Christ. Le Christ rejoint notre histoire mortelle pour l’ouvrir dès maintenant par sa résurrection à l’éternité de Dieu.

Le prêtre exerce un ministère de sanctification du temps pour nous aider à le traverser, à remplir le temps de sa charité. Le rôle du ministre ordonné est d’ordonner le temps au Christ pour le sauver de son caractère irréversible, irrémédiable, fugace. La venue de Jésus en notre chair a fait entrer l’éternité de Dieu en notre histoire. La liturgie que le prêtre préside a pour vocation de transfigurer le temps en histoire sainte. Dans le chronos qui décompte mécaniquement les jours et les heures, se superpose le kairos de la résurrection.

A chaque messe dans notre temps marqué par la finitude, absorbé par notre subjectivité, nos impatiences ou nos désespérances, s’actualise la présence de Dieu. Le Christ se fait alors contemporain de notre histoire et nous faisons nôtre le temps du Christ. Nous entrons dans le temps de Dieu qui est celui de l’éternité et qui fait irruption dans notre histoire. Notre temps est ainsi mis en récit, et pris en charge à partir de l’Evangile.

Le temps que nous figeons dans des photos ou des vidéos. Le temps que nous oublions ou que nous confions au déroulement mécanique de l’horloge et de nos montres. Le temps que nous idolâtrons dans l’utopie des idéologies du progrès ou de la divination. Le temps que nous gaspillons dans la fièvre de l’urgence et du stress, sans continuité, sans construire une histoire. Le temps que nous subissons sans pouvoir infléchir son cours… Bref, toutes les perversions, les immaturités, les illusions que nous entretenons dans notre manière d’habiter et de vivre le temps et d’en user… le prêtre doit en devient le thérapeute, le gardien, le pédagogue.

En célébrant la Pâque du Seigneur, l’année, les semaines trouvent un centre de gravité, son sommet, son assomption en Dieu. Pâques est à la fois un point de convergence vers la plénitude du temps dans le Christ en gloire, et en même temps, un point de départ, de renouveau de notre humanité. Le décompte du temps dans l’année liturgique se fait d’ailleurs à partir de cet événement pascal, rappelé et actualisé en chaque messe, et chaque dimanche.

Le ministère du prêtre atteste de la présence de Dieu qui accompagne notre histoire. De la naissance, il fait une renaissance par le baptême. De la célébration de l’amour lors du mariage, le signe de l’alliance indéfectible de Dieu avec les hommes (Lui qui est l’Epoux fidèle). De la mort, une ascension vers le Ciel lors de la célébration des funérailles. La foi part de l’histoire du salut pour comprendre notre propre existence. Elle devient herméneutique. Le Christ nous éclaire sur la manière d’habiter notre temps, de le comprendre, de le finaliser. Le prêtre est ministre de l’actualité de Dieu : « Il est là », clamait le saint curé d’Ars en brandissant l’hostie. «  Qui a l’instant présent, a Dieu », disait encore Thérèse d’Avila.

La suractivité de nos occupations ou l’envahissement des moyens de communication qui nous fixent dans l’instantané (portable, internet), et qui envahissent notre vie quotidienne de plus en plus connectée en permanence, nous empêchent d’être présent à soi-même, aux autres, à Dieu.

Comme le souligne le pape François, le prêtre, lui, doit inscrire son ministère dans le temps long, dans une temporalité qui est celle de l’accompagnement d’une personne ou d’une communauté dans la durée.

La Bible offre une représentation spatiale du temps qui souligne cette dimension de persévérance, de constance indispensable à toute maturation. Patriarches et prophètes ont été des marcheurs. Jésus lui-même exercera son ministère comme un pèlerinage qui s’achèvera par la montée vers Jérusalem. Le temps chrétien se présente dans l’Ecriture comme une croissance biologique que rappellent les Evangiles : la semence jetée en terre qui grandit jour et nuit, la graine de moutarde qui deviendra un jour un grand arbre, le levain dans la pâte… Saint Cyprien de Carthage soulignait que crecere (c’est-à-dire croître) et credere (croire) vont de pair. Dieu travaille avec le temps, mais à chaque instant, il faut apprendre à accueillir sa présence, à cueillir sa providence. Comme le disait saint Bède le Vénérable, « renaître chaque jour, de commencement en commencement ».

Le prêtre fait aussi mémoire. Il conjugue la foi d’aujourd’hui à partir d’un événement du passé qu’il explique. Face à l’idée de progrès qui s’est développée depuis le 18ème siècle, le siècle des Lumières, avec l’idée d’un dépassement continuel du passé, d’une sacralisation du nouveau et de la mode, on assiste à la dévaluation du passé, à l’obsolescence de ce qui nous a précédés, à l’oubli des racines. Le chrétien au contraire, ne cesse de faire mémoire. La foi nous fixe à un événement dont l’Eglise n’a jamais fini d’en épuiser le sens : « Faites ceci en mémoire de moi », dira Jésus à la Cène. Croire c’est, à partir du Christ, faire l’anamnèse de l’histoire du Salut qui nous ouvre à un sens, qui offre une orientation à notre temps, qui guérit notre mémoire oublieuse ou blessée. C’est ce que célèbre chaque prêtre quand il reçoit la confession des péchés et offre le pardon de Dieu. Par son entremise, nous sommes réconciliés, non seulement avec Dieu et avec notre prochain, mais aussi avec notre propre passé.

Enfin, la mission du prêtre est de nous rappeler que Dieu cherche et attend l’homme.

Dieu se trouve en nous (c’est l’expérience que nous faisons en consommant l’hostie), mais aussi devant nous. «  Je vous précède en Galilée », dira Jésus ressuscité aux siens. La vie chrétienne a rapport à l’espérance. Notre foi est non seulement héritage mais promesse. Cette promesse n’est pas seulement une annonce prophétique d’un avenir meilleur, mais aussi un envoi, une tâche qui s’ouvre devant nous. Il nous faut préparer la venue glorieuse du Seigneur qui nous est rappelée à chaque messe. En ces temps marqués par la désespérance, où tant de personnes sont privées d’avenir ou les défis économiques et environnementaux où les conflits armés grèvent le futur de notre planète, où le consumérisme conduit inexorablement au désenchantement, au repli sur soi, et en fin de compte à la violence, le prêtre est témoin d’espérance. Il propose la miséricorde de Dieu comme un remède pour notre temps. Aussi bas qu’on puisse chuter, on ne peut tomber qu’en Dieu.

La vocation du prêtre est de dire Dieu, de donner Dieu, de donner l’espérance de Dieu. Le prêtre n’a de raison d’être que l’enfantement des âmes à Dieu. C’est sa joie. C’est son labeur. Et pour cette mission, il donne toute sa vie, il donne tout son temps. Il est appelé à remplir son temps de charité pastorale et de confiance en Dieu. Telle est sa prière.



+ Dominique Rey Ordinations sacerdotales et diaconales La Castille, le 24 juin 2018

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers, #spiritualité

Repost0