Articles avec #spiritualite tag

Publié le 26 Septembre 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

quel beau rouge ! merci pour votre amitié toujours fidèle depuis si longue date, priez pour moi. ça doit être bien le seul. " 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 19 Septembre 2017

 

"Si j’ai l’assurance, si j’ai la garantie que Dieu m’aime, tout le reste s’efface et s’évanouit,
tout m’est indifférent."

 

priez pour nous.

+

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 1

Publié le 18 Septembre 2017

" Parfois, ô mon Dieu, disait saint Augustin , vous m'introduisez en l'étrange et intime plénitude de je ne sais quelle douceur qui, si elle arrivait à son comble, deviendrait quelque chose qui ne serait plus de cette vie. " 

   Le bonheur de l'autre vie, que sera-t-il en effet? Le développement jusqu'à la jouissance plénière d'une prise de possession qui est déjà commencée en nous, insensiblement chez la plupart, consciemment chez les bénéficiaires de l'expérience mystique.

   La grâce est le commencement de la gloire , dit saint Thomas.

   A ne considérer que l'essentiel de notre béatitude future nous ne devons donc pas la chercher ailleurs qu'en nous-même. Tu es toi-même le ciel où tu iras, dit Origène à l'âme en état de grâce.

En effet la lumière qui nous donnera la vision de Dieu et par là même nous introduira dans le bonheur céleste ne rapprochera pas Dieu de nous. Elle nous le montrera seulement tel qu'il se trouve déjà dans notre âme. Ainsi la lampe allumée soudain dans la nuit révèle à nos regards la présence chez nous de l'ami qui était déjà entré et que nous avions embrassé affectueusement.

   " Qu'y a-t-il pour moi dans le ciel et que désirè-je sur la terre, sinon vous, ô Dieu de mon coeur, mon partage pour l'éternité? Etre uni à Dieu, voilà mon bonheur." Ps. LXXII, 25-28

   " Vous me remplirez de joie en me montrant votre visage et je gouterai des délices éternelles. " Ps. XV, II.

      Toute âme en état de grâce peut s'approprier ces paroles du Psalmiste. L'âme qui goûte le bon Dieu les chante avec une ferveur sans cesse renouvelée.

   " Ce que nous serons un jour n'apparait pas encore, dit saint Jean, mais dès maintenant cela est. Nous savons qu'un jour Dieu se manifestera à nous dans sa gloire. Nous le verrons tel qu'il est en lui-même. "

   Cette lumière qui nous révèlera en sa beauté le Dieu qui nous est intime n'est d'ailleurs que l'épanouissement suprême de nos vertus théologales. Elle en sortira, si l'on peut dire, comme la flamme de la lampe portée par la vierge sage s'élance de la mèche de lin imprégnée d'huile.

   La vierge folle n'a pas garni sa lampe, elle n'a pas muni son âme des premiers éléments de la vie divine. Sur quoi fonderait-elle son espoir de jouir de la vision du bien suprême? Si la mort la trouve en cet état de dénuement elle l'y fixera pour toujours. Notre-Seigneur a parlé dans l'évangile de ces ténèbres extérieures où il y aura des pleurs et des grincements de dents. La peine du dam, la grande peine éternelle des pécheurs, la voilà.

...

   Au milieu de la nuit , à une heure que nul ne peut prévoir, un cri se fait entendre :" Voici l'époux qui vient. Allez au devant de lui... O mon Dieu, que se passe-t-il? Il n'y a plus de ténèbres ! Mes yeux s'ouvrent tout à coup sur vous qui êtes là. Votre visage rayonne et j'entre en extase rien qu'à vous voir, ô Bien-Aimé! Mon Dieu ! Mon Dieu ! Est-il possible que j'aie porté si longtemps dans ce vase fragile de mon corps le trésor de la joie infinie, sans presque y songer? En vérité le Seigneur était là et je ne m'en rendais pas compte. Y réfléchissant si peu, n'appréciant qu'insuffisamment ce divin trésor, j'aurais pu le perdre et ne constater mon malheur infini qu'à l'heure de ma mort. C'eût été la mort éternelle . Merci , mon Dieu, de n'avoir pas permis que ce malheur arrive.

    Et ce sera la vie éternelle désormais, ma vie communiant à votre propre vie. Je vous verrai comme vous me voyez, dans un acte de contemplation parfaite dont rien ne peut distraire, que rien ne peut interrompre. Et vous découvrant ainsi sans cesse dans votre amabilité infinie, comment pourrai-je ne pas vous aimer enfin de tout mon coeur attaché à vous pour jamais? Ma pensée ne voltigera plus d'un objet à l'autre, comme dans la vie terrestre où je ne trouve partout que des parcelles de bonheur. Goûtant à une joie, j'en éprouve bientôt la limite. Lassé de l'effort accompli , ou sollicité par d'autres appétits à satisfaire, je ne suis jamais pleinement heureux. Le dégoût est au fond de toutes les jouissances d'ici-bas. Mais là-haut, parvenu à celui que mon désir de bonheur cherchait partout, même à travers les faux biens qui me séduisaient, possédant enfin celui qui est le bien même, le bien sans limite aucune, mon âme, satisfaite en toutes ses puissances, n'aspire plus à rien d'autre. Tout ce qui pouvait nous charmer sur la terre je le posséderait en puisant à la source première où tout est contenu. Et j'en jouirai sans jamais me lasser, car sur la terre la fatigue est le fait de mon organisme corporel dans lequel aucune activité même spirituelle ne m'est possible.

  

   Mais dans l'autre vie j'atteindrai Dieu par un acte tout spirituel de mon intelligence que fortifiera la divine lumière de gloire. Aucune lassitude ne pourra s'ensuivre. De quelque côté que je considère cette béatitude future, dans le bien sans limite qui en fait l'objet ou dans les facultés inaltérables qui m'en donnent la jouissance, l'ennui n'y trouve donc pas la moindre place.

   Cette béatitude éternelle que Dieu éprouve, nous y prendrons part. Et ce n'est pas assez dire qu'elle entrera dans notre coeur et le remplira. Si dilaté qu'il soit par la grâce, il ne peut la contenir. C'est notre coeur qui entrera dans la joie infinie comme le poisson dans l'océan immense. Intra in gaudium Domini tui! Entre dans la joie de ton Seigneur!

   Videbimus, amabimus, gaudebimus.

   En ces trois mots saint Augustin résume toute la vie du ciel, nous verrons, nous aimerons, nous serons dans l'allégresse.

Et Dante s'exprime à peine différemment quand il définit la béatitude céleste :

lumière de l'esprit, pleine d'amour,

amour du vrai bien, rempli de joie,

joie qui passe toute douceur .

 

rp. Joret op +

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 17 Septembre 2017

 On aura peut-être pas autant de monde qu'à Philadelphie,  dimanche, sais pas , pour la quête ....

ce sera dans les petits matins frileux, mon vieux, euhhh..  mon Dieu .. ! 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2017

 

conférence de dom Jean Pateau, père abbé de Fontgombault

le voleur de service vient de passer ! quelle misère. J'en ai  informé qui de droit. le père Abbé est au courant. c'est rare que je le dérange, mais là faut pas exagérer quand même., demandant au père Abbé à ce que l'on restitue mes droits de publication. !  M.A.C 

 

Cardinal Robert Sarah speaks at the Summorum Pontificum conference in Rome on September 14, 2017.

Cardinal Sarah: Reverent liturgy is essential to fighting the culture of death

source

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2017

 

"quelle que soit l'obscurité des ombres de la Croix qui tombent sur vous, sachez qu'elles sont toujours projetées par la lumière du matin de Pâques. "

'le déroulement du XXIe siècle vous apportera des souffrances et des persécutions... "

texte original en anglais.

+ Mon Fils, dans l'Introït de la messe d'aujourd'hui, notre sainte Mère l'Église chante : « Il nous faut nous glorifier dans la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ : en qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, par qui nous sommes sauvés et livrés. »

Il y a beaucoup de mots que on a écrit et dit sur la vie monastique, mais peu sont plus aptes, plus poignants, que ces mots qui nous ont été donnés aujourd'hui par la sainte liturgie de l'Église. Car un moine est un homme qui, en mourant à lui-même et aux voies du monde, embrasse vraiment la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ, et qui trouve dans ce qui embrasse le salut, la vie et la résurrection.

Il y a un an aujourd'hui, sur cette fête bénie de l'Exaltation de la Sainte Croix, que vous étiez vêtu de l'habit d'un novice. Et maintenant, aujourd'hui, après une année de prouve, une année de patience avec les limites et les exigences de notre petite fondation monastique - et pourtant, aussi une année de fidélité à la vie de la prière et du travail qui se trouve dans n'importe quel Monastère, grand ou petit, qui est digne du nom, vous faite vœux à cette vie pendant trois ans. Vous faites une chose stupide. Il y a tellement d'autres choses que vous pourriez faire. Et pourtant, comme cela a été clair tout au long de votre temps de preuve, vous ne pouvez rien faire autre chose aujourd'hui, car c'est à cette obéissance monastique que Dieu Tout-Puissant vous appelle.

Le Graduel de la messe d'aujourd'hui s’agit sur la réalité que « le Christ est devenu obéissant pour nous jusqu'à la mort : même la mort de la croix. C'est pourquoi Dieu l'a exalté et a donné un Nom qui est au-dessus de tout nom. » Encore une fois, les paroles de la Liturgie sainte chantent assez éloquemment de la vocation monastique : l'obéissance à la mort est le chemin de l'exaltation dans la gloire céleste ! Notre Seigneur lui-même a souffert terriblement. Votre vie monastique connaîtra certainement des moments de difficulté et même le déroulement de XXIe siècle vous apportera des souffrances et des persécutions dont nous espérons avoir été consignés dans l'histoire. Mon Fils, quelle que soit l'obscurité des ombres de la Croix qui tombent sur vous, sachez qu'elles sont toujours projetées par la lumière du matin de Pâques. Attendez l'enseignement de notre Seigneur : « Celui qui persévère jusqu'à la fin sera sauvé » (Matthieu 24,13).

Dans la persévérance qui est votre vocation, vous n'êtes pas seul. Comme la formule de vos vœux dit clairement, vous vivrez votre vie monastique dans un monastère, avec l'amour fraternel de vos frères. Vous le vivrez dans la communion de toute l'Église, en union avec notre évêque et avec l'église locale de Fréjus-Toulon. Vous invoquerez les saints - en particulier les saints dont les reliques sont conservées ici - pour vous aider. Et vous avez le soutien de la famille et des amis qui sont ici avec nous aujourd'hui, des bons gens de ce magnifique village de La Garde-Freinet qui sont si gentils et généreux avec nous, et de nombreux autres à part qui ont envoyé des promesses à offrir de messes et des prières pour vos intentions aujourd'hui.

Aujourd'hui, l'Église vous bénit et prie solennellement pour votre fidèle persévérance dans les vœux que vous allez professer. Mais aujourd'hui, ce n'est pas vous qui on célèbre, mon fils. Aujourd'hui, il s'agit de Dieu : c'est un témoignage éloquent de ce que le Dieu tout-puissant peut faire avec et pour chacun de nous, quelle que soit notre vocation particulière, si seulement nous sommes prêts à nous nier, à prendre le fardeau de la Croix et suivre le Christ sans réserve : jusqu’à Calvaire, certainement, mais avec la certitude encore plus grande de la vie sans fin au-delà.

À cette fin, vous - en effet, nous tous - ne pouvons pas faire mieux qu’approprier comme la notre les paroles de la Collecte de cette messe :
"Donnes, nous vous prions, que nous, qui, sommes sur terre, reconnaissons le mystère de la rédemption opéré sur [la Sainte Croix], et être trouvé digne d'apprécier les récompenses de cette même rédemption au ciel".

avec toutes nos félicitations, en union de prières ...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2017

 

 

 

le miracle facebook de mes petits musiciens. ! .... merci Maarten !!!!   arrivé hier..en union de prières;    .... pendant ce week-end... ah les voies du Seigneur, vraiment ..! deo gratias. je lui ai dit de donner le bonjour au père Abbé  par hasard .. ! il met i like..! ...

ben bon pélé !

on dirait moi la chemise en bleue, mon sosie ! 

Simon il était à Kiev, où il est arrivé 3ème d'une compétition internationale de piano... bravo !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0