Articles avec #spiritualite tag

Publié le 10 Septembre 2020

 

 

 

Pour le très révérend Antoine Forgeot
 26 août 2020 
Homélies du Père Abbé
dom Philip Anderson.
Clear Creek 
 
"Laudemus viros gloriosos, et parentes nostros in generatione sua."
 Louons maintenant les hommes de renom, écrit l'auteur du Livre de l'Ecclésiaste, et nos pères dans leur génération.
 (Eccles. 44:1)
 
Chers frères et sœurs dans le  Christ,
Mes très chers fils,
 
Aujourd'hui, il est de notre devoir - triste et solennel, mais aussi joyeux et plein d'espoir dans le Seigneur - de célébrer cette messe de Requiem en l'honneur d'un grand moine et prêtre, l'abbé puis l'abbé émérite de l'Abbaye Notre-Dame de Fontgombault en France, l'homme qui a fait venir de France les premiers fondateurs de ce monastère de Clear Creek, il y a près de vingt et un ans. Il serait impossible de décrire en détail tout ce que nous devons au Père Abbé Antoine Forgeot, mais, tout en priant pour son âme, nous ferons de notre mieux pour honorer sa mémoire et pour continuer dans la foi la mission qu'il nous a donnée dès le début. Je vais simplement tenter ici, en quelques mots, de dresser un portrait spirituel de notre cher abbé.
 
Saint Benoît voulait que ses moines gardent chaque jour la réalité de la mort sous leurs yeux, Mortem quotidie ante oculos suspectam habere. (Sainte Règle, chapitre 4, "Sur les instruments des bonnes œuvres", n. 47) Ainsi, ils ne sont pas surpris lorsque leur dernier jour arrive. Tout cela s'inscrit dans la logique surnaturelle d'être simplement ce que l'on est vraiment, de vivre le moment présent, de rester transparent devant Dieu et les hommes. Le père Abbé Antoine a certainement vécu selon ce programme spirituel.
 
Pendant ses plus de 33 ans comme abbé de Fontgombault, à une époque où, en raison d'une crise des vocations, peu de communautés religieuses s'agrandissaient (sans parler de la fondation de nouveaux monastères), Dom Antoine a achevé la fondation d'une abbaye et en a fondé avec succès trois autres, dont Clear Creek, alors que Fontgombault lui-même ne cessait de croître. Il a contribué à la création de nouveaux instituts cléricaux tels que la Fraternité Sacerdotale de Saint-Pierre, l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre et la Communauté de Saint-Martin. D'innombrables personnes sont venues à Fontgombault pour lui demander conseil à une époque de confusion liturgique et doctrinale. Chaque année, il se rendait à Rome en été pour conférer avec le cardinal Ratzinger, jusqu'à ce que ce dernier soit élu au siège de Pierre. Bien que toujours en bonne santé et vigoureux d'esprit, lorsqu'il estimait le moment opportun, il démissionnait de son poste d'abbé et travaillait avec diligence pour assurer une transition en douceur sous le nouvel abbé de son bien-aimé Fontgombault.
 
La palette spirituelle de Dom Forgeot, bien que jamais extravagante, avait beaucoup de couleurs. Outre la spiritualité bénédictine qu'il connaissait si bien et, bien sûr, son ardente piété eucharistique et sa dévotion au Saint-Siège, il était, comme beaucoup de sa génération, un fervent admirateur de Sainte Thérèse de Lisieux. Il avait également une réelle affection pour la carmélite de Terre Sainte, Sainte Marie de Jésus Crucifié, la "petite Arabe", dont la fête est célébrée aujourd'hui. Plus tard, il a également étudié les œuvres de Sainte Faustine. Mais c'est surtout sa dévotion mariale qui a fortifié Dom Antoine pour faire face à la grande tâche qui était la sienne, et qu'il a résumée dans sa devise tirée de la fête de l'Assomption, Ad Superna Semper Intenti, "Avoir [nos âmes] toujours l'intention des choses d'en haut ».
 
Dans une récente interview publiée en France, l'actuel abbé de Fontgombault, Dom Jean Pateau, nous raconte des choses intéressantes sur son prédécesseur, soulignant le réalisme lumineux de son mode de vie, notamment en ce qui concerne sa façon de célébrer la Sainte Messe :
 
Il s'opposait à la fois à cette banalité qui conduit à la perte du sens du sacré, et, d'autre part, à ce ritualisme qui, en mettant exagérément l'accent sur le rite, conduit aussi à une perte du sens du sacré. En regardant le Père Abbé Antoine célébrer [la Sainte Messe], on a été frappé à la fois par sa grande fidélité aux rubriques liturgiques, et par sa qualité intérieure, par son effacement de soi visant à être le plus transparent possible devant le mystère. Il était comme une fenêtre ouverte sur Dieu. (Interview, Pays Basque, 22 août 2020)
Tel était le père abbé Antoine durant sa longue vie de moine et d'abbé. Nous, ses fils dans la vie monastique, espérons donc l'être au moins dans une petite mesure.
 
À la fin de l'émouvante homélie qu'il a prononcée sur la place Saint-Pierre, devant une foule immense, lors des funérailles du pape - aujourd'hui Jean-Paul II - le 8 avril 2005, le cardinal Ratzinger s'est tourné en esprit vers le défunt pape, s'adressant directement à lui en des termes inoubliables. En changeant légèrement les mots, je voudrais répéter les mêmes mots à Dom Forgeot, le bon ami du Cardinal Ratzinger et du Pape Benoît XVI :
 
Nous pouvons être sûrs que notre bien-aimé [le Père Abbé] se tient aujourd'hui à la fenêtre de la maison du Père, qu'il nous voit et nous bénit. Oui, bénis-nous, [Père Abbé]. Nous confions votre chère âme à la Mère de Dieu, votre Mère, qui vous a guidé chaque jour et qui vous guidera maintenant vers la gloire éternelle de son Fils, notre Seigneur Jésus-Christ. Je vous en prie. (cf. Homélie du Cardinal Ratzinger lors de la messe de funérailles du Pape Jean-Paul II, le 8 avril 2005)
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 8 Septembre 2020

 

 

L'archevêque d'Oviedo accuse le gouvernement de "profiter de cette tragédie pour tenter de réduire et de censurer la liberté religieuse par ordre et commandement".

"Les bouffées de chaleur estivales passent, laissant entrer de nouvelles bouffées de chaleur. 

Parce que les circonstances que nous vivons depuis mars avec cette pandémie malheureuse mettent le feu à notre vie, la modifiant trop. Il semble que la soi-disant «nouvelle normalité» soit venue par décret, ou parce que celui qui a la barre du navire en décide ainsi. 

Mais alors la réalité est plus libre et plus têtue, et elle ne s'adapte pas sans plus aux intérêts politiques ou économiques de ceux qui, avec ce virus, dessinent la carte de nos vies. Parfois nous alertant de panique, d'autres disant que rien ne va pas. Moments où nous ne pouvons pas quitter le bunker domestique, et d'autres avec un pistolet de départ pour presque tout se passe ... avec un masque et des mesures de distance. 

Qu'il y a aussi ceux qui profitent de cette tragédie pour tenter de restreindre et de censurer la liberté religieuse sous le coup du commandement et du commandement. En tant que chrétiens, nous avons assumé la responsabilité qui est due, ce qui n'est pas toujours ce qui nous a été réclamé. Il existe une exception plausible qui se réfère à notre région asturienne, où la crise sanitaire a été soulevée et gérée avec beaucoup de sagesse, de prudence et de mesures raisonnables, au milieu d'un flot de personnes qui nous ont rendu visite pendant ces mois d'été.

Tout cela a un impact clair sur notre vie chrétienne. Parce que la communauté de notre Église diocésaine a su utiliser les moyens et a également su les libéraliser, au fur et à mesure que le panorama des infections à coronavirus dans notre pays a évolué. Nos temples paroissiaux sont des espaces de sécurité totale, car là nous voulions prendre soin des personnes qui entraient dans les églises et les ermitages à la recherche de paix, de confort, de grâce, sans chercher autre chose qui finissait par vous imposer la contagion que vous ne cherchiez pas. Distances marquées, protection avec gel hydroalcoolique, masques dans la bouche et le nez et respect de la capacité autorisée. La réponse de nos fidèles, de ceux qui sont ici et de ceux qui nous ont rendu visite pendant cette période a été exemplaire.

Nous avons dû nous passer des processions et des pèlerinages en général, bien que nous ayons vécu nos festivités chrétiennes et populaires d'une manière alternative. Il est vrai que plus d'une célébration a dû être reportée: baptêmes, premières communions, confirmations, mariages et même ordinations sacerdotales. Petit à petit, ces événements de foi sont célébrés, en plus d'avoir des répercussions sociales parmi notre famille et nos amis.

Mais maintenant vient le début du cours. Tous les problèmes et controverses autour des écoles pour enfants et jeunes et les centres universitaires pour commencer l'année scolaire, ont également un impact sur notre catéchèse et autres activités diocésaines et paroissiales. Je pense qu'il est bon d'avoir la mesure qui nous rend responsables, pour éviter l'irresponsabilité de ceux qui banalisent la gravité de ce moment, ainsi que de ceux qui ont peur et sont abattus pour ne rien faire, effrayés à mort. Parmi ceux qui banalisent jusqu'à la frivolité et ceux qui ont peur au point d'en avoir peur, il y a la mesure sereine et sensible, de ceux qui utilisent des moyens raisonnables pour que la vie dans tous ses sens ne nous échappe pas, ni la vie chrétienne qu'il faut suivre. nourrir et prendre soin des célébrations, des sacrements, catéchèse et notre calendrier adapté. C'est ainsi que nous allons le faire en tant que diocèse, également par arciprestazgos et dans chaque paroisse.

Nous demandons à notre Mère La Santina, dans cette neuvaine que nous célébrons dans son sanctuaire et dans tout le diocèse, de nous accompagner dans ce début inhabituel du parcours pastoral, qu'elle ne cesse de nous protéger, pour que la flamme de l'espérance continue à encourager nos vies, et la force de la foi nous rend sereins. Ce n'est qu'ainsi que les chrétiens pourront rendre le témoignage de la charité comme don suprême pour ceux qui souffrent de toutes les conséquences sanitaires et économiques générées par cette épreuve terrible de la pandémie que nous subissons.

+ P. Jesús Sanz Montes, ofm

Archevêque d'Oviedo

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 1 Septembre 2020

 
 
La Fraternité sacerdotale de Saint-Joseph porte le flambeau de la tradition sacrée
La fraternité vise à favoriser la sainteté des prêtres, en particulier par la dévotion à saint Joseph, la communion avec les frères prêtres et la célébration de la messe avec respect et dévouement.
 
"Pendant les années restantes de notre formation au séminaire, ainsi que pendant les premières années de la vie sacerdotale, un certain nombre d'entre nous sont restés en contact et ont finalement décidé de former une fraternité", a expliqué le père Ryan Erlenbush, curé de la paroisse Corpus Christi de Great Falls, dans le Montana, et praepositus (président) de la Fraternité sacerdotale de Saint-Joseph. "Les débuts de notre groupe remontent à cette première messe solennelle. Parce que c'était en la fête de saint Joseph, et parce qu'il est un exemple de spiritualité masculine et de parfaite virginité, nous avons décidé de dédier notre fraternité sacerdotale à saint Joseph ».
 
La Fraternité sacerdotale Saint-Joseph a été officiellement fondée en 2016 et compte actuellement 13 membres à part entière et sept membres associés.
 
"Nous ne sommes pas une association officiellement établie, mais seulement unis par notre engagement privé envers la fraternité", a déclaré le père Erlenbush. "Dans les années à venir, nous prévoyons de présenter nos statuts aux autorités ecclésiastiques compétentes pour approbation afin que nous puissions devenir une association publique".
 
Les statuts officiels de la Fraternité sacerdotale Saint-Joseph expliquent que la fraternité vise à favoriser la sainteté des prêtres, en particulier par la dévotion à Saint-Joseph, la communion avec les frères prêtres et la célébration respectueuse et dévouée de la messe, notamment dans l'usus antiquior (c'est-à-dire la messe latine traditionnelle telle qu'elle était célébrée avant le Concile Vatican II).
 
Il existe deux niveaux d'adhésion à la fraternité : auxiliaire et pleine. Les membres jeûnent à des jours différents et accomplissent diverses pratiques spirituelles selon leur niveau d'engagement. L'adhésion à part entière est limitée aux évêques et aux prêtres, mais les séminaristes de niveau théologique et les diacres de transition peuvent être membres auxiliaires. Si la plupart des membres sont des prêtres diocésains, la fraternité est également ouverte aux membres des ordres religieux. Enfin, les membres à part entière sont tenus de participer à une assemblée annuelle d'une semaine qui s'articule autour de l'offrande des grandes messes solennelles traditionnelles et de la forme traditionnelle de la dévotion eucharistique solennelle des 40 heures, ainsi que de conférences sur divers thèmes spirituels.
 
"Dans l'Église aujourd'hui, surtout en cette période de crise, je trouve que la liturgie traditionnelle et notre solide fraternité sacerdotale me donnent la force de persévérer dans la vie et le ministère sacerdotal", a déclaré le père Erlenbush. "De plus, nous apprenons les uns des autres et restons en contact tout au long de l'année. Je suis continuellement inspiré par mes confrères prêtres et le bon travail qu'ils accomplissent dans leurs paroisses et diocèses".
 
Le soutien qu'ils reçoivent de la fraternité est crucial pour leur travail dans les "tranchées traditionnelles »."Les prêtres sont souvent isolés car nous portons le lourd fardeau du ministère", a déclaré le père Erlenbush. "Souvent, nous pouvons souffrir de persécution ou d'opposition. Avoir le soutien et l'encouragement de notre fraternité nous aide à rester joyeux et à nous concentrer sur la sainteté et la proclamation authentique de l'Evangile".
 
Le père Fredrick Gruber, du diocèse de Pittsburgh, est du même avis, affirmant que la fraternité "offre une expérience positive et joyeuse de communion sacerdotale grâce à notre conférence annuelle. Nous nous réunissons pour la prière, la récréation et la conversation. Les membres sont rafraîchis par un partage d'idées et de perspectives pour des objectifs pastoraux de restauration de traditions vénérables. Les préoccupations, les initiatives pastorales, les scénarios particuliers et les défis sont discutés. Les grandes messes solennelles requièrent la contribution de chacun des prêtres".
 
Il a ajouté : "Personnellement, j'attends avec impatience la conférence annuelle pour la solidarité avec les prêtres qui aiment Notre Seigneur et les traditions respectueuses de la Messe latine traditionnelle.  La communion sacerdotale ... donne la douce assurance qu'un prêtre de tradition n'est pas isolé ou seul dans ses efforts pour le salut des âmes. Nous apprenons des frères qui sont plus expérimentés et partageons les connaissances que nous avons acquises grâce à nos propres recherches et expériences ».
 
La Fraternité sacerdotale Saint-Joseph encourage essentiellement l'appréciation de la Tradition sacrée et des traditions liturgiques et dévotionnelles de l'Église, inspirant les catholiques dans leur cheminement vers la vie éternelle.
 
"Notre fraternité promeut la liturgie traditionnelle selon les besoins à deux niveaux", a expliqué le père Erlenbush. "Premièrement, nous ne pouvons pas comprendre où nous sommes aujourd'hui sans savoir d'où nous venons. Ainsi, pour apprécier la Messe de Vatican II et même pour la célébrer correctement, je crois qu'il faut une base solide dans la liturgie traditionnelle. Nous promouvons la vision du renouveau donnée très clairement par le Pape Benoît XVI et poursuivie par le Cardinal [Robert] Sarah avec l'approbation du Pape François".
 
"Deuxièmement, et peut-être plus important encore, a-t-il poursuivi, je crois que la liturgie traditionnelle a une place à part entière dans l'Église. Nous embrassons la Messe traditionnelle avec joie dans le contexte plus large de l'Église dans le monde moderne".
 
Les fruits de la fraternité sont clairement abondants. 
 
"Non seulement beaucoup de fidèles sont encouragés et édifiés par la solide catéchèse de nos conférences, mais ils trouvent aussi que la liturgie traditionnelle sacrée est formatrice et enrichissante", a déclaré le père Erlenbush. "En conséquence, j'ai vu des gens rejoindre la schola traditionnelle dans leur paroisse d'origine, introduire de la musique sacrée plus traditionnelle dans leur paroisse, ou commencer à assister plus souvent à la messe quotidienne. Plus important encore, de nombreux jeunes hommes et garçons qui servent nos messes solennelles ont commencé à envisager une vocation au sacerdoce".
 
Des familles comme les Enanders de Grenora, dans le Dakota du Nord, ont trouvé les conférences de la fraternité inspirantes pour l'esprit et édifiantes pour l'âme.
 
"Les retraites de la fraternité sont très instructives", a expliqué Corrie Enander. "Vivre la traditionnelle messe en latin pendant plusieurs jours d'affilée est tellement utile pour ceux d'entre nous qui ne la connaissent pas. Parfois, pendant le week-end de la conférence, plusieurs messes sont offertes simultanément sur des autels latéraux. C'est tellement beau à voir ! C'est aussi une telle joie de rendre visite à de nombreux prêtres de différents diocèses et d'entendre comment ils ont découvert la forme extraordinaire et les grands efforts qu'ils ont déployés pour commencer à l'offrir ».
 
"Quand mon fils avait environ 12 ans, nous avons assisté à notre première messe de forme extraordinaire. C'était une grande messe avec 10 servants bien entraînés, beaucoup d'encens et un beau chant", a poursuivi Enander. "Ensuite, j'ai demandé à mon fils ce qu'il en pensait. Il s'est arrêté un moment et a dit très gentiment : "Maman, c'est comme ça que doit être toute messe". J'étais choqué, mais en toute honnêteté, je ressentais exactement la même chose."
 
"Maintenant, il envisage la vie religieuse avec un ordre qui offre une forme extraordinaire", a-t-elle dit à propos de son fils. "Deo Gratias ! Donc, oui, en effet, la Messe traditionnelle suscite chez les jeunes hommes et femmes quelque chose qui les pousse à chercher le Seigneur avec un amour et une révérence profonds".
 
La Fraternité Sacerdotale de Saint-Joseph a obtenu le soutien des chefs de l'Eglise, en particulier de l'évêque Michael Warfel du diocèse de Great Falls-Billings, dans le Montana.
 
"Mgr Warfel a beaucoup soutenu notre fraternité, notamment en prononçant le discours principal lors de cinq de nos conférences annuelles, ainsi qu'en assistant à la grand-messe solennelle un des soirs", a déclaré le père Erlenbush. "Il reconnaît la valeur de la fraternité sacerdotale et soutient tout particulièrement la solide catéchèse que nous offrons aux fidèles qui assistent aux conférences".
 
Lorsqu'on lui a demandé comment il a vu la fraternité avoir un impact positif sur les catholiques dans son diocèse et au-delà, Mgr Warfel a répondu : "La fraternité a un but précis. C'est un groupe de jeunes prêtres qui aiment leur sacerdoce et se soutiennent les uns les autres. Ils s'inspirent du Summorum Pontificum que le pape Benoît XVI a publié pour rétablir la forme extraordinaire. La fraternité a attiré un bon nombre de personnes, dont beaucoup étaient aliénées à la "périphérie" dont parle souvent le pape François. Ils ont été attirés par l'Église catholique en raison des messes de forme extraordinaire que la Fraternité offre. Ils ont une bonne participation lorsqu'ils célèbrent ces messes, et ils remplissent l'église ! Ils sont vraiment une fraternité de frères dans le Seigneur, et ils se connaissent vraiment bien ».
 

je leur ai demandé de prier pour frère Timothy, que de bonnes nouvelles . Deo gratias ... ! avec saint Joseph tout est possible. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 1 Septembre 2020

 

Saint Carlo Acutis

Priez pour nous.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Août 2020

 

 

requiescat in pace 

 

 

 

 

 Me voici 

comme un enfant qui apprend à marcher 

dans les bras de ma petite Madone ,

je veux escalader ta montagne, 

entre pétales et épines 

pour atteindre un jour le sommet,

où il n'y a ni péché, ni souffrance 

mais seulement Ton amour infini. 

Me voici, me voilà. "

 

Matteo Farina. 

 

"En fait, toute l'Église est redevable à Dom Antoine et aux moines de Fontgombault pour leur fidélité à la fois à la Règle de saint Benoît et au patrimoine liturgique latin. Les deux sont essentiels au renouveau de la vie de l'Église et au rétablissement de notre civilisation. 

Que le Seigneur accorde à Dom Antoine la paix éternelle, la joie et une riche récompense pour sa fidèle administration.

in Domino et Domina,

Père Glen Tattersall PP

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Août 2020

father Joseph Hudson, OSB, souvenir de nos chers  américains.. ! 

le père Abbé et dom de Feydeau . in memoriam. 

CNA

 

Un abbé bénédictin qui a contribué à la relance du monachisme traditionnel et du chant grégorien en France a été enterré mercredi dans l’abbaye de Fontgombault, au XIe siècle, le monastère qu’il a dirigé pendant plus de 30 ans.

Dom Antoine Forgeot est décédé le 15 août, la solennité de l’Assomption et le 65e anniversaire de sa profession de vœux. Il avait 87 ans.

Lors de ses funérailles le 19 août, on se souvient de dom Forgeot pour son courage, sa simplicité et son affection paternelle pour ses moines. Il a dirigé l’abbaye Notre-Dame de Fontgombault de 1977 à 2011.

«Bien qu’il ait été abbé à une époque où l’Église se débattait pour trouver des jeunes gens désireux de poursuivre la vocation sacerdotale, Dom Antoine a reçu un si grand nombre de vocations qu’il a jugé nécessaire de fonder pas moins de quatre nouveaux monastères, tout en supervisant les rénovations et les projets de construction d’un ancien monastère médiéval dans le centre-ouest de la France », le P. Joseph Hudson, OSB, a déclaré à l’AIIC.

dom Hudson est un bénédictin de l’abbaye de Clear Creek dans l’Oklahoma, qui a été fondée par Forgeot en 1999 avec 50 moines.

Il a dit que la montée en flèche des vocations pour la congrégation bénédictine de Solesmes remonte à l’époque où dom Forgeot était l’assistant du maître des novices, nourrissant au moins 150 vocations de 1965 à 2011.

dom Forgeot a supervisé la croissance de la congrégation, qui a conduit à la création d’abbayes bénédictines à Triors et à Gaussan, en France, et à la fondation de l’abbaye de Clear Creek.

DOM FORGEOT REPARTI AU CIEL EN CE SAMEDI 15 AOÛT. LA VIERGE MARIE ÉTAIT LÀ POUR L’ACCUEILLIR.QU’IL REPOSE EN PAIX. IL CONTEMPLE DORÉNAVANT JÉSUS QU’IL CONNAISSAIT DÉJA TANT SUR TERRE.

L’abbaye de Fontgombault est bien connue pour sa liturgie traditionnelle et son chant grégorien.

«Bien qu’il ait adhéré à et promu l’ancienne forme de culte liturgique, l’usage du latin et la soi-disant messe tridentine, il s’est engagé à le faire toujours sous la direction du Saint-Père et le monastère était connu dans le monde entier pour son orthodoxie et sa fidélité au Saint-Siège », a expliqué dom  Hudson.

L’abbaye fut fondée en tant que monastère bénédictin en 1091. Elle fut pillée et endommagée par les calvinistes en 1569 et vendue plus tard pendant la Révolution française comme «bien national» en 1791.

Les bénédictins ne sont revenus à Fontgombault qu’en 1948, lorsque les moines de l’abbaye de Solemes ont travaillé à la restauration de l’abbaye après la Seconde Guerre mondiale.

 

La solennité de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie est la fête patronale du monastère et la date à laquelle dom Forgeot a prononcé ses vœux en 1955.

Les moines de l’abbaye ont noté que dom Forgeot avait dit qu’il voulait mourir le jour de la fête mariale. Il avait été transporté à l’hôpital le matin du 13 août avec un rythme cardiaque accéléré.

Après sa mort le 15 août, le corps de dom  Forgeot a été amené au monastère, où deux moines ont continuellement prié l’Office divin à ses côtés pendant les trois jours suivants.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Août 2020

 

 

 

institut du Christ Roi, messe de Requiem. 

 

Les obsèques de dom Forgeot, ce 19 août, à l’abbaye de Fontgombault, sont à l’image de ce père abbé bénédictin proche de Benoît XVI qui voyait dans la tradition vivante le meilleur moyen de dépasser les clivages idéologiques. Décryptage par dom Pateau l’actuel père abbé.

Que représentait dom Forgeot dans l'Eglise de France et dans l'univers bénédictin français ?

Le premier trait qui vient à l'esprit est celui d'un homme profondément attaché à la tradition, et qui en même temps recevait filialement, et avec ouverture de cœur et d'intelligence, le Magistère vivant de l’Église. A cela s'ajoute, celui d'un humble serviteur de l’Église, d'un homme au grand cœur qui savait écouter.

 Les hommages qui lui sont rendus viennent d'un peu partout ?

Oui, et c'est un signe. Bien des amis ont tenu à se manifester et nos amis sont de partout… car ils sont de l’Église, de toute l’Église. Ils savent comment le Père Abbé s'est investi bien au-delà de ce que lui demandait sa vocation d'Abbé. Tant de communautés ont été aidées par lui. Tant d'hommes et de femmes aussi sont venus frapper à la porte du monastère.

 

Je me souviens étant novice d'une visite du Père Guy Gilbert. On l'avait averti. "A Fontgombault, ils ne te recevront jamais." Le Père Abbé Antoine l'a reçu. Des relations se sont maintenues entre l’aumônier des loubards et celui qu'il appelait le "dinosaure de Père Abbé."!

Il me semble qu'on peut appliquer au Père Abbé deux qualificatifs : pacifique et pontife. Pacifique au sens fort, c'est-à-dire artisan de paix, et pontife, c'est-à-dire constructeur de ponts. Il a su bâtir des ponts, et apporter la paix à des personnes très différentes, par exemple à certains qui étaient déchirés par la crise dans l'Église, et à d'autres qui éprouvaient des difficultés avec la foi ou avec certains enseignements de l'Église.

Dom Forgeot est aussi celui qui a accueilli un certain cardinal Ratzinger à Fontgombault... En quelles circonstances ? Il a revu ensuite le pape à Rome ?

Déjà le Cardinal et le Père Abbé avaient eu plusieurs rencontres à Rome. Ils se connaissaient. C'est à l'occasion d'une rencontre de portée internationale consacrée à la liturgie organisée à l'abbaye en 2001 que le Cardinal nous a visités en juillet durant deux jours pleins. Sa douceur, son humilité ont fait la conquête des cœurs.

Après son élection comme Pape, j'ai eu l'occasion en compagnie du Père Abbé Antoine d'une rencontre. Je me souviens très bien que nous étions à genoux aux pieds du Saint-Père et qu'ayant pris mes mains dans les siennes, il me dit : " Demeurez fidèle à l'héritage du cher Père Abbé." A d'autres occasions, le Pape a montré sa profonde estime pour le Père Abbé Antoine.

En quoi dom Forgeot et Benoit XVI étaient-ils sur la même longueur d'onde en matière liturgique ?

De façon indubitable, l'un et l'autre aimaient la liturgie. Ensuite, ni l'un, ni l'autre n'étaient des idéologues.

Deux risques m'apparaissent en matière liturgique : la banalisation qui conduit à perdre le sens du sacré. Dans ce cas, l'espace sacré n'est plus le lieu de la rencontre avec le mystère, avec Dieu. Il est un lieu commun, un forum. A l'opposé, le ritualisme qui, en mettant exagérément l'accent sur le rite, en fait l'essentiel et conduit tout aussi réellement à la perte du sens du sacré. Lorsqu'on voyait le Père Abbé célébrer, on était frappé à la fois par sa grande fidélité aux rubriques liturgiques, et aussi par son intériorité, par son effacement pour être le plus transparent possible au mystère. Il était comme une fenêtre ouverte sur Dieu. C'est encore un point commun avec le pape Benoît XVI.

Il me semble que le Pape et le Père Abbé se retrouvaient à travers une authentique vie de prière et de communion avec le Seigneur, base pour un juste discernement en matière liturgique. C'est une chose que d'avoir la science en matière liturgique. C'est une autre que de discerner ce qui sera bon pour les fidèles, ce qui les conduira à Dieu.

En quoi est-il héritier de dom Guéranger et d'un attachement indéfectible à Rome ?

Le Père Abbé Antoine a été un vrai moine et un fils très aimant de l’Église. Il a vraiment aimé et fait sienne sa vocation de moine à l'école de Dom Guéranger. Jusqu'à la fin, ce fut un moine simplement fidèle: fidèle à l'oraison, à la lecture sacrée, au travail manuel dans la mesure de ses possibilités. Après la remise de sa charge, il s'est montré particulièrement  obéissant envers son nouvel abbé. Fils de Dom Guéranger, il ne pouvait qu'être d'un attachement indéfectible à l’Église. Les croix de l'obéissance, de la fidélité qu'il a portées comme abbé se sont révélées fécondes bien au-delà des murs de la clôture monastique de l'abbaye.

Dom Forgeot est mort symboliquement le 15 août dernier. Rétrospectivement, pourquoi la dévotion mariale était-elle si importante pour lui ?

Beaucoup ont compris sa mort le jour de l'Assomption comme un signe. De fait, Dom Forgeot aimait profondément Marie. Il avait fait profession monastique en cette fête du 15 août. Il avait reçu la bénédiction abbatiale le 8 décembre. Marie a écouté le Seigneur et elle lui a répondu un "Oui" qui ne s'est jamais démenti. Quand on aime quelqu'un, on finit par l'imiter. La dévotion à Marie est une voie royale pour le moine. Et puis il y a aussi Notre-Dame du bien mourir, la vierge de l'Abbaye qu'il priait et en l'honneur de laquelle il avait composé une prière.

Certains détracteurs le taxaient parfois de "traditionaliste" mais lui se voulait le héraut d'une "tradition vivante". En quel sens ?

Mettre une pancarte sur quelqu'un c'est réduire une personne à ce que l'on croit apercevoir d'elle. C'est souvent un moyen facile pour se dispenser de se remettre soi-même en question. La "Tradition vivante" intègre harmonieusement l'enseignement magistériel d'avant le concile et celui qui l'a suivi. Benoît XVI a opposé l'herméneutique de la rupture (la position de ceux pour qui rien de bon ne s'est fait avant le concile, ou à l'opposé, celle de ceux pour qui rien de bon ne s'est fait après le concile), et l'herméneutique de la continuité. Le Père Abbé était intimement convaincu de l'impérieuse nécessité de cette dernière.

 Il y a peu je recevais à l'abbaye un jeune catéchumène envoyé par un évêque ami. Rien de commun entre lui et la liturgie pratiquée à l'abbaye et encore moins avec le latin. Pourtant ce jeune a été conquis. Il revient régulièrement et amène désormais des amis. Ce qui vit vraiment donne la vraie vie. Cela vaut dans le domaine matériel mais aussi dans le domaine spirituel. C'est pour cela que le Père Abbé s'est battu. Une liturgie, une vie monastique et fraternelle authentiquement vécues, autant qu'il est possible à nos natures faibles.

Aux fabricants de pancartes, je dis simplement: "Venez et voyez." "Ne les enfermez pas", c'est ainsi que le Père Guy Gilbert avait réagi à un article insidieux sur l'abbaye.

dom Jean Pateau,

père abbé de Fontgombault. 

En souvenir de son jubilé, où j'avais recueilli aussi de son frère des anecdotes très émouvantes  de son adolescence  à Bayonne et à saint Bernard. la naissance de sa vocation bénédictine, pas rien , un bon moment avec un ami basque. 

on garde tout cela dans le secret de son coeur.

des problèmes mécaniques m'ont retenu en Vendée, mais nous avons pu avoir hier matin une très belle messe. 

merci mr. l'abbé . 

Philippe reconnaissant. 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 14 Août 2020

photo petit Placide

 

 

 

6 au 15 Août

Neuvaine de l'Assomption.

+

"Marie, qui dans votre extrême simplicité avez su vivre avec Dieu et pour Dieu,

priez pour nous".

MF

 

priez pour nous ! 

 

Donnez-nous la pureté du coeur qui met un voile sur ce monde de ténèbres, sur tout ce qui n'est pas Dieu et qui nous permet d'adhérer sans cesse à Jésus par la foi. "Avec Marie, morts au péché , vivant pour Dieu . " 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Août 2020

 

" Je vis une femme toute revêtue du soleil. " 

apoc 12

   Quand on nous assure qu'elle est toute revêtue du soleil, n'est-ce pas pour nous faire entendre qu'elle est dans le ciel de la gloire ce qu'est le soleil dans le ciel de ce monde visible? On voit un grand nombre d'étoiles qui ont chacune leur petit point de lumière, différent selon leur grandeur: mais il n'appartient qu'au soleil d'en être une source inépuisable et d'en avoir lui seul une si grande plénitude, que tout le reste des astres réunis ensemble ne pourrait pas l'égaler. C'est ainsi que la Sainte-Vierge est le soleil dans le grand jour de l'éternité, et tout le reste des saints et des anges ne sont que des étoiles, qui ont à la vérité chacune leur point et leur portion de lumière; mais toute leur multitude ensemble n'égalerait pas celle du soleil.

   On ne dit pas qu'elle soit elle-même le soleil, qui éclate de sa propre lumière, parce qu'elle n'est pas Dieu; mais on dit qu'elle est toute revêtue du soleil.

 

   L'habillement qui couvre et qui pare un corps n'est pas produit par le corps même, il lui vient d'ailleurs, mais il approche près du corps, il s'ajuste si bien à sa taille et à sa mesure que le corps et l'habit dont il est vêtu ne sont pas plus grands l'un que l'autre.

   O très Sainte Vierge! mère admirable! 

   Que faut-il donc penser de vous, puisqu'on nous dit que vous êtes revêtue du soleil? Qui pourrait concevoir la grandeur immense de votre gloire? Le soleil tout entier n'est pas trop grand pour faire votre habillement. Etes-vous donc de sa grandeur? Toute la gloire de votre Fils unique, qui vous environne comme votre habit et qui vous embellit de ses plus riches ornements, n'est donc pas plus grande que vous; toute la plénitude de la gloire qui est en Jésus est donc en Marie, comme saint Jérôme disait de la grâce. O Majesté ! O grandeur! ô immensité de la gloire de la mère de Dieu ! que vous êtes incompréhensible! 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Août 2020

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité, #videos

Repost0