spiritualite

Publié le 13 Octobre 2021

 

 

 

"Veux- tu devenir et être une petite brebis  ? Etablis-toi dans une vraie paix, toujours égale, en tout ce qui peut arriver, de quelque façon que ce soit. Quand tu as fait ce qui te regarde, sois en paix, et sans crainte en toutes choses, de quelque façon qu'elles arrivent. Confie tout à Dieu, et abandonne-toi complètement à lui, même dans tes fautes, , non pas d'une manière sensible, mais selon la raison, c'est-à-dire en te détournant d'eux, en en ayant de l'aversion.

Dans ce sens, on ne s'abandonnera jamais trop.

Tauler. 

 

les voeux arrivent encore de...  Moscou ! super sympas.. 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Octobre 2021

 

 

... Dans le recueillement de notre âme, dans le silence de tous les bruits du monde, adorons en toutes choses la douce providence de notre Père . Il sait, Lui ce qu'il faut à chacun de nous; il a calculé et mesuré les coups de marteaux nécessaires pour nous sculpter à son image; il sait les déchirements dont a besoin notre coeur pour se tourner vers l'Infini.

   Dieu lui-même , au cours de notre vie, et, on peut dire à chaque instant même de notre existence, nous appelle lui-même, force nos regards à se tourner vers Lui. Sachons l'écouter  et ne faisons pas la sourde oreille . Courbons-nous avec humilité, douceur et reconnaissance sous les épreuves grandes et pénibles qu'Il nous envoie. 

   L'épreuve est la voie de Dieu.

   " C'est la myrrhe que Dieu nous donne sous forme de souffrances de quelque genre qu'elles soient, intérieures ou extérieures. Celui qui accepterait cette myrrhe en charité, sous la même impulsion foncière qui nous la fait donner par Dieu, quelle vie délicieuse ne sentirait-il pas naître dans son âme! Oui, la plus petite comme la plus grande souffrance que Dieu laisse tomber sur toi vient du fond de son ineffable amour; oui d'un amour tout aussi grand que les dons les meilleurs et les plus sublimes qu'il puisse te donner ou qu'il t'ait jamais donnés... Si seulement tu voulais les accepter....! 

Tauler. 

  Laissons-nous chercher dans une humble soumission à sa volonté; quand notre coeur est meurtri, quand des souffrances plus intimes encore viennent nous éprouver, c'est Dieu qui nous cherche, c'est Lui qui nous appelle. Laissons-nous bouleverser par Lui. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Octobre 2021

 

 

 Habituées à Le contempler, nos âmes sont de plus en plus captivées par sa souveraine beauté, habituées à nous confier en Lui, à nous abandonner entre ses mains, rien ne pourra plus troubler le calme de nos âmes.

Dieu est notre Père. Que sa douce volonté s'accomplisse en nous! C'est ce fiat de résignation, ce fiat de joie et de reconnaissance que l'âme chrétienne doit chanter sans cesse. 

   Si tu es possédée par Dieu, toutes les créatures ne sauraient faire dériver et chavirer ta petite barque, ton vouloir foncier. A un tel homme, Dieu, le meilleur de tous les biens donne un joyau si magnifique, c'est-à-dire une joie si intense, que l'homme en reçoit au fond de l'âme une paix si vraie et une telle sécurité que ceux-là seuls peuvent le comprendre qui en jouissent. 

Il peut, il est vrai , arriver assez souvent que les vagues déferlent du dehors en tempête contre la petite barque, comme si elles voulaient engloutir son passager,; mais le trouble ne peut l'envahir au point de l'empêcher de demeurer intérieurement dans sa bonne paix. 

La petite barque peut bien être secouée et ballotée du dehors, mais il ne lui arrivera jamais plus de chavirer; sa divine paix intérieure et sa vraie joie lui restent toujours.

Tauler.

 

" In manus tuas commendo spiritum meum"

" Mon Dieu, je remets mon âme entre vos mains; à chaque instant de ma vie, dans tous les évènements qui m'arrivent. Mon Dieu , vous notre Père, je sais que par des voies que nous ne comprenons pas toujours, vous nous conduisez vers vous. J'adore votre sainte volonté. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 7 Octobre 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Septembre 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Septembre 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0

Publié le 1 Septembre 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Août 2021

 

 

 

 

" ne crains pas, Esther ! " 

 

Alors que nous poursuivons notre préparation à l'Assomption de Notre-Dame, nous tournons aujourd'hui nos regards vers une autre des grandes figures féminines de l'Ancien Testament, à savoir Esther.

Cette jeune femme hébraïque a été choisie pour devenir l'épouse et la reine du roi de Perse, Assuérus. Peu de temps après sa promotion, Haman, le conseiller en chef du roi, par haine du Juif Mardochée qui refusait de lui rendre des honneurs publics comme à un dieu, complote pour faire mettre à mort tous les Juifs du royaume. Il fait signer le décret par le roi et ordonne l'extermination. Mardochée informe Esther et lui demande d'intervenir. C'est ce qu'elle est disposée à faire, mais il existe une loi stricte dans le royaume selon laquelle quiconque s'approche du roi sans être convoqué par lui est passible de la peine capitale. Esther n'hésite pas à prendre sa vie en main, mais elle ne le fait pas sans se livrer d'abord à la prière et au jeûne. Elle enlève ses vêtements royaux, s'habille de vêtements de deuil, se couvre la tête de cendres et d'excréments, humilie son corps par le jeûne et s'arrache les cheveux.

Quand on considère le fait qu'elle a été choisie pour reine précisément en raison de sa beauté époustouflante, ce dernier détail est loin d'être anodin. La situation est dramatique. Tout est perdu pour le peuple juif. Des hommes méchants ont décrété l'extermination de leur race et la destruction de leurs rites sacrés. Sachant que c'est l'une des situations où l'aide humaine est impuissante, elle s'humilie en pénitence et adresse à Dieu une de ces prières d'une beauté étonnante qui, malgré l'éloignement des millénaires, nous émeut profondément :

 

O mon Seigneur, qui seul es notre roi, aide-moi une femme désolée, et qui n'as d'autre aide que toi…. Nous avons péché à tes yeux… Tu es juste, ô Seigneur. Et maintenant, ils ne se contentent pas de nous opprimer avec la servitude la plus dure, mais attribuent la force de leurs mains à la puissance de leurs idoles. Ils projettent de changer tes promesses, et de détruire ton héritage, et de fermer la bouche de ceux qui te louent, et d'éteindre la gloire de ton temple et de ton autel, … Souviens-toi, ô Seigneur, et montre-toi à nous au temps de notre tribulation, et donne-moi de l'audace, ô Seigneur, roi des dieux et de tout pouvoir: Donne-moi un discours bien ordonné dans ma bouche en présence du lion, et tourne son cœur vers la haine de notre ennemi,… Délivre-nous par ta main , et aide-moi, qui n'ai d'autre aide que toi, Seigneur, qui as la connaissance de toutes choses (Esther ch. 14).

Le gardien d'Esther, Mardochée, a également prié, et sa prière ainsi que celle d'Esther ont été immortalisées dans notre chant. La prière d'Esther nous est parvenue dans le chant d'offertoire Recordare pour le 22e dimanche après la Pentecôte, et celle de Mardochée dans l'introït In voluntate tua pour le 21e dimanche après la Pentecôte.

Alors que la prière d'Esther est rendue par une mélodie qui exprime son inquiétude devant le prince sur la parole duquel sa vie est suspendue, celle de Mardochée est une contemplation calme, solennelle, ferme et paisible des desseins omnipotents de la Providence : Seigneur, roi tout-puissant, toutes choses sont en ta puissance, et il n'y a personne qui puisse résister à ta volonté, si tu décides de sauver Israël. Tu as fait le ciel et la terre et tout ce qui est sous l'étendue du ciel. Tu es le Seigneur de tous, et il n'y a personne qui puisse résister à ta majesté (Esther, c. 13).

Ayant ainsi épanché son cœur devant le Seigneur pendant trois jours, Esther passe à l'action. Elle revêt ses robes royales, retrouve sa beauté éclatante et, avec ses deux servantes, se présente devant le roi, ses yeux gracieux et brillants cachant un esprit plein d'angoisse et de peur. A la vue du roi, scintillant d'or et de pierres précieuses, elle faillit s'évanouir. Le roi saute de son trône, la tient dans ses bras et la caresse avec des paroles apaisantes : Ne crains pas Esther. L'histoire se termine avec le roi renversant sa décision et la mort du méchant Haman.

De nombreux enseignements peuvent être tirés de ce récit bien connu, qui est à l'origine de la fête juive de Pourim. Le plus important pour nous aujourd'hui, en ce moment crucial de l'histoire du monde, est qu'à chaque époque, les forces du mal s'ingénient à anéantir le nom de Dieu, le véritable culte de sa majesté et ceux qui perpétuent son service sur terre. Il y a des périodes où les vrais serviteurs de Dieu semblent être sur le point d'être effacés de la surface de la terre.

Et même s'il faut faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter qu'une telle chose ne se produise, le plus important est de s'humilier dans la pénitence et de passer du temps dans une prière prolongée et fervente.

L'histoire d'Esther et de Mardochée se termine bien. Les Juifs sont justifiés. Ce qui était censé être leur disparition s'avère être leur triomphe. Dans le Nouveau Testament, cependant, les choses seront différentes. Le Juste par excellence, à son heure de persécution, priera, mais sa prière ne sera pas exaucée. Les Cieux semblaient s'ouvrir pour Esther, mais pour Jésus de Nazareth qui crie pour être délivré dès l'heure de sa passion, les Cieux restent fermés. Aucune délivrance ne vient jusqu'à ce qu'Il rende son dernier souffle sur la croix.

Mais ce Juif connaissait, comme Aslan le Lion, la « magie encore plus profonde qui… remonte… dans le calme et les ténèbres avant l'aube du Temps » (C.S. Lewis, The Lion, the Witch and the Wardrobe, ch. 15). Cette écriture magique, la sorcière ne savait pas lire. C'est précisément en se laissant vaincre que le Lion de la Tribu de Juda, l'Agneau de Dieu, triomphe.

L'histoire de la Nouvelle Alliance regorgera de saints qui ont suivi ce chemin avec Notre Sauveur Béni. Les légions de martyrs qui ont versé leur sang sont les premières d'entre elles, et cette semaine nous honorerons l'un des plus célèbres d'entre eux, le diacre Saint-Laurent, qui était si loin de désespérer puisqu'il a été mis à mort, que dans son torture, il plaisante avec ses bourreaux. Lui aussi connaissait la « magie plus profonde encore » que le préfet romain ne pouvait pas.

En réalité, tous les saints ont vécu ce mystère d'une manière ou d'une autre. Cette femme étonnante que nous honorons aujourd'hui, sainte Marie de la Croix, en est un exemple vivant. Laissant de côté les difficultés indicibles qu'elle a dû supporter pour fonder son ordre, il y avait la grande épreuve qu'elle a dû subir de la part de l'Église même pour laquelle elle avait donné sa vie pour servir. L'évêque Sheil d'Adélaïde, sans doute égaré par l'âge, la fatigue et peut-être des troubles mentaux, s'est laissé persuader que Mary Mackillop était une fauteuse de troubles, qu'elle creusait les écarts, renforçait les divergences et encourageait les désaccords qui nuisent à l'Église. , bloquez son chemin, et l'exposez au péril de la division. Une opinion excessive et exaltée de son rôle le conduisit à la décision ultime et peu crédible de prononcer contre cette femme humble, pure et travailleuse, la plus grave des censures ecclésiastiques. Entourée de nombreux prêtres, l'évêque la déclara excommuniée, séparée de la communion de la Sainte Église, proscrite de ses sacrements, chassée comme le païen et l'infidèle.

Dans sa célèbre contemplation sur l'Incarnation, saint Ignace de Loyola dépeint admirablement le contraste entre les voies bruyantes et voyantes du monde et l'humble, pauvre et silencieuse Vierge de Nazareth. Son intention est de montrer où se déroulent les événements vraiment importants.

Ce n'était pas le décret imposant et la démonstration hautaine de pouvoir du roi Assuérus, mais l'humble pénitence et la prière d'Esther dans sa chambre ; ce n'était pas la spectaculaire cérémonie d'excommunication de Mgr Sheil, mais l'humble effacement de Marie de la Croix ; ce n'était pas le vain spectacle de la puissance romaine, mais la prière silencieuse et humble d'une tendre vierge dans une province inconnue de la Palestine : ce sont les vrais événements qui changent le monde, les événements vraiment bouleversants qui font notre histoire sacrée.

Ils la changent parce qu'ils permettent à Dieu d'agir dans l'histoire comme Lui seul peut le faire, à travers notre faiblesse et notre pauvreté. Quand je suis faible, alors je suis fort, nous dit saint Paul (2 Co 12, 10).

Et ainsi de nos jours. Ce n'est pas la démonstration de force de nos dirigeants assoiffés de pouvoir qui cherchent à restreindre nos libertés et à nous traiter comme du bétail à inoculer ; ce n'est pas la façade vide de l'établissement ecclésiastique qui cherche à nous étiqueter comme des dinosaures démodés qui devront revenir en temps voulu au « catholicisme dominant ».

Non, il y a une écriture plus profonde dans la pierre, une autre magie qu'ils ne peuvent pas lire. Seuls ceux qui sont humbles peuvent le lire. Pour les orgueilleux, cela reste une énigme inintelligible. Le peuple d'Esther a été sauvé par sa prière et son sacrifice audacieux ; Mère Marie s'est réconciliée quelques mois plus tard, Mgr Sheil étant tombé malade et, peu de temps avant sa mort, se repentant de son traitement injuste envers la sainte. 

Que nous reste-t-il à faire ? Humilions-nous et prions avec une grande ferveur. Lisons la magie plus profonde.

 Le monde et l'Église sont aujourd'hui en grand péril. Et, comme l'écrivait sainte Edith Stein, autre grande martyre dont la fête est demain, alors que la tragédie devenait inévitable : « Aucune activité humaine ne peut nous sauver, mais Dieu seul ».

Et c'est pourquoi, mes chers amis, j'exhorte chacun d'entre vous à se considérer personnellement responsable du salut du monde, de l'Église et de ses Traditions. Tout catholique fidèle est gardien de la Tradition, mais aucun d'entre eux ne peut la garder en détention.

Comme Aslan, il brisera les liens fragiles qui l'entourent aujourd'hui pour tenter de le reléguer au rang des déchets de l'histoire.

Cette heure est l'heure de la Vierge Mère, et cette semaine nous intensifions nos préparatifs pour la grande consécration à elle dimanche prochain. Un dernier mot : une partie importante de notre préparation est de se souvenir de St Joseph à qui Mary Mackillop a dédié son ordre. À l'occasion du 25e anniversaire de la fondation de l'Institut, en mars 1891, elle écrit à ses sœurs : « O mes sœurs, tournons-nous avec une grande confiance vers notre glorieux Patron, demandons-lui d'obtenir pour nous tout ce dont nous avons besoin pour nous faire humble et fidèle. A moins d'avoir l'esprit d'humilité, nous ne serons Sœurs de Saint-Joseph que de nom. Saint Joseph, notre Père, était humble et caché. A moins qu'il ne voie en nous le désir de l'imiter en cela, comment peut-il nous reconnaître comme ses enfants, comment plaider pour nous comme tels auprès de son Fils adoptif ?... Faire offrande de tout tort, réel ou imaginaire, à notre glorieux Patron d'être présenté par lui à notre Divin Époux, son Fils adoptif, et priez pour que vous ne vous souveniez plus jamais de telles choses. »

 

notre-Dame priory 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 31 Juillet 2021

 

 

 

 

 

"Deux hommes montèrent au Temple

pour y prier . "

 

"Dextera Domini fecit virtutem,

dextera Domini exaltavit me. "

 

ad laudes dimanche. 

 

Dans seulement deux semaines, le 15, nous célébrerons la grande fête de l'Assomption de Notre-Dame. La neuvaine de neuf jours qui y précède commence ce vendredi 6 août, qui est à la fois le premier vendredi du mois et la fête de la Transfiguration. Je voudrais inviter tous nos amis à se joindre à la communauté dans la récitation quotidienne solennelle des Litanies de Lorette que nous chanterons chaque soir après les Vêpres, 

 

Le jour de la fête elle-même, cette année, nous nous unirons aux catholiques du monde entier d'esprit traditionnel pour faire un acte de consécration au Cœur Immaculé de Marie et, si le temps le permet, faire une procession en son honneur tout en récitant le Saint Rosaire ensemble afin d'obtenir le triomphe de son Cœur Immaculé sur toutes les forces du mal qui sont à l'œuvre pour saper l'Église et le monde. 

 

Pour nous aider à nous préparer spirituellement à la grande fête, au cours des prochaines semaines, je propose d'offrir quelques réflexions qui le feront, en considérant trois saintes femmes de l'Ancien Testament qui ont préfiguré Notre-Dame. 

 

De même que Notre-Seigneur a de nombreux types, qui ont préfiguré sa propre personne, de même Notre-Dame. Aujourd'hui, réfléchissons à l'une des moins connues de ces saintes femmes, à savoir Abigaïl. Elle nous est connue par le premier livre de Samuel

(1 Sam 25). 

 

 La scène se déroule à l'époque où David est pourchassé par Saül et obligé de vivre en rase campagne avec ses hommes armés. Homme vaillant et compatissant, David ne se préoccupe pas que de lui-même. Il veille également sur les bergers locaux, dont l'un, nommé Nabal, a eu beaucoup de succès. On nous dit qu'il avait trois mille moutons et mille chèvres, ce qui signifiait aussi un grand nombre de familles et de serviteurs. David et ses hommes l'avaient protégé, lui et ses troupeaux, des brigands et des bêtes sauvages. Mais Nabal, si riche qu'il fût, était un homme insensé et méchant. Dans son besoin, David a demandé à Nabal de fournir de la nourriture à ses hommes affamés.

 Étonnamment, la demande se heurte non seulement à un refus, mais à un refus dur, cruel et ingrat.

David est furieux ; une colère meurtrière s'empare de lui, et il ordonne à ses hommes de préparer leurs épées. Ici entre Abigaïl, la femme de Nabal. Informée par l'un des serviteurs de la manière dont David avait été insulté par son mari insensé, et des intentions de David, elle ne perd pas de temps, mais prépare une offrande de paix.

L'Écriture nous a rapporté des détails impressionnants : deux cents pains, deux cuves de vin, cinq moutons parés, cinq mesures de maïs desséché, cent grappes de raisins secs et deux cents galettes de figues sèches. Elle fait peser tout cela sur des ânes et, sans le dire à son mari, part à la rencontre de David dont la colère, loin de s'apaiser, est maintenant à son comble. Il a juré à ses hommes de ne laisser en vie aucun membre de la famille et des serviteurs de Nabal.

La situation est désespérée, car elle apportera la mort à de nombreuses âmes innocentes, à cause d'un fou, mais aussi le malheur de David.

Sans hésiter, Abigail risque sa vie. En voyant David s'approcher, elle descend de l'âne et se prosterne par terre devant David et dit : Que cette iniquité soit sur moi, mon seigneur : que ta servante parle. Que mon seigneur le roi ne regarde pas ce méchant homme, Nabal; car selon son nom, c'est un insensé; mais moi, ta servante, je n'ai pas vu tes serviteurs que tu as envoyés. Maintenant donc, mon seigneur, le Seigneur vit, et ton âme vit, qui t'a empêché de venir au sang.

C'est pourquoi, reçois cette bénédiction que ta servante t'a apportée, mon seigneur, et donne-la aux jeunes gens qui te suivent, mon seigneur. Pardonne l'iniquité de ta servante (cf. 1 Sam 25).

Apaisé par une demande aussi sincère et humble, David reçoit les cadeaux de sa main. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Cette même nuit, Nabal organise un festin, s'enivre, et le lendemain, après que sa femme lui ait dit qu'elle avait échappé de justesse à la mort, il est tombé malade et dix jours plus tard, il est frappé par le Seigneur et meurt.

En apprenant la mort de Nabal, David fait venir Abigaïl et en fait sa femme. Amenée devant David, elle se prosterne de nouveau à terre et prononce des paroles qui nous seront familières : « Voici, que ta servante soit une servante, pour laver les pieds des serviteurs de mon seigneur » (1 S 25 :41).

L'humble épouse du futur roi d'Israël se déclare n'être qu'une servante. De nombreux aspects de cette histoire peuvent nous inspirer aujourd'hui. David nous donne deux grandes leçons.

La première est que les dirigeants peuvent commettre de graves erreurs et causer des torts injustifiables lorsqu'ils ne parviennent pas à maîtriser leurs passions. Mais ensuite, il nous donne un magnifique exemple d'apaisement, de pardon et de miséricorde.

L'oraison d'aujourd'hui nous dit que la toute-puissance de Dieu se manifeste surtout quand Il pardonne et pardonne.

De même, l'homme fait preuve de grandeur d'âme lorsqu'il pardonne , tend l'autre joue et oublie les choses qui font mal. Se souvenir des bienfaits et oublier les blessures est en effet une grande sagesse.

Une autre leçon de cet épisode est que la justice appartient à Dieu qui se réserve le châtiment de ceux qui le méritent, et parfois ce châtiment est rapide à venir.

On se souvient ici des paroles de saint Jacques : La colère de l'homme n'opère pas la justice de Dieu (Jacques 1:20).

Abigail nous présente une image saisissante de Notre-Dame.

Elle reconnaît le péché de son mari et se hâte, contre son gré, de fournir à David les biens dont il a besoin. Elle le fait avec audace, prenant sa vie en main, le tout avec le plus grand respect et humilité.

L'humble servante du Seigneur l'emporte, elle évite un désastre, sauve son mari ainsi que ceux des nombreux serviteurs et enfants de la maison du meurtre. La Vierge de Nazareth aussi, par ses prières et son humilité, attirera la miséricorde de Dieu que nous avions justement méritée à cause de notre ingratitude.

Mais il faut aussi ajouter que David aussi, le saint roi et prophète, est sauvé par son humilité.

Il a commis un péché grave, c'est de se venger et de laisser libre cours à sa colère ; sa colère allait apporter le désastre. Seule l'humilité, seule la douceur sauve la situation.

Il y a des moments où l'on est injustement traité, et où la réaction naturelle est celle de la colère.

Mais la colère de l'homme n'accomplit pas la justice de Dieu.

Heureux les doux car ils posséderont la terre.  Heureux les artisans de paix car ils seront appelés enfants de Dieu (Mt 5).

Une leçon similaire nous est donnée dans l'Évangile d'aujourd'hui. Le pharisien n'est pas réprimandé pour les bonnes choses qu'il fait : jeûne, aumône, prières, mais plutôt pour mépriser ceux qu'il ne pense pas être aussi bons que lui, et mettre essentiellement tous les hommes dans cette catégorie. En définitive pour le pharisien, il n'y a que deux sortes de personnes : le saint, c'est-à-dire lui-même et les pécheurs, c'est-à-dire tous les autres.

À quel point une telle attitude est préjudiciable à une personne aussi arrogante nous est expliquée par le Seigneur lui-même : celui qui s'élève sera humilié ; celui qui s'humilie sera élevé.

 

" Confie ton inquiétude au Seigneur, c'est lui qui te soutiendra."

La messe d'aujourd'hui a commencé par un cri de détresse tiré du Psaume 54. L'un des Psaumes de la Passion, sa prière est d'autant plus poignante que nous apprenons du texte qu'un des aspects les plus douloureux des souffrances qu'il endure est qu'ils sont dus à la trahison d'un ami très proche, quelqu'un de confiance et d'amour. Car ce n'est pas un ennemi qui me nargue, alors je pourrais le supporter ; ce n'est pas non plus celui qui me hait qui s'est élevé contre moi, alors je pourrais me cacher de lui. Mais c'est toi, un homme mon égal, mon compagnon et mon confident ; nous qui avons eu une douce communion ensemble, nous avons marché dans la maison de Dieu.

Mais le Psaume se termine par le retour de la paix après que l'âme a appris à se jeter sur le Seigneur, à remettre tous ses soucis et ses peines à celui qui seul peut y trouver un remède, un encouragement bien connu qui sera repris par saint Pierre : Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car il a soin de vous (1 P 5, 7)

Dans les moments de détresse et de colère, souvenons-nous d'Abigail prosternée dans la poussière devant David ; dans les moments d'orgueil, souvenons-nous du publicain se frappant la poitrine, n'osant même pas lever les yeux vers le ciel ; en tout temps invoquons la Reine du Ciel qui se fait l'humble servante.

L'humilité seule sauve. 

Aujourd'hui, même si elles ne sont pas commémorées liturgiquement à cause du dimanche, l'Église commémore le martyre des Enfants d'Israël au temps des Maccabées. Ces vaillants peuples étaient totalement dépassés en nombre par leurs ennemis qui les forçaient à abandonner les rites de leurs Pères. Face à certains qui pensaient le combat sans espoir, Mathathias dit à ses fils : C'est une affaire facile pour beaucoup d'être enfermé dans les mains de quelques-uns : et il n'y a aucune différence dans la vue du Dieu du ciel avec qui délivrer une grande multitude, ou avec une petite compagnie : Car le succès de la guerre n'est pas dans la multitude de l'armée, mais dans  la force qui vient du ciel.

Ils viennent contre nous avec une multitude insolente et avec orgueil, pour nous détruire, ainsi que nos femmes et nos enfants, et prendre notre butin.

Mais nous combattrons pour nos vies et nos lois ; et le Seigneur lui-même les renversera devant notre face ; mais vous , ne les craignez pas. (1 Maccabées 3:16-19)

N'ayez pas peur. Telle est la grande leçon que nous donnent les Maccabées. Ne jamais avoir peur. Nous sommes entre les mains du Seigneur et la victoire appartient à ceux qui lui restent fidèles.

notre dame priory 

osb + 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 27 Juillet 2021

 

 

 

GLORIEUX Saint Joseph, époux de Marie, accordez-nous votre protection paternelle, nous vous en supplions par le Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie.

Ô vous dont la puissance s’étend à toutes nos nécessités et savez rendre possibles les choses les plus impossibles, ouvrez vos yeux de père sur les intérêts de vos enfants. Dans l’embarras et la peine qui nous pressent, nous recourons à vous avec confiance ; daignez prendre sous votre charitable conduite cette affaire importante et difficile, cause de notre inquiétude. Faites que son heureuse issue tourne à la gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs.

Ô vous que l’on n’a jamais invoqué en vain, aimable saint Joseph ! Vous dont le crédit est si puissant auprès de Dieu qu’on a pu dire : “ Au ciel, Joseph commande plutôt qu’il ne supplie ”, tendre père, priez pour nous Jésus, priez pour nous Marie. Soyez notre avocat auprès de ce divin Fils dont vous fûtes ici-bas le père nourricier si attentif, si chérissant et le protecteur fidèle. Soyez notre avocat auprès de Marie dont vous fûtes l’époux si aimant et si tendrement aimé. Ajoutez à toutes vos gloires celle de gagner la cause difficile que nous vous confions.

Nous croyons, oui, nous croyons que vous pouvez exaucer nos vœux en nous délivrant des peines qui nous accablent et des amertumes dont notre âme est abreuvée ; nous avons, de plus, la ferme confiance que vous ne négligerez rien en faveur des affligés qui vous implorent. Humblement prosternés à vos pieds, bon Saint Joseph, nous vous en conjurons, ayez pitié de nos gémissements et de nos larmes ; couvrez-nous du manteau de vos miséricordes et bénissez-nous.

Saint Joseph, merci !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0