videos

Publié le 16 Avril 2018

 

 

 

 

 

que du bonheur ! merci . bravo ! énorme, du grand Julien. catégorie sénior, ça me rajeunit té. ça passe vite le temps où ils étaient apprentis ! maintenant ce sont des grands...

 

 

 

 

 

Nikola PAJANOVIĆ

18 ans .

est originaire de Ljubljana, Slovénie. Il étudie le violon à l'Académie de musique de Ljubljana avec le professeur Gorjan Košuta. En 11 ans d'études de violon, il a remporté 14 fois la 1ère place dans des concours internationaux en République Tchèque, Serbie, Italie, Macédoine et Slovénie, comme 1er Prix et lauréat du Concours de Violon Kocian. Nikola a joué en soliste avec des orchestres slovène et tchèque. Passionné par l'amélioration de son jeu, Nikola a suivi des masterclasses de violon dans toute l'Europe et en Israël.

"Participer à un concours qui porte le nom de l'un des violonistes les plus éminents de tous les temps - Yehudi Menuhin - est un défi et un honneur pour chaque jeune violoniste. Je vais fusionner mon amour de la musique avec des années de pratique en jouant devant les membres distingués du Jury, le public et mes co-compétiteurs, et cela signifie le monde pour moi. L'expérience que j'aurai à Genève n'a pas de prix et je ne peux pas attendre le mois d'avril pour venir".

 

 

NIKOLA PAJANOVIĆ

la très grande  classe !

 

que du bonheur ! on va prier st Bernard pour Nathan !

frère NATHAN MIERDL  + abbaye de citeaux .

le violon de Dieu.

Nathan, né en 1998 à Francfort-sur-le Main, a commencé le violon à 5 ans. A 8 ans, il entre au Conservatoire de Dijon. A 13 ans, il joue avec l’orchestre philharmonique de Besançon.

       En 2013, il entre au Conservatoire national supérieur de Paris. Il obtient en 2013 le premier prix du concours international de Weimar, et en 2015 le deuxième prix au concours international de Mirecourt.

      Chaque année, il participe aux Musicales en folie de Fontaine-les-Dijon (où est né Saint Bernard!), festival parrainé par la célèbre pianiste Anne Queffelec. Le 8 avril 2017, comme nous l’a confié sa maman, certes l’une de ses plus ferventes supporters, mais qui conserve un œil critique empreint de bienveillance sur son évolution musicale, il a « reçu les applaudissements chaleureux du public enthousiaste et tellement fidèle. Il nous a tous émus sur ce concerto pas facile du tout qui lui a permis de gravir une marche dans la hiérarchie des concertos à maîtriser pour un violoniste accompli  pour son interprétation du concerto pour violon et orchestre en ré majeur de Piotr Tchaïkovsky ».

       Dans sa courte et si brillante « carrière », Nathan est déjà venu 2 fois à Cîteaux, sachant que Dom Quenardel est d’autant plus sensible à son talent que lui-même a fait plusieurs années de violon dans son enfance et adolescence.

       Il est troublant de lire ces lignes dans la présentation qui a été faite de Nathan pour les Musicales de Fontaine le 8 avril dernier : « Nathan est un jeune homme simple et convivial, plein d’énergie, de passion, d’intelligence et de gaieté. Il nous touche par sa musicalité et sa virtuosité attachante. Le but ultime du jeune artiste semble, d’une certaine manière, être celui d’un guide éclairé, conduisant son auditeur dans des univers et des contrées qu’il ne connaît pas toujours, au-delà des apparences, vers une authenticité d’une profondeur d’ordre spirituel, pour le plonger au cœur de la musique. Pour lui, son art n’a de sens que partagé, avec le public ou avec d’autres musiciens. »

       Comment ne pas reconnaître en filigrane dans ce portrait celui de Dom Quenardel, malgré un écart de 5 décennies et un domaine d’action qui diffère de celui de Nathan ? Le domaine d’action de Dom Quenardel n’a aussi de sens que partagé, avec les personnes qui l’écoutent ou avec ses frères de la communauté monastique…Et ne l’a-t-on pas justement surnommé « le violon de Dieu ? »

Le 17 juin,  2017 Nathan clôturera la journée en se produisant seul, à l’intérieur de l’église que Dom Quenardel a bien voulu mettre à notre disposition. Il puisera entre autres dans le répertoire de Jean-Sébastien Bach, de Niccolo Paganini et d’un compositeur plus contemporain.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 14 Avril 2018

véritablement très beau ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 14 Avril 2018

 

 

Anatole János Toth est né en Suisse et commence le violon à l’âge de trois ans. Depuis 2013, il suit l’enseignement de Barbara Doll, à Bâle. Il assiste aux masterclasses et se voit offrir l’assistance musicale de Nora Chastain, György Pauk, Alf Richard Kraggerud et Yuki Ishibashi. Anatol se produit régulièrement en tant que soliste et musicien de chambre. Il a remporté plusieur 1er prix avec distinction dans les catégories solo et duo (ce dernier accompagné de sa sœur) à la Swiss National Youth Competition, et le 1er prix à la National German Youth Competition.

“Je suis heureux et fier de participer au Concours Menuhin. C’est un concours si spécial! Depuis mes premiers pas dans le violon, j’admire Yehudi Menuhin, tant pour son admirable musicalité que pour son engagement humain. Telles des étoiles scintillant dans le ciel, son nom et ses enregistrements n’ont cessé de m’accompagner depuis mes débuts. Je suis extrêmement reconnaissant de faire partie de ce grand événement, fruit de son héritage. J’aimerais que ce concours me permette de progresser musicalement et m’ouvre de nouvelles portes. J’ai hâte d’être à Genève, où j’espère rencontrer de nouveaux amis, d’autres jeunes talents, d’excellents musiciens lors des masterclasses, ainsi qu’un public captivé.”

source

On imagine différemment une usine de talents - mais dans la maison cosy de la famille Toth à Milken près de Schwarzenburg, un vent particulièrement créatif souffle. Dans le salon à panneaux de bois se trouve un piano, bien en évidence au milieu de la pièce un pupitre de musique et - à ne pas négliger - un étui à violon.

Le violon est prêté à Anatole Toth et l'accompagnera au Concours Menuhin à Genève du 12 au 22 avril. Anatol, 14 ans, l'un des deux Suisses, s'est qualifié pour participer à la compétition internationale. Plus de 300 jeunes violonistes du monde entier se sont inscrits au concours. Combien d'heures par jour pratique-t-il pour se préparer ? "Pas tant pour l'instant, mais en général trois heures par jour", dit le musicien calmement.

Dans la langue de la musique à la maison

Le don musical d'Anatole a déterminé son parcours depuis sa plus tendre enfance. Il a commencé à jouer du violon à l'âge de trois ans et, dès le début, il s'est senti chez lui dans la langue de la musique. Ses parents Pedro et Judith Toth nous racontent comment il a écouté, imité et critiqué divers enregistrements de pièces quand il était jeune garçon : "Anatol a immédiatement saisi le spécifique dans diverses interprétations. "Sa propre opinion sur l'expression musicale est venue naturellement."

Lorsqu'il pratique, sa musicalité se met parfois presque sur son chemin, dit Anatole et sourit malicieusement. Parce que : "Tout d'abord, je dois déchiffrer les notes et reconnaître ce que le compositeur voulait vraiment". Le travail sur l'intonation et les bases techniques est ce qui est au début. Plus tard, le travail de détail et le raffinement de l'expression viendraient : "Pratiquer à la perfection exige beaucoup de discipline. "Laisser mûrir une pièce, par contre, prend beaucoup de temps."

Les explications factuelles d'Anatol sur ses techniques de pratique et son dévouement musical font presque oublier qu'il est un jeune dont les contemporains ont des choses complètement différentes en tête. Il semble étonnamment mature quand il parle. Il y a une énergie de jeunesse à ressentir, mais en même temps un calme extraordinaire. Pendant la conversation, il semble très concentré, il répond aux questions avec soin et avec des mots soigneusement choisis.

Anatole Toth et ses deux sœurs ne vont pas à l'école. Ils sont enseignés à la maison. Cela leur permet d'avoir beaucoup de temps pour d'autres intérêts que la musique. "J'aime particulièrement travailler dans le grand jardin ", dit le jeune homme. Mais son agenda lui fixe aussi un certain nombre de dates : Plusieurs fois par semaine, il fait le voyage de plusieurs heures jusqu'à Bâle. Depuis trois ans et demi, il est protégé de Barbara Doll à la Hochschule für Musik de Bâle. En outre, il participe régulièrement à des master classes et à des concours qui se déroulent souvent à Hambourg, Londres ou Nuremberg.

Menuhin Compétition comme tremplin de tremplin

"Le long chemin est le prix à payer pour le fait qu'il est difficile dans le système des écoles de musique et des universités suisses de trouver le bon navire pour la promotion de talents comme Anatol", dit son père Pedro Toth. Anatol est à l'âge où les gens vont normalement à l'école de musique, mais musicalement, il a depuis longtemps atteint le niveau universitaire. "J'aime être à l'université, où je peux être inspiré par des musiciens du même niveau ", dit le garçon.

Dans les structures données, il est difficile d'émerger de la chambre tranquille en tant que jeune talent aux yeux du public. Anatol considère le Menuhin Competition comme un tremplin prometteur. Bien sûr, son but est de pouvoir jouer avec de très grands orchestres. Mais être admis au concours signifie encore plus : " L'approche du Concours est unique. De nombreuses activités - physio, classes de maître ou événements sociaux - ne sont proposées qu'à ceux qui n'atteignent pas la finale. Et tout le monde dîne toujours ensemble à midi." Une approche qui favorise le sens de la communauté comme contrepoids à la concurrence.

Les morceaux répétés pour le concours Menuhin sont assis. Néanmoins, Anatole  travaille chaque jour sur les moindres détails, ce qui exige beaucoup de discipline et de persévérance de sa part. "Je peux puiser ma patience dans mon enthousiasme pour la musique, dit-il. Mais avant le concours, il réduit consciemment le temps de pratique "pour que je puisse ensuite jouer les pièces sur les préliminaires concertante avec une émotion nouvelle". Les préparatifs de la compétition ne sont pas la seule chose qui l'occupe actuellement.

Quels sont ses autres projets ? D'ailleurs, il dit qu'il participera aussi à la finale du championnat suisse d'échecs en mai. Beaucoup d'habileté pour un garçon qui dit de lui-même qu'il travaille autant sur lui-même qu'il aime ça. Je suppose que c'est ce qu'on appelle le talent.

source

Compétition Menuhin : 12-22 A

 

    CANADA.

    jacques Forestier .

    a démarré l’apprentissage du violon à deux ans à l’Alberta College Conservatory of Music d’Edmonton, au Canada. Aujourd’hui âgé de treize ans, il suit l’enseignement de Bill van der Sloot à l’Honours Academy for Gifted Youth de l’université Mount Royal à Calgary. Jacques a également eu l’opportunité d’étudier auprès d’artistes invités de renommée internationale, dont Ida Kavafian, Andres Cardenes, Midori Goto et Pinchas Zukerman. Jacques a fait ses débuts sur scène à l’âge de onze ans avec l’Orchestre symphonique d’Edmonton et, depuis, il se produit avec de nombreux orchestres et ensembles.

    “Je suis si ému d’avoir été choisi pour participer au Concours Menuhin. Je souhaite y concourir depuis que j’ai huit ans. J’écoutais alors avec attention les participants et lauréats des éditions passées. Je suis heureux et flatté de me rendre dans cette ville fabuleuse et d’y rencontrer de merveilleux étudiants, artistes et professeurs. Un immense merci pour cette belle opportunité qui m’est offerte!”

     

      Voir les commentaires

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #divers, #videos

      Repost0

      Publié le 12 Avril 2018

      site internet

      trop beau ! très beau site bravo .

       

       

      un nom qui me dit quelque chose, mais je dois confondre !!!

       

       

      Premier prix de l'American Protege International Piano and Strings Competition, division junior, soliste au Carnegie Hall, à Weill Hall, New York. NY, avril 2018.

               Premier prix du Concours de Concerto pour jeunes artistes BBCO 2017-18, division junior, soliste invité BBCO Orchestra, février 2018, Tallahassee, Floride, USA.

             Le plus jeune lauréat du 2017 Florida State University College of Music, camp de l'Orchestre, Concours solo et violoncelle solo, Tallahassee, FL. USA

           Deuxième et plus jeune concurrent du Concours de Concerto pour jeunes artistes 2016-17AMICCO, soliste invité AMICCO Orchestra, février 2017, deux concerts, Sarasota et Bradenton, Floride, États-Unis.

          A onze ans, premier et plus jeune lauréat du Concours de la Bourse Venise Musicale de 2015, il a interprété deux concertos pour violoncelle, dans les comtés de South Sarasota et Charlotte, Floride, USA. Soliste invité avec Venice Concert Band, Venice Performing Arts Center, Bill Millner, chef d'orchestre, mars 2016, Venise, FL. USA

          A dix ans, deuxième et plus jeune lauréat du Concours de bourses d'études musicales de Venise 2014, il a interprété le concerto pour violoncelle RV 398 de Vivaldi.

           À dix ans, premier prix et plus jeune récipiendaire de la Williamson Music Scholarship, Englewood United Methodist Church, Englewood, Englewood, Sarasota County, Floride, États-Unis.

           Deux fois lauréat des concours Bach Parley Baroque 2017 et 2018 à la Florida State University, Tallahassee, FL.

       

      Voir les commentaires

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #videos

      Repost0

      Publié le 10 Avril 2018

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #videos

      Repost0

      Publié le 9 Avril 2018

      site internet

      Basé sur la compétence déjà montrée par Emma et Jacob, qui vont à l'école St. Agnes à St. Paul, l'investissement dans un piano de première qualité en vaut bien la peine. Chacun d'entre eux a remporté le concours de talents du Minnesota State Fair dans la division pré-adolescents - Jacob en 2014 et Emma en 2015 - et s'est produit dans des festivals de musique internationaux.

      Chapelet et piano ..

       

      Leur succès n'est pas le fruit du hasard. Emma, une élève de neuvième année, est au clavier 15 minutes après son retour de l'école chaque jour, et elle pratique un total de quatre heures et demie par jour. Jacob, un élève de sixième année, est tout près derrière à raison de trois heures par jour.

      Mais il n'y a pas que de la musique tout le temps ; la famille dîne ensemble tous les soirs et prie  le  chapelet par la suite, pour le plus grand plaisir des enfants.

      "La prière en famille, en général, est une grande partie de ma journée ", a dit Emma, une élève de neuvième année. "C'est un moment où toute la famille se réunit et partage quelque chose, ce qui est vraiment important parce que nous courons partout tous les jours et que le chapelet est un moment de la journée où nous pouvons tous nous détendre et prier. C'est très joli."

      Une conséquence de la prière quotidienne de la famille est la façon dont les enfants relient le clavier à leur foi catholique.

      "Je suis très reconnaissante à Dieu de m'avoir donné ce cadeau, dit Emma. "Les gens applaudissent et ils aiment la musique, mais je pense qu'une chose dont j'essaie vraiment de me souvenir à chaque fois que je joue, c'est qu'on m'a donné le don et qu'il vient vraiment de Dieu, alors je devrais essayer de lui rendre.

      Jacob a accepté, ajoutant : "C'est un don de Dieu, donc je dois aider à le partager avec d'autres".

      Emma espère devenir professeur de musique si son rêve de devenir pianiste de concert ne se réalise pas.

      Entre-temps, la musique classique pour piano continuera de remplir la maison Taggart.


      source : the catholic spirit

       

      Jacob Taggart est un pianiste classique de neuf ans. Jacob a commencé les leçons à l'âge de quatre ans avec Mme Mary Carloni. Après un an, Jacob a été dirigé vers le Dr Reid Smith, diplômé de Juilliard, avec qui il étudie actuellement.

      En mai 2013, à l'âge de six ans, Jacob a remporté son premier prix de piano, le Wildwood Series Young Artist Award. À l'été 2013, il s'est classé 2e à l'Epiphany Springfest Talent Show dans la division pré-adolescents. Il a également été finaliste au MN State Fair Talent Competition en 2013. En mai 2014, il a remporté la première place dans la division pré-adolescents de l'Epiphany Talent Competition. En août 2014, à l'âge de sept ans, Jacob a remporté la division pré-adolescents à la MN State Fair. Jacob a séduit 5 000 personnes et est devenu l'un des plus jeunes lauréats du concours national de talents.

      Jacob a assisté à son premier festival de piano en juillet 2014, l'Accademia Tadini International Music Festival à Lovere, en Italie. En plus de jouer un récital solo, il a joué le premier mouvement du Concerto no 5 de Bach avec les membres de l'Orchestre de chambre de Milan. Il a également suivi des Master Classes avec certains des plus grands pianistes du monde, dont Vincenzo Balzani (Italie), Shuku Iwasaki (Japon) et Alexander Yakovlev (Russie).

      Jacob a un véritable amour du piano qui est évident lors de ses performances. Même à un jeune âge, Jacob est capable d'attirer son public pendant qu'il se produit.


      T

       

      Voir les commentaires

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #videos

      Repost0

      Publié le 7 Avril 2018

      bravo ! "muchas gracias Phillippe!" un bon ... foto firmada para mí !!!

       

      Voir les commentaires

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #videos

      Repost0

      Publié le 6 Avril 2018

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #videos

      Repost0

      Publié le 5 Avril 2018

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #videos

      Repost0

      Publié le 4 Avril 2018

      Rédigé par Philippe

      Publié dans #videos

      Repost0