videos

Publié le 12 Septembre 2018

 

 

 

 

une bien belle histoire !

Roberto Adamov est un garçon de 11 ans souriant et a un talent inné pour la musique. Un talent qui, soigné avec attention, l'a conduit à remporter le premier prix de nombreux concours nationaux et internationaux de piano. Mais si cela a été possible, ce n'est pas seulement grâce à sa détermination, à la constance avec laquelle il étudie, à l'attention portée à chaque ligne et à chaque phrase musicale, mais aussi et surtout grâce aux gens qu'il a rencontrés, qui ont cru en lui et qui lui ont permis d'étudier.

La famille de Roberto n'a pas les moyens financiers nécessaires et, même avant, n'avait pas les compétences nécessaires pour comprendre les grandes qualités de son fils. Les parents bulgares vivent à Aci Catena depuis de nombreuses années et font de nombreux sacrifices pour que leurs enfants et la maison fonctionnent avec dignité. Maman travaille occasionnellement, papa conduit un camion et s'absente souvent longtemps. Pour le professeur Carmelita Cocuccio, professeur de piano de Roberto Adamov, il était difficile au début de dire clairement qu'ils devaient soutenir l'étude de son fils et que le garçon ne pouvait pas suspendre les cours pendant plus de quelques jours. C'est elle, qui enseigne à l'Institut Guglielmino d'Acicatena, qui a découvert le talent du garçon à l'âge de huit ans. Pour les élèves de cet âge, l'école ne dispense pas de cours individuels d'instrument, mais le professeur Cocuccio a compris que Robertino - le frère cadet d'un autre de ses élèves - avait une attitude particulière qui devait être cultivée, et immédiatement.

Et c'est là que commence la chaîne des rencontres positives, des gens qui ne se tournent pas vers l'autre côté, qui ne frustrent pas par indolence, ignorance ou envie le potentiel des autres, surtout s'ils en dépendent. Carmelita Cocuccio demande au directeur de pouvoir donner une leçon l'après-midi par semaine au garçon, et Irene Patané, clairvoyante et utile, ne se cache pas derrière les règles bureaucratiques. Il donne son consentement. Les leçons de piano commencent, l'instrument que Robertino a toujours aimé, après avoir apprécié son son lors d'un concert télévisé. Aucune hésitation, malgré le fait que son grand-père maternel, suivant la tradition musicale bulgare, jouait de la clarinette, de l'accordéon et du violon.

Le garçon pratique tous les jours à l'école, sur le piano offert par le professeur Cocuccio qui ne laisse pas passer un jour sans le suivre. Plus d'informations. Quand il commence à s'affirmer dans les compétitions, en gagnant toujours la première place, il décide que le garçon doit aussi apprendre la technique du legato et du toucher, mais pour cela il faut un piano à queue que l'école ne possède pas. Le professeur se souvient que la municipalité d'Aci Catena en a un, dans un bâtiment fermé au public. Il s'adresse à l'adjoint au maire Giovanni Pulvirenti qui comprend et ne recule pas. Ainsi, deux fois par semaine,  un employé municipal se rend à l'ouverture du Palazzo Riggio pour Roberto Adamov.

En attendant, l'histoire et les succès du très jeune pianiste sont connus dans toute l'école, surtout après que le garçon ait remporté le premier prix au Grand Prix Ibla : un masterclass d'un mois en Amérique, Ohio, pour étudier avec de grands musiciens. Et les meilleurs de la classe se produiront au Carnegie Hall à la fin du cours. Puis on découvre deux choses : que Roberto est trop jeune pour y aller - il faut avoir au moins 13 ans - et qu'il n'a pas de piano à la maison pour pratiquer le samedi et le dimanche, donc il ne peut pas jouer. C'est alors que la solidarité de l'école est déclenchée. Le professeur anglais Rita Stivale lance une campagne de financement de la foule pour collecter de l'argent pour acheter un piano pour le garçon et parvient à le faire dans un court laps de temps en mettant à disposition la majeure partie de la somme nécessaire, le reste sera payé par les parents en versements de 30 euros par mois. Et ce n'est pas tout. En vue de son voyage en Amérique dans deux ans, Roberto doit parler couramment l'anglais. Alors il a commencé à l'étudier. Pour lui donner des leçons gratuites, par vidéoconférence, depuis l'Espagne où il vit, le professeur Barbara Cordova qui a rencontré et apprécié le garçon en avril dernier, à Brindisi, au concours international "G. Piliego" auquel sa petite fille Norah Wanton a également participé. Ainsi, grâce à ce réseau avec lequel tant de gens généreux le soutiennent, Roberto continue, toujours joyeux, déterminé, confiant. Il étudie le piano au moins deux heures et demie par jour, puis fait ses autres devoirs et réussit bien dans toutes les matières. Et avec les prix qu'il gagne, certains en espèces, il peut payer son billet d'avion pour participer à d'autres concours et se faire connaître.

Ce sont les premiers prix qu'il remporte : en 2015 aux concours "TuttArte", "L. D'Agata" et "N. Cappellani/Costa" ; en 2016 au concours international "G. Campochiaro", au concours "N. Cappellani/Costa" et au concours international "E". Sollima" ; en 2017 il remporte, en juin, le premier prix du concours international "Magma" et en juillet au "Concours International Ibla Prize Competition" ; en avril 2018 il remporte le premier prix et le prix spécial pour ses compétences musicales particulières par rapport à son jeune âge au concours international "G. Piliego" qui a réuni des jeunes des plus prestigieux conservatoires en Europe. Et un autre premier prix gagné ces derniers jours à Milan. Le 20 juillet, enfin, s'est ouverte la manifestation culturelle estivale "De cour en cour" de la Municipalité de Misterbianco avec une exposition qui a émerveillé et enchanté les personnes présentes et qui s'est terminée par un "Tarantella" de Liszt qui a résonné. Le père de Robertino était en voyage d'affaires, mais il pouvait l'écouter sur son téléphone portable que sa mère gardait ouvert pour la durée du concert.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 12 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 9 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 8 Septembre 2018

 

¡Dime a quién estás viendo, y te diré quién eres! Gracias por su gentileza, Que tenga un buen comienzo! ¿Me estás invitando? Ya voy. Yo también conozco bien Ávila mis oraciones por ti y por los tuyos ¡Si puedes ir a ponerle una vela por mí! Il aime beaucoup le petit Placide, normal ! "Muchísimas gracias! Felicidades por tu blog, " quelqu'un d'intelligent ! c'est peut-être ça être chrétien , à côté des aigris du pape françois,  ça change. respirer la grâce de la joie chrétienne ! c'est tellement plus  communicatif . merci Ivan !

 

 

Les 7 et 8 juillet derniers

 

s'est tenu le Premier Concours National pour Jeunes Interprètes "Alvaro Pareja Martinez" dans la ville d'Iniesta Cuenca, où notre élève tromboniste Ivan Plaus, a obtenu à l'unanimité le Premier Prix du concours dans sa catégorie B, accompagné au piano par Stefanos Spanopoulos.

Une réalisation très spéciale et émouvante pour notre étudiant Ivan, qui a dédié la mémoire du jeune musicien et trompiste Alvaro Pareja Martinez, en hommage à lui et à toute sa famille.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité, #videos

Repost0

Publié le 7 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 7 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 4 Septembre 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 2 Septembre 2018

 

congratulations ! bravo .

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 31 Août 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0