en action de grâces.

Publié le 12 Octobre 2016

photo petit Placide

 

"les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc."

 

Je pensais à tout ça cet après-midi devant le st Sacrement exposé. Je me disais c'est drôle d'être l'une de ces pierres de l'édifice. Les mépris, les calomnies, les médisances des tradis, des pas tradis,

nos péchés, nos révoltes, nos injustices, nos lâchetés, nos abandons.

rien n'y a fait.

Je m'identifiais alors à tout cet ensemble architectural de pure beauté, une toute petite pierre qui,  si elle fout le camp n'ébranlerait pas l'édifice. Il suffirait de la remplacer. le paradoxe c'est que c'est sûr qu'au moins l'édifice tiendra même sans une pierre. je pensais alors au petit crayon du père Daleau à propos de mère Térésa.." je ne suis qu'un petit crayon qui sert à écrire l'oeuvre de Dieu." Et je me disais je ne suis qu'une petite pierre bien friable, (la partie est loin d'être gagnée) et  qui sert à cet édifice oh combien grandiose.

Rien n'y a fait, même le mépris de gens d'ici de ceux dont on s'attendait à recevoir quelque chose (à part Xavier et Guilhem) . parfois on aimerait tant le pax avec tout le monde mais on sait que ce n'est pas possible. Il suffirait pourtant de si peu de choses. un pardon inattendu. 

de ceux dont on s'attendait à avoir des voeux, ses 'soi-disant amis"

dont on attendait autre chose que l'indifférence. Tout ce qu'on n'y a subi de coups de fouets, de méchancetés, de mépris, de tradis, de pas tradis, z'ont bien su me laisser dans ma m....tous ces braves gens.

Je me disais tant pis c'est comme ça.

Mais il y a l'âge aussi, une autre génération. conflits de génération..  normal qu'on ne puisse pas se comprendre souvent. Ceux d'aujourd'hui tout leur est dû, tout leur est servi sur un plateau et n'ont pas eu à se battre comme nous on s'est battu pour la bonne cause.

il a fallu les surprises du jour de tous mes petits musiciens, pour que le ciel y soit vraiment bleu, alors quand l'autre plouc d' abruti (faut l'excuser, il aime pas le piano (sic) "un instrument de riches" ! ) me disait d'arrêter avec mon piano, et mes petits, non on ne s'arrêtera pas, parce qu'aujourd'hui preuve est faite que tout cela a valu le coup, ça a eu payé,  et la soirée n'est pas finie, même si certains sont aussi en vacances ou très loin de l'internet de par leur travail. merci Daniel (Bogdanov) , je l'attendais beaucoup lui aussi .. trop gentil; comme mon dernier petit américain Talon, la perle, " God bless you! "  très touché pour  tant de marques de gentillesse, С днем рождения!!! ,  ou encore Silviu "Happy birthday! May your new year be filled with joy, faith, good health and achievements! " alors on a comme fondé sa petite communauté, et on sait qu'on peut porter tout ce monde dans sa prière. 

c'est ça l'Eglise. je n'ai jamais eu ça des tradis.  

Oui on a remercié le Bon Dieu. Qu'importe ce qu'il adviendra maintenant. Tout ce qui concerne le pape François ne me regarde pas, je laisse ça aux hommes intelligents, aux théologiens, aux érudits de la science ecclésiastique, aux passionnés pour tout ce qui peut être cause de division.

En cas de séisme religieux on sait où aller s'abriter, depuis les années 70 où je connais l'abbaye je crois ne m'être jamais trompé, même si parfois on n'en comprenait pas l'orientation, pas toujours compris la politique de la maison, ça c'est la solitude avec ses réactions pas toujours justes sans recul et emportées. 

Mais le temps a montré que c'était toujours la bonne. la boussole nous montrant toujours la même direction, l'Eglise et le Vicaire du Christ.  En cela on comprend qu'on ne puisse pas faire de la forme extraordinaire, une nécessité absolue, une obligation morale et qu'on est obligé , sinon mort oblige, - expérience perso - de vivre  avec et dans  l'Eglise. En faire abstraction c'est tomber encore dans une idéologie suicidaire.

Il en faut du temps et des souffrances pour le comprendre. c'est bon pour ceux qui l'ont sur place, évidement que live mass n'est qu'un accessoire mais ne donne pas Jésus. le Bon Dieu n'a jamais demandé de faire des centaines de kilomètres chaque dimanche pour Le trouver . Encore faut-il en avoir les moyens, la possibilité, la santé.

 Dieu se place au-dessus de tout ça et se donne quelque soit la forme. quand on a compris tout ça ! alors les gros nuages épais qui encombraient toute une existence s'évaporent et laissent place à toute la clarté, la luminosité  du Christ et de son Eglise. les hésitations tumultueuses  bien souvent alimentées par le démon qui en profite se dissipent.

Alors on peut user de ses sacrements et de la grâce qui y passe.

 Urbs Jerusalem beata
Dicta pacis visio.
vision de paix.

et puis miracle, on est encore là. Oui on aurait tant pu perdre la foi, des tradis, des pas tradis. 

magnificat anima mea Dominum, je pense que tout oblat de l'abbaye peut ressentir ces mêmes sentiments de gratitude, en cette grande fête de la Dédicace. la petite Zabou qui s'écrie, (diocèse de Nanterre), 'mais comment t''en es arrivée là?" .. beh voilà. je fais mien son cri d'étonnement. Avec ses saints moines défunts, c'est un miracle à lui seul Fontgombault . " Mais comment t'en es arrivé là ? " c'est ce que je me demande chaque jour ... "  nulle part ailleurs n'existe cette Tradition, cette transmission de la foi . Seule l'abbaye, de toutes les communautés dites tradis,   a cette garantie de l'héritage de toute cette sainteté transmise au fil des siècles.

Vive St Benoît . Vivent les moines. Vive Solesmes .

le petit Placide reconnaissant  à ses pères Abbés.

 

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Louis 15/10/2016 18:33

Bravo et merci philippe pour ton témoignage dans lequel tu exprimes ta gratitude et ta reconnaissance envers ceux qui t'ont donné et aidé, parfois sans que tu ne le saches, peut-etre pas autant que tu ne l'aurais voulu, mais qui, au final, ont été malgré tout présent pour toi.
Bravo pour ta fidélité notamment envers l'abbaye, même si effectivement, comme tu le dis, tout n'a pas forcément été facile.
Bravo, enfin, pour ta persévérance à continuer à avancer, au milieu et malgré les obstacles et les périodes difficiles.

"Pour rencontrer l'espérance, il faut être allé au-delà du désespoir. Quand on va jusqu'au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore." BERNANOS

Philippe 16/10/2016 19:23

merci Louis rien n'est gagné. Se sentir toujours pauvre bien pauvre.