Publié le 28 Février 2017

priez pour moi.

+

avoir la messe au moins une fois, on verra! hier en pensant à st Nicolas, il y a 40 ans, l'abbé il avait célébré les obsèques de mon grand-père. j'ai pensé à lui hier. à mon grand-père et à l'abbé..

je pensais pas que le temps avait passé si vite ! allez il est temps de se préparer à son éternité.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

Image associée

Saint Joseph , priez pour eux.

 

Résultat de recherche d'images pour "famille pauvre"

reçu auj .

" nous ne savons plus quoi faire, quatre enfants, l'agence nous demande de partir, maison à vendre... c'est pas le moment. !

.. "vous savez dès fois nous en avons marre" trop de boulot, pour subvenir aux besoins de ma famille et je suis malade.

.. alors mr l'abbé ou  du blogue beige avec vos 50 000 euros  et plus ..  allez vous faire foutre  ! (moi je ne peux rien pour eux . hélas)

'Rien à soi, tout à souhait! " une nouvelle manière de voir l'esprit de  pauvreté.

un peu de décence svp... ! ...  non mais sans blagues ! bon et saint carême

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

Résultat de recherche d'images pour "San Giuseppe"

saint Joseph 20 Mars (reportée)

saint Benoît 21 Mars

25 Mars: Annonciation de la ste Vierge

 

[:malavita:1] la st Patrick tombant un vendredi de carême est annulée.. ! on fera simplement mémoire, non mais! pas de binouze !

 

 

abbaye de Solesmes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

   La prière du Carême doit jaillir de la componction du coeur.

C'est la prière avec larmes, "oratio cum fletibus", que recommande saint Benoît, la prière de l'âme qui, brisée de douleur au souvenir de ses fautes, se retourne vers Dieu avec toute la force de son amour, comme le fit l'humble pécheresse de l'Evangile, que nous voyons arroser de ses pleurs les pieds du Maître, le Christ Jésus.

Du reste, chaque jour, l'Eglise elle-même dans l'hymne de Vêpres, se charge de faire monter jusqu'au Créateur l'offrande de nos prières et de nos larmes:

Audi, benigne Conditor,

Nostras preces cum fletibus.

C'est bien l'Eglise aussi qui, tous les jours, à l'heure de tierce, nous provoque à la recherche du Seigneur " dans le jeûne, les larmes et les gémissements", et au " déchiremement du coeur": Convertimini ad me in toto corde vestro, in jejunio, et fletu, et planctu. Et scindite corda vestra.

A dessein, dès l'ouverture du Carême, elle demande à Dieu de remplir les âmes de " l'esprit de componction," elle incite les fidèles à se reconnaître pécheurs, à se soumettre avec humilité et révérence au rite si salutaire et si expressif de l'imposition des cendres.

D'un bout à l'autre du Carême, prières et chants traduisent à merveille ces sentiments de componction qui trouvent leur expression la plus parfaite dans ce psaume Miserere où s'exhale d'une manière infiniment touchante la plainte sublime du " coeur contrit et humilié" et que la liturgie nous fait redire si fréquemment au Carême.

Confiance en la miséricorde divine.

Les chrétiens doivent profiter du Carême, estime saint Léon, pour s'ouvrir à une plus large confiance:" Et ampliori fiducia oportet animari.

Temps de pénitence, le Carême est aussi un temps de grâce et de salut : Ecce nunc tempus acceptabile, ecce nunc dies salutis.

Il nous prépare à la célébration du mystère de la croix, ce grand ouvrage de la miséricorde divine, magnus pietatis opus, qui est pour nous la source de tout pardon et de toute grâce.

On dirait que pendant le Carême le Créateur se rapproche de sa créature et qu'il se penche vers la terre pour écouter la voix qui l'implore. Cette merveilleuse bonté nous est promise dans la première antienne du premier dimanche: Tunc invocabis, et Dominus exaudiet; clamabis, et dicet Ecce adsum:" C'est alors que tu invoqueras le Seigneur, et qu'il t'exaucera; que tu crieras vers lui, et qu'il dira: Me voici:"

On se représentera volontiers le Père céleste, comme le père du prodigue sa touchante image, accourant au-devant de ses fils coupables pour les introduire dans sa demeure et les combler de marques de son amour.

Voilà pourquoi chaque jour de Carême à l'heure de Sexte, l'Eglise conjure les pécheurs de quitter les voies perverses et de revenir à Celui dont la miséricorde est sans mesure: quoniam multus est ad ignoscendum. 

Jamais pourtant la confiance en Dieu ne s'affirme avec plus de force et de grandeur qu'en l'office de ce premier dimanche de Carême, point de départ de la sainte quarantaine.

" Il m'invoquera, et je l'exaucerai; je le délivrerai et le glorifierai; je le comblerai d'une longue suite de jours": Glorificabo eum: longitudine dierum adimplebo eum; 

c'est la promesse de la fête de Pâques et de tout ce qu'elle réserve à ceux-là qui, durant le Carême auront mis leur confiance dans le Seigneur.

dom Flicoteaux osb+

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 28 Février 2017

Résultat de recherche d'images pour "imposizione delle ceneri."

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

De nos jours, la pratique du jeûne semble avoir perdu un peu de sa valeur spirituelle et, dans une culture marquée par la recherche du bien-être matériel, elle a plutôt pris la valeur d’une pratique thérapeutique pour le soin du corps.

Le jeûne est sans nul doute utile au bien-être physique, mais pour les croyants, il est en premier lieu une « thérapie » pour soigner tout ce qui les empêche de se conformer à la volonté de Dieu. Dans la Constitution apostolique Pænitemini de 1966, le Serviteur de Dieu Paul VI reconnaissait la nécessité de remettre le jeûne dans le contexte de l’appel de tout chrétien à « ne plus vivre pour soi-même, mais pour Celui qui l’a aimé et s’est donné pour lui, et… aussi à vivre pour ses frères » (cf. Ch. I).

Ce Carême pourrait être l’occasion de reprendre les normes contenues dans cette Constitution apostolique, et de remettre en valeur la signification authentique et permanente de l’antique pratique pénitentielle, capable de nous aider à mortifier notre égoïsme et à ouvrir nos cœurs à l’amour de Dieu et du prochain, premier et suprême commandement de la Loi nouvelle et résumé de tout l’Évangile (cf. Mt 22,34-40).

La pratique fidèle du jeûne contribue en outre à l’unification de la personne humaine, corps et âme, en l’aidant à éviter le péché et à croître dans l’intimité du Seigneur. Saint Augustin qui connaissait bien ses inclinations négatives et les définissait comme « des nœuds tortueux et emmêlés » (Confessions, II, 10.18), écrivait dans son traité sur L’utilité du jeûne : « Je m’afflige certes un supplice, mais pour qu’Il me pardonne ; je me châtie de moi-même pour qu’Il m’aide, pour plaire à ses yeux, pour arriver à la délectation de sa douceur » (Sermon 400, 3, 3: PL 40, 708).

Se priver de nourriture matérielle qui alimente le corps facilite la disposition intérieur à l’écoute du Christ et à se nourrir de sa parole de salut. Avec le jeûne et la prière, nous Lui permettons de venir rassasier une faim plus profonde que nous expérimentons au plus intime de nous : la faim et la soif de Dieu.

En même temps, le jeûne nous aide à prendre conscience de la situation dans laquelle vivent tant de nos frères. Dans sa Première Lettre, saint Jean met en garde : « Si quelqu’un possède des richesses de ce monde et, voyant son frère dans la nécessité, lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeurerait-il en lui ? » (3,17).

Jeûner volontairement nous aide à suivre l’exemple du Bon Samaritain, qui se penche et va au secours du frère qui souffre (cf. Deus caritas est, 15).

En choisissant librement de se priver de quelque chose pour aider les autres, nous montrons de manière concrète que le prochain en difficulté ne nous est pas étranger. (et autre chose que de  lui demander des sous..! )

C’est précisément pour maintenir vivante cette attitude d’accueil et d’attention à l’égard de nos frères que j’encourage les paroisses et toutes les communautés à intensifier pendant le Carême la pratique du jeûne personnel et communautaire, en cultivant aussi l’écoute de la Parole de Dieu, la prière et l’aumône. Ceci a été, dès le début, une caractéristique de la vie des communautés chrétiennes où se faisaient des collectes spéciales (cf. 2 Cor 8-9; Rm 15, 25-27), tandis que les fidèles étaient invités à donner aux pauvres ce qui, grâce au jeûne, avait été mis à part (cf. Didascalie Ap., V, 20,18).

Même aujourd’hui, une telle pratique doit être redécouverte et encouragée, surtout pendant le temps liturgique du Carême.

Benoît XVI

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 27 Février 2017

L’image contient peut-être : nourriture

 

L’image contient peut-être : nourriture

 

L’image contient peut-être : bougies et nourriture

[:malavita:1]  Louis de Bordeaux va d'ailleurs aller m'en chercher...

 

monastère st benoît .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0