Publié le 31 Octobre 2016

 

 

Afficher l'image d'origine

[:malavita:1]

il se fait désirer Benoît ! s'il est comme son père, beh dis-donc ! on n'a pas fini !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 31 Octobre 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 31 Octobre 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 31 Octobre 2016

Afficher l'image d'origine

 

Arbres et vents pareils aux pèlerins,
Arbres tristes et fous où l’orage s’accroche,
Arbres pareils au défilé de tous les saints,
Au défilé de tous les morts
Au son des cloches,

Les saints, les morts, les arbres et le vent,
Oh l’identique et affolant cortège
Qui tourne et tourne, au long des soirs de neige ;
Les saints, les morts, les arbres et le vent,
Dites comme ils se confondent dans la mémoire
Quand les marteaux battants
A coups de bonds dans les bourdons,
Ecartèlent leur deuil aux horizons,
Du haut des tours imprécatoires.

Et novembre, près de l’âtre qui flambe,
Allume, avec des mains d’espoir, la lampe
Qui brûlera, combien de soirs, l’hiver ;
Et novembre si humblement supplie et pleure
Pour attendrir le coeur mécanique des heures !

Emile Verhaeren

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 31 Octobre 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2016

 

 

 

 

Dom Delatte, Contempler l'invisible, p. 45

Le Seigneur est venu, et il est venu avec une âme sœur de la nôtre, dans une chair sœur de notre chair. Il est venu… et somme toute, finalement, il a été bien reçu. Qui est aimé, si ce n’est lui, lui seul ? A qui pense-t-on ? A qui sur notre terre, va cet ineffable mélange de tendresse, d’adoration, de respect, d’amour ? A qui ? Au Seigneur, à lui tout seul. Et à côté du Seigneur, si l’on aime d’autres âmes, c’est encore pour lui, en raison de leur ressemblance, de leurs relations mêmes avec Notre Seigneur Jésus-Christ. Au fond, lui seul est aimé. Il a demandé au monde des prêtres : il a eu des prêtres ; il a demandé des confesseurs : les confesseurs ne lui ont pas manqué ; des martyrs : on lui en a donné par milliers ; des vierges : voyez la phalange innombrable de vierges qui le suivent. Je sais bien, avant de le laisser remonter au ciel, la terre a gravé sur les membres sacrés du Seigneur ces cinq blessures que notre foi et notre amour ne peuvent oublier. Mais, néanmoins, il faut le reconnaître, la terre a bien traité le Seigneur. Il n’y a d’exception que pour lui à cet universel oubli dans lequel tombent toutes choses : Il est le seul aimé.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2016

Afficher l'image d'origine

 

j'ai comme pensé à Zabou ce matin à la messe.

C'est un peu notre Evangile.

Et oui l'arbre de notre savoir, l'arbre de notre pouvoir, l'arbre de notre science et de notre culture, de notre pouvoir de mort, de nos intérêts, de monsieur je sais tout, l'arbre de nos passions, de nos dominations,  de nos suffisances, qui écrase parce qu'il se croit le roi de la forêt.

Ca rejoint l'histoire du chêne et du roseau :

Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'Empire des Morts.

il devait être de la religion des purs ce grand chêne. la tête au Ciel dans la Tradition de l'Eglise de  Toujours.

Comme quoi la puissance n'a qu'un temps. Parce qu'au fond aussi le dépouillement viendra en son temps. Celui qui se croit fort aujourd'hui, ben on verra demain ce qu'il en sera. ' Descends de ton arbre, aujourd'hui' ! mais j'y suis tellement bien là où on domine tout on maitrise tout. J'y suis comme un Roi sur son trône avec tous ses sujets pour le servir et le louer, enrichir ma fortune rien qu'  à ma demande.

Alors il faut descendre bien bas pour accueillir Jésus. Se faire petit et le Christ s'en charge assurément au fil des ans.  quand on n'a plus grand chose à perdre, que le Christ nous aura dépouillé de presque tout au long de son  existence, ces morts quotidiennes, ces déchirements, ces séparations, alors qui sait, on peut lui laisser tout le reste. Pourtant on a toujours nos petits lapins blancs comme disait le père Barrielle et ça c'est le plus dur à s'en défaire. le publicain a su comme Zabou, tout vendre. c'est de l'héroïsme. Ce sera le travail de la mort, et de la vieillerie finale,  puisqu'on aura pas su le faire à temps.

Aujourd'hui tu es jeune et t'en profites. Demain ton temps viendra et tu seras vieux et t'auras des rides et tout le monde t'oubliera. En pleine santé?  mais la maladie t'aura peut-être rattrapé mettant à terre toute ton arrogance.

la justice celle que tu n'acceptes pas , que tu ne veux pas exercer aujourd'hui,   t'aura déjà précédé, comme devancé . On doit être malheureux quand le but recherché n'est que  faire du mal aux autres.  Au fond, quel est le grand perdant?

"si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Quel retournement de situation! c'est cela être saisi par le Christ.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2016

 

Afficher l'image d'origine

 

saint Benoît, priez pour eux.

 

 

https://pbs.twimg.com/media/CwAE81vW8AAy6SL.jpg

Cari amici,
 

Stamattina, verso le 7.40, un fortissimo terremoto ha colpito la zona vicino a Norcia. Noi monaci stiamo tutti bene, ma i nostri cuori vanno subito a chi è stato colpito, e i frati del monastero cercano di capire se qualcuno ha bisogno dell'estrema unzione.
 

La Basilica di San Benedetto, la storica chiesa costruita sopra la casa di San Benedetto, è crollata a seguito di queste ultime scosse. Che questa immagine serva ad illustrare la potenza del terremoto, e l'urgenza che noi monaci sentiamo nell'andare in soccorso di di chi ha bisogno dei Sacramenti in questa difficile giornata per l'Italia.

Affidandoci come sempre alle vostre preghiere e al vostro supporto
Padre Benedetto
Vicepriore

la pravda est passée par là; il est content! comme il a été à la messe,  sa manière de vivre selon l'Evangile, la justice.  il a fait sa ba quoi!  m'enfin... pov'gens. bien à plaindre , faut pas croire sont pas tous comme ça heureusement.

Des religieuses sonnées surgissent des décombres de la basilique Saint-Benoît, aussitôt secourues par des pompiers. Au même moment, es paroissiens choqués s'agenouillent en prières sur la place qui fait face à l'édifice religieux désormais presque en ruines. La ville de Norcia a été durement touchée par le nouveau tremblement de terre qui a frappé le centre de l'Italie, dimanche 30 octobre au matin.

De nombreux dégâts et quelques blessés

Comme dans cette commune proche de Pérouse, de nombreux bâtiments et édifices historiques de l'Ombrie et des Marches, déjà fragilisés par les précédents séismes qui ont ébranlé l'Italie, se sont effondrés dimanche matin. Selon un premier bilan émanant des services de la Protection civile, annoncé dans la matinée, cette nouvelle secousse n'a toutefois pas fait de morts, mais un certain nombre de blessés. De nombreux secteurs de nouveau frappés avaient été évacués après la catastrophe de l'été dernier.

La secousse d'une magnitude de 6,6 sur l'échelle de Richter a été enregistrée vers 7h40 par les capteurs de l'Institut national italien de géophysique et de volcanologie (INGV). Son épicentre se trouvait à 70 km environ à l'est de Pérouse. La secousse a été ressentie jusqu'à Rome, où le métro a été mis à l'arrêt pour procéder à des vérifications, mais aussi à Bolzano, près de la frontière autrichienne, dans le nord du pays, ainsi que dans les Pouilles, à la pointe sud de la "botte".

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0