Publié le 31 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 31 Mai 2009





Le flanc transpercé du Rédempteur est la source à laquelle l'Encyclique Haurietis aquas nous renvoie: nous devons puiser à cette source pour parvenir à la vraie connaissance de Jésus-Christ et expérimenter plus profondément son amour. Nous pourrons ainsi mieux comprendre ce que signifie connaître l'amour de Dieu en Jésus Christ, l'expérimenter en ayant le regard fixé sur Lui, jusqu'à vivre complètement de l'expérience de son amour, pour pouvoir ensuite le témoigner aux autres. En effet, pour reprendre une expression de mon vénéré prédécesseur Jean Paul II, "près du Coeur du Christ, le coeur humain apprend à connaître le sens vrai et unique de la vie et de son propre destin, à comprendre la valeur d'une vie chrétienne authentique, à se garder de certaines perversions du coeur, à unir l'amour filial envers Dieu à l'amour envers le prochain. Ainsi - et c'est la vraie réparation requise par le Coeur du Sauveur - la civilisation du Coeur du Christ pourra être édifiée sur les ruines accumulées par la haine et la violence" (Enseignements, vol. IX/2, 1986, p. 843).

Connaître l'amour de Dieu en Jésus-Christ

Dans l'Encyclique Deus caritas est, j'ai cité l'affirmation de la première lettre de saint Jean: "Nous avons reconnu l'amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru", pour souligner qu'à l'origine du fait d'être chrétien, il y a la rencontre avec une Personne (cf. N° 1). Puisque Dieu s'est manifesté de la manière la plus profonde à travers l'incarnation de son Fils en le rendant "visible" en Lui, c'est dans la relation avec le Christ que nous pouvons reconnaître qui est vraiment Dieu (cf. Enc. Haurietis aquas, 29-41; Enc. Deus caritas est, N° 12-15). Et encore: puisque l'amour de Dieu a trouvé son expression la plus profonde dans le don que le Christ a fait de sa vie pour nous sur la Croix, c'est surtout en contemplant sa souffrance et sa mort que nous pouvons connaître d'une façon toujours plus claire l'amour sans limites que Dieu a pour nous: "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais possède la vie éternelle" (Jean 3, 16).

Par ailleurs, ce mystère de l'amour de Dieu pour nous ne constitue pas seulement le contenu du culte et de la dévotion au Coeur de Jésus: c'est, de la même façon, le contenu de toute vraie spiritualité et dévotion chrétienne.

Il est donc important de souligner que le fondement de cette dévotion est aussi ancien que le christianisme lui-même.

 En effet, il n'est possible d'être chrétien que le regard tourné vers la Croix de notre Rédempteur, "vers Celui qu'ils ont transpercé" (Jean 19, 37; cf. Zach 12, 10). Avec raison, l'Encyclique Haurietis aquas rappelle que la blessure du flanc ainsi que celles qui ont été laissées par les clous ont été, pour d'innombrables âmes, les signes d'un amour ayant marqué leur vie d'une façon toujours plus incisive (cf. 52). Reconnaître l'amour de Dieu dans le Crucifié est devenu pour ces âmes une expérience intérieure qui leur a fait confesser, avec Thomas: "Mon Seigneur et mon Dieu!" (Jean 20, 28), en leur permettant de parvenir à une foi plus profonde, dans l'accueil sans réserves de l'amour de Dieu (cf. Enc. Haurietis aquas, 49).

Expérimenter l'amour de Dieu en tournant le regard vers le Coeur de Jésus-Christ

La signification la plus profonde de ce culte de l'amour de Dieu ne se manifeste que si l'on considère plus attentivement son apport non seulement à la connaissance, mais aussi, et surtout, à l'expérience personnelle de cet amour dans le dévouement confiant à son service (cf. Enc. Haurietis aquas, 62).

Evidemment, expérience et connaissance ne peuvent pas être séparées entre elles: l'une fait référence à l'autre. Par ailleurs, il faut souligner qu'une vraie connaissance de l'amour de Dieu n'est possible que dans le contexte d'une attitude d'humble prière et de généreuse disponibilité. En partant de cette attitude intérieure, le regard posé sur le flanc transpercé par la lance se transforme en une adoration silencieuse. Le regard vers le flanc transpercé du Seigneur, d'où s'écoulent "du sang et de l'eau" (cf. Jean 19, 37) nous aide à reconnaître la multitude des dons de la grâce qui en proviennent (cf. Enc. Haurietis aquas, 34-41) et il nous ouvre à toutes les autres formes de dévotion chrétienne comprises dans le culte du Cœur de Jésus.

La foi comprise comme fruit de l'amour de Dieu expérimenté est une grâce, un don de Dieu.

Mais l'homme ne pourra expérimenter la foi comme une grâce que dans la mesure où il l'accepte en lui comme un don, dont il cherche à vivre. Le culte de l'amour de Dieu, auquel l'Encyclique Haurietis aquas invitait les fidèles (cf. ibid., 72) doit nous aider à nous rappeler constamment qu'Il a pris sur lui cette souffrance volontairement "pour nous", "pour moi".

 Lorsque nous pratiquons ce culte, non seulement nous reconnaissons avec gratitude l'amour de Dieu, mais nous continuons à nous ouvrir à cet amour de sorte que notre vie en soit toujours mieux modelée. Dieu, qui a répandu son amour "dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné" (cf. Rom 5,5), nous invite inlassablement à accueillir son amour.

L'invitation à se donner entièrement à l'amour salvateur du Christ et à se vouer à lui (cf. ibid., 4) a donc pour premier objectif le rapport avec Dieu.

 Voilà pourquoi ce culte, totalement adressé à l'amour de Dieu qui se sacrifie pour nous est d'une telle importance irremplaçable pour notre foi et pour notre vie dans l'amour.

Vivre et témoigner l'amour expérimenté

Celui qui accepte l'amour de Dieu intérieurement est façonné par lui.

L'amour de Dieu expérimenté est vécu par l'homme comme un "appel" auquel il doit répondre.

 
Le regard tourné vers le Seigneur, qui "a pris nos infirmités et s'est chargé de nos maladies" (Mat 8, 17) nous aide à devenir plus attentifs à la souffrance et au besoin des autres. La contemplation adorante du flanc transpercé par la lance nous rend sensibles à la volonté salvatrice de Dieu. Elle nous rend capables de nous confier à son amour salvateur et miséricordieux et, en même temps, elle nous renforce dans le désir de participer à son oeuvre de salut en devenant ses instruments.

 
Les dons reçus du flanc ouvert, d'où s'écoulent "du sang et de l'eau" (cf. Jean 19, 34) font en sorte que notre vie devienne même pour les autres une source d'où émanent des "fleuves d'eau vive" (Jean 7, 38) (cf. Enc. Deus caritas est, N° 7). L'expérience de l'amour atteinte par le culte du flanc transpercé du Rédempteur nous protège du risque du repliement sur nous-mêmes et nous rend plus disponibles à la vie pour les autres. "Voici à quoi nous avons connu l'amour: Il a livré sa vie pour nous, et nous devons, nous aussi, livrer notre vie pour nos frères" (1 Jean 3, 16) (cf. Enc. Haurietis aquas, 38).

La réponse au commandement de l'amour n'est rendue possible que par l'expérience du fait que cet amour nous avait déjà été donné par Dieu (cf. Enc. Deus caritas est, N° 14).

Le culte de l'amour qui est rendu visible dans le mystère de la Croix représenté lors de chaque célébration eucharistique constitue donc le fondement de notre vocation à devenir des personnes capables d'aimer et de se donner (cf. Enc. Haurietis aquas, 69), en devenant des instruments entre les mains du Christ: c'est seulement ainsi que nous pouvons être des hérauts crédibles de son amour.

 
Cependant cette ouverture à la volonté de Dieu doit se renouveler à tout moment: "L'amour n'est jamais "achevé" et complet" (cf. Enc. Deus caritas est, N° 17).

Le regard vers le "flanc transpercé par la lance" dans lequel resplendit la volonté illimitée de salut de la part de Dieu ne peut donc pas être considéré comme une forme passagère de culte ou de dévotion: l'adoration de l'amour de Dieu, qui a trouvé son expression historique et cultuelle dans le symbole du "coeur transpercé" demeure une adoration dont il faut absolument tenir compte pour un rapport vivant avec Dieu (cf. Enc. Haurietis aquas, 62)(...).

Du Vatican, le 15 mai 2006

Benoît XVI





Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 31 Mai 2009



pas de ma faute on tape emitte spiritum vidéo google on tombe sur libera ...

" L'amour n'est pas aimé."


Ce matin, j'étais peinée, parce que je ne sentais pas Dieu. Il me semblait que mon cœur était comme du fer. Je ne pouvais pas penser à Dieu ; et j'ai invoqué le Saint-Esprit, et j'ai dit :

« C'est vous qui nous faites connaître Jésus. Les apôtres sont restés longtemps avec lui sans le comprendre. Vous me le ferez comprendre aussi.

Venez, ma consolation ; venez, ma joie ; venez, ma paix, ma force, ma lumière. Venez, éclairez-moi pour trouver la source où je dois me désaltérer. Une goutte de vous me suffit pour me montrer Jésus tel qu'il est.

Jésus a dit que vous iriez aux ignorants ; je suis la première des ignorantes. Je ne vous demande ni d'autre science ni d'autre sagesse que la science de trouver Jésus et la sagesse de le conserver. »

Et j'ai senti le feu un peu allumé dans mon cœur. L'Esprit-Saint ne me refuse rien.


Esprit-Saint, inspirez-moi ;

Amour de Dieu, consumez-moi ;

Au vrai chemin conduisez-moi ;

Marie, ma Mère, regardez-moi ;

Avec Jésus, bénissez-moi ;

De tout mal, de toute illusion,

De tout danger préservez-moi.

 


Je ne puis me contenir : j'ai une paix, une joie si grandes !

Je suis en Dieu et Dieu est en moi. Je sens que toutes les créatures , les arbres , les fleurs , sont à Dieu et aussi à moi...


Je voudrais un cœur plus grand que l'univers !

Tout le monde dort . Et Dieu si rempli de bonté , si grand , si digne de louanges , on l'oublie !..Personne ne pense à lui !...

Vois , la nature le loue ; le ciel , les étoiles , les arbres, les herbes , tout le loue ; et l'homme qui connaît ses bienfaits , qui devrait le louer il dort !

Allons , allons réveiller l'univers...


A l'Amour, mon Amour !

Venez, ô rois de la terre,

Venez , adorons-le.


Je chante les grandeurs,

La puissance de notre Créateur ;

Venez , adorons-le.


Car nous sommes l'ouvrage de ses mains,

Le prix de son sang :

Venez, adorons-le.


Il n'y a pas un Dieu semblable à lui :

Venez, adorons-le.


Ne vous arrêtez pas à ce qui est de la terre,

Car tout est néant.

Venez, adorons-le.

Venez, vous tous qui êtes sur la terre ;

Ne vous arrêtez pas à ce qui est de la terre ,

Car tout n'est que vanité

Et finira en un instant :

Venez, adorons-le.


Nous ne sommes que voyageurs

Et exilés sur cette terre :

Venez, adorons-le.


C'est notre Roi , c'est notre Père :

Venez, adorons-le


C'est lui qui a tout créé sur la terre :

Venez , adorons-le


Prosternons-nous à ses pieds,

Donnons-lui nos cœurs

Venez, adorons-le


Venez le louer, le bénir

Disons de bouche et de cœur :

Il n'y a pas de Dieu semblable à vous :

Venez, adorons-le .

Adorons la Trinité qui n'est qu'un Dieu.

Ô mystère incompréhensible !

Venez, adorons-le.


Ô trois immenses qui ne font qu'un !

Ô puissance !

Venez adorons-le.


Car sa colère est terrible :

Venez, adorons-le.


L'animal, la bête sauvage tremblent devant lui

Sa colère fait trembler la terre.

Méchants, venez, adorons-le.


Sa bonté, sa miséricorde

Sont pour les justes :

Venez adorons-le.


Toute la terre, les bêtes

Se réjouissent dans un profond respect :

Venez adorons-le.

 

soeur Marie de Jésus Crucifiée.

 



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 30 Mai 2009








Prière pour demander les dons du Saint-Esprit

  Jésus, qui, avant de monter au ciel, avez promis à vos Apôtres de leur envoyer le Saint-Esprit pour les instruire, les consoler et les fortifier, daignez faire descendre en nous aussi ce divin Paraclet.
- Venez en nous, Esprit de la crainte du Seigneur, faites que nous redoutions par-dessus tout de contrister notre Père Céleste et que nous fuyions les séductions du malin.
- Venez en nous, Esprit de piété, remplissez nos cœurs de la tendresse la plus filiale pour Dieu et de la mansuétude la plus parfaite à l'égard de nos frères.
- Venez en nous, Esprit de science, éclairez-nous sur la vanité des choses de ce monde, faites que, voyant en elles des images des perfections divines, nous nous en servions pour élever nos cœurs vers Celui qui les a créés pour notre service.
- Venez en nous, Esprit de force, donnez-nous le courage de supporter avec patience les souffrances et les épreuves de la vie, et faites-nous surmonter généreusement tous les obstacles qui s'opposeraient à l'accomplissement de nos devoirs.
- Venez en nous, Esprit de conseil, accordez-nous la grâce de discerner, dans les occasions difficiles, ce que nous devons faire pour accomplir la volonté de Dieu, et ce que nous devons dire pour diriger ceux dont nous sommes les guides.
- Venez en nous, Esprit d'intelligence, que votre divine lumière nous fasse pénétrer les vérités, et les mystères de ta religion, et qu'elle rende notre foi si vive, qu'elle soit l'inspiratrice de tous nos sentiments et de tous nos actes.
- Venez en nous. Esprit de sagesse, faites que nous goûtions la suavité des choses divines à tel point que notre cœur les aime uniquement et qu'il puise dans cet amour une paix inaltérable.
Gloire au Père qui nous a créés,
Au Fils qui nous a rachetés,
Au Saint-Esprit qui nous a sanctifiés.

Quiconque demeure en la volonté de Dieu et dans l'amour de Dieu est joyeux de faire tout ce qui plaît à Dieu et de laisser tout ce qui déplaît à Dieu . L'homme qui s'est laissé lui-même et qui a tout laissé, qui ne cherche plus en rien son bien propre et qui opère toutes ses ouvres sans pourquoi et par pur amour, celui-là .vit en Dieu et Dieu vit en lui .

Celui qui a ainsi laissé toutes choses sous leur apparence la plus basse, là où elles sont périssables, les retrouvera en Dieu, où elles sont vérité . Prenons une comparaison : Si quelqu'un versait de l'eau pure dans un vase pur, d'une pureté et d'une netteté absolues, et qu'il la laissât reposer et qu'il se penchât ensuite, il verrait au fond son visage tel qu'il est réellement. La raison en est que l'eau est pure, claire et calme. Il en va de même de tous les hommes qui vivent dans la liberté et l'unité intérieures.

S'ils reçoivent Dieu quand ils sont dans la paix et le repos, il doivent également le recevoir quand ils sont dans l'agitation et l'inquiétude, c'est qu'ainsi ils agissent en toute rectitude . Notre-Seigneur a parlé ainsi : « Je ne vous ai pas appelés serviteurs, je vous ai appelés amis; car le serviteur ne sait pas ce que veut son maître. » Mon ami pourrait, lui aussi, savoir quelque chose que je ne saurais pas, s'il refusait de me le révéler. Mais Notre-Seigneur ajoute : « Tout ce que j'ai entendu de mon Père, je vous l'ai révélé. »...

Qu'est-ce donc que le Fils entend de son Père? Le Père ne peut qu'engendrer, le Fils ne peut qu'être engendré. Tout ce que le père a, tout ce qu'Il est, l'abîme de l'être divin et de la nature divine, Il l'engendre pleinement dans son Fils unique. Voilà ce que le Fils entend du Père, voilà ce qu'il nous a révélé, afin que nous soyons le même Fils. Tout ce qu'a le Fils, il l'a de son Père, être et nature, pour que nous soyons le même Fils.

Le Saint-Esprit, personne ne l'a non plus, à moins d'être le Fils unique. Dans la spiration de l'Esprit-Saint c'est le Père et le Fils qui spirent, car c'est quelque chose d'essentiel en même temps que spirituel.Vous pouvez bien recevoir des dons du Saint-Esprit ou la ressemblance avec lui; mais ces dons ne vous demeurent pas, ils sont instables. De la même manière que si un homme rougit ou blêmit de honte, ce n'est pour lui qu'un accident passager. Mais l'homme qui est naturellement rouge et beau le demeure constamment. Il en va de même de l'homme, qui est le Fils unique : l'Esprit-Saint demeure en lui essentiellement. C'est pourquoi il est dit dans le livre de la Sagesse : « Je t'ai engendré aujourd'hui dans le reflet de ma lumière éternelle, dans la plénitude et la splendeur des saints. » Il l'engendre maintenant et aujourd'hui. Et c'est la naissance dans la déité, là ils sont « baptisés dans l 'Esprit-Saint », selon la promesse que le Père leur a faite. C'est « après ces jours qui ne durent guère ou peu », la « plénitude de la déité ».

 Là il n'y a ni jour ni nuit; là ce qui est à plus de mille lieues de distance est aussi près de moi que l 'endroit où je me tiens en ce moment; là est la plénitude et l'abondance de toute la déité; là n'est qu'unité.Notre-Seigneur est monté au ciel, s'élevant au-dessus de toute lumière, de toute compréhension et de toute conception. L'homme qui est ainsi transporté au-delà de toute lumière habite dans l'unité. . Puissions-nous également être un dans l'unité qui est Dieu lui-même, avec l'aide de Dieu!


Amen. Maître (Johannes) Eckhart (1260-1328)

link


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 30 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 30 Mai 2009




Les tensions resurgissent entre la France et le Saint-Siège



La dureté des critiques des hommes politiques français contre le pape à propos du sida a été très mal accueillie au Vatican

Décidément, Rome a bien du mal avec sa fille aînée... Pourtant, après le voyage de Benoît XVI en France en septembre 2008, tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes entre la France et ce pape qu'elle a tant de mal à comprendre. Le discours du pape aux Bernardins symbolisait ces retrouvailles, flattant les Français dans leur tradition culturelle et montrant que l'Église de France savait revendiquer une visibilité dans la société. « La méfiance du passé s'est transformée peu à peu en un dialogue serein et positif, qui se consolide toujours plus », concluait Benoît XVI à l'Élysée, devant le président de la République.

Six mois après, tout le bénéfice du voyage semble avoir disparu, tant les sujets d'opposition ou d'incompréhension ont été nombreux entre la France et le Saint-Siège d'une part, entre l'Église de France et Rome d'autre part - le cumul des deux finissant par totalement brouiller la relation. Opposition sur le texte, présenté à l'ONU, visant à réprimer l'homophobie, soutenu par le gouvernement français.


...Et la canonisation prochaine de Jeanne Jugan, le 11 octobre, belle figure du catholicisme français, pourrait rassembler l'État et l'Église universelle sur les valeurs communes de la solidarité. La présence ou non à Rome, pour cet événement, d'un membre important du gouvernement sera un test de l'importance que la République française souhaite accorder à ses relations avec le Saint-Siège.

link

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 30 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 30 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost 0

Publié le 30 Mai 2009



"Nous déclarons avec la plus grande joie et établissons Pucelle d'Orléans admirée et vénérée spécialement par tous les catholiques de France comme l'héroïne de la patrie, sainte Jeanne d'Arc, vierge, patronne secondaire de la France, choisie par le plein suffrage du peuple, et cela encore d'après notre suprême autorité apostolique, concédant également tous les honneurs et privilèges que comporte selon le droit ce titre de seconde patronne. En conséquence, Nous prions Dieu, auteur de tous les biens, que, par l'intercession de ces deux célestes patronnes, la Mère de Dieu élevée au ciel et sainte Jeanne d'Arc, vierge, ainsi que des autres saints patrons des lieux et titulaires des églises, tant des diocèses que des missions, la France catholique, ses espérances tendues vers la vraie liberté et son antique dignité, soit vraiment la fille première-née de l'Eglise romaine ; qu'elle échauffe, garde, développe par la pensée, l'action, l'amour, ses antiques et glorieuses traditions pour le bien de la religion et de la patrie. Nous concédons ces privilèges, décidant que les présentes lettres soient et demeurent toujours fermes, valides et efficaces, qu'elles obtiennent et gardent leurs effets pleins et entiers, qu'elles soient, maintenant et dans l'avenir, pour toute la nation française le gage le plus large des secours célestes, qu'ainsi il en faut juger définitivement, et que soit tenu pour vain dès maintenant et de nul effet pour l'avenir tout ce qui porterait atteinte à ces décisions, du fait de quelque autorité que ce soit, sciemment ou inconsciemment. Nonobstant toutes choses contraires."

  Donné à Rome, près de Saint-Pierre, sous l'anneau du Pêcheur, le 2 du mois de mars de l'année 1922, la première de Notre pontificat. P. cardinal Gasparri, secrétaire d'état.

                             

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0

Publié le 29 Mai 2009





très beau, de plus en plus beau... si vrai ! tellement actuel.
merci, quelle voix, que c'est beau, coïncidence !
 c'est comme ça quand on ferme le rideau..?  


Ph


L'ombre s'enfuit, adieu beau rêve
Où les baisers sont frais comme des fleurs
La nuit fut brève
Hélas pourquoi si tôt fermer nos coeurs
A l'appel du bonheur ?



sympa la Bretagne ! merci..


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost 0