Camerone: 30 avril 2008.

Publié le 29 Avril 2008



photos du légionnaire Jean-Louis.















Le sacrifice au service d'un idéal doit rester dans la vocation de l'homme moderne. c'est pourquoi nos légionnaires, victimes du devoir depuis les débuts, sont aujourd'hui pour nous l'occasion de méditer sur le prix d'une parole donnée à la patrie.
Ceux qui ont eu l'insigne honneur de commander des légionnaires, de se battre avec eux, de bénéficier de leurs secours, savent qu'un légionnaire est d'abord un homme qui ne ment pas à l'épreuve du feu, qui tient sa parole au risque de sa vie.
Peu importe que le légionnaire soit germain, slave, latin ou océanien, il a signé un contrat d'honneur et de fidélité au service de la France : il est français " par le sang versé ".
 
Prière:

« Seigneur, peu importe nos noms... nous sommes des étrangers, tantôt allemands, belges, suisses ou canadiens, yougoslaves, chiliens, polonais ou espagnols, nous avons choisi l'honneur, la fidélité, car dans l'exemple sanctifié par nos anciens, nous puisons notre fierté d'hommes dignes de parole...

Seigneur, peu importe nos noms... nous sommes des légionnaires respectueux de Camerone et de Bir-Hakeim, de Dien-Bien-Phu, d'Algérie ou de Kolwesi. Nous avons choisi de mourir avec nos frères, comme Amilakwari le fit à el Alamein : pour la France aimée devenue notre patrie.

Seigneur, peu importe leurs noms... ils étaient 62 : face à une armée ils se couvrirent de gloire... la Légion y gagna son renom : Camerone !... Ils avaient choisi d'honorer leur serment en preux, de transformer l'apparente défaite en victoire. Car le légionnaire ne demande rien : il se donne...

Seigneur, peu importe nos noms... nous sommes parfois oubliés, tantôt maudits ou injuriés par des écrits, tantôt admirés, applaudis, couverts de fleurs... Nous avons choisi d'être des soldats de métier, comme ceux de Camerone, prêts a faire don de notre vie, car partout notre sang coule avec honneur et fidélité.

Seigneur, peu importe nos noms... Nous avons foi en toi, Dieu de lumière, de bonté, de compréhension, car la Légion est avant tout troupe de foi et chaque képi blanc qui tombe au combat sait que de ses péchés tu lui feras miséricorde et que dans ton royaume une place sera sienne. »

Jean-Yves pour le petit Placide.
merci beaucoup.
bon anniversaire.




Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Très beau texte. Merci et vive la Légion.
Répondre
P
merci de faire un grand hommage aux képis blancs.
Nous avons les mêmes valeurs que vous défendez Sachons nous battre pour elles au prix de la vie s'il le faut. Dieu et les nôtres nous en récompenseront si nous avons su rester fidéles à nos engagements et à notre idéal jusqu'à la mort.
Répondre
P

Entre un bénédictin et un légionnaire, il n'y a pas beaucoup de différence. Tout est dans la tête comme on dit chez vous. Souffrir croyez-moi cela s'apprend dit Bernanos, dans la vie bénédictine,
on en sait quelque chose aidée de la grâce, certes; mais la grâce ne détruit pas la nature et la souffrance reste la souffrance.
Quand on voit des hommes aller jusqu'au bout de leur mission alors on se dit qu'en tant que chrétien, nous ne sommes pas plus bêtes qu'un autre et devons aller jusqu'au bout. Notre récompense est
la même, un jour nous nous raconterons nos victoires ... Vive la légion. 


H
Vive la légion!
Répondre