" J'entre dans la Vie ."

Publié le 19 Avril 2017

Résultat de recherche d'images pour "закат"

 

   J'ai besoin de savoir que la vie présente aboutit à une autre vie et que la mort, la rigoureuse et parfois hideuse mort, n'est pas une fin mais un commencement.

   Ce n'est peut-être pas que je n'aie rien à attendre du temps présent ni des choses de ce monde; mais certainement, rien de stable, rien de définitif, rien d'éternel. Cette vie présente, à laquelle je suis si attaché et dont je suis si insatiable, il faut que je me rende compte qu'elle n'est qu'un acheminement, un passage, une voie. Je n'y suis qu'un voyageur embarqué vers autre chose. Et le sens profond de cette vie, son seul emploi valable, c'est de préparer l'autre et de la mériter.

   Or, le premier service que nous rend précisément Jésus ressuscité, c'est de se montrer à nous comme l'Homme en qui s'est pleinement effectuée l'arrivée dans la vie future.  L'avantage singulier qu'il a sur nous autres et qu'il nous offre, c'est que nous pouvons le voir non seulement quand il passe, mais encore après qu'il a passé. A le voir trépasser nous ne pouvions déjà aucunement songer que sa mort fût une fin: dans son regard de mourant il y avait toute la lumière de l'au-delà, et dans son dernier cri un écho de l'éternité.

   Il avait dit lui-même , un peu mystérieusement et comme pour piquer davantage notre attention : " Encore un peu, et vous ne me voyez plus (car je vais disparaître dans la mort, voulait-il dire ) .... Et derechef, encore un peu et vous me reverrez.. Et après avoir  été bien tristes et bien opprimés de ma disparition, vous serez tout à fait réconfortés par ma réapparition, car je vous verrai de nouveau et votre coeur se réjouira et personne n'est en mesure de vous enlever cette joie. Cette joie d'un mystérieux et inattendu revoir,  promise par Jésus à ses disciples, est celle qu'en effet il leur a donnée lorsqu'il s'est montré à eux dans sa Résurrection.

   " Oui, c'est bien moi", leur disait-il. Ce qui les frappait d'abord, c'était cette complète identité entre le Christ mortel et le Christ immortel.

Celui qu'ils voyaient si dégagé de la mort était manifestement le même qu'ils avaient vu s'y précipiter, s'y ensevelir. Cette identité leur apparaissait comme l'évidence même. Jésus leur en donnait toutes les marques. Il avait la même façon d'être avec eux. Ils auraient pu croire, à certaines apparitions, que la vie allait reprendre et continuer comme avant la mort, si les hautes prérogatives de ce Ressuscité, cette espèce d'agilité, d'impodérabilité, d'ubiquité, cette façon toute soudaine qu'il avait d'apparaître et de disparaître, ne leur avaient rappelé que Jésus était désormais d'un autre monde. Mais, de sa parfaite identité, ils ne pouvaient douter un seul instant.

   Quand Madeleine, dans l'émotion du premier revoir, se prosterne devant lui et lui tient les pieds embrassés, Jésus lui dit simplement :" Ne me touche donc pas tant, ne me retiens pas, car je ne suis pas encore au terme de mon Ascension, je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais plutôt va vers mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père, qui est aussi votre Père, vers mon Dieu, qui est aussi votre Dieu."

   Cette parole du Christ à Madeleine est merveilleusement significative. Jésus ne peut dire plus clairement qu'il est, jusqu'au bout, la Voie qui nous mène à Dieu.

   Avec Lui je suis bien sûr qu'il  y quelque chose après la mort. Il y a Lui, le Christ, le Seigneur, identiquement le même. Et s'il y a Lui , il y a nous aussi, puisqu'il n'est que le premier-né d'un grand nombre de frères et qu'il a tant dit :" Où je vais, vous viendrez aussi. "

   J'éprouve à sa vue l'impression et la vive image de mon immortalité personnelle. J'ai la certitude que je suivrai la voie qu'il m'a tracée, et que moi aussi je me retrouverai comme lui,  par la mort, identiquement le même. Ce point est absolument fondamental dans mon espérance.

   Et j'ai une reconnaissance infinie à mon Sauveur de m'avoir absolument fixé sur ce point.
 

Rédigé par RP Bernard OP +

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article