le printemps liturgique.

Publié le 24 Mars 2008


DSC04427.JPG
Pour ma part, je suis resté là vu le temps et suis allé au carmel de Chavagnes..dans la plus grande simplicité d'une veillée de Pâques 'à la moderne'. Mais mon coeur était dans la joie de la Résurrection.  Nous avons à exercer sans doute la foi en de telles occasions.
 Vivre de l'intelligence et de la foi, les consolations, les choses sensibles seront pour le ciel. Nous en aurons tout le temps. La médiocrité de ces cérémonies nous surprend quand même et nous laisse perplexe, en suspend.
La bénédiction du cierge pascal, de l'eau, du feu, d'une simplicité quand même étonnante. Il y a eu quand même le renouvellement des promesses du baptême. Quelle pauvreté liturgique.

 J'ai pu suivre avec enthousiasme sur EWTN les retransmissions en direct de Rome où j'ai pu constater le changement radical de liturgie avec notre saint Père, moins théâtral que son prédécesseur depuis le départ de Mgr Marini. La volonté du Saint Père est claire, redonner à la liturgie toute sa valeur. Peu de cardinaux ont communié dans la main. Comme quoi, sauf un ostensiblement qui l'a fait comme par provocation. Les irréductibles, il y en a encore, il y en a eus, il y en aura toujours, vieux combattants d'idées déjà enfouies dans les décombres.
  Les "muchas gratias santo padre", de celle qui commentait en espagnol l'évènement nous faisaient assurément plaisir et l'on sentait l'attachement inconditionnel de cette chaîne avec le Saint Père. Quel bonheur. Notre coeur vibrait à cent à l'heure.

 Quelle envolée spirituelle dans ses discours, ce qui laisse à espérer pour ce pontificat de nouvelles vocations religieuses pour l'Eglise et pour l'ordre bénédictin. Notre enthousiasme de catholique, d'oblat repart. "Notre coeur n'était-il pas tout brûlant lorsqu'il nous racontait les Ecritures?"
Je crois au renouveau liturgique et j'ose espérer qu'en  France les ordres religieux suivront vers l'unité enfin espérée et tant attendue d'un seul et même rite catholique.
Il est évident de constater que dans nos paroisses proches, il y a un gros fossé qu'un jour il faudra remplir. Ce temps là est encore loin.. le verrons-nous?  Je ne serai sans doute plus là .  Amèrement l'on se pose la question de savoir quel lien les réunit avec Rome, non plus grand chose. L'on est réduit trop souvent à ne pouvoir assister qu'à la consécration et à la communion. Le reste n'étant que du rajouté de manifestations bizarres qui n'ont plus rien à voir avec la liturgie, confectionné par des laïcs dont on ignore les intentions.

 Je ne sais si nos abbayes seraient prêtes à revoir leurs positions aussi quant au rite traditionnel, je suis convaincu que le temps viendra où l'on retrouvera enfin toute la beauté de la liturgie tridentine avec l'évolution qu'a apporté ces derniers temps l'Eglise, tout ce qu'auront pu lui donner les mouvements divers traditionnels, pour  et vers un seul et unique rite catholique.

  ("Avec l'évolution" comme des moyens d'apostolat d'aujourd'hui,  du Concile Vatican 2,  sans rester enfermé, cloisonné dans un passé,  mais en prenant considération de tout ce qui a pu se faire de bien dans l'Eglise ces temps derniers, des moyens modernes d'apostolat, en vue de la communication avec la jeunesse d'aujourd'hui, pas celle d'il y a trente ans; tenant compte de leurs aspirations et de leurs besoins, en intégrant le message des derniers saints contemporrains, mère Térésa et autres, de l'évolution de la mystique, loin de s'enfermer dans un esprit janséniste de passé révolu, avec le langage de l'Eglise d'aujourd'hui comme elle a su l' exprimer... )

Oui tout cela laisse nos coeurs dans l'Espérance et dans la joie. Nos regards se tournent non plus désespérément mais avec une grande confiance vers Rome, confiance, abandon et soutien. Tant pis pour les inconditionnels du changement et de la nouveauté, les retardataires, (de quel bord qu'ils soient d'ailleurs),  l'Eglise,  Elle,  avance et évolue avec l'assistance continuelle du Saint Esprit.

Merci très saint Père. alleluia.

Philippe.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Léopold 24/03/2008 17:31

Oui, d'accord. Quand on est un catho de base on se dit : ben c'est simple, pour que ça marche il faut accompagner le pappe dans ce qu'il fait,le suivre comme une brebis son pasteur. Ce serait si simple ! Vouloir redonner de la beauté, de la contemplation, de la sacralité, du respect; qui pourrait y perdre. Eh ben non, c'est trop facile. La volonté propre, toujours la volonté propre, jusque chez des évêques, qui savent mieux ce qu'il faut faire, toujours... Il faut prier dans l'humilité pour que ces résistances cessent et que tout le monde ne cherche que le bien de l'Eglise