Novembre

Publié le 9 Novembre 2008


  Sur une terre, quelque part, qui a connu déjà son génocide, où l'on commence à dénombrer les victimes. Elles s'avancent deux par deux vers la porte de sortie.
 Elles étaient bien jeunes mais il n'en a pas voulues. Les irrésistibles s'arment de force, de conviction et de courage, de  patience à toute épreuve.
 Jusqu'au bout, sans trève.

Jusques à quand?

Ils ont bien du mérite d'y croire encore. La raison du plus fort est toujours la meilleure, mais "courage petit troupeau, j'ai vaincu le monde". D'autres ont essayé et sont passés, ils sont désormais au pays de l'oubli. D'autres y ont laissé leurs biens, leur maison, leur identité, leur santé et leur âme; fortes personnalités d'expérience pourtant et de qualités, détruites à jamais.

Popule meus, qui feci tibi?

texte assumique subliminal. Comprenne qui pourra.
Las Clarafan de los pobres.







Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Rêves oubliés, mis au rancart. Rêves perdus trop loin dans nos mémoires. Réagissons avant que tous nos rêves ne meurrent et qu'ils ne restent que de vieux ossements sans chair. Ah c'est triste on entend plus les voix de ces garçons de Vienne, mais tout de même ici c'est aussi beau par des voix plus adultes.
Répondre
P

  patriotisme oblige.. ! in memoriam 14 18