Espagne :Mgr José Ignacio Munilla

Publié le 20 Janvier 2020

 

Mgr José Ignacio Munilla, évêque de Saint-Sébastien, est l'un des évêques espagnols les plus actifs sur les réseaux sociaux, dont, outre des messages proprement religieux, il commente occasionnellement des actualités sociopolitiques.  

contre la ministresse Isabel Celaa, ministre de l'Éducation et de la Formation professionnelle.

Telle a été sa réaction aux déclarations du ministre de l'Éducation de l'Espagne contre l'épinglette parentale, c'est-à-dire le droit des parents de contrôler l'éducation que leurs enfants reçoivent à l'école:

"Nous nous dirigeons  vers l'ingérence toujours plus grande de l'État dans la vie de la famille. Comme l'a dit Chesterton:" Lorsque nous abolissons Dieu, l'État devient Dieu "»

Le prélat a défendu le système piloté par Vox selon lequel les parents pouvaient refuser que leurs enfants reçoivent des entretiens d'éducation émotionnelle et sexuelle dans les écoles

mgr Munilla a estimé que le nouveau gouvernement leur  mettait «des bâtons dans les roues » au sujet de la religion.

 

 

Le thème de l'éducation des enfants a été abordé lors du symposium suite aux déclarations du ministre Celaa, qui a attribué l'action de l'Education à l'Etat.

"Nous devons être fermes et éduquer nos enfants. " déclare le cardinal Canizares. 

 

Le cardinal Cañizares a déclaré que "Dieu nous a donné nos parents pour faire de nous des hommes, un cadeau et une responsabilité. Pour être l'image et la ressemblance de Dieu. Rien ni personne ne peut lui enlever cette responsabilité. Encore moins l'État . "

"Ce que le ministre de l'Éducation a dit, c'est une barbarie . Ce gouvernement ne sait pas où il va. Il viole le système juridique espagnol. L'article 27 de la Constitution est la clé de l'éducation. L'une des obligations qui nous devons éduquer, sensibiliser les parents à la responsabilité qu'ils ont envers l'éducation ", a-t-il ajouté.

À ce stade, le cardinal Cañizares a mentionné que l' approche adoptée par ce gouvernement selon laquelle les enfants devraient être éduqués par l'État "n'est pas un progrès, mais un pas en arrière, car cela irait à un enseignement comme celui enseigné en Chine, dans les pays communistes, dans les pays dictatoriaux L'Allemagne nazie elle-même, des pays qui maintiennent le communisme comme Cuba. " "La question a des conséquences sociales et politiques. Il semble incroyable que celle qui l'ait  dit  soit ministre et responsable de l'éducation".

 

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article