Publié le 11 Mai 2009




Benoît XVI:  Missionnaire de la Paix




ceremonia de bienvenida


départ pour Nazareth
lundi: mystères joyeux.

 

« Veuillez, s'il vous plaît, prier pour moi chaque jour de mon pèlerinage »

 

 

Au cours de sa visite en Israël, le pape Benoît XVI plantera un olivier dans les jardins de la résidence présidentielle de Jérusalem, au cœur de la Route de l'Olivier qui relie la Galilée au Neguev et fut inaugurée le 30 octobre 2008.
La messe à l'église de Toutes les Nations (Gethsémani) située au mont des Oliviers sera célébrée sur les lieux où se trouvaient des pressoirs à huile au temps de Jésus.
Nazareth, fleuron de la Galilée, est le site de la basilique de l'Annonciation et de la Grotte de l'Annonciation à la Vierge :

« Et l'ange lui dit : "Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. » (Luc, 1, 30-31)*

 

 

Cérémonia de despedida. maintenant ...

 

 

 

 




"Paradoxalement, les médias en parlent bien plus que le monde "tradi" si malheureusement nombriliste !
Ce monde "tradi" est peut-être sur le Mont Nebo et ne verra que sa "Terre Promise" que de loin ... Et quand notre ne Saint Père ne sera plus là, n'aura plus que ses yeux pour pleurer !"


merci à mon informatrice, je m'en étais rendu compte.. je ne m'étonne pas de mon côté...qu'en attendre d'ailleurs ! il faut être dans le trou pour s'en rendre compte.. enfin.
c'est pour contrecarrer qu'on y met le paquet !

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Mai 2009

Date de création : 22/05/2007 Pages vues : 195 861 (total) Visites totales : 37 022 Journée record : 05/12/2007 (1 048 Pages vues) Mois record : 05/2008 (14 117 Pages vues) le petit Placide vous remercie de votre fidélité.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Mai 2009







à la source et au chant du Vidi Aquam, émouvant.



Chers Amis,

C'est avec une grande joie spirituelle que je viens bénir les premières pierres de deux églises catholiques qui seront constr uites près du Jourdain, lieu marqué par de nombreux événements mémorables dans l'histoire biblique. Le prophète Élie, le Tisbite, provenait de cet endroit, peu éloigné du Nord de Galaad. Près d'ici, en face de Jéricho, les eaux du Jourdain s'ouvrirent devant Élie, qui fut enlevé par le Seigneur sur un char de feu (cf. 2 Rois 2, 9-12). Ici, l'Esprit du Seigneur appela Jean, le fils de Zacharie, à prêcher la conversion des cœurs. Jean l'Évangéliste situe également dans ce lieu la rencontre entre le Baptiste et Jésus, qui, à son Baptême, fut « oint » par l'Esprit de Dieu descendant sur Lui comme une colombe, et qui proclama le Fils bien-aimé du Père (cf. Jn 1, 28 ; Mc 1, 9-11).

J'ai eu l'honneur d'être reçu à cet important site par leurs Majestés le Roi Abdallah II et la Reine Rania. Je désire une fois encore exprimer ma reconnaissance sincère pour l'hospitalité chaleureuse dont ils ont fait preuve à mon égard durant ma visite au Royaume hachémite de Jordanie.

Je salue avec joie Sa Béatitude Grégoire III Laham, Patriarche d'Antioche de l'Église Grecque-Melkite. Je salue également avec affection Sa Béatitude Mgr Fouad Twal, Patriarche Latin de Jérusalem, et je le remercie de ses mots cordiaux de bienvenue. J'étends mes vœux les plus chaleureux à Sa Béatitude Michel Sabbah, aux Évêques auxiliaires présents, en particulier à Mgr Joseph Jules Zerey et à Mgr Salim Sayegh, ainsi qu'à tous les Évêques, prêtres, religieux et fidèles qui nous accompagnent aujourd'hui. Réjouissons-nous de savoir que ces deux édifices, un latin et un au tre grec-melkite, serviront à construire, chacun selon les traditions de sa propre communauté, l'unique famille de Dieu.

La première pierre d'une église est un symbole du Christ.

L'Église repose sur le Christ ; elle est soutenue par lui et elle ne peut pas être séparée de lui. Il est l'unique fondement de toute communauté chrétienne, la pierre vivante, écartée par les bâtisseurs mais choisie et précieuse aux yeux de Dieu comme la pierre d'angle (cf. 1 P 2, 4-5, 7). Avec lui, nous aussi nous sommes des pierres vivantes construisant une maison spirituelle, une demeure pour Dieu (cf. Ep 2, 20-22 ; 1 P 2, 5).

 Saint Augustin aime se référer au mystère de l'Église comme au Christus totus, le Christ tout entier, signifiant la plénitude ou la totalité du Corps du Christ, Tête et membres. C'est la réalité de l'Église ; c'est le Christ et nous, le Christ avec nous. Il est avec nous comme la vigne avec ses propres sarments (cf. Jn 15, 1-8).

L'Église est, dans le Christ, une communauté de vie nouvelle, une réalité dynamique de grâce qui découle de lui. Par l'Église, il purifie nos cœurs, il illumine nos esprits, il nous unit avec le Père et, dans l'unique Esprit, il nous pousse à mettre en pratique chaque jour l'amour chrétien.
 Nous confessons cette joyeuse réalité en tant qu'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique.




Nous entrons dans l'Église par le Baptême.



La mémoire du propre Baptême du Christ se présente de façon vivante à nous en ce lieu. Jésus s'est mis dans la file avec les pécheurs et il a accepté le Baptême de pénitence de Jean comme un signe prophétique de sa propre passion, mort et résurrection pour le pardon des péchés. Depuis, à travers les siècles, de nombreux pèlerins sont venus au Jourdain pour y chercher leur purification, renouveler leur foi et se rapprocher du Seigneur. Comme Éthérie qui, à la fin du 4e siècle, laissa le récit écrit de sa visite. Le sacrement du baptême, formellement institué après la mort et la résurrection du Christ, sera particulièrement cher aux communautés chrétiennes qui se rassembleront entre les murs des nouvelles églises.

Que le Jourdain vous rappelle sans cesse que vous avez été lavés dans les eaux du baptême et que vous êtes devenus membres de la famille de Jésus. Vos vies, en conformité avec sa parole, ont été transformées à son image et à sa ressembla nce. Alors que vous vous efforcez d'être fidèles à votre engagement baptismal de conversion, de témoignage et de mission, sachez que vous êtes fortifiés par le don de l'Esprit Saint.


Chers frères et sœurs, que la contemplation méditative de ces mystères vous enrichisse d'une joie spirituelle et d'une force morale. Avec l'Apôtre Paul, je vous encourage à grandir dans toute l'étendue des nobles attitudes contenues sous le nom bénie d'agape, l'amour chrétien (cf. 1 Co 13, 1-13). Favorisez le dialogue et la compréhension dans la société civile, spécialement lorsque vous revendiquez vos droits légitimes. Au Moyen-Orient, marqué par des souffrances tragiques, par des années de violence et de tensions non résolues, les Chrétiens sont appelés à offrir leur contribution, inspirée par l'e xemple de Jésus, à la réconciliation et à la paix à travers le pardon et la générosité. Continuez à être reconnaissants envers ceux qui vous conduisent et vous servent fidèlement comme ministres du Christ. Vous faîtes bien d'accepter leur accompagnement dans la foi, sachant qu'en recevant l'enseignement des Apôtres qu'ils transmettent, vous accueillez le Christ et vous accueillez Celui qui l'envoie (cf. Mt 10, 40).

Mes chers frères et sœurs, nous allons maintenant bénir ces deux pierres, commencement de deux nouveaux édifices sacrés. Que le Seigneur soutienne, renforce et accroisse les communautés qui y pratiqueront leur culte. Et qu'il vous bénisse tous par le don de sa paix. Amen !

link

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Mai 2009












قداس خميس الأسرار - شفاعمرو


autre rite, autre culture..... c'est l'Eglise. Elle dépasse les frontières
de nos prisons étroites et obscures.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 10 Mai 2009






Merci, Deo Gratias,
impressionnant.
l'Evangile, chanté en arabe.



je suis le bon pasteur .


Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

Je me réjouis que nous puissions célébrer cette Eucharistie ensemble au début de mon pèlerinage en Terre sainte. Hier, depuis les hauteurs du Mont Nébo où je me tenais, je regardais avec attention cette terre magnifique, la terre de Moïse, d'Élie et de Jean le Baptiste, la terre où les antiques promesses de Dieu ont été accomplies par la venue du Messie, Jésus Notre Seigneur. Cette terre a été le témoin de sa prédication et de ses miracles, de sa mort et de sa résurrection, et de l'effusion de l'Esprit Saint sur l'Église, sacrement d'une humanité réconciliée et renouvelée. Alors que je considérais le mystère de la fidélité de Dieu, je priais pour que l'Église sur ces terres soit confirmée dans l'espérance et fortifiée dans son témoignage au Christ ressuscité, le Sauveur du genre humain. Vraiment, comme saint Pierre nous le dit dans la première lecture de ce jour, « son nom, donné aux hommes, est le seul qui puisse nous sauver »

La joyeuse célébration du sacrifice eucharistique de ce jour exprime la riche diversité de l'Église catholique en Terre Sainte.
Je vous salue tous avec affection dans le Seigneur. Je remercie Sa Béatitude Fouad Twal, Patriarche latin de Jérusalem, pour ses aimables paroles d'accueil. Avec respect et gratitude, je salue aussi Son Altesse Royale le Prince Ghazi Ben Mohammed, qui représente le Roi de Jordanie, et je La remercie pour sa présence au milieu de nous. Mes salutations s'adressent aussi aux nombreux jeunes des écoles catholiques qui apportent aujourd'hui tout leur enthousiasme à cette célébration eucharistique.

Dans l'Évangile que nous venons d'entendre, Jésus proclame : « Je suis le bon pasteur... qui donne sa vie pour ses brebis ». En tant que Successeur de Pierre, à qui le Seigneur a confié le soin de son troupeau , j'ai longtemps attendu cette opportunité de me tenir devant vous comme un témoin du Sauveur ressuscité, et de vous encourager à persévérer dans la foi, l'espérance et la charité, dans la fidélité aux traditions antiques et à l'histoire édifiante du témoignage chrétien qui remonte au temps apostolique.

 La communauté catholique, ici, est profondément touchée par les difficultés et les incertitudes qui affectent tous les peuples du Moyen-Orient. Puissiez-vous ne jamais oublier la grande dignité qui vient de votre héritage chrétien, ou manquer de sentir la solidarité affectueuse de tous vos frères et sœurs de l'Église à travers le monde entier !

« Je suis le bon pasteur », nous dit le Seigneur, « je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent » . Aujourd'hui, j'invite les nombreux jeunes présents ici à considérer comment le Seigneur les appelle à le suivre et à construire son Église. Que ce soit dans le ministère sacerdotal, dans la vie consacrée ou dans le sacrement de mariage, Jésus a besoin de vous pour faire entendre sa voix et travailler à la croissance de son Royaume.

Dans la seconde lecture de ce jour, saint Jean nous invite à « penser à l'amour dont le Père nous a comblés » en faisant de nous ses enfants d'adoption dans le Christ. Entendre ces paroles devrait nous rendre reconnaissants pour l'expérience de l'amour du Père que nous avons faite dans nos familles, à travers l'amour de notre père et de notre mère, de nos grands-parents, de nos frères et sœurs. Pendant la célébration de l'Année de la Famille, l'Église en Terre Sainte a réfléchi sur la famille comme un mystère d'amour qui donne la vie, doué dans le dessein divin d'un appel et d'une mission propre : rayonner l'amour divin qui est la source et l'ultime accomplissement de tous les autres amours de nos vies. Que chaque famille chrétienne grandisse dans la fidélité à sa haute vocation pour être une véritable école de prière, où les enfants apprennent l'amour sincère de Dieu, où ils murissent par la maîtrise de soi et le souci du bien des autres, et où, modelés par la sagesse née de la foi, ils contribuent à construire une société toujours plus juste et fraternelle. Les fortes familles chrétiennes de ces contrées sont un legs précieux laissé par les générations précédentes. Puissent les familles d'aujourd'hui être fidèles à cet impressionnant héritage, et ne jamais manquer de l'assistance matérielle et morale dont elles ont besoin pour remplir leur rôle irremplaçable dans le service de la société !

Un aspect important de votre réflexion durant cette Année de la Famille a été consacré à la dignité particulière, à la vocation et à la mission des femmes dans le dessein de Dieu. Qui peut dire ce que l'Église ici présente doit au patient, aimant et fidèle témoignage d'innombrables mères chrétiennes, religieuses, enseignantes, médecins ou infirmières ! Qui peut dire ce que votre société doit à toutes ces femmes qui, de différentes et parfois de très courageuses manières, ont consacré leurs vies à construire la paix et à promouvoir l'amour ! Dès les premières pages de la Bible, nous voyons comment l'homme et la femme, créés à l'image de Dieu, sont destinés à se compléter l'un l'autre en tant qu'intendants des dons de Dieu et partenaires dans la communication du don qu'il fait de sa vie au monde, à la fois sur le plan biologique et spirituel. Malheureusement, cette dignité reçue de Dieu et ce rôle des femmes n'ont pas toujours été suffisamment compris et estimés. L'Église, et la société dans son ensemble, a commencé à saisir combien nous avons besoin de façon urgente de ce que le Pape Jean-Paul II appelait le « charisme prophétique » des femmes comme porteuses d'amour, enseignantes de la miséricorde et artisans de paix, apportant chaleur et humanité à un monde qui trop souvent juge la valeur des personnes d'après les froids critères de l'utilité et du profit. Par son témoignage public de respect vis-à-vis de la femme, et sa défense de la dignité innée de toute personne humaine, l'Église en Terre Sainte peut apporter une importante contribution au progrès d'une vraie culture humaniste et à la construction de la civilisation de l'amour.

Chers amis poursuit Benoît XVI, revenons aux mots de Jésus dans l'Évangile d'aujourd'hui. Je crois qu'ils contiennent un message qui vous est particulièrement destiné, vous son fidèle troupeau sur ces terres où il vécut. « Le bon pasteur », nous dit-il, « donne sa vie pour ses brebis ». Au commencement de cette messe, nous avons demandé au Père de « nous donner part à la force du courage du Christ notre berger », qui est demeuré ferme dans la fidélité à son Père.

Puisse le courage du Christ notre berger vous inspirer et vous soutenir chaque jour dans vos efforts pour rendre témoignage de la foi chrétienne et pour maintenir la présence de l'Église dans l'évolution du tissu social de ces terres si anciennes.

La fidélité à vos racines chrétiennes, la fidélité à la mission de l'Église en Terre Sainte réclament à chacun de vous un courage singulier : le courage de la conviction, née d'une foi personnelle, qui ne soit pas seulement une convention sociale ou une tradition familiale ; le courage de dialoguer et de travailler aux côtés des autres chrétiens au service de l'Évangile et de la solidarité avec les pauvres, les personnes déplacées et les victimes des grandes tragédies humaines ; le courage de construire de nouveaux ponts pour rendre possible la rencontre fructueuse des personnes de religions et de cultures différentes, et donc d'enrichir le tissu de la société. Cela signifie également rendre témoignage à l'amour qui nous porte à donner nos vies au service des autres, et ainsi à contrecarrer des manières de penser qui justifient qu'on puisse « prendre » des vies innocentes.

« Je suis le bon berger ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent » . Réjouissez-vous que le Seigneur vous ait appelés par votre nom et ait fait de vous les membres de son troupeau.

Suivez-le avec joie et laissez-le vous guider sur tous vos chemins en toute chose ! Jésus sait à quels défis vous faites face, quelles épreuves vous endurez et le bien que vous faites en son nom. Faites-lui confiance, faites confiance à son amour inlassable pour chacun de ses membres de son troupeau, et persévérez dans le témoignage rendu au triomphe de cet amour.

 
Puissent saint Jean-Baptiste, le patron de la Jordanie, et Marie, Vierge et Mère, vous encourager par leur exemple et leur prière, et vous conduire à la plénitude de la joie dans les pâturages éternels où nous ferons pour toujours l'expérience de la présence du Bon Pasteur et où nous connaître pour toujours les profondeurs de son amour. Amen.







En ce saint lieu, consacré à la mémoire de Moïse, je vous salue tous avec affection en Jésus Christ notre Seigneur. Je remercie le Ministre général de l'Ordre des Frères mineurs, le Père José Rodriguez Carballo, pour ses mots chaleureux de bienvenue. Je saisis également cette occasion pour exprimer ma gratitude, et celle de l'Église tout entière, aux Frères de la Custodie pour leur très ancienne présence sur ces terres, pour leur joyeuse fidélité au charisme de saint François, et pour leur généreuse sollicitude dans l'assistance spirituelle et matérielle en faveur des communautés chrétiennes locales et des innombrables pèlerins qui visitent chaque année la Terre Sainte. Je désire rappeler aussi, avec une gratitude particulière, le défunt Père Michele Piccirillo, qui a consacré sa vie à l'étude des Antiquités chrétiennes et qui est enterré dans ce sanctuaire qu'il a tant aimé.

Il est juste que mon pèlerinage puisse commencer sur cette montagne, où Moïse a contemplé de loin la Terre promise. La magnifique perspective qui s'ouvre depuis l'esplanade de ce sanctuaire nous invite à méditer sur cette vision prophétique qui embrassait mystérieusement le grand plan de salut que Dieu avait préparé pour son peuple. C'est en effet dans la vallée du Jourdain qui s'étend sous nos yeux que, à la plénitude des temps, Jean le Baptiste devait venir pour préparer la voie au Seigneur. C'est dans les eaux du Jourdain que Jésus, après son baptême par Jean, a été manifesté comme le Fils bien-aimé du Père et que, consacré par l'Esprit-Saint, il a inauguré son ministère public. Et c'est depuis le Jourdain que l'Évangile progressera, d'abord à travers la prédication et les miracles du Christ et que, plus tard, après sa résurrection et le don de l'Esprit à la Pentecôte, il sera porté par ses disciples jusqu'aux extrémités de la terre.

Ici, sur les hauteurs du Mont Nébo, la mémoire de Moïse nous invite à « lever les yeux » pour embrasser du regard avec gratitude non seulement la puissante œuvre accomplie par Dieu dans le passé, mais aussi pour regarder avec foi et espérance vers l'avenir qu'il nous offre, à nous-mêmes et au monde. Comme Moïse, nous aussi avons été appelés par notre nom, invités à entreprendre un exode quotidien du péché et de la servitude vers la vie et la liberté, et nous avons reçu une promesse irrévocable pour guider notre marche. Dans les eaux du Baptême, nous sommes passés de l'esclavage du péché à une vie nouvelle et à l'espérance. Dans la communion de l'Église, Corps du Christ, nous attendons de voir la cité céleste, la nouvelle Jérusalem, où Dieu sera tout en tous. Depuis cette sainte montagne, Moïse dirige notre regard - comme il le fera encore sur les hauteurs du Mont Tabor (cf. Lc 9, 28-36) - vers l'accomplissement de toutes les promesses de Dieu, dans le Christ.

Moïse a contemplé de loin la Terre promise, au terme de son pèlerinage terrestre. Son exemple nous rappelle que nous avons part nous aussi à l'immémorial pèlerinage du peuple de Dieu à travers l'histoire. Dans les pas des prophètes, des apôtres et des saints, nous sommes appelés à poursuivre la mission du Seigneur, à rendre témoignage à la Bonne Nouvelle de la miséricorde et de l'amour universel de Dieu, et à œuvrer pour l'avènement du Royaume du Christ par notre charité, notre service des pauvres et nos efforts pour être levain de réconciliation, de pardon et de paix autour de nous.

 
Nous savons, comme Moïse, que nous pourrions ne pas voir le plein accomplissement du plan divin durant notre vie terrestre. Cependant, nous croyons qu'en assumant la petite part qui nous est confiée, dans la fidélité à la vocation que chacun de nous a reçue, nous aiderons à rendre droits les chemins du Seigneur et à accueillir l'aurore de son Royaume. Et nous savons que le Dieu qui a révélé son nom à Moïse comme le gage qu'il serait toujours à nos côtés (cf. Ex 3, 14) nous donnera la force de persévérer dans une espérance joyeuse même au milieu des souffrances, des épreuves et des tribulations.

Depuis les origines, les chrétiens sont venus en pèlerinage sur les lieux associés à l'histoire du peuple élu, aux événements de la vie du Christ et de l'Église naissante. Cette grande tradition, que mon présent voyage entend poursuivre et confirmer, est fondée sur le désir de voir, de toucher, de goûter dans la prière et la contemplation, les endroits bénis par la présence physique du Sauveur, de sa sainte Mère, des apôtres et des premiers disciples qui l'ont vu relevé d'entre les morts. Ici, sur les pas des innombrables pèlerins qui nous ont précédés au cours des siècles, nous sommes provoqués à m esurer plus pleinement le don de notre foi et à grandir dans cette communion qui transcende toute frontière de langue, de race et de culture.

L'antique tradition du pèlerinage sur les lieux saints nous rappelle aussi le lien inséparable qui unit l'Église et le peuple juif. Depuis le commencement, l'Église sur cette terre a commémoré dans sa liturgie les grandes figures de l'Ancien Testament, comme un signe de sa conscience profonde de l'unité des deux Testaments. Puisse, aujourd'hui, notre rencontre nous inspirer un amour renouvelé pour les écrits de l'Ancien Testament et le désir de dépasser tous les obstacles à la réconciliation des Chrétiens et des Juifs dans le respect mutuel et la coopération au service de cette paix à laquelle la Parole de Dieu nous appelle !

Chers amis, rassemblés en ce lieu saint, que nos yeux et nos cœurs se tournent maintenant vers le Père. Alors que nous nous préparons à redire la prière que Jésus nous a enseignée, demandons-lui de hâter la venue de son royaume afin que nous puissions voir l'accomplissement de son plan de salut, et faire l'expérience, avec saint François et tous les pèlerins qui nous ont précédés marqués du signe de la foi, du don de l'indicible paix - pax et bonum - qui nous attend dans la Jérusalem céleste.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Mai 2009



I.- Thérèse était toujours portée par l'amour.


« La grande confiance en Dieu de Thérèse, lisons-nous dans l'Esprit de la Sainte (Ed. 1924, p. 143), nais­sait spontanément de son ardent amour. »


Cette parole, il faut la dire de toutes ses vertus, de tous ses actes de vertu, par consé­quent de sa vie ascétique, qui découlait, en effet, de sa véritable union avec Dieu, de sa vie d'amour, commencée dès l'âge de trois ans, par une attention continuelle à la présence divine et une vigilante fidélité à l'Esprit-Saint.
 
Quelques citations montreront, mieux que nous ne saurions le faire, ce qu'était l'amour en Thérèse et ce qu'il y opérait:


« Ma vie est toute d'amour et de confiance en Dieu, écrit-elle ; je ne comprends pas les âmes qui ont peur d'un si tendre ami. » Et elle encourage, elle excite celles qui lui sont confiées à la croire et à l'imiter : « J'ai com­pris jusqu'à quel point votre âme est sœur de la mienne, puisqu'elle est appelée à s'éle­ver à Dieu par l'Ascenseur de l'Amour, et non à gravir le rude escalier de la crainte. Oui, depuis qu'il m'a été donné de comprendre l'amour du Cœur de Jésus, j'avoue qu'il a chassé de mon cœur toute crainte. Le souve­nir de mes fautes m'humilie, me porte à ne jamais m'appuyer sur ma force qui n'est que faiblesse  mais ce souvenir me parle plus encore de miséricorde et d'amour. Comment, lorsqu'on jette ses fautes, avec une confiance toute filiale, dans le brasier dévorant de l'Amour, ne seraient-elles pas consumées sans retour ? »


« Ce qui offense Jésus, ce qui le blesse au cœur, c'est le manque de confiance. »


« Je sens en mon cœur des désirs immen­ses - lisons-nous dans son Acte d'offrande à l'Amour - et c'est avec confiance, ô mon Dieu, que je vous demande de venir prendre possession de mon âme. » Elle nous expli­que ce qu'elle entend par cette prise de pos­session : « Je demande à Jésus de m'attirer dans les flammes de son amour, de m'unir si étroitement à Lui qu'il vive et agisse en moi. Je sens que, plus le feu de l'amour embrasera mon âme, plus je dirai : Attirez-­moi, plus aussi les âmes qui s'approcheront de la mienne courront avec vitesse à l'odeur des parfums du Bien-Aimé ».

« Ce n'est pas parce que j'ai été préservée du péché mortel que je m'élève à Dieu par la confiance et l'amour. Ah! je le sens, quand même j'aurais sur la conscience tous les crimes qui se peuvent commettre, je ne perdrais rien de ma confiance : j'irais, le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de mon Sauveur. Je sais qu'il chérit l'enfant prodigue, j'ai entendu ses paroles à sainte Madeleine, à la femme adultère, à la Samaritaine. Non, personne ne pourrait m'effrayer ; car je sais à quoi m'en tenir sur son amour et sa miséricorde. Je sais que toute cette multitude d'offenses s'abîmerait, en un clin d'oeil, comme une goutte d'eau jetée dans un brasier ardent.

« Il est rapporté dans la Vie des Pères du désert, que l'un d'eux convertit une pécheresse publique dont les désordres scandalisaient une contrée entière. Cette pécheresse, touchée de la grâce, suivait le saint dans le désert pour y accomplir une rigoureuse pénitence, quand, la première nuit du voyage, avant même d'être rendue au lieu de sa retraite, ses liens mortels furent brisés par l'impétuosité de son repentir plein d'amour ; et le solitaire vit au même instant son âme portée par les anges dans le sein de Dieu.

Voilà un exemple bien frappant de ce que je voudrais dire, mais ces choses ne peuvent s'exprimer ».

« Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l'abandon et la reconnaissance : « Je n'ai nul besoin, di-il, des boucs de vos troupeaux, parce que toutes les bêtes des forêts m'appartiennent et les milliers d'animaux qui paissent sur les collines ; Je connais tous les oiseaux des montagnes. Si j'avais faim, ce n'est pas à vous que je le dirais ; car la terre et tout ce qu'elle contient, est à moi. Est-ce que je dois manger la chair des taureaux et boire le sang boucs ? IMMOLEZ A DIEU DES SACRIFICES DE LOUANGES ET D'ACTIONS DE GRACES ! »

« Voilà donc tout ce que Jésus réclame de nous. Il n'a pas besoin de nos œuvres mais uniquement de notre amour. Ce même Dieu qui déclare n'avoir nul besoin de nous dire s'il a faim, n'a pas craint de mendier un peu d'eau à la Samaritaine. Il avait soif ! Mais en disant : « Donnez-moi, à boire », c'était l'amour de sa pauvre créature que le Créateur de l'Univers réclamait. Il avait soif d'amour ! »

Thérèse va plus loin, - elle ose inviter tontes 1es âmes, sans exception, à entrer dans la petite voie, pour être sûres d'atteindre, si elles sont fidèles, le sommet de la sainteté.

« Ah ! si les âmes faibles et imparfaites comme la mienne sentaient ce, que je sens, aucune ne désespérerait d'atteindre le sommet de la montagne de l'amour. » - « Oh ! Jésus, laisse-moi te dire que ton amour va jusqu'à la folie. Comment veux-tu, devant cette folie, que mon cœur ne s'élance pas vers toi ? Comment ma confiance aurait-elle des bornes ? O Jésus ! que ne puis-je dire à toutes les petites âmes ta condescendance ineffable ! Je sens que si, par impossible, tu en trouvais une plus faible que la mienne, tu te plairais à la combler de faveurs plus grandes encore, pourvu qu'elle s'abandonnât avec une entière confiance en ta miséricorde infinie ! » (Vie, chap. X-XI et Lettres).

(à suivre)




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Mai 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 9 Mai 2009






beatiful !!!
il est en forme, le saint Père; émouvante cérémonie.

Il y a des silences, qui sont  pire que toutes les calomnies.

« Veuillez, s'il vous plaît, prier pour moi chaque jour de mon pèlerinage »

+




rencontre historique.
à la mosquée Al-Hussein Bin-Talal d'Amman:


le saint Père dénonce la manipulation de la religion à des fins partisanes, idéologiques et politiques.


"Pour cette raison, nous ne pouvons pas manquer d'être interpellés par le fait qu'aujourd'hui, avec une insistance croissante, certains affirment que la religion faillit dans son ambition à être, par nature, constructrice d'unité et d'harmonie, à être une expression de la communion entre les personnes et avec Dieu.
Certains soutiennent même que la religion est nécessairement une cause de division dans notre monde ; et ils prétendent que moins d'attention est prêtée à la religion dans la sphère publique, mieux cela est.

Certainement et malheureusement, l'existence de tensions et de divisions entre les membres des différentes traditions religieuses, ne peut être niée. Cependant, ne convient-il pas de reconnaître aussi que c'est souvent la manipulation idéologique de la religion, parfois à des fins politiques, qui est le véritable catalyseur des tensions et des divisions et, parfois même, des violences dans la société ?

Face à cette situation, où les opposants à la religion cherchent non seulement à réduire sa voix au silence, mais à la remplacer par la leur, la nécessité pour les croyants d'être cohérents avec leurs principes et leurs croyances est ressentie toujours plus vivement."

"En tant que croyants au Dieu unique, nous savons que la raison humaine est elle-même un don de Dieu et qu'elle s'élève sur les cimes les plus hautes quand elle est éclairée par la lumière de la vérité divine.

En fait, quand la raison humaine accepte humblement d'être purifiée par la foi, elle est loin d'en être affaiblie; mais elle en est plutôt renforcée pour résister à la présomption et pour dépasser ses propres limitations. De cette façon, la raison humaine est stimulée à poursuivre le noble but de servir le genre humain, en traduisant nos aspirations communes les plus profondes et en élargissant le débat public, plutôt qu'en le manipulant ou en le confinant.

Ainsi, l'adhésion authentique à la religion - loin de rendre étroits nos esprits - élargit-elle l'horizon de la compréhension humaine. Elle protège la société civile des excès de l'égo débridé qui tend à absolutiser le fini et à éclipser l'infini, elle assure que la liberté s'exerce « main dans la main » avec la vérité, et elle enrichit la culture avec des vues relatives à tout ce qui est vrai, bon et beau.





pas besoin d'aller loin pour le constater.
(extrême gauche ou extrême droite d'ailleurs ! )
bon  si je pense comme le saint Père, on l'avait quand même
bien constaté ces temps-ci.. ouf heureux d'être catholique.



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 8 Mai 2009



I believe ! libera - Aled Jones



moi aussi je crois, enfin je crois..










en attendant on fait des trous, les veinards, mais non ce n'est pas à Bara
ni à Nice, je le saurais sinon. il n'y a pas la mer à Chavagnes, pfft y a rien; non
ils cherchent David.


On peut être une star, rester un enfant... ! la force de libera.



Dysneyland.
de notre envoyé spécial ..






Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0