Publié le 22 Mai 2015

 

 

Du moins beaucoup ne connaissent pas cet Esprit ; Il le nomment souvent dans leurs exercices de piété, mais avec une foi très peu éclairée.

 

Il importe plutôt de rappeler clairement les bienfaits sans nombre qui ne cessent de découler sur nous de cette source divine ; ainsi, ils dissiperont entièrement l’erreur et l’ignorance indignes des fils de lumière. Nous insistons sur ce point, non seulement parce qu’il s’agit d’un mystère qui nous conduit directement à la vie éternelle, et que, par conséquent, nous devons croire fermement, mais encore parce que le bien est d’autant plus aimé qu’il est plus connu.

 

On doit aimer l’Esprit-Saint, - et c’est le second sujet que Nous avions annoncé - parce qu’il est Dieu : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces . On doit aussi l’aimer parce qu’il est l’Amour premier, substantiel, éternel, et rien n’est plus aimable que l’amour ; on doit l’aimer d’autant plus qu’il nous a comblés de plus grands bienfaits qui témoignent de sa munificence et appellent notre gratitude.

Cet amour a une double utilité fort appréciable. Il nous excitera à acquérir chaque jour une connaissance plus complète de l’Esprit-Saint : Celui qui aime dit le Docteur Angélique, ne se contente pas d’un aperçu superficiel de l’objet aimé ; mais il s’efforce d’en rechercher tous les détails intimes, et il pénètre tellement dans son intimité, qu’on dit de l’Esprit-Saint, Amour de Dieu, qu’il scrute même les profondeurs divines ], et il nous accordera ses dons célestes en abondance, d’autant plus que, si l’ingratitude ferme la main du bienfaiteur, par contre, la reconnaissance la fait rouvrir. Il faut veiller à ce que cet amour ne se borne pas à une aride connaissance ni à hommage purement extérieur ; qu’il soit, au contraire, prompt à agir, et surtout qu’il évite le péché, qui offense particulièrement le Saint-Esprit. En effet, tout ce que nous sommes, nous le sommes par la bonté divine, qui est attribuée spécialement au Saint-Esprit. Il offense donc son Bienfaiteur celui qui pèche et qui, abusant de ses dons et de sa bonté, devient chaque jour plus audacieux.

Comme Il est Esprit de vérité, si quelqu’un tombe par faiblesse ou ignorance, il aura peut-être une excuse aux yeux de Dieu, mais celui qui, par malice, combat la vérité et s’en détourne, pèche gravement contre le Saint-Esprit.

Cette faute s’est tellement multipliée de nos jours, qu’il semble que nous soyons arrivés à cette époque perverse prédite par saint Paul, où les hommes, aveuglés par un juste jugement de Dieu, regarderont comme vrai ce qui est faux et croiront au Prince de ce monde, qui est menteur et père du mensonge, comme s’il était le docteur de vérité. Dieu leur enverra l’esprit d’erreur, afin qu’ils croient au mensonge [54] ; dans les derniers jours, certains abandonneront la foi, s’attachant à l’esprit d’erreur et aux doctrines diabolique . Mais puisque l’Esprit-Saint, comme Nous l’avons dit, habite en nous ainsi qu’en un temple, il faut rappeler le précepte de l’Apôtre : Ne contristez pas l’Esprit de Dieu dont vous portez le signe. Il ne suffit pas d’éviter le mal, mais le chrétien doit briller de l’éclat de toutes les vertus, afin de plaire à un hôte si grand et si bienfaisant ; au premier rang, doivent se trouver la pureté et la sainteté, qualités qui conviennent à un temple.

C’est pourquoi le même Apôtre dit : Ignorez-vous que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un profane le temple de Dieu, Dieu le perdra ; car le temple que vous êtes est saint ; menace terrible, il est vrai, mais combien juste ! - Enfin, il faut prier le Saint-Esprit, car il n’est personne qui n’ait le plus grand besoin de son aide et de son secours.

Comme nous sommes tous dépourvus de sagesse et de force, accablés par les épreuves, portés au mal, nous devons tous chercher un refuge auprès de celui qui est la source éternelle de la lumière, de la force, de la consolation, de la sainteté. C’est à lui surtout qu’il faut demander ce bien indispensable aux hommes, la rémission des péchés : le propre de l’Esprit-Saint est d’être le don du Père et du Fils ; la rémission des péchés se fait par l’Esprit-Saint, en tant que don de Dieu .

 

C’est de cet Esprit que la liturgie dit expressément : il est la rémission de tous les péchés . Comment faut-il prier ? L’Eglise nous l’enseigne très clairement, elle qui le supplie et l’adjure par les noms les plus doux : Venez, Père des pauvres ; venez, distributeur des grâces ; venez, lumière des cœurs ; consolateur excellent, doux hôte de l’âme, agréable rafraîchissement ; elle le conjure de laver, de purifier, de baigner nos esprits et nos cœurs, de donner à ceux qui ont confiance en lui le mérite de la vertu, une heureuse mort et la joie éternelle. Et l’on ne peut douter qu’il n’écoute ces prières, celui a écrit de lui-même : l’Esprit lui-même supplie pour nous avec des gémissements inénarrables.

Enfin, il faut lui demander assidûment et avec confiance de nous éclairer de plus en plus, de nous brûler des feux de son amour, afin qu’appuyés sur la foi et la charité, nous marchions avec ardeur vers les récompenses éternelles, car il est le gage de notre héritage

 

Divinum Illud Munus

Léon XIII

 

 

Voir les commentaires

Publié le 22 Mai 2015

Esprit-Saint, venez en nous,
Du haut du ciel sur la terre
Dardez vos rayons si doux.

Vous l'auteur de tous les biens,
Vous des indigents le père,
Vous le flambeau des chrétiens.

Consolateur souverain,
De l'âme pure hôte aimable
Souffle suave et divin!

Vous reposez du labeur,
Vous calmez l'ardeur coupable
Et vous charmez la douleur.

O Soleil des bienheureux,
pénétrez le coeur fidèle
Et l'embrasez de vos feux.

Si votre secours puissant 
Ne nous soutient, tout chancelle
Rien sans vous n'est innocent.

Lavez donc l'iniquité,
Guérissez toute blessure,
Arrosez l'aridité.

Réchauffez toute froideur
Assouplissez l'âme dure,
Et redressez toute erreur.

Accordez-nous les sept dons,
Trésor de l'âme pieuse,
Qu'avec foi nous demandons.

Donnez leur prix aux vertus,
Donnez-nous la mort heureuse
Et la gloire des élus.

Ainsi soit-il.

 

 

Voir les commentaires

Publié le 22 Mai 2015

 

Statue de Notre-Dame de Lourdes, dans la Grotte des Apparitions

 

+ Pax

 

Chers Oblats et Amis de Fontgombault,

Je crois venu le moment de m'adresser à vous pour recommander à votre prière la santé de notre Père Prieur.
La veille de l'Ascension, il a été victime d'un AVC au cours d'une session de théologie qu'il donnait aux séminaristes du Christ-Roi à Gricigliano en Italie.
Opéré en urgence et dans de très bonnes conditions, il n'en demeure pas moins que le rétablissement sera long.
Actuellement, il dort beaucoup tout en étant très conscient durant les quelques minutes où il est éveillé.
Il n'a pas encore recouvré l'usage de la parole mais les médecins sont confiants.
Un rapatriement ne pourra être envisagé que dans plusieurs semaines.
Merci de la confier à Notre-Dame de Lourdes et de nous garder tous plus fidèlement dans votre prière.

+ fr Jean Pateau abbé de Fontgombault.

avec l'assurance de mes prières pour son prompt rétablissement;  on peut envoyer cette intention à la grotte de Lourdes. voir lien

 

Voir les commentaires