Publié le 1 Avril 2020

un sourire d'Avril, quel plaisir ! 

 

Le jaune est la couleur la plus visible de la distance et est souvent utilisée en lien avec la sécurité et l'optimisme.

Le jaune est la couleur la plus visible à distance et souvent associée à la sécurité et à l'optimisme.
Nous changeons donc notre couleur jaune pour le moment.

 


​​​​​​

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 1 Avril 2020

 

 

non mais sans blagues ! 

pour mr l'abbé B, pour mes moines, père abbé,  pour Louis, pour Nicolas, pour petit frère , el cumpleanos de Yvan, pour Pedro, Alexandro , pour qui encore ? sais plus. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 1 Avril 2020

 

   

 

Salut ô Croix, unique espérance
dans la gloire de ton triomphe !
Offre la grâce aux hommes pieux,
et détruis les crimes des méchants.

C’est Toi, Trinité source de notre salut,
que loue tout esprit :
par le mystère de la Croix
tu nous sauves et tu nous guéris.

 

+

 

O bon et très doux Jésus,
je me prosterne à genoux
en votre présence.
Je vous prie
et je vous conjure,
avec toute la ferveur de mon âme,
de daigner graver dans mon coeur
de vifs sentiments de foi,
d'espérance et de charité;
un vrai repentir de mes péchés
et une volonté très ferme
de m'en corriger,
pendant que je considère
et contemple en esprit vos cinq plaies,
avec une grande affliction
et une grande douleur,
ayant devant les yeux
ces paroles que le prophète David
mettait dans votre bouche,
ô bon Jésus:
"Ils ont percé mes mains et mes pieds:
ils ont compté tous mes os."

 

 

pour tous nos abbés et nos moines  ! 

 

 

Chers amis,

Vous êtes nombreux à demander des nouvelles du séminaire de Gricigliano et de nos sœurs Adoratrices durant cette période si troublée.

Grâce à Dieu, la Divine Providence a pour l'instant épargné toutes nos maisons en Italie.

Tout comme le séminaire de Gricigliano, aucune des trois maisons de sœurs en Italie (Maison Mère, à Gricigliano, noviciat à Naples et Maison du Sacré-Cœur à Livourne) n'ont de contacts avec l'extérieur depuis plusieurs semaines, et aucun de leurs membres n'a été souffrant durant tout ce temps. Personne n'entrant ni ne sortant, les risques de l'arrivée de l'épidémie dans ces communautés sont donc limités autant qu'humainement il est possible de faire.

Les chanoines en charge d'un apostolat restent bien évidemment, tout en respectant les consignes ecclésiastiques et gouvernementales, au service des fidèles pour leur administrer les sacrements, principalement de pénitence, puisqu'en Italie, comme dans la quasi totalité du monde actuellement, la célébration des messes publiques est impossible.

Monseigneur Gilles Wach, Prieur Général de l'Institut, a consacré de nouveau solennellement l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre à l'Immaculée Conception, invoquant particulièrement sa protection sur tous ses membres et les fidèles. C'est d'abord et avant tout par la prière que nous obtiendrons du Ciel la grâce que ces temps soient abrégés. Tous offrent quotidiennement leurs prières devant le Saint Sacrement à cette intention.

𝗖𝗲 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝗱𝗲 𝟭𝟭𝟬 𝗽𝗿ê𝘁𝗿𝗲𝘀, 𝘀é𝗺𝗶𝗻𝗮𝗿𝗶𝘀𝘁𝗲𝘀, 𝗼𝗯𝗹𝗮𝘁𝘀 𝗲𝘁 𝗿𝗲𝗹𝗶𝗴𝗶𝗲𝘂𝘀𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗹'𝗜𝗻𝘀𝘁𝗶𝘁𝘂𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗱𝗼𝗻𝗰 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻é𝘀 dans nos différentes maisons 𝗲𝗻 𝗜𝘁𝗮𝗹𝗶𝗲 à ce jour. 𝗡𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝘂𝗱𝗿𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗮𝘂𝗷𝗼𝘂𝗿𝗱'𝗵𝘂𝗶 𝗹𝗮𝗻𝗰𝗲𝗿 𝗮𝘂𝗽𝗿è𝘀 𝗱𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻 𝗮𝗽𝗽𝗲𝗹 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗱𝗲𝗿 à 𝗰𝗼𝘂𝘃𝗿𝗶𝗿 𝗹𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗳𝗿𝗮𝗶𝘀 𝗱𝘂𝗿𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽é𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 : en moyenne, subvenir à la seule nourriture, à l'eau et à l'électricité pour eux revient à 𝟭𝟬€ 𝗽𝗮𝗿 𝗷𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗲, et toutes les rentrées se sont grandement taries ces dernières semaines.

𝗡𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗲𝗻𝗼𝗻𝘀 𝘀𝗼𝗹𝗹𝗶𝗰𝗶𝘁𝗲𝗿 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗵𝗮𝗿𝗶𝘁é 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿 𝘂𝗿𝗴𝗲𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱'𝗼𝗳𝗳𝗿𝗶𝗿 𝗹'é𝗾𝘂𝗶𝘃𝗮𝗹𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝘁𝗿𝗼𝗶𝘀 𝗷𝗼𝘂𝗿𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘂𝗻 𝘀é𝗺𝗶𝗻𝗮𝗿𝗶𝘀𝘁𝗲 𝗼𝘂 𝘂𝗻𝗲 𝘀œ𝘂𝗿 : 𝘀𝗼𝗶𝘁 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝟯𝟬€ 𝗰𝗵𝗮𝗰𝘂𝗻, qu'il est possible de faire sur notre 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲 𝗱𝗲 𝗱𝗼𝗻𝘀 𝗲𝗻 𝗹𝗶𝗴𝗻𝗲 (donation.icrss.org), puisque le courrier postal est bien souvent retardé.

Nous avons aussi la joie de retransmettre certains de nos offices en direct de nos apostolats du monde entier (retrouvez les sur le site missa.icrsp.org), quand les circonstances sont réunies pour pouvoir le faire sans danger. De nombreuses instructions pour les adultes et les enfants sont aussi disponibles sur ce site, pour nourrir l'âme, afin que ces temps de confinement ne soient pas des moments de désert spirituel, mais que la fête de Pâques soit bien préparée malgré les circonstances très dramatiques.

Vous êtes nombreux aussi à nous solliciter pour célébrer des Messes pour les vivants ou les défunts. Sachez qu'il est possible de le faire directement sur notre site d'offrandes de Messe en ligne.

Nous recommandons à vos prières les nombreuses personnes affectées, et en particulier certaines familles de membres de l'Institut très exposées.

Confiants dans votre générosité, nous nous confions à vos prières, vous assurons des nôtres, en particulier pour les mourants et les défunts,

𝘐𝘯 𝘊𝘩𝘳𝘪𝘴𝘵𝘰 𝘙𝘦𝘨𝘦,

La communauté de Gricigliano

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 1 Avril 2020

 

Le mardi 10 mars, comme toutes les écoles de la Communauté de Madrid, les enfants de l'Escolanía de l'Abbaye bénédictine de Santa Cruz del Valle de los Caídos ont cessé leurs activités d'enseignement dans l'école et sont retournés dans leurs foyers familiaux.

Depuis quelques jours, à l'initiative de certains d'entre eux, tous les enfants de chœur prient quotidiennement le Saint Rosaire avec leurs familles à 20 heures, en allant à l'intercession de la Vierge Marie pour les personnes atteintes de la pandémie de coronavirus, pour les personnes décédées, pour les familles touchées et pour les personnes qui s'occupent des malades.

 

En particulier, ils confient également une personne qui leur est très chère et dont la santé est dans un état délicat. La communauté bénédictine de la Vallée a également rejoint cette pieuse initiative et est soutenue par d'autres familles d'anciens Escolanos.

L'expérience est très belle, humainement et surnaturellement,  en récupérant la prière commune de cette dévotion à la maison, autour de laquelle toute la famille s'est unie dans le passé et a contribué de manière si remarquable à maintenir les familles ensemble dans la foi et amoureux autour de la Sainte Vierge. 

Tous ont confiance que le Saint Rosaire protégera également leurs familles contre l'épidémie.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 31 Mars 2020

 

 

pour nos amis de Russie qui viennent de commencer le confinement.

Pour nos amis espagnols :

🇪🇸🇪🇸🇪🇸  Rodrigo le dijo a Jesús: "¡Sabes que te quiero!"​​​​​​ 😄😄😄

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 31 Mars 2020

 ¡Trucha a las multas por Alexandro ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 31 Mars 2020

 

A Solesmes, on peut se confesser ! 

Lieu à l’écart du monde de par son fonctionnement, l’abbaye bénédictine de Solesmes (Sarthe) vit cette période de confinement sans changer ses habitudes. Fait rarissime toutefois, trois reliques ont été sorties de leur repos pour être invoquées face au coronavirus.

À la question sur l’impact du confinement décidé par l’État, le Père Geoffroy Kemlin, prieur de l’abbaye Saint-Pierre n’a pas besoin d’hésiter longtemps

Derrière les hauts murs érigés pour se couper du monde, les dizaines de moines n’ont pas vraiment eu à apporter de profonds changements à leur quotidien depuis la mise en place de mesures visant à éviter la propagation du virus Covid-19. Inutile de leur parler d’attestation de déplacement même si selon le Prieur « nous nous devons d’obéir aux autorités civiles et ecclésiastiques en ne sortant pas. »

«Si un d’entre nous tombe malade, on va tous y passer »

Alors que l’objectif des mesures gouvernementales vise à limiter les contacts de proximité entre individus, la vie communautaire pourrait être vécue comme risquée. Au contraire, les religieux acceptent la situation avec philosophie :  « On est parti du principe que si un d’entre nous tombe malade, on va tous y passer. »

 

Cette situation nous permet de vivre très sérieusement notre vie monastique. On vit ça comme un temps de retraite, de silence et de recueillement. Une grâce. Ça tombe en plein dans le temps du Carême. Nous sommes des privilégiés. »

La communauté des moines s’informe sur la vie au-delà de ses murs. La petite porte d’entrée place Dom-Guéranger est ouverte « sauf pendant les offices » pour laisser les gens entrer dans l’église abbatiale. « Les églises peuvent rester ouvertes. Les gens ont le droit de sortir pour se promener près de chez eux. Notre église peut devenir un but de sortie, » assure le Père Kemlin avant d’ajouter qu’il est toujours possible de demander la confession.

Le magasin et l’hôtellerie fermés

Par contre le magasin, très fréquenté par les touristes, et l’hôtellerie, qui fait généralement le plein, sont fermés : « Les deux derniers à partir sont des Anglais. Le lundi midi. »

Seuls les mesures d’hygiène pour la communion et le contenu des prières constituent les vrais changements dans les activités quotidiennes : « on prie beaucoup pour les gens de l’extérieur. On pense à ceux dont l’activité professionnelle est vitale. On est sensible à ce qu’ils vivent. On pense aux malades et aux soignants. On voudrait assurer vos lecteurs du soutien de nos prières. »

Des Saints « particulièrement efficaces contre les épidémies en leur temps »
Fait rarissime, trois reliques ont été sorties de leur repos pour être invoquées : Saint-Grégoire le Grand, Saint-Louis de Gonzague et Saint Charles Borromé.

Tous trois ont pour point commun d’avoir été « particulièrement efficaces contre les épidémies en leur temps, » précise le bénédictin.

D’ailleurs, la communauté envisage, si besoin, d’avoir recours à des processions dans les jardins de l’abbaye, pour demander la fin de l’épidémie. Tout en respectant les distances de sécurité et les gestes barrières.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 30 Mars 2020

 

 

 

besos  à Pedro i Alexandro ! 

Ce qui était considéré comme une cérémonie sans précédent a fini par être accompagné par la Garde civile. Dimanche dernier, à 13 heures, il a été annoncé que Don Alfredo Beltrá de la Plaza de San Blas allait donner la bénédiction du Saint-Sacrement aux quatre points cardinaux de la Ville.

De la paroisse, ils avaient encouragé à mettre les tentures de San Blas et Candelaria sur les balcons et les habitants de la ville étaient encouragés à sortir aux fenêtres et aux balcons à cette époque . Comme l'a témoigné le curé "c'est le Seigneur Jésus dans la Sainte-Cène qui va bénir tous les Sajeños, lui demander tous ceux qui sont touchés par le coronavirus, tous les défunts, la cessation de la pandémie et, quoi qu'il arrive" au plus profond de vos cœurs. "

Après avoir béni la place, le curé a parcouru les rues en direction de l'ermitage de San Blas, ce qu'ils savaient déjà depuis la mairie. C'est à cette époque que, pour éviter le déplacement du prêtre à pied, les forces de la Garde civile invitent le pasteur à monter dans le véhicule conformément à l'arrêté royal de l'état d'alarme.

Le conseiller assure que  "la charge de prêtre est dans les cas autorisés"  pour pouvoir sortir tant que l'état d'alerte dure ​​​​​​

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 30 Mars 2020

 

   Nous devons nous conformer à la volonté de Dieu dans les calamités publiques, telles que la guerre, la peste, la famine, et tous les fléaux de la vengeance divine. Il en faut faire autant, quand le malheur vient fondre sur nous personnellement et sur les nôtres. Le grand secret pour y parvenir, c'est d'envisager toutes choses avec les yeux de la foi, d'adorer les jugements du Très-Haut avec un coeur contrit et humilié, et quels que soient les fléaux qui nous frappent, de bien nous persuader que la Providence, infiniment sage et paternelle, ne se résignerait pas à les envoyer ni à les permettre, s'ils n'étaient entre ses mains les instruments du renouvellement et du salut pour les peuples et pour les âmes.

   " C'est ainsi qu'elle conduit au ciel, par le chemin de la souffrance, une foule de gens qui se seraient perdus en suivant une autre route. Combien de pécheurs qui, rappelés à Dieu par la voie sévère de l'affliction, renoncent à leurs anciennes iniquités, et meurent dans les sentiments d'un véritable repentir! Combien de chrétiens qui occuperont un jour une place glorieuse dans le ciel, et qui, sans cette salutaire épreuve, eussent éternellement gémi dans les flammes de l'enfer! 

   Ce que nous appelons fléau et châtiment est souvent une grâce insigne, une preuve éclatante de miséricorde." (P Rodriguez) 

   Accoutumons-nous à n'envisager toutes choses que par ces grandes vues de la foi, et rien de ce qui se passe en ce monde ne nous scandalisera, rien n'altérera la paix de notre âme et sa confiante soumission à la Providence. 

   Il est facile de voir la main de la Providence dans la peste, la famine, les inondations, la tempête et les autres calamités de ce genre, parce que les éléments insensibles obéissent à son autorité sans jamais lui résister.

   Au-dessus des hommes bons ou mauvais, et jusque derrière les suppôts de l'enfer, il y a l'arbitre suprême, la cause première qui les mène, à leur insu peut-être, et sans laquelle rien ne peut se faire. La politique des princes, les ordres des chefs, l'obéissance des soldats, les projets ténébreux des persécuteurs, leur mise à exécution par les subalternes , les ruines et la souffrance qui résulteront de là, tout a été prévu jusqu'au moindre détail; tout a été combiné et décrété dans les conseils de la Providence.

   Il se forme une étrange collaboration de la malice de l'homme et de la sainteté de Dieu. L'infiniment Saint ne peut cesser de haïr le mal; il le tolère pourtant, afin de ne pas reprendre aux hommes le libre usage de leur liberté. Mais sa Justice imprescriptible demandera compte à chacun en son temps: aux nations et aux familles dès ici-bas, car elles n'ont pas, comme telles , l'éternité; aux individus, dans ce monde ou en l'autre. 

   En attendant, Dieu veut utiliser , pour parvenir à ses fins, la malice des hommes et leurs fautes, comme leurs bonnes dispositions et leurs saintes oeuvres; de sorte que même le désordre de l'homme rentre dans l'ordre de la Providence.

   ....

   A notre époque de persécution, il est visible que Satan est délié, et qu'il a reçu permission de cribler le juste.  " Pourquoi ce triomphe des méchants? Pourquoi cette apparente défaite de l'Eglise? Pourquoi cette perversion de la masse? Pourquoi ces gouvernements impies qui perdent les peuples? Pourquoi cet effacement et cet attiédissement de ceux qu'on appelle bons? Pourquoi, en un mot, cet empire du mal sur le bien? "

   Pourquoi?  Par respect de la liberté qui est la condition du mérite et du démérite. Dieu laisse faire. Mais quand il jugera qu'il en est temps, pour renverser les méchants, pour réveiller les endormis, pour ranimer les tièdes, pour défendre les justes, il laissera déchaîner sur le monde coupable une guerre universelle. 

   ... On oubliait Dieu; on se souvient qu'Il est le Maître des évènements. Comment ne pas le voir? Les hommes qui ont déchaîné la tempête ne savent ni la diriger ni s'en garantir; mais Dieu, tout en se réservant de faire pleine justice à son heure, utilisera la prévoyance des uns et l'imprévoyance des autres, les engins perfectionnés et les plans habilement conçus, le courage et les brillantes actions, les fautes , la malice et même le crime. 

   Tout lui sert à promener le fléau sur les nations, les familles et les individus. Il ne le fera cependant que dans la mesure utile à ses fins: que l'on tombe à genoux, il s'apaise volontiers; mais si les bonnes impressions des premiers jours se dissipent, si les yeux s'obstinent à rester fermés et les coeurs sans repentir, aura-t-on le droit d'être surpris que la guerre se prolonge, et qu'il surgisse d'autres fléaux peut-être? 

   Vaudrait-il mieux que, persévérant dans leur funeste oubli des lois divines, les nations continuent de courir à l'abîme, et les âmes à l'enfer? 

   Mais une telle sévérité dans un Dieu si bon, comment l'expliquerez-vous? Pour s'en étonner, il faut n'avoir point compris les droits de Dieu méconnus, son amour méprisé, la multitude de ses grâces et l'excès de notre malice, les joies de l'éternité bienheureuse ou les tourments d'un enfer sans fin. 

   C'est précisément parce qu'il est infiniment bon, que notre Père des cieux nous aime sans faiblesse, et comme il le faut pour notre éternité.  Toutes les prospérités du monde serait le pire des fléaux, si elles endorment les âmes dans l'insouciance et l'oubli, et si le réveil n'a lieu qu'au fond de l'abîme. Au contraire, les plus effrayantes calamités, quand même elles dureraient des années entières , sont peu de chose auprès d'un enfer éternel; elles sont même une grande miséricorde du côté de Dieu, et pour nous une heureuse fortune , si nous pouvons à ce prix désarmer la justice divine, éviter l'enfer et recevoir nos droits au ciel. 

 

   Les fléaux de Dieu apportent aux uns l'épreuve, aux autres le châtiment, à toutes les bonnes volontés des grâces de renouvellement. Heureux qui sait les comprendre et les mettre à profit!" Ces désastres, dit le P. de Caussade, sont autant de coups de prédestination pour plusieurs. Mais il faut bien avouer qu'ils peuvent être en même temps , pour d'autres, des coups de réprobation. Ce ne sera pourtant que par leur faute, et leur très grande faute; car quoi de plus raisonnable et de plus facile , en un sens que de faire de nécessité vertu? 

   Pourquoi se raidir inutilement criminellement contre la main paternelle de Dieu, qui ne nous châtie que pour nous détacher des misérables biens d'ici-bas? Sa colère même vient de sa miséricorde, il ne nous frappe que pour nous retirer du péché et nous sauver. Comme un sage chirurgien, il coupe jusqu'au vif les chairs pourries , afin de conserver la vie et de préserver le reste du corps.

   Que faire au milieu des calamités?

   - Nous humilier sous la main puissante de Dieu" et nous abandonner à sa Providence avec une soumission filiale, dans l'intime conviction que c'est Dieu qui a tout conduit, que ses desseins impénétrables ont pour principe l'amour des âmes , et qu'il saura mettre au service du bien les évènements les plus déconcertants. 

   Et pour ce qui nous concerne personnellement, nous souvenir que nous sommes dans la main  de notre Père des Cieux : s'il veut nous sauver, il lui est aussi facile de le faire au milieu de tous les périls, que de nous appeler à lui quand aucun danger n'apparaît menaçant; et s'il veut nous éprouver, que son saint nom soit toujours béni! 

   En conséquence, il faut prier, prier encore, prier toujours. Demandons, cherchons, frappons, crions. Importunons Dieu, et pour qu'il abrège la calamité, si tel est son bon plaisir, et , d'une façon absolue, pour qu'il y ait le moins possible d'âmes à périr dans la tourmente, pour que les foules reviennent à Dieu d'un coeur contrit et humilié, que les Saints se multiplient, que l'Eglise soit plus fidèlement écoutée, et Dieu moins offensé. Et puisque " la prière jointe au jeûne est (spécialement ) bonne, et que l'aumône fait trouver miséricorde", au jour des calamités, c'est le temps ou jamais, de nous renouveler dans la fidélité à tous nos devoirs, et d'ajouter à nos sacrifices obligatoires quelques mortifications de surcroît, pour mieux apaiser le juste courroux du Ciel.

   Car les calamités sont, en général, la punition du péché, et , plus elles sont universelles et terribles, plus le flot de l'iniquité a dû provoquer la colère divine. Rien de mieux à faire que d'améliorer notre propre vie, et d'offrir au Maître irrité, au Père méconnu, un redoublement d'amour et de fidélité pour nous, un large tribut d'amende honorable et de réparation pour les nôtres et pour le monde coupable.

" Seigneur, mettez une mesure et une fin à nos larmes." st Bernard 

dom Vital Lehodey. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos, #spiritualité

Repost0

Publié le 30 Mars 2020

 

 

pour les oblats (es) de nos abbayes  et leur famille. 

envoie de messes : 

Abbaye Notre Dame de Fontgombault 

F. 36 220 Fontgombault. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0